Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

Poezio, c'est magique. Vraiment.

Matthieu Saulnier

poezio-room-fedora.pngÀ la recherche d'un client XMPP en console afin de pouvoir l'utiliser dans un multiplexeur de terminal (Tmux), j'ai découvert grâce au bouche à oreille ce très méconnu logiciel, qui comme la plupart des artistes peu connus, est l'un des meilleurs que j'ai jamais eu l'occasion de tester. Son design très raffiné lui procure une certaine prestance sur le bureau, confectionné avec un thème de couleurs lui donnant une présence marquée, ce programme ne passera pas inaperçu devant les regards amateurs. Le faire évoluer dans un Tmux ajoute certes une petite touche esthétique, mais surtout permet de laisser tourner le client connecté en arrière-plan. Les cas de figure où la session Tmux est détachée sont indénombrables, cela va du simple changement d'environnement de bureau au crash du serveur graphique en passant par des connexions VTY via SSH.logo-poezio.png

Ce qui m'a en premier choqué chez ce programme, c'est la simplicité de mise en route, plus besoin d'avoir un diplôme d'ingénieur aéronautique pour configurer un logiciel, d'autant plus qu'il fonctionne à la perfection sous l'utilisateur SELinux « user_u » (ce qui n'est pas le cas de certains clients dont je tairais le nom).

Après avoir démarré Poezio, taper la commande pour indiquer le compte jabber sur lequel se connecter :

/set jid <mon_compte_jabber@jabber.fr>

Une ligne confirmant l'opération devrait apparaitre :

19:12:40 Info> jid=<mon_compte_jabber@jabber.fr>

Puis taper la commande indiquant le mot de passe du compte :

/set password <phrase_de_passe>

19:17:31 Info> password=<phrase_de_passe>

(Si la phrase-passe contient un backslash, il faut l'échapper en mettant devant un backslash, les autres caractères spéciaux ne posent pas de soucis)

Taper la commande indiquant quel pseudo utiliser dans les salons de discusion :

/set default_nick Casper

19:24:58 Info> default_nick=Casper

Et si le pseudo est déjà utilisé dans le salon, ajouter au pseudo un underscore ou le caractère qui vous plaira :

/set alternative_nickname _

19:28:00 Info> alternative_nickname=_

Enfin on indique sur quel serveur se connecter :

/set server jabber.fr

19:33:25 Info> server=jabber.fr


Et on relance Poezio ! Le serveur et son certificat ayant changé depuis la dernière connexion établie, un message d'alerte est affiché :

WARNING! Server certificate has changed, accept? (y/n) y

Une fois connecté, on retrouve la liste de contacts affichée, les salons présents en marque-page sont rejoints, bref, tout ce qui est dépendant du compte Jabber reste identique avec Poezio. Ce qui m'a choqué en second chez ce programme, c'est son ergonomie. La fenêtre principale découpée par la moitié avec le roster et la fenêtre de status elle-même ciselée avec la fenêtre d'informations du contact sélectionné (avec les flèches) respire la clarté. Une barre inférieur listant toutes les fenêtres ouvertes donne une petite note classique à l'ensemble, la navigation entre les buffers se fera d'ailleurs avec Ctrl+n et Ctrl+p comme le veut la tradition. Les fenêtres de salons de discussion quant à elles, possèdent une approche plutôt révolutionnaire du problème puisqu'en plus de lister les participants du salon dans une petite fenêtre à droite, affiche les dernières ligne de la fenêtre de status en bas, très utile pour être averti lorsqu'un de nos contacts se connecte ou autres événements réseau du protocole XMPP. Pour rejoindre un nouveau salon, taper :

/join fedora@chat.jabberfr.org

Une nouvelle fenêtre est alors créée et nous sommes automatiquement basculé dessus. Toutes les fonctionnalités standards comme la console XML sont présentes ( /xml_tab ), l'ajout de divers plugins est facilité avec la commande /load, et les utilisateurs Fedora sont une fois encore privilégiés avec un paquet Poezio mis à jour à l'extrême dans le dépôt.

