Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

RunKeeper : quand technologie et sport ne font qu’un !

Sébastien Natroll RunKeeper, c’est l’application mobile qui peut vous rendre accro à la course à pied (ou au cyclisme, etc…) Je m’explique. RunKeeper est une application iPhone/Android qui vous permet (et d’autant plus si vous vous inscrivez sur le site) de surveiller vos performances sportives : distance parcourue, tracé, vitesse moyenne, calories brûlées… Fonctionnant avec une localisation La suite >

Zukov, mon PC portable sous Lovelock

Guillaume Kulakowski

Après mon netbook (qui au passage ne démarre plus depuis hier :-(" class="smiley ...) j'ai migré mon PC portable sous Fedora 15 bêta alias Lovelock.

De toute les nombreuses nouveautés, que vous pouvez dailleurs consulter ici, je retiens surtout GNOME 3 et Gnome Shell qui bien évidement représente le plus gros changement dans l'expérience utilisateur.

Le bureau GNOME 3

Grâce à quelques articles issues de ce blog et à Gnome Shell extension, j'ai réussi à me faire 2 extensions (attachées à ce billet), l'une pour retirer les outils d'accessibilités et une autres pour remplacer le mot "Activités" par le logo de Fedora.

Gnome Shell

Le tout avec le thème dicônes elementary disponible via yum et GNOME Shell elementary.

Gnome Shell activités

Maintenant il ne me reste plus qu'à appréhender l'ergonomie de cette révolution de l'expérience utilisateur.

Sortie de Compta Partagée

Tom Dubin Mon application Android, Compta Partagée est enfin disponible ! Cette application est née dans mon esprit il y a quelques mois d’un constat simple : Gérer des dépenses à plusieurs est souvent compliqué. La plupart des gens dans ce cas (moi y compris) utilisent un un tableur et quelques macros pour pouvoir avoir un historique [...]

Le nouveau systemd

Edouard Bourguignon

Le remplacement de l'ancestrale sysVinit pour la gestion du démarrage de la machine et de ses services est en soit une petite révolution dans le monde Linux. On lui reprochait de ne pas être assez modulaire et dynamique pour les usages qu'on fait maintenant de nos ordinateurs. Maintenant, il faut une gestion qui se base sur de lévènementiel plutôt que sur du séquentiel, tout en gérant de l'interdépendance. C'est vrai qu'avec SystemVinit qui date des années 90, on en était loin. Il y eu plusieurs candidats (par exemple Upstart) car le sujet n'est pas nouveau et la tâche n'est pas des plus simple. Mais depuis la Fedora 14, la révolution est en marche et le choix s'est arrêté sur systemd. Celui-ci sera pleinement intégré à la future Fedora 15.

Systemd vient avec la commande systemctl, mais pour éviter d'impacter de manière trop violente nos bonnes vieilles habitudes, les commandes habituelles de gestion de service continueront de fonctionner comme avant. Ainsi, les commandes service et chkconfig peuvent toujours être utilisées sous systemd. Il est de plus compatible avec SysV et les scripts d'init LSB. Ainsi les scripts d'init habituels en shell vont pouvoir cohabiter (ceux dans /etc/init.d) avec systemd, les autres sont remplacés dans systemd par des fichiers descriptifs .service (présents dans /lib/systemd/system).

Voici par exemple, le fichier descriptif ntpd.service, tout à fait compréhensible (heureusement qu'ils ont pas choisi du XML):

[Unit]
Description=Network Time Service
After=syslog.target ntpdate.service

[Service]
EnvironmentFile=/etc/sysconfig/ntpd
ExecStart=/usr/sbin/ntpd -n -u ntp:ntp $OPTIONS

[Install]
WantedBy=multi-user.target

Les gros avantages de systemd sont sa capacité de parallélisation à outrance, la gestion des sockets (port d'écoute) et l'utilisation de DBus pour l'activation des services, ainsi que l'usage des cgroups. Il supporte aussi des options avancées pour la sécurisation des services avec la possibilité d'isolation des processus (chroot ou namespace sur le système de fichiers).

