Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

Plugin Java pour Firefox

Nicolas Rodt Java Par défaut (sous Fedora 9), une implémentation libre de java est déjà installée : il s'agit de "openjdk" (rpm java-1.6.0-openjdk) (Rem: "gcj" est aussi installé).

Le plugin pour Firefox est également installé et directement opérationnel (rpm java-1.6.0-openjdk-plugin). Rendez-vous à la page de test de Java pour vous en assurer.

Mais si pour une raison ou une autre* vous voulez installer la version officielle de java, voici comment faire :
  1. Téléchargez java depuis cette page (Fichier "Linux RPM (fichier auto-extractible)")
  2. En root, exécutez-le (sh jre*.bin)
  3. Utilisez "alternatives" pour que firefox utilise ce plugin et non le libre (en root) :
    Firefox >= 3.6
    alternatives --install /usr/lib/mozilla/plugins/libjavaplugin.so libjavaplugin.so /usr/java/default/lib/i386/libnpjp2.so 2
    alternatives --config libjavaplugin.so
    
    Firefox <3.6
    alternatives --install /usr/lib/mozilla/plugins/libjavaplugin.so libjavaplugin.so /usr/java/default/plugin/i386/ns7/libjavaplugin_oji.so 2
    alternatives --config libjavaplugin.so
    
    et choisissez "2" à la commande précédente (ou du moins le code correspondant à /usr/java/default/...).
Remarque : autre méthode : il est possible de se passer de alternatives :
  1. Créez le lien du plugin java dans le répertoire des plugins de Firefox (en root) :
    cd /usr/lib/mozilla/plugins/
    #Fedora >=3.6 :
    ln -s /usr/java/default/lib/i386/libnpjp2.so .
    #Fedora <3.6 :
    ln -s /usr/java/default/plugin/i386/ns7/libjavaplugin_oji.so .
    
  2. Désinstallez le plugin libre (yum remove java-1.6.0-openjdk-plugin)
Il ne vous reste plus qu'à vérifier votre installation à la même page que ci-dessus (après avoir redémarré Firefox).

* Dans mon cas, bien que le plugin libre fonctionnait d'après la page de test de Java, il ne fonctionait pas sur d'autres sites.

À voir aussi : Changer de java grâce à "alternatives"

Astuce Fedora du Week-End - Phoronix Test Suite

Alexandre Frandemiche

phoronixEdité par le site www.phoronix.com, spécialisé dans l'information sur les nouveautés autour de Linux, Phoronix Test Suite vient tout juste d'être annoncé en version 1.0. Phoronix Test Suite est une suite d'outils de benchmark, c'est aussi l'aboutissement de plusieurs années de tests, effectués par le site Phoronix qui compare régulièrement les performances de machines Linux.

Fidèle à ses convictions sur le logiciel libre, ce site a fini par regrouper toutes ses compétences dans le test de performance dans un outil en open source sous licence GPL v3.

La suite Phoronix Test Suite n'est pas uniquement un ensemble de scripts de test figés que nous avons utilisé en interne et que nous ouvrons à tout le monde. Le code de cette suite ne contient aucun paramètre de test spécifique. Celle-ci est une plate-forme de test et d'étalonnage pour les systèmes Linux, sur laquelle repose une couche XML, permettant de paramétrer des profils de test

explique Michael Larabel fondateur de phoronix.com.

Ainsi Phoronix Test Suite propose toute une palanquée de scripts permettant de tester sa machine dans de nombreux domaines :

  • encodage audio (MP3, Ogg Vorbis et Flac)
  • compilation de logiciels (noyau Linux, MPlayer, PHP et ImageMagick)
  • compression (gzip)
  • calcul pur (Super PI)
  • vitesse de la mémoire (RAMspeed et Bandwith)
  • vitesse du disque dur (hdparm)
  • performances graphiques (glxgears, Nexuiz, Doom 3 et Enemy Territory : Quake Wars).

La création de profiles utilisateurs est possible, ainsi on pourra partager ses résultats en ligne avec une communauté d'utilisateurs sur le sité dédié PTS Global . Selon Phoronix,cette suite logicielle fonctionne actuellement avec toutes les distributions Linux, qu'elles soient installées sur PC ou serveur. Seule contrainte: la présence de PHP 5 sur la machine.

Bons tests !

Site du projet : http://www.phoronix-test-suite.com

if (Fedora_Paris.getDate().equals("21/06/2008")) throw new Exception();

Fedora Paris

Si vous suivez nos compte-rendus réguliers et ponctuels sur ce modeste blog, vous aurez sans doute constaté depuis les débuts une certaine tendance à l'hyperbole en ce qui concerne le récit de nos soirées happy few : à force d'écrire que nos rencontres sont toutes exceptionnelles, le risque est grand de vous voir, vous lecteurs assidus, et vous aussi futurs invités, tomber dans une certaine lassitude et vous désintéresser peu à peu de nos aventures. Pourtant, peu de celles et ceux qui ont participé à Fedora | Paris ne remettrait en cause ni le succès de nos réunions exceptionnelles, faut-il le rappeler, ni la franchise de nos compte-rendus, tout aussi exceptionnels.

Aussi était-il possible, après sept réunions exceptionnelles (puisque ce sera le leitmotiv de ce billet), de faire mieux ? Oui ! Pour preuve notre dernière réunion du 21 juin au Flam's qui fut (je vous le donne en mille)... plus exceptionnelle encore !

