Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

12 trucs et astuces pour yum

Thomas Canniot

Ce billet est la traduction de celui de KageSenshi, que je remercie de m'avoir autorisé à le traduire.

YUM est le gestionnaire de paquets par défaut dans Fedora et ses petites sœurs. Il est écrit en Python et possède des tonnes de fonctionnalités que le quidam ne connait pas forcément. Ces fonctionnalités sont très pratiques pour la maintenance du système. C'est également l'occasion d'améliorer vos connaissances sur votre gestionnaire de paquet préféré et également de devenir plus productif :). Bien que la résolution des dépendances et les requêtes envoyées par yum sont plus lentes que pour apt, la flexibilité et la puissance de yum en font néanmoins un outil incontournable (ndt : cette dernière assertive n'engage que son auteur, et que je n'ai rien à faire là dedans. SI vous souhaitez troller sur le sujet, passez votre chemin, ou rendez-vous sur le blog de l'auteur).

Astuce n°1 : Fastest Mirror

Il s'agit du tout premier plugin que j'installe pour yum sur toute Fedora fraîchement installée. Mais que fait-il ? Pour les anglophones, son nom parle de lui-même. Le plugin va mesurer le temps de réponse des serveurs présents dans une liste de miroir depuis mirrors.fedoraproject.org et choisir celui qui est le plus rapide pour vous. Tout est fait automatiquement, et comme qu'il s'agit d'un plugin influençant le fonctionnement par défaut de yum, il fonctionne quelque soit l'interface graphique pour yum que vous pouvez utiliser.

Pour l'installer, exécutez la commande ci-dessous :

yum install yum-fastestmirror

À la différence d'APT qui attend de vous que vous choisissiez le miroir le plus rapide comme un grand, yum agit plus élégamment.

Le plugin, après qu'il a vérifié le serveur le plus rapide, va stocker un fichier de méta-données : /var/cache/yum/timedhosts.txt. Ces méta-données expireront automatiquement après un certain moment. Cependant, si vous trouvez que yum n'est pas aussi rapide qu'il le devrait lors du téléchargement, vous pouvez le forcer à re-vérifier les miroirs les plus rapides en supprimant ce même fichier.

Astuce n°2 : Ne téléchargez que les mises à jour de sécurité

Cette astuce est très pratique pour de nombreux utilisateurs qui n'arrivent pas à suivre les mises à jour de Fedora. Fedora est connue pour ces mises à jour très fréquentes. En effet, les logiciels prennent rapidement un coup de vieux dans Fedora. Certaines personnes, donc, sont un peu rétissantes à mettre leur système à jour avec les dernières versions des paquets, souvent parce que ces mises à jour peuvent casser des choses dans Fedora. La raison est simple : les mises à jour ne sont pas seulement un simple portage des nouveautés dans une version antérieure d'un paquet, mais une mise à jour vers la nouvelle version du dit paquet. Un moyen de contourner ce comportement est de ne faire que les mises à jour de sécurité du système. Un plugin existe pour vous faciliter la tâche, vous pouvez l'installer avec la commande suivante :

yum install yum-security

Pour utiliser ce plugin pour mettre à jour votre système simplement avec les mises à jour de sécurité, utilisez la commande :

yum --security update

J'ai expliqué son fonctionnement dans un autre billet ici

Astuce n°3 : Presto

Si vous avez une connexion internet avec une bande passante limitée, yum-presto est fait pour vous. Le plugin télécharge des rpm delta (deltarpm), qui contiennent uniquement les modifications entre la version installée sur votre système et la nouvelle disponible sur internet. Vous allez voir la taille de vos téléchargements se réduire comme peau de chagrin et vous ferez vos mises à jour plus rapidement.

Actuellement, un gros travail est fait pour intégrer Presto dans le dépôt de base de Fedora. Cependant, les développeurs rencontrent des problèmes pour intégrer Presto à Koji and Bodhi, le système de construction et de mise à disposition des mises à jour de Fedora. Vous devrez donc le configurer après l'installation en suivant les informations disponibles là : http://fedorahosted.org/presto/

Pour installer le plugin, utilisez la commande :

yum install yum-presto

Astuce n°4 : Ne pas mélangez les dépôts !

Mélanger les dépôt... c'est le mal ! Le choix des dépôts pour Fedora est assez conséquent pour peu que vous passiez un peu de temps sur Google. Mais tous ces dépôts ne sont pas forcément compatibles avec le dépôt de base de Fedora ou même entre eux. Je recommanderai donc aux utilisateurs de n'installer QUE le dépôt Livna et d'autres petits dépôts ne contenant qu'un faible nombre de paquets, comme celui d'Adobe pour Flash ou celui de Google. Livna est tout bonnement le meilleur, car il suit à la lettre les recommandations de construction de paquets du Projet Fedora. Vous pouvez donc vous attendre à ce que leurs paquets soient d'aussi bonne qualité que ceux du Projet lui-même.

La bonne nouvelle est que Livna, Freshrpms et Dribble sont en train de fusionner pour former RPMFusion. Tant que RPMFusion n'est pas disponible, contentez-vous simplement de Livna.

Astuce n°5 : Ignorez les dépendances cassées

Une fois que vous avez commencé à installer des dépôts tiers, vous risquez d'avoir des problèmes de dépendances sur les paquets. Cela arrive généralement lorsque les paquets des dépôts tiers ne sont pas synchrones avec les paquets du dépôt de base. Un plugin yum existe pour vous aider à ignorer automatiquement ces problèmes de dépendances, ainsi que les paquets sont affectés par ces problèmes. Il s'appelle yum-skipbroken. Dans Fedora 9, skip-broken a été inclus dans yum.