Systemd est découpé en unités (units), disposant chacune d'un nom et d'un type. Par exemple le fichier avahi.service est l'unité avahi et est de type service. Voici les principaux types:

  • service, pour gérer les démons.
  • socket, pour définir un socket. Par exemple l'unité nscd.socket si elle reçoit une demande de connexion pourra lancer l'unité nscd.service.
  • device, udev permettra d'indiquer à systemd qu'un périphérique peut être utilisé comme unité.
  • mount, cette unité permet à systemd de surveiller un point de montage.
  • automount, est associé à une unité mount qui sera activée quand on accédera au répertoire de l'unité automount.
  • target, permet de grouper plusieurs unités. Par exemple multi-user.target correspondera à peu près au demarrage des services du runlevel 5 avec SysV.
  • snapshot, permet de grouper l'état actuel des unités actives, afin de sauvegarder l'état du système pour pouvoir ensuite y revenir.

Il est donc évident que tout ceci est une nouvelle approche dans la gestion du système. Bien sûr les unités peuvent être interdépendantes ou indiquer d'éventuels conflits. Vu les différents types à disposition cela va permettre beaucoup de souplesse. Il sera par exemple possible de déclencher le montage d'un périphérique dès que celui-ci devient disponible, montage qui entrainera lui aussi d'autres dépendances, comme le démarrage d'un service... Que du bon en perspective.

Pour l'utilisateur final, l'objectif est de proposer un temps de boot bien plus rapide, dû principalement au fait que les services seront lancés en parallèle mais aussi qu'ils seront activés que s'ils sont nécessaires. D'autres tâches de gestion du système pourront être automatisées, déclenchées par exemple avec l'apparition ou la disparition d'un périphérique. De quoi disposer d'un système complètement dynamique.

Il ne reste plus qu'à attendre la sortie de la Fedora 15, prévue pour le 24 mai 2011.

Installation des drivers pour lecteur sans contact Broadcom 5800 (et 5801)

Tom Dubin Version française : J’ai acquis il y a maintenant 1 an et demi un Dell E6500 qui comportait plusieurs features intéréssantes. Parmis elles, j’avais choisi un lecteur de cartes contact/sans contact, à l’époque, plus en tant que gadget qu’autre chose. Mais avec l’avancement de mes études et mon rapprochement de ce domaine, j’ai commencé à [...]

Prosody 0.8 pour Fedora

Johan Cwiklinski

Il y a quelque temps, j'annonçais ici même la disponibilité de paquets RPM pour Prosody.

J'ai très récemment mis à jour prosody en version 0.8 sur le dépôt trashy, et ajouté aujourd'hui le paquet lua-dbi nécessaire pour utiliser le stockage en base de données.

Prosody 0.8 apporte plusieurs fonctionnalités, dont deux m'intéressent plus particulièrement :

Pour modifier la configuration de Prosody, il suffira d'éditer le fichier /etc/prosody/prosody.cfg.lua en fonction de vos besoins :-)" class="smiley

Note : des paquets sont disponibles sur mon dépôt pour EL-5, mais je n'ai pas eu l'occasion de les tester (mes serveurs jabber tournent tous sous Fedora 14 actuellement). Si prosody venait à ne pas fonctionner correctement, n'hésitez pas à me le faire savoir ;)" class="smiley

MySQL 5.5 remplace MySQL 5.1

Remi Collet

MySQL version 5.5.11 (qui est en GA depuis quelques temps) remplace désormais la version 5.1.56 dans le dépôt remi pour Enterprise Linux.

Les RPM de la version 5.1.56 reste disponible en téléchargement dans les archives (installation manuelle). La nouvelle version de PHP 5.3.6 (release -3) est construite avec cette version de MySQL. Si vous souhaitez mettre à jour PHP, sans mettre à jour MySQL, cela est possible en installant uniquement la bibliothèque cliente de la version 5.5... Lire MySQL 5.5 remplace MySQL 5.1