Fedora selon Linux-Libre

Matthieu Saulnier

Il y a quelques jours j'ai pris la liberté de construire un livecd de fedora 19 un peu spécial afin de tester du matériel avant achat. En effet ce live ne contient aucun firmware sous license fermée, remplacés par des firmwares libres, et aussi un noyau modifié de telle sorte qu'il ne puisse charger aucun firmware propriètaire si jamais ils étaient installés sur le système. Ce live contient également un dépôt supplémentaire, le dépôt Linux-Libre d'où proviennent le noyau et les firmwares libres. Bien évidemment le paquet « freed-ora-freedom » originaire du même dépôt est installé, certifiant ainsi qu'aucun firmware non-libre n'est présent sur le live.

Si vous désirez vous construire ce livecd, le fichier source est par-ici. L'ISO disponible par bittorrent est par-là, le fichier checksum est signé avec ma clé GPG personnelle.

Si cet article vous interpelle à propos de logiciels non-libres présent dans Fedora, je vous invite à lire l'excellent article de Paulk, à tester votre matériel, et bien sûr à compléter la base de données H-Node.

Online et IPv6

Remi Collet

J'ai du changer l'adresse IPv6 utilisée sur mon serveur dédié. En effet Online qui proposait un fonctionnement simple (SLAAC je pense), a décider de changer de plan d'adressage (20a1:: vers 2001::), et d'obliger les clients a passer par la réservation d'un bloc IPv6 / 48 (même si la plupart n'en ai clairement pas besoin). Évidement sans aucun délai, et sans même un mail pour prévenir.

Déjà je trouve cela scandaleux et d'un manque de professionnalisme inacceptable.

Le canal IRC du support est un long défilé de clients ayant "perdu" leur IPv6...

De plus aucune documentation potable sur la configuration (je ne vais pas utilise diddler alors que dhclient est fournit en standard).

Je n'ai pour l'instant pas trouvé de moyen propre pour, à la fois lancer dhclient lors du démarrage du réseau, affecter l'IPv6 (IA_NA) et réserver le prefixe (IA_PD). Utiliser les options -N et -P est déconseillée. Donc je suis obligé de le démarrer manuellement. Si vous avez une solution propre...

RHEL 6.5

Remi Collet

Mise à jour terminée de mon dédié.

$ cat /etc/redhat-release 
Red Hat Enterprise Linux Server release 6.5 (Santiago)

Mise à jour de mon Nexus 10 rooté d'Android 4.3 vers Android 4.4 (a.k.a KitKat)

Guillaume Kulakowski

Les mises à jour OTA sur Android sont simplissimes. Cependant, comme elles procèdent par application de patchs elles deviennes laborieuses lors qu'on a un peu modifié le système: custom recovery est mis en place d'un root dans mon cas. C'est ce que j'ai constaté en mettant à jour ma Nexus 10 d'Android 4.3 vers la 4.4 (alias KitKat): la mise à jour a planté lamentablement sur le patch du bootloader entrainant un bootloop (lanimation du boot en boucle) et mobligeant à remettre un backup (doù lintérêt de faire des sauvegardes).

J'ai donc entrepris de procéder autrement, via Nexus Root Toolkit :

  • Télécharger NRT.
  • Installer les drivers (c'est pas mal le didacticiel, il suffit de comprendre l'anglais).
  • Première étape Sauvegarde !

Une fois NRT fonctionnel et les backups réalisées, il faut remettre la tablette dans un état plus "propre" sans bien sur passer par une remise à 0 qui formaterait tout :

  • Pour virer le root, je l'ai fait à partir de SuperSu sans problèmes, comme la tablette était démarrée, j'ai activé le débug USB.
  • Ensuite on remet le recovery d'origine : "Avanced Utilities / Launch / Restaure Stock Recovery / Stock".

Nexus Root ToolKit - Première étape

Nexus Root ToolKit - Deuxième étape

Maintenant que la tablette est "propre" on peut lancer la mise à jour :

Et pour finir on remet le root !

  • Root / cocher "Also flash Custom Recovery" puis on clique sur "Root":

Nexus Root ToolKit - Troisième étape

Et hop me voila avec une Nexus 10 à jour en Android 4.4 et rootée.

Nexus 10 sous Android 4.4 - Home  Nexus 10 sous Android 4.4

Remarque : soit vous avez un portable sous Windows au travail (mon cas), soit vous passez par une VM (mon cas aussi), mais il faudra être sous Windows pour faire tout ça !

Remarque : si ça ne marche pas et que vous avez un problème, je ne suis plus là :-).