Pour l'utiliser, exécutez l'option --skip-broken dans la ligne de commande.

yum --skip-broken update

Si l'option n'est pas disponible, installez le paquets à l'aide de la commande suivante :

yum install yum-skipbroken

Astuce n°6 : Verrouillez les paquets de Xorg et du kernel

Ce plugin est très pratique pour les utilisateurs qui ont fait le choix d'installer des pilotes propriétaires, des modules kernel ou qui souhaitent simplement que certains paquets ne soient pas mis à jour pour éviter de gêner l'utilisation du pilote. Je trouve cela très pratique quand j'installe Fedora sur l'ordinateur d'un ami et qu'il/elle a besoin d'installer des pilotes propriétaires. Je bloque donc leurs paquets xorg et kernel pour qu'ils ne soient pas mis à jour (oui, cela peut paraitre un peu barbare comme technique, mais cela à vraiment le mérite d'éviter de tout casser lorsqu'une mise à jour se présente).

Pour l'installer, entrez la commande :

yum install yum-versionlock

La documentation complète pour l'utiliser est disponible dans /usr/share/doc/yum-versionlock-%{version}/README

Astuce n° 7 : Conservez le cache pour une future utilisation

Par défaut, yum ne conserve pas ses téléchargements dans le cache. Vous pouvez modifier ce comportement en éditant le fichier /etc/yum.conf et en changeant la valeur keepcache sur 1 au lieu de 0.

Le dossier de cache de yum, /var/cache/yum, peut être utile si vous bidouillez tellement votre Fedora au point d'avoir besoin de la réinstaller fréquemment. Cela permet de gagner du temps sur les téléchargements de tous ces paquets. Copiez simplement ces paquets dans un autres dossier, et vous pourrez les réutiliser ailleurs. Vous pouvez également un dépôt local en utilisant createrepo.

Astuce n° 8 : De l'organisation ! Créez des dépôts locaux !

Il n'y a rien de compliquer à créer un dépôt local pour yum. Plusieurs méthodes sont possibles - Rsync, ou reposync (fournis par le paquet yum-utils). En situation normal, je vous recommanderai d'utiliser rsync, mais pour les petits malheureux qui comme moi sont dans une université qui bloque rsync, j'utilise reposync. Reposync utilise le protocole http mais il est un peu plus compliqué à utiliser pour mettre en place un dépôt utilisable.

Une documentation sur la manière de contribuer en créant un miroir est disponible là : http://fedoraproject.org/wiki/Infrastructure/Mirroring.

Une fois que votre miroir est synchronisé, créez-vous un compte Fedora et enregistrez-vous avec le gestionnaire de miroirs Fedora (MirrorManager). Tout l'intérêt réside ici : depuis MirrorManager, vous pouvez demander, par exemple, à ce que toute requête vers mirrorlist depuis votre IP publique, renverra vers le miroir de votre LAN. Vos utilisateurs ne se rendront même pas compte qu'ils utilisent un miroir local ! C'est bien une chose qu'APT ne vous offrira pas ! Vous pouvez également configurer votre miroir pour ne le rendre accessible qu'à certaines plages d'IP/ ou de pays.

Astuce n°9 : Détectez les problèmes avant qu'ils ne surviennent

Parfois, il peut arriver que votre installation s'interrompe ou que votre base de données de paquets vous fasse le pire misères du monde, en dupliquant les paquets ou en cassant les dépendances. Un outil très pratique pour trouver les problèmes.existe : package-cleanup. Cet outil est présent dans la paquet yum-utils, donc pour l'obtenir :

yum install yum-utils

Voici quelques commandes que j'utilise régulièrement :

package-cleanup --dupes # list out duplicates
package-cleanup --cleandupes # clean up duplicates
package-cleanup --problems # list out packages with broken dependencies

Besoin de plus d'option ? ... invoquez le paramètre --help

Astuce n°10 : Téléchargez des paquets pour les utiliser plus tard, avec leurs dépendances

Pafois, vous pouvez avoir besoin de télécharger des paquets et leurs dépendances mais sans rien installer et vous voulez pouvoir les copier facilement sur un autre ordinateur avec exactement la même liste de paquets que sur votre ordinateur. yumdownloader (fourni par le paquet yum-utils) est idéal pour ça. Vous pouvez l'utiliser, par exemple, pour construire des packs réutilisables pour une série d'ordinateurs identiques et les distribuer. Vous pouvez également l'utiliser pour récupérer les sources d'un paquet, au cas où vous voudriez modifier le contenu du paquet.

Mon utilisation de yumdownloader :

# télécharger les sources d'un paquet
yumdownloader --source packagename

# télécharger un paquet avec les
# dépendances nécessaires sur mon pc
yumdownloader --resolve packagename

# télécharger un paquet avec les
# dépendances nécessaires sur une
# fedora montée/chrootée
yumdownloader --resolve packagename --root /path/to/chroot

Il y a une autre astuce pour utiliser yumdownloader avec chroot, en copiant le dossier /var/lib/rpm, vous pouvez utiliser le profile rpm pour télécharger des paquets pour l'ordinateur d'un ami et les mettre sur un CD. Cette manière de faire est utilisée dans opuym (un outil similaire à APTonCD) pour construire ce que l'on appelle des YumPacks. Opyum est sympa, mais parfois je trouve plus confortable de créer des packs à la main. Dire un à quelqu'un de me donner le contenu du dossier /var/lib/rpm est bien plus simple et rapide que de lui demander d'installer opyum et de le guider dans la création d'un profile. Mais ce ne sont que mes goûts personnels, opyum est un bon outil pour les utilisateurs qui connaissent peu la ligne de commande.