Domotique/Multimédia - Samsung Galaxy Tab sous CyanogenMod

Alexandre Frandemiche

Cela fait longtemps que je n'ai pas abordé ce sujet, mais depuis un achat d'une Samsung Galaxy Tab en décembre dernier, la partie multimédia a pris encore un tournant ! Terminé le pc portable qui traine avec un long câble afin daccéder à Internet à tout moment !!! Cet élément couplé à XBMC que j'ai installé sur un pc dans mon salon donne une toute autre dimension à notre vie multimédia !
Samsung-galaxy-tab Et oui, disons-le franchement, j'ai craqué ! ... enfin avec ma femme on a craqué ! lol
Je ne vais pas faire ici le détail de cette tablette et de ces avantages, d'autres l'ont déjà fait et de toute façon, mon choix, lui est fait :D ! Je vais juste vous donner une procédure afin de pouvoir changer la ROM de votre Galaxy Tab et évidemment sous Fedora. A noter que l'opérateur de ma tablette est Orange, ainsi la surcouche est signée par ce même opérateur. C'est là où le bas blesse ... la surcouche graphique, le navigateur aussi ... bref, l'idée de ne aps pouvoir passer à une version supérieure d'Android sans que M Samsung et M Orange le veuille bien ! De plus, mon Samsung Galaxy Spica sous CyanogenMod doit y être pour quelque chose :) !

Bref, cessons de s'éterniser, voici la démarche à suivre pour passer en CyanogenMod (Beta donc à vos risques et périls) le tout avec une Fedora bien sûr !!!

Installation de Heimdall
Ce logiciel permet d'attaquer votre tablette via port usb afin d'y installer une nouvelle Rom ou un nouveau firmware. Ce logiciel est l'équivalent d'Odin, logiciel permettant les même opérations mais ne tournant que sur des systèmes Microsoft. Pour l'installer vous avez le fameux configure-make-make-install à partir des sources que vous trouverez sur le site du projet : http://www.glassechidna.com.au/products/heimdall/. En ce qui me concerne et comme je suis paresseux, j'ai opté pour la solution rpm qui sont fournis pour OpenSuse mais qui fonctionnent très bien sur ma Fedora 14

Pour une architecture x86 : yum install http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/i586/heimdall-1.1.1-1.1.i586.rpm http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/i586/heimdall-frontend-1.1.1-1.1.i586.rpm

Pour une architecture x86_64 : yum install http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/x86_64/heimdall-1.1.1-1.1.x86_64.rpm http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/x86_64/heimdall-frontend-1.1.1-1.1.x86_64.rpm

Pour lancer heimdall, vous pouvez soit utiliser l'interface graphique en lançant en ligne de commande heimdall-frontend soit utiliser heimdall directement en ligne de commande !

Téléchargement de CyanogenMod beta
wget http://files.deodexed.com/ModADroid-Galaxy-Tablet/Technomancer/tcm7beta.zip unzip tcm7beta.zip

Préparation de la Samsung Galaxy Tab

Root En ce qui concerne ma Galaxy Tab, celle-ci n'était pas rootée, j'ai donc utilisé z4root : market://search?q=pname:com.z4mod.z4root.
Une fois installé, activer l'usb debugging : “Menu” > “Settings” > Applications > Development > cocher “USB debugging”
Lancer z4root et taper sur le bouton “Root”, une fois fait, redémarrer la tablette et celle-ci retrouve rootée !

BootLoader Ensuite il faut s'assurer que votre tablette n'a pas son bootloader de bloqué, si tel est le cas, l'application et la procédure décrite sur le lien suivant vous permet de le débloquer : http://www.dkszone.net/unlock-samsung-galaxy-tab-bootloader.

Voilà tout est prêt, passons à l'étape ultime.

Flashage de la Samsung Galaxy Tab

Je tiens à rappeler que cette manipulation peut mal se passer, un risque existe, sachez-le ! voilà, c'est dit !

En premier lieu, la tablette ne doit pas être connectée via le port USB.

Vous avez donc Heimdall de lancé, allez chercher chacun des fichiers présents dans l'archive de CynogenMod que vous avez décompressé précédemment. Chaque fichier est suffisamment explicite pour ne pas que j'ai à préciser dans quelles cases aller les chercher je pense ... :)

Heimdall Frontend.