Mise à jour de mon Nexus 10 rooté d'Android 4.3 vers Android 4.4 (a.k.a KitKat)

Guillaume Kulakowski

Les mises à jour OTA sur Android sont simplissimes. Cependant, comme elles procèdent par application de patchs elles deviennes laborieuses lors qu'on a un peu modifié le système: custom recovery est mis en place d'un root dans mon cas. C'est ce que j'ai constaté en mettant à jour ma Nexus 10 d'Android 4.3 vers la 4.4 (alias KitKat): la mise à jour a planté lamentablement sur le patch du bootloader entrainant un bootloop (lanimation du boot en boucle) et mobligeant à remettre un backup (doù lintérêt de faire des sauvegardes).

J'ai donc entrepris de procéder autrement, via Nexus Root Toolkit :

  • Télécharger NRT.
  • Installer les drivers (c'est pas mal le didacticiel, il suffit de comprendre l'anglais).
  • Première étape Sauvegarde !

Une fois NRT fonctionnel et les backups réalisées, il faut remettre la tablette dans un état plus "propre" sans bien sur passer par une remise à 0 qui formaterait tout :

  • Pour virer le root, je l'ai fait à partir de SuperSu sans problèmes, comme la tablette était démarrée, j'ai activé le débug USB.
  • Ensuite on remet le recovery d'origine : "Avanced Utilities / Launch / Restaure Stock Recovery / Stock".

Nexus Root ToolKit - Première étape

Nexus Root ToolKit - Deuxième étape

Maintenant que la tablette est "propre" on peut lancer la mise à jour :

Et pour finir on remet le root !

  • Root / cocher "Also flash Custom Recovery" puis on clique sur "Root":

Nexus Root ToolKit - Troisième étape

Et hop me voila avec une Nexus 10 à jour en Android 4.4 et rootée.

Nexus 10 sous Android 4.4 - Home  Nexus 10 sous Android 4.4

Remarque : soit vous avez un portable sous Windows au travail (mon cas), soit vous passez par une VM (mon cas aussi), mais il faudra être sous Windows pour faire tout ça !

Remarque : si ça ne marche pas et que vous avez un problème, je ne suis plus là :-).

PHP 5.4.22 et 5.5.6

Remi Collet

Les RPM de PHP version 5.5.6 sont disponibles dans le dépôt remi pour Fedora et dans le dépôt remi-php55 pour Enterprise Linux.

Les RPM de PHP version 5.4.22 sont disponibles dans le dépôt remi pour Enterprise Linux (RHEL, CentOS...).

Attention Attention : PHP 5.5 est désormais dans le nouveau dépôt remi-php55 au lieu de remi-test pour Enterprise Linux et a remplacé PHP 5.4 dans le dépôt remi pour Fedora ≤ 18.

Annonces des versions :

Installation de PHP 5.5

yum --enablerepo=remi-php55,remi update php\*

Installation de PHP 5.4

yum --enablerepo=remi update php\*

Et bientôt dans les mises à jour officielles:

À noter :

  • php-oci8 utilise désormais les clients Oracle version 12.1
  • pour php 5.5, l'extension Zip est désormais fournit dans le paquet php-pecl-zip.
  • beaucoup de nouvelles extensions sont aussi disponible, voir PECL extension RPM status page

Informations, lire :

Fedora 20 (Heisenbug)

Remi Collet

Je viens de mettre à jour mon portable de Fedora 18 (Spherical Cow) vers Fedora 20 beta (Heseinbug).

Téléchargement, voir : http://fedoraproject.org/get-prerelease

Annonce de version : Announcing the release of Fedora 20 Beta

Cette mise à jour a été l'occasion de tester fedup, l'outil de mise à jour de Fedora (pour mon fixe, je fais uniquement des installations, car je conserve les différentes versions en parallèles)

Mise à jour : RAS, enfin si, c'est long, mais bon, >3200 paquets installés, j'aurais du commencer par faire un peu de ménage.

En résumé, sous F18 :

# yum install fedup
# fedup --network 20

Et après la récupération des paquets la mise à niveau se déroule lors du premier redémarrage, et une fois sous F20 :

# yum check all
# yum distribution-synchronization
# package-cleanup --cleandupes
# package-cleanup --problems
# package-cleanup --orphan

Les opérations de contrôle ne m'ont détecté aucun problème.