Exceptionnelle d'abord du fait qu'il s'agissait de la dernière de la saison et qu'il fallait à cette occasion marquer le coup. Exceptionnelle ensuite de part la date : la Fête de la Musique allait donner à cette réunion une tournure (encore) plus festive. Exceptionnelle également par le nombre de présents : 22 et 3/4 (sic), un record pulvérisé qu'il sera dur d'égaler. Exceptionnelle du fait du prétexte de cette réunion, à savoir l'Install Party bisannuelle de Fedora, LE lieu où il fallait être vu à Paris ce dimanche 22. And last but not least de part la qualité des présents : outre les abonnés habituels exceptionnels aux réunions, ainsi que leurs invités (Milanito et Madame, Gaaruto, Souley, Casdav, Minithumb, Opossum1er, Kwizart, Sephiroth, IMath et Madame, sans oublier vos dictateurs préférés et exceptionnels, bochecha et votre serviteur plein d'humilité), nous accueillions les exceptionnels Sabine et Paul de Parinux, la crème de la crème des ambassadeurs Fedora francophones (à savoir les exceptionnels MrTom, Trashy et madame et fille ^^, Twentyfour-fr, Armelk, Pingou), sans oublier un invité d'honneur exceptionnel, Yaakov, de Red Hat, qui aura exceptionnellement apporté ce soir-là une touche internationale à Fedora | Paris et garanti un rayonnement de cet évènement hors de nos frontières ;-).

Plus on est de fous, moins y a de flammekueche !

Inutile de dire qu'avec une telle bande, l'ambiance fut des plus joyeuses (qui a dit exceptionnelle ?! :-D) ! Fedora et le logiciel libre étaient évidemment sur toutes les lèvres (non, pas exceptionnellement, celui qui l'a pensé sort !) : du développement à la promotion de Fedora, en passant par les nouveautés déjà prévues pour Fedora 10 et l'état des lieux de la communauté Fedora francophone, nous avons eu là un beau condensé du wiki du Fedora Project ^^. Les potins sur nos amis de SuSE, Mandriva, Ubuntu et les autres n'auront pas manqué non plus d'être colportés (pour le côté troll ouverture). Mais il serait regrettable de négliger le côté humain de cette réunion : fidèles à notre ligne de conduite (Fedora | Paris = 50% de Fedora, 50% de digressions), chacun aura pris plaisir à se retrouver, à mieux se connaître, à distiller quelques saillies drolatiques de bon aloi, à lever son verre à la communauté, et accessoirement à participer aux réunions parallèles Fedora | Pause clope sur le trottoir :-D. Et ça n'était pas la disposition exceptionnelle des tables qui nous aura empêché d'échanger ;-) (quoiqu'avec quelques difficultés et déplacements à travers la salle).

Quelle ambiance !

Cependant, parce que rien ni personne n'est parfait (à part of course Fedora et vos vénérés dictateurs :-D), on pourrait exceptionnellement émettre un bémol : il a été dommage que cette soirée exceptionnelle se soit terminée relativement tôt, à 23h... Un mauvais point à Flam's qui a sacrifié notre bon plaisir à sa rentabilité :-(. Néanmoins, cela n'aura nullement entaché, je pense, le bon souvenir que l'on gardera de cette réunion... exceptionnelle :-).

La soirée s'est néanmoins poursuivie avec un nouveau Fedora | Paris by night, qui aura permis aux plus enjoués d'entre nous de profiter des quelques concerts donnés dans le quartier et de faire à nouveau honneur à Fedora lors de nos arrêts aux cafés croisés sur la route (ces geeks sont décidement incorrigibles, ils ne pensent qu'à boire et à parler de Fedora ^^). Le repos fut court, voire nul pour certains, mais cela n'aura nullement bridé notre courage, notre enthousiasme, notre sérieux et notre professionnalisme à l'Install Party :-).

En bref, j'adresserai pour ma part, et je ne serai pas le seul, un immense MERCI à toutes et à tous pour cette soirée, que chacun aura contribué à rendre... Extraordinaire (j'ai retrouvé mon dictionnaire des synonymes :-D) !

Pour en revenir à des choses plus graves, ce compte-rendu de fin de saison est aussi une bonne occasion de faire un bilan de toutes nos réunions et de les mesurer à l'aune de nos objectifs initiaux. Nous voulions, à l'instar de Fedora / Lyon, rapprocher la communauté Fedora parisienne autrement que sur un forum ou sur IRC : c'est chose faite ! Sans avoir non plus approché un certain degré d'intimité proche de la promiscuité entre nous (quoique :-D), nous avons appris à nous connaître, nous apprécier, nous estimer. Ce côté humain, sympathique, bon enfant même, fait aussi la cohésion d'une communauté du libre, au-delà de la force de ses contributeurs. Et finalement, c'est ce qui aura permis sans nul doute (j'espère !) à certains d'entre nous d'être « fidélisés » à Fedora :-). Par ailleurs, si au départ les réunions ont réuni les « vieux routiers » parisiens de fedora-fr, nous avons eu la joie de voir nos tables compter de plus en plus de nouveaux venus, pas forcément « Fedora-addicted » (ou du moins pas encore ^^), mais dans l'ensemble sensibles à nos chants de sirènes Fedora ;-). De ce point de vue, la communication via le blog aura été une bonne idée, et effet de bord non négligeable, nous aura au final permis de convertir au moins une personne à notre distribution préférée :-) (d'un autre côté, pour le reste de la troupe, autant prêcher des convertis ^^). Autre effet de bord notable, une espèce d'émulation collective durant les réunions aura poussé quelques-uns à s'impliquer plus encore dans le projet Fedora. À ceux qui colportaient l'affreuse rumeur selon laquelle nos réunions ne seraient que des bouffes bien arrosés de geeks sans but utile, nous leur répondons : inflation d'Ambassadeurs Fedora parisiens à l'horizon !

Dans l'immédiat, la fin de la saison ne signifie pas pour autant la fin des réunions ! N'arrachez pas les pages de juillet et août de votre agenda, Fedora | Paris ne part pas en vacances cet été ! Nous seront peut-être moins nombreux, le rythme des rencontres estivales sera peut-être plus lâche, mais nous serons là, qu'il pleuve (mais pas trop), qu'il vente (un peu d'air frais n'est pas pour nous déplaire)... Ou qu'il brûle (vite, une petite mousse !). So stay tuned for the next meeting ;-).