Astuce n°11 : Videz le cache si yum se comporte bizarrement

Pour une raison ou pour une autre, il se peut que les fichiers du cache de votre ordinateur soit cassés (J'ai ce problème à l'université, avec mon dépôt Fedora bidouillé - donc, les méta-données ont tendance à devenir un peu folles de temps en temps -ndt: ça lui arrive bien qu'à lui !). Essayez de vider le cache dans un premier temps et ré-essayez. Il y a de fortes chances que le problème vienne de là. Pour nettoyer le cache de votre yum, utilisez la commande :

yum clean all

Astuce n°12 : Quand yum plante lamentablement, n'ayez pas peur, APT et Smart sont là pour vous sauver

Fedora aussi a APT !. Les débianneux qui n'arrivent pas à se passer de APT peuvent installer pat-rpm. Ils retrouveront leur gestionnaire de paquets favori. Un autre gestionnaire de paquet pour Fedora est Smart.

Une des belles choses de Fedora est que apt-rpm et Smart utilisent les méta-données génériques de yum. Cela signifie que les dépôts de yum fonctionneront avec apt-rpm et Smart sans vous demander le moindre effort. Joli n'est-ce pas ?

Fin de la liste

Voilà, c'était toutes les astuces dont je me souviens à l'écriture de ce billet. J'aurai peut-être d'autres astuces mais je ne m'en rappelle pas à cet instant. Le prochaine fois que je m'en rappellerai, ce sera lorsque que j'aurai un problème et que je devrai le résoudre.

Amusez-vous bien avec yum, c'est un gestionnaire de paquets très sympa quand vous en avez l'habitude. Une dernière astuce, pas utilie pour les utilisateurs, mais plus pour les développeurs en python, les plugins yum sont faciles à écrire, et n'importe quel bibliothèque python peut être utilisées. Si vous avez besoin d'une fonctionnalité bien spécifique, vous trouverez plus d'informations sur comment créer un plugin ici : http://wiki.linux.duke.edu/WritingYumPlugins. J'écris moi-même des plugins pour que les gens à mon université puissent récupérer des paquets depuis mon dépôt. La structure du réseau de mon université et ses plantent souvent, donc je dois écrire quelque chose pour créer un tunnel automatiquement vers mon dépôt et laisser les utilisateurs utiliser yum à travers un tunnel - sans qu'ils ne s'en rendont compte. Ils n'ont même pas besoin de savoir ce qu'est un tunnel, ça fonctionne :)

12 trucs et astuces pour yum

Thomas Canniot

Ce billet est la traduction de celui de KageSenshi, que je remercie de m'avoir autorisé à le traduire.

YUM est le gestionnaire de paquets par défaut dans Fedora et ses petites sœurs. Il est écrit en Python et possède des tonnes de fonctionnalités que le quidam ne connait pas forcément. Ces fonctionnalités sont très pratiques pour la maintenance du système. C'est également l'occasion d'améliorer vos connaissances sur votre gestionnaire de paquet préféré et également de devenir plus productif :). Bien que la résolution des dépendances et les requêtes envoyées par yum sont plus lentes que pour apt, la flexibilité et la puissance de yum en font néanmoins un outil incontournable (ndt : cette dernière assertive n'engage que son auteur, et que je n'ai rien à faire là dedans. SI vous souhaitez troller sur le sujet, passez votre chemin, ou rendez-vous sur le blog de l'auteur).

Astuce n°1 : Fastest Mirror

Il s'agit du tout premier plugin que j'installe pour yum sur toute Fedora fraîchement installée. Mais que fait-il ? Pour les anglophones, son nom parle de lui-même. Le plugin va mesurer le temps de réponse des serveurs présents dans une liste de miroir depuis mirrors.fedoraproject.org et choisir celui qui est le plus rapide pour vous. Tout est fait automatiquement, et comme qu'il s'agit d'un plugin influençant le fonctionnement par défaut de yum, il fonctionne quelque soit l'interface graphique pour yum que vous pouvez utiliser.

Pour l'installer, exécutez la commande ci-dessous :

yum install yum-fastestmirror

À la différence d'APT qui attend de vous que vous choisissiez le miroir le plus rapide comme un grand, yum agit plus élégamment.

Le plugin, après qu'il a vérifié le serveur le plus rapide, va stocker un fichier de méta-données : /var/cache/yum/timedhosts.txt. Ces méta-données expireront automatiquement après un certain moment. Cependant, si vous trouvez que yum n'est pas aussi rapide qu'il le devrait lors du téléchargement, vous pouvez le forcer à re-vérifier les miroirs les plus rapides en supprimant ce même fichier.

Astuce n°2 : Ne téléchargez que les mises à jour de sécurité

Cette astuce est très pratique pour de nombreux utilisateurs qui n'arrivent pas à suivre les mises à jour de Fedora. Fedora est connue pour ces mises à jour très fréquentes. En effet, les logiciels prennent rapidement un coup de vieux dans Fedora. Certaines personnes, donc, sont un peu rétissantes à mettre leur système à jour avec les dernières versions des paquets, souvent parce que ces mises à jour peuvent casser des choses dans Fedora. La raison est simple : les mises à jour ne sont pas seulement un simple portage des nouveautés dans une version antérieure d'un paquet, mais une mise à jour vers la nouvelle version du dit paquet. Un moyen de contourner ce comportement est de ne faire que les mises à jour de sécurité du système. Un plugin existe pour vous faciliter la tâche, vous pouvez l'installer avec la commande suivante :

yum install yum-security

Pour utiliser ce plugin pour mettre à jour votre système simplement avec les mises à jour de sécurité, utilisez la commande :

yum --security update

J'ai expliqué son fonctionnement dans un autre billet ici

Astuce n°3 : Presto

Si vous avez une connexion internet avec une bande passante limitée, yum-presto est fait pour vous. Le plugin télécharge des rpm delta (deltarpm), qui contiennent uniquement les modifications entre la version installée sur votre système et la nouvelle disponible sur internet. Vous allez voir la taille de vos téléchargements se réduire comme peau de chagrin et vous ferez vos mises à jour plus rapidement.