Pidora

Fedora Tunisia

Pidora is a Linux software distribution for the Raspberry Pi computer. It contains software packages from the Fedora project compiled for the ARMv6 architecture used on the Raspberry Pi, packages which have been specifically written for or modified for the Raspberry Pi, and software provided by the Raspberry Pi Foundation for device access.

read more

Pidora

Fedora Tunisia

Pidora is a Linux software distribution for the Raspberry Pi computer. It contains software packages from the Fedora project compiled for the ARMv6 architecture used on the Raspberry Pi, packages which have been specifically written for or modified for the Raspberry Pi, and software provided by the Raspberry Pi Foundation for device access.

read more

Dotclear 2.6

Remi Collet

Ça y est ! La dernière version de Dotclear est installée.

Migration en douceur, aucun problème. Comme d'habitude, j'ai simplement appliqué le patch. Non, je n'utilise pas la fonction intégrée de MAJ qui nécessite des réglages à l'encontre des règles de sécurité.

Mon thème fonctionne parfaitement.

Au revoir free.fr

Thomas Bouffon
MacBook:~ thomas$ time nslookup mail.yahoo.com 
Server: 212.27.40.241
Address: 212.27.40.241#53

Non-authoritative answer:
mail.yahoo.com canonical name = login.yahoo.com.
login.yahoo.com canonical name = login-global.lgg1.b.yahoo.com.
login-global.lgg1.b.yahoo.com canonical name = eulogin.lga1.b.yahoo.com.
eulogin.lga1.b.yahoo.com canonical name = eu-eulogin.lga1.b.yahoo.com.
Name: eu-eulogin.lga1.b.yahoo.com
Address: 188.125.82.242
Name: eu-eulogin.lga1.b.yahoo.com
Address: 217.146.187.123


real 0m2.350s
user 0m0.005s
sys 0m0.005s

Plus de 2 socondes ? Ce n'est plus un DNS, c'est un annuaire papier !?
Pour comparaison :

MacBook:~ thomas$ time nslookup mail.yahoo.com  8.8.8.8
Server: 8.8.8.8
Address: 8.8.8.8#53

Non-authoritative answer:
mail.yahoo.com canonical name = login.yahoo.com.
login.yahoo.com canonical name = login-global.lgg1.b.yahoo.com.
login-global.lgg1.b.yahoo.com canonical name = login.lga1.b.yahoo.com.
Name: login.lga1.b.yahoo.com
Address: 98.139.237.162


real 0m0.048s
user 0m0.005s
sys 0m0.005s

décembre 2013

Premier Samedi Date : samedi 7 décembre 2013 Horaires : de 14h00 à 18h00 Lieu : Carrefour Numérique, Cité des Sciences et de lIndustrie, Paris Pour une nouvelle installation ou pour des ajustements de votre distribution GNU/Linux Fedora, Mageia ou Ubuntu, venez nous retrouver le samedi 7 décembre 2013 au Carrefour Numérique de la Cité des Sciences […]

Plusieurs versions de PHP sur un serveur Apache 2.4

Remi Collet

Pour illustrer ma conférence Introduction aux Software Collections, j'ai fait la démonstration sur l'utilisation d'un frontal Apache fonctionnant simultanément avec 3 versions de PHP (5.3, 5.4 et 5.5).

Gros plan sur cette mise en oeuvre très simple sur RHEL 6 ou CentOS 6.

J'ai évidement utiliser les paquets disponibles en SCL sur le site du projet SoftwareCollections, en particulier les collections httpd24, php54 et php55.

Installation du dépôt RHSCL 1.0 sur RHEL-6 (pour php54)

rhn-channel --add --channel=rhel-x86_64-server-6-rhscl-1

Installation du dépôt php54 sur CentOS-6

wget http://people.redhat.com/rcollet/php54/rhel-php54.repo -O /etc/yum.repos.d/php54.repo

Installation du dépôt httpd24 :

wget http://repos.fedorapeople.org/repos/jkaluza/httpd24/epel-httpd24.repo -O /etc/yum.repos.d/httpd24.repo

Installation du dépôt php55 :

wget http://people.redhat.com/rcollet/php55/rhel-php55.repo -O /etc/yum.repos.d/php55.repo