Applications GTK sous KDE : étrangetés

Johan Cwiklinski

J'ai déjà pu constater un phénomène assez étrange avec certaines applications GTK sous KDE 3.5 (Fedora 8).

En effet, lorsque l'on lance une application GTK sous KDE, le thème, les couleurs et les polices sont celles de KDE. Normal. Le souci étant que parfois, si j'utilise une application GNOME (gnome-keyboard-properties pour l'exemple), les thèmes utilisés deviennent ceux de... Gnome (enfin, ne sachant pas exactement ce qui se passe, je ne puis que supposer que le thème complet est rapatrié de Gnome. Les polices ainsi que les icônes le sont pour le moins.) !

Avant (Firefox sous KDE, avec le thème KDE) : Firefox lancé depuis KDE

Après (Firefox sous KDE, avec le thème GTK, après lancement de gnome-keyboard-properties) : Firefox lancé depuis KDE, après gnome-keyboard-properties

Ce n'est pas vraiment un problème en soi, hormis le fait d'avoir des apparences différentes selon les applications utilisées. De plus, pour que le changement s'opère sur Firefox, Thunderbird ou The Gimp, il faut relancer l'application. En revanche, XChat, Gajim ou aMule changent d'apparence en live, ce qui est plutôt déconcertant :-/

Une fois le changement opéré, je n'ai (pour l'instant) trouvé d'autre solution que de relancer KDE. Au démarrage suivant, retour à la normale... L'utilisation des thèmes Gnome dans les applications GTK ne me dérange guère, mais ces changements incessants sont plutôt pénibles.

Si vous avez une idée, soit pour éviter ce problème, soit pour que les applications GTK sous KDE utilisent systématiquement les thèmes de Gnome, je suis preneur :-)

Hot-plug SATA sur un noyau Linux

Benoît Marcelin

Cet article permet de se servir des ports SATA de manière dynamique : branchage, dé-branchage, changement des disques sur les port SATA, ...
Il n'est pas très novateur, mais vu le manque d'information sur le sujet, je me devais de le faire.
Notez que cet article est aussi valable pour les ports eSATA qui sont exactement la même chose, sauf que la prise est en dehors du boitier.

Petit plan :

  1. Vérifions le matériel (notamment la compatibilité avec le noyau)
  2. Paramétrons le BIOS
  3. Problème rencontré (cas de modification d'une installation déjà existante)
  4. Exemple d'utilisation

Vérification du matériel!!

Le matériel doit en effet gérer le hot-plug SATA, ce qui n'est pas le cas de toutes les carte-mère, carte d'acquisition, ou carte RAID, ... De plus, même si le SATA (1) gère le hot-plug dans ces spécifications, rare sont les chipsets SATA (1) prenant en charge cette fonctionnalité.
Ce "petit" tableau permet de connaître la corrélation entre les chipsets, les drivers, et les fonctionnalités disponibles.
Dans mon cas : Intel Coporation 82801HB (ICH8).

Paramétrage du BIOS!!

Comme vous l'avez remarqué, certains chipset peuvent être utilisé avec différents drivers, (notamment la famille des ICH8). Pour le faire fonctionner avec le driver AHCI, il faut l'activer dans le BIOS (attention, si de "vieux" système d'exploitation utilisent aussi le matériel, il se peut qu'ils ne fonctionnent pas en mode AHCI).

Problème rencontré!!

J'ai donc redémarré ma machine, et hop ça marche pas :-(" class="smiley
J'avais droit à une panoplie de petits mots doux du noyau notamment :

unable to access resume device /dev/sda6

(/dev/sda6 est mon disque de SWAP)
Je ne vais pas développer tout ce qui m'est venu à l'idée pour résoudre ce problème, mais je vais passer directement à la solution :
J'ai pris le disque de rescue, et fait :

chroot /mnt/sysimage
mkinitrd -f /boot/initrd-2.6.25.6-55.fc9.x86_64.img 2.6.25.6-55.fc9.x86_64

2.6.25.6-55.fc9.x86_64 étant la dernière version du noyau quand je l'ai fait.
Vous pouvez maintenant redémarrer l'ordinateur :-)" class="smiley
NB : Il est important d'utiliser le CD rescue de même architecture que le système installé.

Exemple d'utilisation!!

Personnellement, j'ai pas mal de disque dur, et un rake SATAx (SATA1 et 2, ...) en façade.
Je voulais pouvoir charger décharger des disques dur à volonté.
Et bien ça marche directement "out of the box" si je débranche un disque il disparaît de /dev ou apparaît dans le cas contraire, de plus HAL (sous Fedora 9, je n'ai pas testé sur d'autres distributions) le gère parfaitement.
NB : si vous voulez vous en servir au même titre qu'une clef USB, lecteur CDRom, ... il est indispensable de ne pas faire référence à ces disques dur dans le fstab ! sinon HAL ne les gèrera pas, et vous pourriez avoir des erreurs au démarrage.

Internet et un séjour à New York

Thierry D

yankees.gifJ'ai eu la chance de pouvoir passer quelques jours à New York afin d'y visiter principalement le borough de Manhattan.

Dès l'arrivée à l'aéroport, on sent déjà l'immensité du pays, tout y est plus gros, plus grand comme les voitures, les camions, les constructions etc etc
Durant ces quelques jours nous avons tenté de visiter le plus de site possible afin de découvrir le mieux le quartier de Manhattan, cela à été plus que fatiguant malgré que l'hôtel se trouve bien placé au centre de Manhattan, le décalage horaire et la marche nous ont épuisé.