Actuellement, un gros travail est fait pour intégrer Presto dans le dépôt de base de Fedora. Cependant, les développeurs rencontrent des problèmes pour intégrer Presto à Koji and Bodhi, le système de construction et de mise à disposition des mises à jour de Fedora. Vous devrez donc le configurer après l'installation en suivant les informations disponibles là : http://fedorahosted.org/presto/

Pour installer le plugin, utilisez la commande :

yum install yum-presto

Astuce n°4 : Ne pas mélangez les dépôts !

Mélanger les dépôt... c'est le mal ! Le choix des dépôts pour Fedora est assez conséquent pour peu que vous passiez un peu de temps sur Google. Mais tous ces dépôts ne sont pas forcément compatibles avec le dépôt de base de Fedora ou même entre eux. Je recommanderai donc aux utilisateurs de n'installer QUE le dépôt Livna et d'autres petits dépôts ne contenant qu'un faible nombre de paquets, comme celui d'Adobe pour Flash ou celui de Google. Livna est tout bonnement le meilleur, car il suit à la lettre les recommandations de construction de paquets du Projet Fedora. Vous pouvez donc vous attendre à ce que leurs paquets soient d'aussi bonne qualité que ceux du Projet lui-même.

La bonne nouvelle est que Livna, Freshrpms et Dribble sont en train de fusionner pour former RPMFusion. Tant que RPMFusion n'est pas disponible, contentez-vous simplement de Livna.

Astuce n°5 : Ignorez les dépendances cassées

Une fois que vous avez commencé à installer des dépôts tiers, vous risquez d'avoir des problèmes de dépendances sur les paquets. Cela arrive généralement lorsque les paquets des dépôts tiers ne sont pas synchrones avec les paquets du dépôt de base. Un plugin yum existe pour vous aider à ignorer automatiquement ces problèmes de dépendances, ainsi que les paquets sont affectés par ces problèmes. Il s'appelle yum-skipbroken. Dans Fedora 9, skip-broken a été inclus dans yum.

Pour l'utiliser, exécutez l'option --skip-broken dans la ligne de commande.

yum --skip-broken update

Si l'option n'est pas disponible, installez le paquets à l'aide de la commande suivante :

yum install yum-skipbroken

Astuce n°6 : Verrouillez les paquets de Xorg et du kernel

Ce plugin est très pratique pour les utilisateurs qui ont fait le choix d'installer des pilotes propriétaires, des modules kernel ou qui souhaitent simplement que certains paquets ne soient pas mis à jour pour éviter de gêner l'utilisation du pilote. Je trouve cela très pratique quand j'installe Fedora sur l'ordinateur d'un ami et qu'il/elle a besoin d'installer des pilotes propriétaires. Je bloque donc leurs paquets xorg et kernel pour qu'ils ne soient pas mis à jour (oui, cela peut paraitre un peu barbare comme technique, mais cela à vraiment le mérite d'éviter de tout casser lorsqu'une mise à jour se présente).

Pour l'installer, entrez la commande :

yum install yum-versionlock

La documentation complète pour l'utiliser est disponible dans /usr/share/doc/yum-versionlock-%{version}/README

Astuce n° 7 : Conservez le cache pour une future utilisation

Par défaut, yum ne conserve pas ses téléchargements dans le cache. Vous pouvez modifier ce comportement en éditant le fichier /etc/yum.conf et en changeant la valeur keepcache sur 1 au lieu de 0.

Le dossier de cache de yum, /var/cache/yum, peut être utile si vous bidouillez tellement votre Fedora au point d'avoir besoin de la réinstaller fréquemment. Cela permet de gagner du temps sur les téléchargements de tous ces paquets. Copiez simplement ces paquets dans un autres dossier, et vous pourrez les réutiliser ailleurs. Vous pouvez également un dépôt local en utilisant createrepo.

Astuce n° 8 : De l'organisation ! Créez des dépôts locaux !

Il n'y a rien de compliquer à créer un dépôt local pour yum. Plusieurs méthodes sont possibles - Rsync, ou reposync (fournis par le paquet yum-utils). En situation normal, je vous recommanderai d'utiliser rsync, mais pour les petits malheureux qui comme moi sont dans une université qui bloque rsync, j'utilise reposync. Reposync utilise le protocole http mais il est un peu plus compliqué à utiliser pour mettre en place un dépôt utilisable.

Une documentation sur la manière de contribuer en créant un miroir est disponible là : http://fedoraproject.org/wiki/Infrastructure/Mirroring.

Une fois que votre miroir est synchronisé, créez-vous un compte Fedora et enregistrez-vous avec le gestionnaire de miroirs Fedora (MirrorManager). Tout l'intérêt réside ici : depuis MirrorManager, vous pouvez demander, par exemple, à ce que toute requête vers mirrorlist depuis votre IP publique, renverra vers le miroir de votre LAN. Vos utilisateurs ne se rendront même pas compte qu'ils utilisent un miroir local ! C'est bien une chose qu'APT ne vous offrira pas ! Vous pouvez également configurer votre miroir pour ne le rendre accessible qu'à certaines plages d'IP/ ou de pays.