Une fois l'opération effectuée, il faut éteindre la Samsung Galaxy Tab puis la rallumer en appuyant simultanément sur le bouton "Home" + "volume-bas" + "Power" et les maintenir enfoncer 3 secondes. La tablette passe alors en mode "Downlod". Il reste à la connecter en USB à votre Fedora puis cliquer sur le bouton "start" dans heimdall.

L'installation du nouveau firmware s'effectue, une fois terminée la tablette démarre en mode "recovery". Utiliser les boutons de volumes pour naviguer dans les options et le bouton "Power" pour valider votre choix. Afin de réinitialiser l'ensembles des repertoires, il faut effectuer un Wipe de la tablette en séléctionnant l'option correspondante et choisir "factory reset".
Une fois revenu à l'accueil du recovery, redémarrer la tablette, celle-ci est ptrête à être configurer puis utilisée !!!

Voilà, maintenant il ne reste plus qu'à remonter les bugs et participer :) !

Domotique/Multimédia - Samsung Galaxy Tab sous CyanogenMod

Alexandre Frandemiche

Cela fait longtemps que je n'ai pas abordé ce sujet, mais depuis un achat d'une Samsung Galaxy Tab en décembre dernier, la partie multimédia a pris encore un tournant ! Terminé le pc portable qui traine avec un long câble afin daccéder à Internet à tout moment !!! Cet élément couplé à XBMC que j'ai installé sur un pc dans mon salon donne une toute autre dimension à notre vie multimédia !
Samsung-galaxy-tab Et oui, disons-le franchement, j'ai craqué ! ... enfin avec ma femme on a craqué ! lol
Je ne vais pas faire ici le détail de cette tablette et de ces avantages, d'autres l'ont déjà fait et de toute façon, mon choix, lui est fait :D ! Je vais juste vous donner une procédure afin de pouvoir changer la ROM de votre Galaxy Tab et évidemment sous Fedora. A noter que l'opérateur de ma tablette est Orange, ainsi la surcouche est signée par ce même opérateur. C'est là où le bas blesse ... la surcouche graphique, le navigateur aussi ... bref, l'idée de ne aps pouvoir passer à une version supérieure d'Android sans que M Samsung et M Orange le veuille bien ! De plus, mon Samsung Galaxy Spica sous CyanogenMod doit y être pour quelque chose :) !

Bref, cessons de s'éterniser, voici la démarche à suivre pour passer en CyanogenMod (Beta donc à vos risques et périls) le tout avec une Fedora bien sûr !!!

Installation de Heimdall
Ce logiciel permet d'attaquer votre tablette via port usb afin d'y installer une nouvelle Rom ou un nouveau firmware. Ce logiciel est l'équivalent d'Odin, logiciel permettant les même opérations mais ne tournant que sur des systèmes Microsoft. Pour l'installer vous avez le fameux configure-make-make-install à partir des sources que vous trouverez sur le site du projet : http://www.glassechidna.com.au/products/heimdall/. En ce qui me concerne et comme je suis paresseux, j'ai opté pour la solution rpm qui sont fournis pour OpenSuse mais qui fonctionnent très bien sur ma Fedora 14

Pour une architecture x86 : yum install http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/i586/heimdall-1.1.1-1.1.i586.rpm http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/i586/heimdall-frontend-1.1.1-1.1.i586.rpm

Pour une architecture x86_64 : yum install http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/x86_64/heimdall-1.1.1-1.1.x86_64.rpm http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/x86_64/heimdall-frontend-1.1.1-1.1.x86_64.rpm

Pour lancer heimdall, vous pouvez soit utiliser l'interface graphique en lançant en ligne de commande heimdall-frontend soit utiliser heimdall directement en ligne de commande !

Téléchargement de CyanogenMod beta
wget http://files.deodexed.com/ModADroid-Galaxy-Tablet/Technomancer/tcm7beta.zip unzip tcm7beta.zip

Préparation de la Samsung Galaxy Tab

Root En ce qui concerne ma Galaxy Tab, celle-ci n'était pas rootée, j'ai donc utilisé z4root : market://search?q=pname:com.z4mod.z4root.
Une fois installé, activer l'usb debugging : “Menu” > “Settings” > Applications > Development > cocher “USB debugging”
Lancer z4root et taper sur le bouton “Root”, une fois fait, redémarrer la tablette et celle-ci retrouve rootée !