Les premières impressions sont bien sûr le bruit de la ville qui ne s'arrête jamais, ensuite on sent l'immensité des grattes-ciel, puis cette sensation de trop : voiture trop grosse (ils ont tous des 4x4 énormes), bâtiments trop haut, climatisation trop froide, couloir du métro trop chaud etc etc

Sinon évidement de super moments lors de la découverte de cette ville, depuis l'Empire State Building, le Rockefeller Center avec une vue incroyable sur Central Park, la statue de la liberté et sa vue sur la baie de Manhattan ... en passant par un concert d'Alicia Keys au Madison Square Garden !
Seul petit regret, ne pas avoir pu assister à un match au Yankee Stadium (faute de places disponibles).

Voilà il y a quelques photos de disponibles sur ma galerie.

A+

Good Bye F7, welcome F9

Johan Cwiklinski

Depuis sa sortie, j'utilisais Fedora 7 sur mon ordinateur portable ainsi que sur mon pc de bureau. Mon PC de bureau à migré vers Fedora 8 peu après sa sortie, mais le portable était, lui, resté en Fedora 7.

fedora7.png

Outre le fait que j'avais trouvé le graphisme super (le thème de ce blog, ainsi que celui du site de l'association Fedora-fr en sont librement inspirés), cette distribution ne m'a jamais fait défaut.

C'est avec regret que j'ai lu l'annonce de la fin du support pour cette mouture, bien que je m'y étais préparé de longue date... Mais bon, il faut vivre avec son temps !

J'étais quelque peu hésitant à migrer vers Fedora 9, en utilisateur de KDE, je craignais de ne pas retrouver mes repères, de trouver un système boggué, etc, etc, ... du fait du passage à KDE 4.0 sous Fedora 9.

fedora9.png

Mais ce qui m'a initialement séduit dans Fedora, c'est justement l'intégration des toutes dernières technologies, parfaites ou non :-) D'un autre côté, si KDE4 n'est pas parfait, force est d'admettre que les développeurs de KDE ont accompli un travail remarquable, je ne doute pas que la prochaine version corrige les bogues qui auront été découverts.

Je me suis donc décidé à faire le grand plongeon, quitte à faire des vagues ! Fedora 9 sera ma compagne de travail de tous les jours, puisque j'y utilise mon ordinateur portable :-)

Après tout, historiquement, les personnes qui avaient peur du changement ont ralenti certaines choses, je ne compte pas rejoindre leurs rangs de si tôt !

Côté « technique », j'ai utilisé l'outil preupgrade pour faire - une fois n'est pas coutume - une mise à jour de mon système plutôt qu'une réinstallation pure et simple. Tout s'est formidablement bien passé, je n'ai eu qu'à déplorer l'absence de traduction pour l'outil préupgrade, mais son arrivée ne saurait visiblement tarder.

Certains paquets ont posé quelques soucis :

  • emacs-nox semblait corrompu. Je ne l'avais installé qu'à des fins de tests, j'ai donc pu le supprimer sans autre forme de procès,
  • PHP ne se chargeait plus... Mais sur ma f7, ces paquets n'étaient pas les officiels, il n'ont donc pas du être mis à jour. Un yum update php\* a corrigé tous les soucis
  • Firefox n'a pas aimé la mise à jour, mais, là encore, je n'utilisais pas le paquet officiel sur ma Fedora 7.
  • la traduction française de KDE4 était manquante après la mise à jour, un simple yum install kde-l10n-French et c'était reparti

J'ai ensuite mis à jour les deux dépôts externes utiles au quotidien :

  • le dépôt Remi, pour les versions à jour de PHP, MySQL, ainsi que pour le plugin thunderbird Enigmail qui n'est malheureusement toujours pas présent dans les dépôts de base,
  • le dépôt Livna, pour toutes les bibliothèques non libres (lecture de MP3, DVD, etc...)

Il me reste désormais à découvrir les faces cachées de cette sulfureuse nouvelle mouture, je vous invite à en faire de même, en récupérant Fedora 9 depuis le site officiel, ou encore en utilisant le LiveCD Fedora 9 francophone.

yum install obm

Guillaume Kulakowski

Il est assez rare que je parle de Linagora en bien, mais il est encore plus rare de voir de la pub pour Fedora en 4ème de couverture de GNU Linux Magazine France... Bref, après avoir communiqué le mois dernier autour d'Ubuntu (apt-get install obm), ce mois-ci, Linagora promouvoit la version RPM de sa solution obm :

Visible dans le numéro Juillet/Aout de GLMF.

La GUI du Jeudi : Seamonkey, la résurrection de la suite Mozilla

Paquet Fedora du jour

Ce billet est une traduction libre de l'article : GUI Thursday: Seamonkey - Mozilla suite écrit par Chris Tyler.

2007-07-26-seamonkey.png

Firefox, le navigateur par défaut de Fedora, est développé par la fondation Mozilla. Contrairement à feu la suite Mozilla dont il est issu, Firefox ne reprend de cette dernière que les fonctions de navigateur Web (NDT : compte-tenu de la pléthore d'extensions qui existent pour Firefox, cette dernière assertion serait constestable). Cependant, pour les nostalgiques de cette suite complète qu'est la Mozilla Suite, le flambeau a été repris par Seamonkey, qui conserve toutes les fonctionnalités de sa « parente » : navigateur Web, client de messagerie (courrier, groupes de discussion), carnet d'adresses, éditeur HTML graphique, client IRC, inspecteur DOM et débogueur Javascript, le tout réuni en une seule et unique application.

Seamonkey est maintenu par un groupe de volontaires qui lui intègre régulièrement des parties du code des principaux projets Mozilla, à savoir Firefox et Thunderbird. À noter que SeaMonkey n'est pas un projet Mozilla officiel, malgré le fait que des synergies existent entre la fondation Mozilla et la communauté Seamonkey.