Astuce n°9 : Détectez les problèmes avant qu'ils ne surviennent

Parfois, il peut arriver que votre installation s'interrompe ou que votre base de données de paquets vous fasse le pire misères du monde, en dupliquant les paquets ou en cassant les dépendances. Un outil très pratique pour trouver les problèmes.existe : package-cleanup. Cet outil est présent dans la paquet yum-utils, donc pour l'obtenir :

yum install yum-utils

Voici quelques commandes que j'utilise régulièrement :

package-cleanup --dupes # list out duplicates
package-cleanup --cleandupes # clean up duplicates
package-cleanup --problems # list out packages with broken dependencies

Besoin de plus d'option ? ... invoquez le paramètre --help

Astuce n°10 : Téléchargez des paquets pour les utiliser plus tard, avec leurs dépendances

Pafois, vous pouvez avoir besoin de télécharger des paquets et leurs dépendances mais sans rien installer et vous voulez pouvoir les copier facilement sur un autre ordinateur avec exactement la même liste de paquets que sur votre ordinateur. yumdownloader (fourni par le paquet yum-utils) est idéal pour ça. Vous pouvez l'utiliser, par exemple, pour construire des packs réutilisables pour une série d'ordinateurs identiques et les distribuer. Vous pouvez également l'utiliser pour récupérer les sources d'un paquet, au cas où vous voudriez modifier le contenu du paquet.

Mon utilisation de yumdownloader :

# télécharger les sources d'un paquet
yumdownloader --source packagename

# télécharger un paquet avec les
# dépendances nécessaires sur mon pc
yumdownloader --resolve packagename

# télécharger un paquet avec les
# dépendances nécessaires sur une
# fedora montée/chrootée
yumdownloader --resolve packagename --root /path/to/chroot

Il y a une autre astuce pour utiliser yumdownloader avec chroot, en copiant le dossier /var/lib/rpm, vous pouvez utiliser le profile rpm pour télécharger des paquets pour l'ordinateur d'un ami et les mettre sur un CD. Cette manière de faire est utilisée dans opuym (un outil similaire à APTonCD) pour construire ce que l'on appelle des YumPacks. Opyum est sympa, mais parfois je trouve plus confortable de créer des packs à la main. Dire un à quelqu'un de me donner le contenu du dossier /var/lib/rpm est bien plus simple et rapide que de lui demander d'installer opyum et de le guider dans la création d'un profile. Mais ce ne sont que mes goûts personnels, opyum est un bon outil pour les utilisateurs qui connaissent peu la ligne de commande.

Astuce n°11 : Videz le cache si yum se comporte bizarrement

Pour une raison ou pour une autre, il se peut que les fichiers du cache de votre ordinateur soit cassés (J'ai ce problème à l'université, avec mon dépôt Fedora bidouillé - donc, les méta-données ont tendance à devenir un peu folles de temps en temps -ndt: ça lui arrive bien qu'à lui !). Essayez de vider le cache dans un premier temps et ré-essayez. Il y a de fortes chances que le problème vienne de là. Pour nettoyer le cache de votre yum, utilisez la commande :

yum clean all

Astuce n°12 : Quand yum plante lamentablement, n'ayez pas peur, APT et Smart sont là pour vous sauver

Fedora aussi a APT !. Les débianneux qui n'arrivent pas à se passer de APT peuvent installer pat-rpm. Ils retrouveront leur gestionnaire de paquets favori. Un autre gestionnaire de paquet pour Fedora est Smart.

Une des belles choses de Fedora est que apt-rpm et Smart utilisent les méta-données génériques de yum. Cela signifie que les dépôts de yum fonctionneront avec apt-rpm et Smart sans vous demander le moindre effort. Joli n'est-ce pas ?

Fin de la liste

Voilà, c'était toutes les astuces dont je me souviens à l'écriture de ce billet. J'aurai peut-être d'autres astuces mais je ne m'en rappelle pas à cet instant. Le prochaine fois que je m'en rappellerai, ce sera lorsque que j'aurai un problème et que je devrai le résoudre.

Amusez-vous bien avec yum, c'est un gestionnaire de paquets très sympa quand vous en avez l'habitude. Une dernière astuce, pas utilie pour les utilisateurs, mais plus pour les développeurs en python, les plugins yum sont faciles à écrire, et n'importe quel bibliothèque python peut être utilisées. Si vous avez besoin d'une fonctionnalité bien spécifique, vous trouverez plus d'informations sur comment créer un plugin ici : http://wiki.linux.duke.edu/WritingYumPlugins. J'écris moi-même des plugins pour que les gens à mon université puissent récupérer des paquets depuis mon dépôt. La structure du réseau de mon université et ses plantent souvent, donc je dois écrire quelque chose pour créer un tunnel automatiquement vers mon dépôt et laisser les utilisateurs utiliser yum à travers un tunnel - sans qu'ils ne s'en rendont compte. Ils n'ont même pas besoin de savoir ce qu'est un tunnel, ça fonctionne :)

Blog mis à jour

Fabien Nicoleau

J'ai mis aujourd'hui le blog à jour, le passant sous DotClear 2 RC1. Tout s'est bien passé, en suivant les recommendations d'usage. Le thème n'est pas à jour, mais pour le moment rien de spécial ne m'a sauté aux yeux.


Fabien

En vrac n°5

Guillaume Kulakowski

Ça faisait longtemps que je n'avais pas fait un billet de vrac...

Au sommaire :

  • PunBB.org déménage
  • Dotclear 2.0 RC1
  • Twitter
  • FISE
  • Logo Fedora 9
  • 301
  • 2ème Live eTIC Party de Montpellier

PunBB.org déménage

Depuis que PunBB est sponsorisé par une entreprise, la version 1.3 avance plus vite (pas assez à mon goût). Par contre, il faut faire certaines contre-parties... Notons quand même que nos amis Américains le prennent beaucoup moins bien.

Dotclear 2.0 RC1

Dotclear 2.0 arrive en version RC1 avec plein de nouveautés pour ceux qui sont restés en bêta 7. De mon côté, j'ai suivi les évolutions jour après jour : SVN est mon ami.

Twitter

Après le blogging, le microblogging : je m'essaie à Twitter... Pourquoi le choix de Twitter ? Pour son intégration dans Mugshot. Pour le moment je passe par TwitterFox mais il faudrait que je teste Twitux ou Twitm.