BootLoader Ensuite il faut s'assurer que votre tablette n'a pas son bootloader de bloqué, si tel est le cas, l'application et la procédure décrite sur le lien suivant vous permet de le débloquer : http://www.dkszone.net/unlock-samsung-galaxy-tab-bootloader.

Voilà tout est prêt, passons à l'étape ultime.

Flashage de la Samsung Galaxy Tab

Je tiens à rappeler que cette manipulation peut mal se passer, un risque existe, sachez-le ! voilà, c'est dit !

En premier lieu, la tablette ne doit pas être connectée via le port USB.

Vous avez donc Heimdall de lancé, allez chercher chacun des fichiers présents dans l'archive de CynogenMod que vous avez décompressé précédemment. Chaque fichier est suffisamment explicite pour ne pas que j'ai à préciser dans quelles cases aller les chercher je pense ... :)

Heimdall Frontend.

Une fois l'opération effectuée, il faut éteindre la Samsung Galaxy Tab puis la rallumer en appuyant simultanément sur le bouton "Home" + "volume-bas" + "Power" et les maintenir enfoncer 3 secondes. La tablette passe alors en mode "Downlod". Il reste à la connecter en USB à votre Fedora puis cliquer sur le bouton "start" dans heimdall.

L'installation du nouveau firmware s'effectue, une fois terminée la tablette démarre en mode "recovery". Utiliser les boutons de volumes pour naviguer dans les options et le bouton "Power" pour valider votre choix. Afin de réinitialiser l'ensembles des repertoires, il faut effectuer un Wipe de la tablette en séléctionnant l'option correspondante et choisir "factory reset".
Une fois revenu à l'accueil du recovery, redémarrer la tablette, celle-ci est ptrête à être configurer puis utilisée !!!

Voilà, maintenant il ne reste plus qu'à remonter les bugs et participer :) !

BeMyApp Android d’Avril 2011 : C’est fini !

Tom Dubin Et voilà, le fameux WE BeMyApp dont je vous avais parlé précédemment est terminé. Pour resituer rapidement le contexte, je suis partis avec 3 amis de l’Ensicaen à Paris afin de passer 48H à développer une application pour Android.Nous nous étions débrouillés pour arriver tôt le vendredi soir et cela nous a permis de prendre [...]

Coup de coeur : Calendrier intégré à gnome-shell

Tom Dubin Depuis quelques temps, je test Fedora 15 alpha et donc Gnome-Shell qui va avec… Et, même si le passage par rapport à Gnome 2 est assez perturbant, je m’étonne tout les jours de la rapidité et de la fluidité du bureau. Qui plus est, je commence à prendre en main les fonctionnalités et il est [...]

find MacAppStore -name Tetris -print => not found

Marc Bessière J’ignore ce qui m’a réveillé en pleine nuit, toujours est-il que quand on est réveillé à 5 heures, il faut bien s’occuper avant le réveil de la marmaille. Jattrape mon MacBook Pro en me disant : « Tiens, ça fait longtemps que je ne me suis pas fait un Tetris ». Me voilà donc en train de [...]

Le "pourquoi" du Mercredi : Fedora-esay-karma - Comment changer le karma d'un rpm

Paquet Fedora du jour

Vous avez peut-être un jour du installer un paquet depuis koji ou en activant le dépôt updates-testing ? Et vous avez remarqué un petit karma pour le paquet qui indique si le paquet passe dans les stables ou pas sous peu ?
Votre curiosité ne vous a pas poussé plus loin ? Pas grave, aujourd'hui vous allez savoir comment contribuer sans trop d'effort à ce paquet qui vous tient à cœur.

Commençons tout d'abord par créer un compte fas. Une fois ceci où que vous vous rappelez votre identifiant nous allons pouvoir continuer.