Installation en ligne de commande : yum install seamonkey

Installation depuis le gestionnaire de paquetages graphique : utiliser la fonction de recherche du gestionnaire

Entrée dans le menu : Applications → Internet → Seamonkey Mail et Seamonkey Web

Commande : /usr/bin/seamonkey

Site du projet : http://www.mozilla.org/projects/seamonkey/

Je serai présent aux RMLL

Aurélien Bompard

C'est dans le cadre de mon travail que je serai présent aux Rencontres Mondiales du Logiciel Libre à Mont de Marsan le jeudi 3 juillet dans l'après midi et le vendredi 4.

Le vendredi 4 au matin (9h45, aux aurores quoi), je présenterai Vigilo, une suite logicielle de supervision libre basée sur Nagios et RRDtool, développée par des collègues et moi-même à CS.

Vigilo ?

Pour ceux qui n'en ont pas déjà entendu parler (sur 01net et au salon Solutions Linux), Vigilo est une solution de supervision système et réseau bâtie sur Nagios, RRDtool, SEC et d'autres encore, qui apporte deux fonctions principales :
- la possibilité de superviser des parcs de très grande taille (plusieurs milliers voire dizaines de milliers de serveurs et d'équipements réseau)
- des interfaces plus "opérationnelles", c'est à dire taillées pour les besoins des exploitants et des NOC [1].

Si vous avez des parcs informatique soit de plus de 1000 équipements, soit répartis dans plusieurs sites (avec une volonté de centralisation de l'information), alors venez découvrir Vigilo. La présentation durera 45 minutes (probablement moins parce que je préfère les questions/réponses).

Et le reste du temps ?

Je vais arriver le jeudi après-midi (c'est un peu difficile d'être à Mont de Marsan pour 9h45 en partant le même jour...), et je vais probablement passer du temps à glaner des infos pour mon travail. Toutefois, j'essaierai de passer dire un petit coucou à mes amis de Fedora-FR qui seront présents. Dans tous les cas, on pourra se voir au Repas du Libre le jeudi soir, moi j'ai pris ma place !

Après ma présentation, ceux qui sont intéressés par la supervision réseau seront comblés, puisqu'il y aura une présentation de Centreon, qui est aussi une couche fonctionnelle au-dessus de Nagios, mais à destination d'un public différent (elle est axée sur la simplicité de configuration). Et juste avant ma présentation, on parlera de FAN, Fully Automated Nagios, que je ne connais pas et qui semble être une distribution spécialisée dans la supervision Nagios.

Bref, une session à ne pas rater si le sujet vous intéresse.

CS s'engage dans le libre

Bon, c'est de la pub gratuite, mais voilà : je suis très fier de l'engagement de ma société, CS, dans le logiciel libre et plus précisément de sa présence au salon Solutions Linux puis aux RMLL cette année. Alors il ne s'agit pas d'une orientation de toute la société, d'un virage stratégique, ou quoi que ce soit (CS c'est quand même plus de 2000 personnes), mais tout de même, deux autres collègues de CS réaliseront des présentations aux RMLL 2008 :
- une sur Xenomai dans l'aérospatiale par David Chabal,
- deux sur PostgreSQL par Jean-Christophe Arnu (grand gourou de PGSQL et co-fondateur de PostgresqlFR).

Voilà, pouvoir travailler avec et sur du logiciel libre au taf, c'est quand même vraiment cool :)

Informatique

Je serai présent aux RMLL

Aurélien Bompard

C'est dans le cadre de mon travail que je serai présent aux Rencontres Mondiales du Logiciel Libre à Mont de Marsan le jeudi 3 juillet dans l'après midi et le vendredi 4.

Le vendredi 4 au matin (9h45, aux aurores quoi), je présenterai Vigilo, une suite logicielle de supervision libre basée sur Nagios et RRDtool, développée par des collègues et moi-même à CS.

Vigilo ?

Pour ceux qui n'en ont pas déjà entendu parler (sur 01net et au salon Solutions Linux), Vigilo est une solution de supervision système et réseau bâtie sur Nagios, RRDtool, SEC et d'autres encore, qui apporte deux fonctions principales :
- la possibilité de superviser des parcs de très grande taille (plusieurs milliers voire dizaines de milliers de serveurs et d'équipements réseau)
- des interfaces plus "opérationnelles", c'est à dire taillées pour les besoins des exploitants et des NOC [1].

Si vous avez des parcs informatique soit de plus de 1000 équipements, soit répartis dans plusieurs sites (avec une volonté de centralisation de l'information), alors venez découvrir Vigilo. La présentation durera 45 minutes (probablement moins parce que je préfère les questions/réponses).

Et le reste du temps ?

Je vais arriver le jeudi après-midi (c'est un peu difficile d'être à Mont de Marsan pour 9h45 en partant le même jour...), et je vais probablement passer du temps à glaner des infos pour mon travail. Toutefois, j'essaierai de passer dire un petit coucou à mes amis de Fedora-FR qui seront présents. Dans tous les cas, on pourra se voir au Repas du Libre le jeudi soir, moi j'ai pris ma place !

Après ma présentation, ceux qui sont intéressés par la supervision réseau seront comblés, puisqu'il y aura une présentation de Centreon, qui est aussi une couche fonctionnelle au-dessus de Nagios, mais à destination d'un public différent (elle est axée sur la simplicité de configuration). Et juste avant ma présentation, on parlera de FAN, Fully Automated Nagios, que je ne connais pas et qui semble être une distribution spécialisée dans la supervision Nagios.

Bref, une session à ne pas rater si le sujet vous intéresse.

CS s'engage dans le libre

Bon, c'est de la pub gratuite, mais voilà : je suis très fier de l'engagement de ma société, CS, dans le logiciel libre et plus précisément de sa présence au salon Solutions Linux puis aux RMLL cette année. Alors il ne s'agit pas d'une orientation de toute la société, d'un virage stratégique, ou quoi que ce soit (CS c'est quand même plus de 2000 personnes), mais tout de même, deux autres collègues de CS réaliseront des présentations aux RMLL 2008 :
- une sur Xenomai dans l'aérospatiale par David Chabal,
- deux sur PostgreSQL par Jean-Christophe Arnu (grand gourou de PGSQL et co-fondateur de PostgresqlFR).

