Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

Mot-clefs : GNU-Linux

Lundi productif : Bonnie++ : Une suite de tests de performance de vos disques et votre système de fichier

Paquet Fedora du jour

Bonnie ++ Bonnie est une suite de benchmark pour système de fichiers et disques durs. Cet outil fait des test d'écritures et de lectures de manière intensive sur votre système de fichiers et disque et produit des résultats de performance utiles qui peuvent servir de repère. Bonnie est permet également de tester la stabilité du système de fichiers et des disques.

A noter qu'il ne faut pas laisser cet utilitaire installé sur un système de production. Employez seulement lorsque que vous avez besoin de tester/examiner vos serveurs/machines.

Installation en ligne de commande : yum install bonnie++

Installation avec l'interface graphique : Outils d'administration > Filesystem and disk benchmark & burn-in suite

Localisation dans le menu : Pas disponible de les menus

Lancement en ligne de commande : /usr/bin/bonnie++

Site web : http://www.coker.com.au/bonnie++/

Divertissement du Vendredi: wbfs-manager - Une interface de gestion de sauvegarde de ces jeux Wii

Paquet Fedora du jour

WBFS-manager Wbfs-manager est un utilitaire permettant de gérer les sauvegardes de ces jeux wii stockées sur disque dur. Il utilise pour cela, la librairie libwfs (WFS pour Wii Backup File).

Avec cette application vous pouvez gérer les isos des jeux Wii depuis votre Fedora !



Installation en ligne de commande : yum install wbfs-manager

Installation avec l'interface graphique : Autres > A WBFS manager for Linux using GTK+

Localisation dans le menu : Applications > Outils Système > WBFS Manager

Lancement en ligne de commande : /usr/bin/wbfs_gtk

Site web : http://code.google.com/p/linux-wbfs-manager/

La GUI du Jeudi : Remmina - Une interface de gestion de connexion à distance

Paquet Fedora du jour

remmina Remmina est une application de gestion d'accès aux machines type Unix et Windows. Ce logiciel libre est un gestionnaire de connexions disponible sous notre distribution préférée qui permet de conserver, classer et échanger différentes connexions à des serverus ou pc.

Il permet de se connecter via les protocoles suivants :

  • RDP (Terminal Server)
  • VNC (VNC Server)
  • NX (FreeNX Server)
  • XDMCP (X11 Server)

Personnelement, je trouve dans un cet outil un bon remplaçant de tsclient !

Installation en ligne de commande : yum install remmina remmina-plugins-rdp remmina-plugins-vnc remmina-plugins-nx remmina-plugins-xdmcp

Installation avec l'interface graphique : Outils d'administration > Remote Desktop Client

Localisation dans le menu : Applications > Internet > Client de bureau à distance Remmina

Lancement en ligne de commande : /usr/bin/remmina

Site web : http://remmina.sourceforge.net

Migration Fedora 15 à Fedora 16 via preupgrade

Alexandre Frandemiche

fedora-16.jpgVoilà, après quelques semaines, je me décide enfin à passer à Fedora 16 ! Au vu des nouveautés je n'ai pas pu attendre plus longtemps ! (Notamment tout ce qui touche à la virtualisation ;) )

Seulement voilà, quelques petits problèmes sont apparus lors de cette mise à jour ... c'est rare, mais ca arrive !

Voici la procédure à suivre, si après le preupgrade,, vous arrivez sur un écran "Oh no! ..." ou "Oh mince! ...

Changement uid et gid

Tout d'abord il faut éditer 2 fichiers, dans lequel nous allons remplacer les uid de notre (nos) utilisateur(s), le tout avec les droits root :

# vi /etc/passwd
# vi /etc/group

J'ai passé mon uid de 500 à 1000. Rappel pour vi : i pour insérer, /monuser pour rechercher la chaine monuser, [echap]wq pour enregistrer et quitter et [echap]q! pour quitter sans enregistrer.

Ensuite :

# find / -gid 500 -exec chgrp -h 1000 {} \; # find / -uid 500 -exec chown -h 1000 {} \;

Enfin on change le propriétaire de /home/monuser :

# chown -Rf 1000 /home/monuser

Voilà, en théorie, plus de problèmes au niveau des droits ...

Problème avec Gnome

J'ai été contraints de supprimer l'ensemble des extensions :

# yum remove gnome-shell-extension*

Par sécurité, j'ai aussi enlevé le driver propriétaire Nvidia :

# yum remove *nvidia*

Après tout cela, j'avais toujours cette erreur.

# yum reinstall gnome-shell

Et voilà, je peux enfin me connecter !
Fedora 16 me voilà !

Quand MySQL WorkBench cherche ses tables ...

Alexandre Frandemiche

MySQL WorkBenchDepuis hier, je me suis rendu compte que MySQL Workbench n'arrivait plus à lister les tables de mes schémas MySQL.

Dès que je voulais afficher les tables, "Fetching" apparaissait de manière interminable et systématique ... Serait-ce parce que le paquet fourni par Fedora est corrompu ???