Installons notre petit module, fedora-easy-karma. Maintenant, nous allons nous en servir avec un exemple pris au moment de la rédaction de cet article :

$ fedora-easy-karma --fas-username=identifiant
Getting list of installed packages...
Getting list of packages in updates-testing...
================================================================================
texmaker-2.3-1.fc14
================================================================================
Update ID: FEDORA-2011-4410
Release: Fedora 14
Status: testing
Type: bugfix
Karma: 1
Bugs: https://bugzilla.redhat.com/660215 - Bold and Highlighted text are persistent
Notes: Update to version 2.3
Submitter: deji
Submitted: 2011-03-30 03:46:26
Comments: bodhi - 2011-03-30 03:46:42 (karma 0)
This update has been submitted for testing by deji.
bodhi - 2011-03-30 20:00:19 (karma 0)
This update has been pushed to testing
marbolangos - 2011-04-01 13:49:00 (karma 1)
Update works!

https://admin.fedoraproject.org/updates/F14/FEDORA-2011-4410

inst. RPMS: texmaker-2.3-1.fc14.x86_64 - LaTeX editor (installed 0 days ago)

Comment? -1/0/1 ->karma, other -> skip>

Il ne vous reste plus qu'à voter si le paquet corrige le problème (1), vous ne savez pas (0) ou si ça ne change rien (-1). Ensuite le programme vous demande votre mot de passe. Et c'est terminé !

Installation en ligne de commande : yum install fedora-easy-karma

Installation avec l'interface graphique : Développement > Fedora update feedback made easy

Localisation dans le menu : Pas disponible dans les menus

Lancement en ligne de commande : /usr/bin/fedora-easy-karma

Site web : https://fedoraproject.org/wiki/Fedora_Easy_Karma

mysql-5.5.11

Remi Collet

Les RPM de MySQL Community Server 5.5.11 GA sont disponibles dans le dépôt remi pour fedora et remi-test pour Enterprise Linux (RHEL, CentOS, ...).

Désormais, cette version stable (Generally Available (GA) Release) est dans le dépôt remi pour fedora et remplacera donc la version 5.1. Elle reste encore un peu dans remi-test pour Enterprise Linux (mais je ne compte pas maintenir longtemps les paquets de la version 5.1). A lire : Introduction to MySQL 5.5 Changes in MySQL 5.5.11 MySQL 5.5... Lire mysql-5.5.11

Je serais au BeMyApp Android le WE prochain !

Tom Dubin C’est le week end prochain (du 8 au 10 Avril) que se tiendra la prochaine édition de BeMyApp Android ! BeMyApp est un événement organisé tout les 4 mois qui a pour but de réunir développeurs, designers et porteurs d’idées autour d’un WE pour pouvoir voir se réaliser plusieurs applications. Cet event prend la forme [...]

Comment écrire du code testable

Aurélien Bompard

Je vous propose les diapositives d’une présentation que j’ai réalisée récemment, concernant les méthodes de développement permettant d’écrire un code facilement testable.

Il y a quelques semaines, j’ai visionné la présentation de Miško Hevery chez Google à ce sujet, et j’ai tout de suite été conquis par sa clarté et son pragmatisme. Avec son accord, j’ai entrepris de la traduire et de l’adapter en français.

Mon objectif était avant tout de garder une présentation généraliste (indépendante du langage de programmation, du framework ou du projet), et de pouvoir l’utiliser dans le cadre de mon travail pour essayer de diffuser les bonnes habitudes de la testabilité auprès de mes collègues.

J’ai finalement eu l’occasion de donner cette présentation sur mon lieu de travail, qui s’est très bien passée, mais dont l’enregistrement n’est malheureusement pas diffusable. Quoi qu’il en soit, j’ai pu tester “en conditions réelles” la qualité des diapos et l’importance des concepts présentés par Miško.

Si le sujet vous intéresse, j’attache à ce billet le fichier ODP[1] de la présentation. Les points à aborder oralement sont dans la section “notes” de chaque diapo, pensez-donc à la lire. De plus, certaines diapos utilisent des animations, il est donc préférable de lire la présentation en mode “diaporama”.