Installation des paquets Apache 2.4.6, PHP 5.3.3, 5.4.16 et 5.5.5 :

yum install httpd24 php54 php54-php-fpm php55 php55-fpm php-fpm

Comme les 3 versions de php-fpm sont configurées pour écouter sur le port 9000, modifions cela :

sed -e 's/9000/9002/' -i /opt/rh/php54/root/etc/php-fpm.d/www.conf
semanage port -a -t http_port_t -p tcp 9002

sed -e 's/9000/9003/' -i /opt/rh/php55/root/etc/php-fpm.d/www.conf
semanage port -a -t http_port_t -p tcp 9003

Configuration d'apache pour qu'il demande l'exécution des scripts PHP à FPM en fonction de la version, en créant le fichier /opt/rh/root/etc/httpd/conf.d/fpm.conf

#   PHP script executed by FPM backend
ProxyPassMatch ^/php53/(.*\.php)$ fcgi://127.0.0.1:9000/srv/website
# Other static stuff
Alias /php53 /srv/website

ProxyPassMatch ^/php54/(.*\.php)$ fcgi://127.0.0.1:9002/srv/website
Alias /php54 /srv/website

ProxyPassMatch ^/php55/(.*\.php)$ fcgi://127.0.0.1:9003/srv/website
Alias /php55 /srv/website

J'ai choisi de rediger les 3 URL vers le même dossier, car mon objectif est de tester la même application avec les différentes versions de PHP.

J'aurais aussi pu configurer 3 hôtes virtuels.

Installons notre application préférée:

mkdir /srv/website
echo '<?php phpinfo()' >/srv/website/info.php

Démarrage des services

service httpd24-httpd start
service php-fpm start
service php54-php-fpm start
service php55-php-fpm start

Il ne reste plus qu'à profiter : http://localhost/php53/info.php ou http://localhost/php54/info.php ou http://localhost/php55/info.php

A noter, il s'agit d'une configuration simpliste, destinée a un développeur désirant faire des tests. Elle nécessiterait d'être améliorée pour une utilisation en production, mais le principe reste le même.

Nouvelle machine pour 2014, 2015...

Remi Collet

Ma nouvelle machine est quasi opérationnelle :

Problème ennuyant, mon SSD ne fonctionne pas correctement (visible aléatoirement par le BIOS), je vais devoir en changer.

Première mise à l'épreuve, la compilation de Firefox 25 passe de 45' à 25'. Cool.

Je prévois donc rapidement de l'étendre avec

  • Un nouveau SSD
  • 16G de mémoire

Merci à tous ceux qui veulent participer, voir la page Merci/Thanks.

Mon ancienne machine sera utilisée par mes enfants.

La copie cachée, c'est mal ! Mais pas forcément pour ce qu'on croit

Thomas Bouffon
J'ai souvent entendu que la copie cachée n'était pas une bonne pratique, mais souvent pour des raisons qui ne m'ont pas convaincu.

Pour rappel, la copie cachée (en anglais BCC ou blind carbon copy) permet de mettre en copie des destinataires supplémentaires qui seront invisibles des destinataires originaux.
 
Ce que j'ai entendu le plus souvent me paraissaint loin de la logique : si le destinataire original d'un message avec destinataires supplémentaires en BCC répondait, il répondrait, sans le savoir, à tous les destinataires, incluant les destinataires cachés. Ce qui semble surprenant, car pour que les destinataires soient cachés, il ne peuvent pas apparaître dans les entêtes du mail reçu, et ainsi le client mail du destinataire n'a aucun moyen de mettre en copie les destinataires cachés.
 
J'ai donc entrepris quelques recherches sur le web pour démonter cet argument... Pour me rendre compte qu'il était valable !
Effectivement, certains serveurs ou clients de mails peuvent être mal fichus et ne pas enlever le champ BCC, exposant la liste des destinataires (voir la RFC-2821 ou ce papier sur stanford.edu). Le problème, c'est que ceci est valable pour l'utilisation "liste de diffusion" du BCC (uniquement des destinataires cachés, ce qui fait apparaître "undisclosed recipients") largement répandue. Heureusement, cela concerne des systèmes anciens.
 
Cependant, le risque principal est surtout pour une personne en BCC : si jamais elle clique malencontreusement sur "répondre à tous", le destinataire original découvrira qu'il y avait des personnes en BCC.
Ces 2 points indiquent que c'est surtout les destinataires en copie cachée qui peuvent pâtir de son utilisation.