Voilà, pouvoir travailler avec et sur du logiciel libre au taf, c'est quand même vraiment cool :)

Informatique

Le "pourquoi" du mercredi : les menus

Paquet Fedora du jour

Ce billet est une traduction libre de l'article : Wednesday Why: Menus écrit par Chris Tyler.

2008-06-24-wednesday_why-menus.png

Les menus des applications de Fedora listent différents programmes provenant de paquetages variés. Fedora fournit de nombreux environnements de bureaux, dont GNOME, KDE et XFCE ; chacun d'entre eux utilise sa propre structure de menu pouvant inclure ou exclure certains programmes, tels que les panneaux de contrôle propres à chacun d'eux. Chaque titre de menu ainsi que les entrées sont affichés dans la langue courante de la session. En outre, la disposition des menus fait souvent l'objet d'affinements à chaque nouvelle version de Fedora, alors que certains paquetages n'ont pas varié d'un iota au cours de la transition. Voilà quelques propriétés de ces menus dont on s'attachera à décrire les mécanismes en jeu.

Les spécifications des entrées du menu sont définies de façon collaborative au sein du projet freedesktop.org. Toute paquetage Fedora induisant l'apparition d'une entrée dans le menu contient un ou plusieurs fichiers .desktop décrivant ces entrées. Par exemple, le paquetage evolution contient un fichier .desktop (ici tronqué, compte-tenu du nombre important de traductions du nom et des commentaires qu'il contient) :

$ rpm -ql evolution | grep desktop
/usr/share/applications/evolution.desktop

Celui-ci contient ainsi les informations nécessaire à l'affichage de l'entrée Evolution dans le menu :

[Desktop Entry]
Encoding=UTF-8
Name=Evolution Mail and Calendar
Name[ar]=بريد و تقويم إيفُليوشِن
Name[as]=Evolution মেইল বৰ্ষপঞ্জি
...
Name[fr]=Messagerie et calendrier d'Evolution
...
Name[zh_HK]=Evolution 郵件與行事曆
Name[zh_TW]=Evolution 郵件與行事曆
...
Comment=Manage your email, contacts and schedule
Comment[ar]=قُم بإدارة بريدك الكتروني، مراسليك وجدولك
Comment[as]=আপোনাৰ ই-মেইল অ্যাকাউন্টসমূহকে এখানে বিন্যাস কৰক
...
Comment[fr]=Gérer vos courriels, contacts et agendas
...
Comment[zh_HK]=管理你的郵件、聯絡人和行程
Comment[zh_TW]=管理您的郵件、連絡人和行程
Exec=evolution
Icon=evolution
Terminal=false
Type=Application
Categories=GNOME;GTK;Office;Email;Calendar;ContactManagement;X-Red-Hat-Base;
StartupNotify=true
X-GNOME-Bugzilla-Bugzilla=GNOME
X-GNOME-Bugzilla-Product=Evolution
X-GNOME-Bugzilla-Component=BugBuddyBugs
X-GNOME-Bugzilla-Version=2.22.x
X-GNOME-Bugzilla-OtherBinaries=evolution-data-server-2.22;evolution-exchange-storage;evolution-alarm-notify;

Comme on peut le voir, ce fichier contient le nom et la description du programme par défaut (en anglais) et celle spécifique à la langue de l'environnement choisie. Il indique également la commande lancée par l'entrée, l'icône à afficher (qui est celle du thème choisi si celui-ci propose une icône correspondant au nom spécifié), si le programme doit être lancé depuis un terminal, l'encodage à utiliser pour l'affichage du nom et de la description, la catégorie à laquelle appartient l'application, et si le programme supporte le protocole Startup Notify (grosso modo, une application implémentant ce protocole enverra chaque fois qu'elle sera lancée ou quittée un message de notification au serveur X, qui pourra être intercepté par une autre application comme une applet, etc). Quant aux champs X-GNOME-Bugzilla-* à la fin de ce fichier, ils caractérisent une entrée propre à un environnement de bureau, et qui seront ignorés par les autres (le préfixe « X- » indique que le champ n'est pas standard ou est expérimental).

Les informations contenues dans ce fichier peuvent par ailleurs être indifféremment utilisées pour décrire une entrée de menu, une icône sur un tableau de bord ou sur le bureau. L'emplacement du fichier .desktop détermine en quelque sorte la représentation associée : un fichier placé dans les répertoires /usr/share/applications/ décrira une entrée dans le menu, tandis que le même fichier placé dans le répertoire du bureau (~/Bureau/) affichera un lanceur sur ce dernier. Pour placer sur le bureau un lanceur d'une application présente dans le menu, il suffit donc simplement de copier le fichier .desktop correspondant dans /usr/share/applications/ vers ~/Bureau/.

L'organisation du menu est régie par des fichiers de configuration placés dans le répertoire /etc/xdg/menus (les spécifications de ces fichiers, au format XML, sont définies sur http://standards.freedesktop.org/me...). Ces fichiers décrivent la hiérarchie des catégories présentes dans le menu « Applications » ou « Système » par exemple, les emplacements de recherche des fichiers .desktop à afficher, etc.