Quand j’ai demandé à Miško si je pouvais réutiliser ses diapos, il n’a demandé qu’une citation de son nom. Dans le même esprit, je place donc cette présentation sous licence Creative Commons Attribution (BY), c’est à dire que vous pouvez la réutiliser comme bon vous semble à condition de citer le nom des auteurs (Miško et moi).

Pour pouvoir comprendre et suivre cette présentation, il faut connaître au minimum les concepts suivants :

  • Programmation Orientée Objet
  • Quelques design patterns courants (Factory et Singleton)
  • Tests unitaires

Les sujets abordés au cours de la présentation sont :

  • Le développement piloté par les tests (ou Test-driven development)
  • L’injection de dépendances
  • La loi de Déméter
  • La théorie des bugs (par Miško)

Les exemples de codes utilisés dans la présentation sont en Python, parce que c’est le langage que je maîtrise le mieux et celui avec lequel je travaille au quotidien, mais les concepts sont applicables à n’importe quel autre langage. De plus, un des principaux exemples de code est disponible aussi en Java, pour ceux qui préfèrent.

La présentation dure environ une heure. Si vous décidez de réutiliser ces diapos, vous n’êtes évidemment pas obligés de m’en faire part, mais j’aimerais bien si possible avoir des retours pour les améliorer et intégrer les meilleures remarques.

J’espère que ces diapos pourront vous aider à diffuser la “bonne parole” de la testabilité aussi largement que possible !

Notes :

[1] S’ouvre avec LibreOffice ou OpenOffice.

Nouveau serveur

Remi Collet

L'ancien serveur hébergeant mes différents sites avait 3 ans (une Dedibox V1). Il vient d'être remplacé par une machine plus récente (une Dedibox Classic).

Ancienne machine : CPU : VIA Esther processor 2000MHz Mémoire : 1Gio Disque : 160 Gio Système : Red Hat Enterprise Linux Server release 5.6 (Tikanga) - 32bits Nouvelle machine : CPU :Intel(R) Core(TM)2 CPU T7200 @ 2.00GHz Mémoire : 3Gio Disque : 500 Gio en Raid 1 Système : Red Hat Enterprise Linux Server release 5.6 (Tikanga) -... Lire Nouveau serveur

Fin de l'appel général à conférences des RMLL 2011

Patrice Kadionik

Salut.

L'association RMLL Strasbourg organise du 9 au 14 juillet 2011 les 12èmes Rencontres Mondiales du Logiciel Libre (RMLL). La manifestation, qui a pour thème cette année « Libre sans frontières », débutera par un weekend orienté grand public : un village associatif et des ateliers s'installeront place Broglie. Puis, du lundi au jeudi, c'est le campus de l'Esplanade qui accueillera les sessions de conférences, débats et ateliers. Un festival des arts numériques libres clôturera chaque journée de manifestation par un moment plus festif.

Depuis le 31 mars dernier, l'appel à conférences est clos...
Pour toute information complémentaire, écrire à l'adresse programme@2011.rmll.info.

Accès Premium

Remi Collet

A compter d'aujourd'hui, la procédure d'accès au dépôt remi change. Pour les versions actives de fedora (13 et 14), et d'enterprise linux (6), le dépôt reste accessible librement et gratuitement, mais avec un décalage de 14 jours par rapport aux utilisateurs disposant d'un accès Premium. Pour les anciennes versions, le dépôt est fermé. Les... Lire Accès Premium

perl-FusionInventory-Agent-Task-ESX-1.0

Remi Collet

Le RPM de la nouvelle extension permettant de gérer l'inventaire des VMWare vCenter/ESX/ESXi avec l'agent FusionInventory est disponible dans le dépôt remi.

Site : http://forge.fusioninventory.org/ Pour l'installation yum --enablerepo=remi install perl-FusionInventory-Agent-Task-ESXL'inventaire peut être géré manuellement, à l'aide de la commande fusioninventory-esx, ou depuis le plugin fusion pour GLPI. Les fichiers générés localement peuvent ensuite être envoyés vers le serveur OCS.... Lire perl-FusionInventory-Agent-Task-ESX-1.0

Page générée le 06 fév 2016 à 10:40