FISE

En ce 1er Mai, je m'en vais défiler sur les berges du Lèz pour aller regarder le FISE.

Logo Fedora 9

Vu sur le blog de Ryan Lerch :

Fedora 9 - Bannière animée

301

Et oui, déjà 300 billets publiés sur mon blog... Pourquoi le compteur n'en affiche que 294 ? Car vraisemblablement il y en a 7 que j'ai dépublié depuis. Mais je préfère prendre en comte le compteur de l'administration de Dotclear... Allez, rendez-vous pour le 400ème.

2ème Live eTIC Party de Montpellier

Pas grand monde malheureusement. Je mettrai mes slides ainsi que la vidéo Youtube de l'intervention dans la semaine.

Arrivée à Bordeaux

Johan Cwiklinski

Nous avons, ma femme, ma future petite fille (forcément), et moi même pris le train ce matin en direction de Bordeaux où je resterai un mois.

Départ de Douai à 06h39, manque de bol, nous avons raté le train et donc attendu le suivant, agressés par un vent glacial et une pluie battante... :-D

Départ de Lille à 07h59 (toujours sous la pluie), le voyage s'est passé sans encombres :-)

Arrivée à Bordeaux vers 13h15, temps mitigé. Le temps de sortir de la gare : hop, de la pluie ! Pauvre de nous... Fort heureusement, ce n'était qu'une averse, et le reste de la journée fût placé sous le signe du beau temps, mais voyez vous-mêmes :

Pas de péripétie notable, nous sommes bien arrivés, avons été bien accueillis, ... Le boulot commence lundi, en attendant, on compte bien en profiter pour faire du tourisme, une fois n'est pas coutume !

Du changment dans ma vie

Guillaume Kulakowski

Hier était pour moi un jour particulier puisqu'il s'agissait de mon dernier jour au sein de la société Kaliop. Une société et des collaborateurs avec qui j'ai pris plaisir à travailler pendant près de 2 ans & demi, et où je pense avoir beaucoup appris.

Lundi commencera pour moi un nouveau défi puisque j'intègre la société Logica, la 7e société de conseil, de services informatiques et outsourcing en Europe (sources Wikipédia) qui est plus connu en France sous son ancien nom : Unilog (Mais où est passé Unilog). Mon titre y est décrit comme "Ingénieur en technologies de l'information" et j'y ferais principalement du php5/MySQL/eZ Publish; bref, je m'aventure en terrain connu ;-).

Autre changement en prévision : un nouveau déménagement ! Ce coup si je n'emménage pas seul vu que je déménage pour habiter avec ma copine ;-).

Petit message à mes anciens collaborateurs : Vengeance ;-) : Dark Tyranus | Kakia la coquineTouche les tétous :-)

Bonjour aux lecteurs de Planet Fedora-FR !

Aurélien Bompard

Merci à Mr Tom de m'avoir inscrit sur Planet Fedora-FR !

Une petite introduction est de circonstance.

Moi d'abord : je suis contributeur au projet Fedora depuis un certain temps (en fait, de l'époque où il s'appelait encore fedora.us et proposait des contributions pour Red Hat Linux 9). Je détaille un peu plus mes contributions à Fedora sur ma page wiki.

Ensuite, ce site. Il s'agit à la fois un site web et d'un blog :
- un site web parce que j'y poste parfois des articles assez longs et relativement "intemporels" (au sens : plus de 2 jours de validité... ;) ),
- un blog parce que j'y poste aussi des micro-articles appelés "brêves", qui elles concernent plus mon activité de tous les jours et les choses que je croise sur le Net.

SPIP, le moteur de site que j'utilise, fait bien la différence entre les deux concepts, mais le flux RSS que vous verrez sur Planet rassemble les deux (ce qui est à mon avis la bonne solution, au passage).

Bienvenue donc à tous mes nouveaux lecteurs, j'espère que je saurais être à la hauteur :)

Informatique

Bonjour aux lecteurs de Planet Fedora-FR !

Aurélien Bompard

Merci à Mr Tom de m'avoir inscrit sur Planet Fedora-FR !

Une petite introduction est de circonstance.

Moi d'abord : je suis contributeur au projet Fedora depuis un certain temps (en fait, de l'époque où il s'appelait encore fedora.us et proposait des contributions pour Red Hat Linux 9). Je détaille un peu plus mes contributions à Fedora sur ma page wiki.

Ensuite, ce site. Il s'agit à la fois un site web et d'un blog :
- un site web parce que j'y poste parfois des articles assez longs et relativement "intemporels" (au sens : plus de 2 jours de validité... ;) ),
- un blog parce que j'y poste aussi des micro-articles appelés "brêves", qui elles concernent plus mon activité de tous les jours et les choses que je croise sur le Net.

SPIP, le moteur de site que j'utilise, fait bien la différence entre les deux concepts, mais le flux RSS que vous verrez sur Planet rassemble les deux (ce qui est à mon avis la bonne solution, au passage).

Bienvenue donc à tous mes nouveaux lecteurs, j'espère que je saurais être à la hauteur :)

Informatique

ATI : enfin (2) !

Nicolas Rodt ATI Dans mon précédent billet "ATI : enfin !", il semble que j'avais été un peu optimiste avec les nouveaux drivers fglrxCatalyst d'ATI. Certes ils apportaient le support d'AIGLX mais les performances étaient jusqu'alors moins bonnes qu'avec l'ancienne solution XGL.
Je viens d'installer la dernière mise à jour de ces drivers (la 8.04) et là j'ai enfin de bonnes nouvelles :
  • le défilement dans firefox est redevenu normal (auparavant il était tellement lent que ça rendait firefox quasi inutilisable). Il s'agissait pour ma part du dernier gros point noir de ces drivers
  • même si ce problème de défilement était moins marqué dans les autres applications (gedit, oo, etc.), il ne pose plus de problèmes là non plus
  • de même concernant compiz, même si les effets restaient fluides, j'étais déçu que XGL apportait un meilleur rendu général. Dorénavant, XGL est définitivement oublié et AIGLX adopté ;-)
  • "Suspend the computer" fonctionne enfin (je n'y croyais plus !)