Par exemple, le fichier /etc/xdg/menus/applications.menu, correspondant au menu « Applications », contient une section relative à la catégorie « Bureautique » (« Office » en anglais) :

  <!-- Office -->
  <Menu>
    <Name>Office</Name>
    <Directory>Office.directory</Directory>
    <Include>
      <And>
        <Category>Office</Category>
      </And>
    </Include>
  </Menu> <!-- End Office -->

L'entrée « Evolution » décrite plus haut est ainsi affichée dans cette catégorie, puisque défini dans le champ Categories comme appartenant à la catégorie Office. Le tag <INCLUDE> mérite qu'on s'y attarde : il spécifie quels fichiers .desktop y seront incorporés, en l'occurence, tous ceux de catégorie « Office ». Si l'on considère cette fois la section relative à la catégorie « Outils système » (« Categories ») :

<!-- Accessories submenu -->
  <Menu>
    <Name>Accessories</Name>
    <Directory>Accessories.directory</Directory>
    <Include>
      <And>
        <Category>Utility</Category>
        <Not>
          <Category>System</Category>
        </Not>
      </And>
    </Include>
  </Menu> <!-- End Accessories -->

on constate que le bloc <Include> contient un sous-bloc Utility : tous les fichiers .desktop de catégorie « Utility » seront affichés dans le menu dans cette catégorie. En révanche étant suivi d'un bloc <Not> de négation contenant la catégorie System, un fichier marqué à la fois Utility ET System ne sera pas affiché (ceux-ci étant affichés sous Fedora dans le menu dans le menu « Système »).

eZFluxBB : Quand eZ Publish se connecte à FluxBB / PunBB

Guillaume Kulakowski

Étape n°2 de la migration de Fedora-Fr vers le CMS open source eZ Publish : après le planet, c'est au tour de l'accueil d'amorcer son virage sous eZ...

Pour le moment rien n'est visible en prod', mais j'ai commité ce week-end un début d'extension permettant à eZ Publish de récupérer des informations issues de PunBB / FluxBB.

Actuellement, cette extension eZ ne fait pas grand chose, puisque que la seule action possible et un fetch current_user permettant de récupérer les informations sur l'utilisateur courant.

Première version d'eZFluxBB

Ce qui reste à faire :

  • fetch sur les topics (derniers topics, extraction de news, etc..)
  • fetch sur les stats
  • fetch sur les utilisateurs en ligne
  • Rendre le code de ma classe eZFluxBBDB moins ridicule et lui permettre de connecter un eZ et un FluxBB sur des bases de données et des serveurs différents
  • Documenter !

Ce que l'extension ne fera pas :

  • Synchronisation des utilisateurs eZ / FluxBB.
    Mon choix est clairement de garder eZ pour de la publication et FluxBB pour la partie user input/ gestion de compte.

Utilisation d'eZFlux dans l'administration d'eZ Publish

A suivre...

CentOS 5.2 et DédiBoite V1

Guillaume Kulakowski

Aujourd'hui, la version 5.2 de CentOS est sortie.
Vous pouvez consulter l'annonce sur le site francophone (je suis fan de l'admin qui a posté cette news;-)) et consulter les notes de version officielles (très conseillé avant de vous lancer dans un yum update frénétique !).

A noter que j'ai fais ma mise à jour très rapidement pendant ma pause déjeuné et que j'ai lancé le reboot de ma DédiBoite V1 avant de partir en réunion et ce de façon un peu légère... Bilan : interruption du service tout l'après-midi...

Après une rapide discussion avec l'ami Remi sur le chan IRC de fedora-fr (faut qu'on fasse un chan CentOS -Fr !) il semblerait que le problème vienne encore et toujours de l'initrd...

Pour citer un sage :

RemiFedora : surement un initrd vérolé...
RemiFedora : la maladie des migrations

Bref, après une petite étude de l'initrd de CentOS 5.2 comparé à celui de la 5.1, il semblerait que les seules différences soient (merci Remi pour les lignes de commandes) :

llaumgui@enterprise ~/Bureau> gunzip -dc 5.2/initrd-2.6.18-9*.img | cpio -id
llaumgui@enterprise ~/Bureau> gunzip -dc 5.1/initrd-2.6.18-53*.img | cpio -id
llaumgui@enterprise ~/Bureau> diff 5.1/init  5.2/init
43,46d42
< echo "Loading uhci-hcd.ko module"
< insmod /lib/uhci-hcd.ko
< echo "Loading ohci-hcd.ko module"
< insmod /lib/ohci-hcd.ko
48a45,48
> echo "Loading ohci-hcd.ko module"
> insmod /lib/ohci-hcd.ko
> echo "Loading uhci-hcd.ko module"
> insmod /lib/uhci-hcd.ko

Bilan de la situation actuelle : en attendant une piste, llaumgui.com (et scenario-paintball.com) tournent sur une CentOS 5.2 avec un kernel de 5.1 (2.6.18-53.1.21.el5 )...

A suivre...

RMLL 2008 : J-7

Patrice Kadionik
Salut.

L'échéance arrive à grand pas maintenant.

Les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre, prochain moment fort du Libre, démarrent dans une semaine, mardi 1er juillet à Mont de Marsan.

A bientôt !


Plus d'informations :
++

Mardi artistique : Cinepaint - Editeur graphique haute définitiion

Paquet Fedora du jour

Ce billet est une traduction libre de l'article : Artsy Tuesday: Cinepaint - High-color-depth Editor écrit par Chris Tyler.

cinepaintThe Gimp est une excellent éditeur d'images ... aussi longtemps que vous n'avez pas besoin de couleur codés sur plus de 8 bits. Lorsque vous avez besoin d'avoir 24 bits par pixel, il ne vous reste alors qu'à utiliser l'éditeur d'image d'Hollywood : CinePaint.

CinePaint ressemble à une ancienne version de The Gimp, ceci s'explique en partie parce qu'à l'origine CinePaint était un fork de The Gimp, depuis il a été réécrit. Cependant, un coup d'oeil rapide à la boite de dialogue "Nouvelle Image", nous montre clairement qu'il ya des différences : les options de précision de couleur d'image montent à la virgule flottante près (jusqu'à 32 bits).
CinePaint supporte également le système de gestion de couleur de LittleCMS, les formats de haute définition d'image tels que DPX et OpenEXR, et une impression de 16 bits par canal ... la référence dans le domaine de la photo de haute qualité.