Enfin, l'émetteur d'un email avec des destinataires en BCC apparaîtra aux yeux des destinataires cachés comme "le genre de personne qui écrit des mails avec copie cachée"
 
En revanche, sur le fond, utiliser la copie cachée ne diffère en rien du transfert d'un mail envoyé sans en avertir le destinataire orginal, pratique largement répandue.

En résumé,

  • il ne faut pas utiliser la copie cachée car c'est dangereux pour les personnes en copie cachée
  • il ne faut ni utiliser la copie cachée, ni transférer de mails sans en avertir les correspondants originaux parce que c'est mal. Mais ça n'a pas de rapport technique avec la copie cachée.
 

Thunderbird 24

Remi Collet

Le RPM de la nouvelle version du client de messagerie de la Fondation Mozilla est disponible dans le dépôt remi pour fedora 16, 17 et enterprise linux 6 (rétro-portage de la version F-20).

Commencez par lire :

Comme toujours :

yum --enablerepo=remi update thunderbird\*

L'extension enigmail (version 1.6) est aussi disponible.

Les RPM de la version 24.1.0 sont disponibles ici pour fedora 14 (x86_64), 16, 17, et pour enterprise linux 6 (et dans les dépôt officiels pour fedora ≥ 18)

Pour Enterprise Linux 6, la construction utilise python27 (Red Hat Software Collections 1) et devtoolset-2 pour gcc 4.8.1 (Red Hat Developer Toolset 2) (uniquement pour la construction, inutile par la suite). Cela corrige le problème qui bloquait la disponibilité de Thunderbird 24.

thunderbird-enigmail-1.6

Remi Collet

Le RPM de l'extension Enigmail version 1.6 pour Thunderbird ≥ 24 est disponible dans le dépôt remi pour fedora 16 et 17, pour Enterprise Linux 6 et dans les dépôts officiels pour fedora ≥ 18.

Installation

yum --enablerepo=remi  install  thunderbird-enigmail

Ou, dans les dépôts officiels : thunderbird-enigmail

Cette extension est, pour moi, un partenaire indispensable de Thunderbird, car elle intègre un système complet de gestion des clés OpenPGP ainsi que les outils pour signer, vérifier, crypter, décrypter les messages.

Quand vous envoyez aujourd'hui un courrier postal, vous utilisez une enveloppe, un recommandé, ou une carte postale en fonction de la nature du contenu. Considérez que OpenPGP est une forme d'enveloppe.

Avec la très forte pression actuelle sur notre vie privée, il me semble urgent de généraliser l'utilisation de ces outils.

Pour Enterprise Linux 6, la construction utilise python27 (Red Hat Software Collections 1) et devtoolset-2 pour gcc 4.8.1 (Red Hat Developer Toolset 2) (uniquement pour la construction, inutile par la suite).

Les RPM sont disponibles dans le dépôt remi pour Fedora 14 (x86_64), 16 et 17 et pour Enterprise Linux 6 ainsi que dans les dépôts officiels : thunderbird-enigmail


L'empreinte de ma clé OpenGPG personnelle est

 5A0E 6F54 D94D 5732 69EE  E3FF 614A 6905 29F1 6A18

En Iran, Red Hat et Pizza Hut fusionnent :)

Thomas Bouffon

Vu dans un article sur buzzfeed sur les copies de franchises en iran :

Trop fort !

Firefox 25

Remi Collet

Les RPM de la nouvelle version du navigateur de la Mozilla Foundation sont disponibles dans le dépôt remi pour Fedora 16, 17 et Enterprise Linux 6 (RHEL, CentOS, ...).

A lire : Mozilla Firefox Release Notes (notes de version, en anglais)

Installation :
yum --enablerepo=remi update firefox
Ce paquet utilise xulrunner-last, qui s'installe à côté de celui par défaut.

Remarque : ce RPM est très proche de celui de Firefox 25 qui sera présent dans Fedora 20.

Pour Enterprise Linux 6, la construction utilise python27 (Red Hat Software Collections 1) et devtoolset-2 pour gcc 4.8.1 (Red Hat Developer Toolset 2) (uniquement pour la construction, inutile par la suite).

Les RPM sont disponibles pour Fedora 14, 15 (x86_64), 16 et 17 et pour Enterprise Linux 6.

Page générée le 23 oct 2014 à 00:10