Précisions: ma carte est une radeon X300 ; je n'ai pas pu tester les drivers 8.02 ni 8.03 car non disponibles pour Fedora 7. Il est donc possible que les éléments ci-dessus aient été apportés par ces versions.
À noter: tout n'est pas encore parfait mais ces drivers s'améliorent de version en version : pour le moment il ne me manque plus que le support XVideo avec AIGLX.

ATI : enfin (2) !

Nicolas Rodt ATI Dans mon précédent billet "ATI : enfin !", il semble que j'avais été un peu optimiste avec les nouveaux drivers fglrxCatalyst d'ATI. Certes ils apportaient le support d'AIGLX mais les performances étaient jusqu'alors moins bonnes qu'avec l'ancienne solution XGL.
Je viens d'installer la dernière mise à jour de ces drivers (la 8.04) et là j'ai enfin de bonnes nouvelles :
  • le défilement dans firefox est redevenu normal (auparavant il était tellement lent que ça rendait firefox quasi inutilisable). Il s'agissait pour ma part du dernier gros point noir de ces drivers
  • même si ce problème de défilement était moins marqué dans les autres applications (gedit, oo, etc.), il ne pose plus de problèmes là non plus
  • de même concernant compiz, même si les effets restaient fluides, j'étais déçu que XGL apportait un meilleur rendu général. Dorénavant, XGL est définitivement oublié et AIGLX adopté ;-)" class="smiley
  • "Suspend the computer" fonctionne enfin (je n'y croyais plus !)

Précisions: ma carte est une radeon X300 ; je n'ai pas pu tester les drivers 8.02 ni 8.03 car non disponibles pour Fedora 7. Il est donc possible que les éléments ci-dessus aient été apportés par ces versions.
À noter: tout n'est pas encore parfait mais ces drivers s'améliorent de version en version : pour le moment il ne me manque plus que le support XVideo avec AIGLX.

Adieu tootella.org ?

Thomas Canniot

Cela fait trop longtemps que tootella.org n'est plus.... tootella, tu me manques, tu me donnes un signe de vie ?

Adieu tootella.org ?

Thomas Canniot

Cela fait trop longtemps que tootella.org n'est plus.... tootella, tu me manques, tu me donnes un signe de vie ?

L'affichage horaire via Conky

Sébastien Natroll clockBeaucoup de personnes m'ont demandé dernièrement quel était le logiciel requis pour avoir une horloge identique à la mienne, en bas à droite de mon bureau. Et bien c'est tout simplement Conky. Effectivement, je concois qu'elle soit très attirante, elle a vraiment la classe je vous l'accorde. Et comme nous sommes tous utilisateurs du Logiciel Libre, je vous communique volontiers le code pour obtenir un affichage identique (à condition d'avoir, bien évidemment, la même police d'écriture, nommée Rapid Space, disponible sur Dafont).

.conkyrc2

${color #ffffff}${font Radio Space:size=15}${time %A %d %B %Y}
${color #ffffff}${font Radio Space:size=65}${time %H:%M}

Sur ce @+, et que le Dieu Tux vous protège ! ():" class="smiley

Un exemple de sémantique web

Johan Cwiklinski

...à ne surtout pas suivre !

Voici ce que j'ai pu voir aujourd'hui sur le net. Un site du gouvernement français, dont voici un aperçu avec la feuille de style CSS :

eco_stats.gouv.fr.small.jpg

Bon, rien de bien particulier me direz-vous, à raison. Cependant, lorsque l'on désactive les styles CSS, voici ce que l'on obtient :

eco_stats.gouv.fr.nocss.small.jpg

Il semble qu'il y aie un problème là...

Des captures plus grandes sont disponibles :

Qu'apporte donc le titre principal ? L'indication de menu principal ?
Pas grand chose :-/

Pis encore, le cas du Menu de droite, avec un joli titre de niveau 1 (pas visible sur les captures d'écran)... Celui là n'apparait pas avec les CSS, mais sans, il apparait bien entendu par défaut à gauche !

Ceci est un bon exemple de choses à ne pas faire. Les développeurs ont parfois besoin de pouvoir retrouver facilement les grandes parties du squelette de leur page, mais pour cela ils utilisent généralement des commentaires HTML, pas des titres de niveau 1.

On pourra noter aussi l'absence d'espaces entre les différentes entrées sous le menu principal (présentation etc).

Pour le reste, le site n'est bien entendu pas valide HTML 4.01 Transitional, tant qu'à faire...

Moi qui suis relativement attaché à la sémantique web, au respect des standards (X)HTML/CSS et à l'accessibilité... Me voilà servi :-)

Mise en ligne de "Pratique d'ActionScript 3" !

Alexandre Frandemiche

cover_Pratique_AS3Bonjour,

voici mon premier billet sur le blog de Slobberbone, il ne concerne pas une astuce fedora du week end (but pour lequel je suis au départ devenu rédacteur sur ce blog) mais traite de la sortie depuis quelques jours d'un ouvrage de grande qualité sur l'AS3 (ActionScript 3).