Installation en ligne de commande : yum install cinepaint

Installation depuis le gestionnaire de paquetages graphique : utiliser la fonction de recherche du gestionnaire

Entrée dans le menu : Applications > Graphique > CinePaint

Commande : /usr/bin/cinepaint

Site du projet : http://www.cinepaint.org/

A noter : un projet concernant des drivers non libres de très haute qualité pour les imprimantes, basés sur Cups à l'adresse suivante : http://www.turboprint.info/

Installer Opera sur Fedora

Tom Dubin

Opéra est un navigateur web très réussi (entre autres car il respecte très bien les standards) et qui est une alternative très intéréssante à firefox. Malheureusement celui ci ne se trouve pas dans les dépôts. Voici la procédure pour l'installer sur Fedora Linux. Tout d'abord, téléchargez le RPM à cette adresse en choisissant Fedora et la... Lire Installer Opera sur Fedora

Mardi artistique : metapixel, un générateur de photomosaïques

Paquet Fedora du jour

Ce billet est une traduction libre de l'article : Artsy Tuesday: Metapixel - Create photomosaics écrit par Chris Tyler.

2007-04-10-metapixel.jpg

Metapixel est un outil en ligne de commande de création de photomosaïques, i.e. d'images composée d'images.

Pour utiliser ce logiel, vous aurez besoin de deux choses : d'une part d'une collection fournie d'images, si possible présentant des teintes assez variées, et d'autre part d'une image d'entrée à partir de laquelle la photomosaïque sera générée. Le fichier résultant sera ainsi l'image d'entrée reconstituée à partir de vignettes des images de votre collection.

Pour créer une mosaïque en un laps de temps raisonnable, metapixel doit au préalable redimensionner et indexer les images de votre collection. Cette étape est réalisée par la commande metapixel-prepare, qui prend en paramètres le répertoire de la collection à utiliser (ici images) et le répertoire de stockage des vignettes ainsi générées (ici metapixel-library) :

$ mkdir metapixel-library
$ metapixel-prepare images metapixel-library

Si votre collection contient des milliers d'images, mieux vaut s'armer de patience...

Une fois la base de vignettes générée, la commande metapixel va pouvoir générer une mosaïque à partir d'une image d'entrée (dans l'exemple, input.jpg) :

$ metapixel --metapixel input.jpg output.png --library metapixel-library

Metapixel peut tout autant générer un photocollage, similaire à une photomosaïque à la différence que les vignettes composant le résultat ne sont pas de la même taille et disposées selon une grille régulière, mais voient leurs proportions originales respectées :

$ metapixel --collage input.jpg output.png --library metapixel-library

Il est aussi possible de créer une mosaïque à partir de vignettes extraites de l'image d'entrée même : celles-ci sont réordonnées pour reconstituer une image proche de l'originale (voir illustration) :

$ metapixel --antimosaic input.jpg -f 2 --metapixel input.jpg output.png

Metapixel propose plusieurs options qui ne sont pas décrites dans sa page de manuel. On se réfèrera à l'aide de la commande (metapixel --help) ou à la documentation installée dans /usr/share/doc/metapixel-1.0.2/README, ou encore au site du projet, pour plus de détails.

Installation en ligne de commande : yum install metapixel

Installation depuis le gestionnaire de paquetages graphique : utiliser la fonction de recherche du gestionnaire

Entrée dans le menu : Aucune (outil en ligne de commande)

Commande : /usr/bin/metapixel

Site du projet : http://www.complang.tuwien.ac.at/schani/metapixel/

trustyRC 0.1.1 : les RPMs

Fabien Nicoleau

les RPMs de trustyRC sont prêts. Ils sont dispo pour Fedora 8 et 9, seulement pour l'architecture i386. "trustyrc" est le kernel du bot, trustyrc-plugins contient les plugins "vitaux", et trustyrc-plugins-extras contient les plugins supplémentaires.

Tout est disponnible sur la page dédiée à trustyRC.

Fabien

A little bit of report

Thomas Canniot

Here is a little bit of report about the Fedora Install Fest that we had last Sunday.

Everything started on Saturday, in fact, as our Fedora local Paris user group organised a meal at a restaurant. Being altogether and speaking abour Fedora is always a great moment to live and I would like to thank everybody who attend this meal. We were 22 people at the restaurant and the room was very busy. It was hard to talk to people and I regret not having been able to talk everyone. So I also would like to apologize for not having been able to be with every one of you.
I aslo would like to thank Yaakov for his visit. Having someone from the Fedora Project for an event here in France was the first time for the community. I really hope everything went well for him and that he had a great journey and time with us all.
Finally, I wanted to thank Max for all the gifts he gave Yaakov for us. Be sure we will make good use of them for the sake of the Fedora Community.

Everything started slowly. And this was a bit of a relief, letting us time to acomodate and be able to organize ourselves for the conferences. We installed about 10 Fedora. Only on laptops.

Among all the topics that were discussed, I don't think people are very interested in at first sight about how the whole Project works, but much more in "how I can do this and this on my computer". Of course, these things are important for them to know about and it is our role to help them getting out of their problems and aware, little by little, of how all the Fedora project works.

We had conferences. all of the plained session could not have been done due to lack of time unfortunately. They were all very interesting ones, but it seems people were not that well informed about the planning. Moreover, it remains very hard to know what the audience will be. Some people among the crowd were aware and had already strong knowledge of what people were talking about. Unfortunately, this was not the case of every one. There are some solutions about this we could figure out to help people know if is is "experienced" enough to attend.

About schwags, we had badges, and we offered one badge for each person who came inside the Fedora room. People were happy about this it seems. We could sell stickers as well and we gave as many Fedora live cds as we could. Some ambassadors took more back to give to relatives of friends. More than half of the CDs Matthieu could brought back from LinuxTag are away then, we will us the remaining ones for the RMLL.

We could also sign 2 or 3 CLA this week end, for new very active people in France who were not Ambassadors *yet*. :)

Page générée le 25 juin 2016 à 19:40