Pour ceux qui ne connaissent pas , il s'agit tout simplement du langage permettant de développer des applications ou des animations Flash, mais aussi Flex ou AIR. C'est un outil formidable tant au niveau de ses capacités que de son utilisation, je dirais presque indipensable si l'on veut développer des applications web orientées Rich Internet Application (RIA). (On pourra bien sûr me reprocher de ne pas évoquer OpenLaszlo, principal challenger qui a l'immence avantage d'être libre, mais qui ne bénéficie pas des 98% de pénétration du web dont dispose Flash, et donc AS3. Seulement voilà, maintenant c'est fait ^^)

Mais trève de bavardage autour d'AS3, l'auteur de Pratique d'ActionScript 3, Thibault Imbert, après avoir investi son temps et son énergie pour produire cet ouvrage, en parle beaucoup mieux que moi.

Pour des raisons que vous pourrez découvrir sur le site dédié à son livre (http://pratiqueactionscript3.bytearray.org/?page_id=2), Thibault Imbert à décidé d'en faire profiter gracieusement toute la communeauté en le mettant en ligne. Vous pouvez dès à présent accéder à son Livre au format PDF sur ce même blog.

En vous souhaitant bonne lecture,

Nagha

Ils ont des chapeaux ronds !

Fedora Paris

C'est dans une ambiance digne des Fest noz celtiques que s'est déroulée cette quatrième réunion des Fedoristas parisiens.

Étaient présents à cette réunion des habitués : Gaaruto, Oppossum1er, kwizart, starmad88, et bien sûr vos deux serviteurs, Pikachu_2014 et moi-même.

Des petits nouveaux sont en revanche venus se greffer à notre petite communauté afin de l'étendre et de partager avec nous ce moment de bonne humeur tachée de cidre, j'ai nommé casdav et sa Franc-Comtoise, Nashella qui donne du plaisir aux plus de 50 ans, ainsi que Nym-nym l'inconnu qui a réussi à nous retrouver :).

D'autres nouveaux étaient présents, à savoir Ycare, Benjamin, Kristov et la belle Lucile. Cependant, ils n'ont pas daigné venir à notre table. Devaient être trop occupés à travailler leur « art » (sic).

Comme promis dans l'article précédent, le cidre a bien aidé à faire passer les crêpes, ainsi qu'à délier les langues.

Starmad88 nous a ainsi révélé sa passion pour les toutous, pendant que d'autres se livraient à leur activité favorite, le troll, cette fois non pas sur l'informatique mais sur... le fromage :D !

Finalement, le sujet le plus important des conversation aura quand même été Fedora et le logiciel libre (si je le dis pas, les admins vont nous virer :D ).

Alors surtout, n'hésitez plus et viendez nous rejoigner!

Ar c'hentañ 'vo !

P.S. : tout le monde aura bien évidemment compris que Nashella développe un jeu de Scrabble, personne ne serait allé s'imaginer quoi que ce soit, non... ;)

php-suhosin-0.9.24-1

Remi Collet

English RPM of suhosin, an advanced protection system for PHP installations are available in remi repository for Fedora and EL (RHEL, CentOS).

This extension is waiting for Fedora approval (see Bug #426985) for quite a long time (not proposed by me, and I'm not a sponsor).

Français Les RPM de suhosin, un système de protection avancée des installations PHP, sont disponibles dans le dépôt remi pour Fedora and EL (RHEL, CentOS).

Cette extension attend son approbation pour Fedora (voir Bug #426985) depuis un bon moment (elle n'est pas proposée par moi, et je ne suis pas un sponsor).

Documentation : Configuration Comme d'habitude, l'installation se fait par yum : yum --enable remi install php-suhosin Et pour ceux qui préfèrent le téléchargement : le dépôt Les fonctionnalités sont très nombreuses et importantes et peuvent bloquer beaucoup de comportements potentiellement dangereux. Il est donc sans doute préférable de... Lire php-suhosin-0.9.24-1

Ouvert vs fermé, OOXML vs ODF pour les nuls

Aurélien Bompard Un récapitulatif très clair sur la différence entre les formats ouverts, les formats standardisés et les formats fermés, sous la forme d'une FAQ. A réutiliser... :) — Ouvert vs fermé, OOXML vs ODF pour les nulsSur le Web

Ouvert vs fermé, OOXML vs ODF pour les nuls

Aurélien Bompard Un récapitulatif très clair sur la différence entre les formats ouverts, les formats standardisés et les formats fermés, sous la forme d'une FAQ. A réutiliser... :)
Voir en ligne : Ouvert vs fermé, OOXML vs ODF pour les nuls
Sur le Web

hardlink

Benoît Marcelin

Ce billet ne traite pas des lien dur en particulier, mais de la commande hardlink.

Cette application est très pratique quand on a de la redondance des fichiers sur une partition (exemple d'utilisation chez moi : les paquets du miroir des dépôts Fedora ). Comme vous l'avez deviné, ce logiciel analyse tout les fichiers d'une arborescence, et créé des lien dur quand c'est possible.

Exemple :

$ mkdir test
$ cd test
$ echo foo > exemple1
$ echo foo > exemple2
$ echo boo > exemple3
$ ls -i
total 24
1671909 -rw-r--r- - 1 sereinity sereinity 4 avr 28 10:48 exemple1
1671910 -rw-r--r- - 1 sereinity sereinity 4 avr 28 10:48 exemple2
1671911 -rw-r- -r- - 1 sereinity sereinity 4 avr 28 10:48 exemple3
# hardlink . -c
$ ls -i
total 24
1671910 -rw-r--r-- 2 sereinity sereinity 4 avr 28 10:48 exemple1
1671910 -rw-r--r-- 2 sereinity sereinity 4 avr 28 10:48 exemple2
1671911 -rw-r--r-- 1 sereinity sereinity 4 avr 28 10:48 exemple3

On remarque que maintenant exemple1 est le même fichier que exemple2 (le -c sert à faire le lien si les contenu sont identique, et non pas si toute les méta-info le sont)

Page générée le 29 jan 2015 à 06:17