# yum reinstall mysql-workbench ne change rien ...

Je passe alors par le dépôt de Remi, mais rien n'y fait ... Cela doit alors provenir de mes données ... seulement voilà, avec un bon vieux MySQL Query, cela fonctionne ... Il m'aura fallu chercher 2 secondes pour tomber sur cet incident ouvert chez MySQL, lire quelques réponses et tester ce qui suit :

$ mysql-upgrade -u myuser -pmypassword -P myport -h myhost

Je relance MySQL WorkBench et ... tadaaa ! Voilà mes tables !!!

Je pensais que partager cette astuce pourrait servir ou me servir à nouveau ;) !

Domotique/Multimedia - Samsung Galaxy Tab 7" sous Android 2.3. fournie par Samsung

Alexandre Frandemiche

Bonjour à tous !

Comme je l'avais déjà expliqué lors de ce billet : Samsung Galaxy Tab et Heimdall, ma Samsung Galaxy Tab a reçu CyanogenMod, il y a un moment en version beta, depuis, voici la version 2.3.3 où visiblement tout est fonctionnel ! Je repasse donc à une version fournie par Samsung, il paraitrait que cette dernière venue est prometteuse ... à tester donc ! Tester, certes, mais toujours depuis ma Fedora et non via Odin sous Windows ...

Pour rappel, il vous suffit de décompresser le fichier disponible à l'adresse suivante : http://file.mixturecloud.com/download=PMWw2Q.

Une fois fait, vous n'avez plus qu'à respecter ce qui figure sur l'image suivante (rappel : $ heimdall-frontend ) :

Heimdall

Une fois terminé, la tablette doit redémarrer toute seule, si ce n'est pas le cas, au bout de quelques minutes, faites-le manuellement en appuyant longuement sur le bouton "power".

Il faut redémarrer en mode recovery ("power" + "volume up"), faire un wipe (restore default) puis il faut redémarrer la tablette à nouveau depuis le menu du recovery (bouton "home" = OK).

Et voilà, vous avez une tablette toute neuve, sans surcouche opérateur, mais fournie par Samsung ! Ainsi vous pouvez profiter pleinement de votre tablette et des applications made by Samsung ;) !

Enjoy !

CentOS + Tomcat + beaucoup d'ouvertures de fichiers = java.net.SocketException: Too many open files

Alexandre Frandemiche

ExceptionTout est dans le titre !!! Comme d'habitude, c'est plus un pense-bête qu'un véritable article ... si ça peut aider ...

J'ai eu une surprise ce matin sur un serveur client de constater cette erreur :

java.net.SocketException: Too many open files


C'est un serveur sous CentOS 5.5 hébergeant un serveur MySQL, un serveur tomcat avec plusieurs Webapps, un serveur Apache et enfin un serveur propriétaire qui utilise pas mal de socket et a une base de donnée en interne ...

Cocktail génial pour visiblement dépasser la limite par défaut du système s'élevant à 1024 que l'on obtient en faisant un :

ulimit -n

Il y a 2 valeurs possibles à modifier, celle présente dans le fichier /proc/sys/fs/file-max par défaut, celle-ci est assez élevée (plus de 64000). Au besoin il faut modifier la ligne suivante :

...

fs.file-max = 64000

...

Si (comme tel était mon cas) la valeur de ce fichier est plus élevée, il reste à ajouter une entrée au fichier /etc/security/limits.conf :

user         -          nofile          8192

ou

@group         -          nofile          8192

La première colonne désigne l'utilisateur ou le groupe (grâce à @) ou encore n'importe qui grâce à *.
La seconde colonne, on détermine si la limite est soft ou hard, ou les 2 grâce à -.
La troisième colonne indique sur quel paramètre cette configuration s'exécute, ici nofile correspond au paramètre open files retourné par ulimit.
Enfin la dernière colonne indique la valeur.
Dans mon cas, j'ai rajouté :

@tomcat         -          nofile          8192
optitime           -          nofile          8192

Il est indiqué sur la documentation Red Hat de redémarrer le serveur pour que cela prenne effet. La solution peut consister à relancer le ou les services concernés ainsi que les sessions utilisateurs.

Voilà, en espérant que ça puisse aider et surtout m'éviter de rechercher cette information à nouveau ;) !

Création d'un dépôt RPM à base de Fedora

Alexandre Frandemiche

Introduction

Je vais partir du principe que nous allons créer un dépôt RPM pour Fedora 14 et CentOS/RHEL 5 dans /var/www/html/linux/. Voici l'arborescence :

/var/www/html/linux/fedora/14/i386/
/var/www/html/linux/fedora/14/x86_64/
/var/www/html/linux/el5/5/i386/
/var/www/html/linux/el5/5/x86_64/

Chacun des chemins cités ci-dessus est un dépôt. Ainsi, dans ce qui suit on remplacera /path/myrepo par /var/www/html/linux/fedora/14/i386/ puis pour l'ensemble des commandes par /var/www/html/linux/fedora/14/x86_64/ et ainsi de suite pour chacune des architecture des distributions que concerne notre dépôt.

Vos rpm seront donc présents avant la génération de createrepo et repoview ;)
MyRepo

Préparation des chemins contenant les RPM

su -lc 'mkdir -p /var/www/html/linux/fedora/14/i386/'
su -lc 'mkdir -p /var/www/html/linux/fedora/14/x86_64/'
su -lc 'mkdir -p /var/www/html/linux/el5/5/i386/'
su -lc 'mkdir -p /var/www/html/linux/el5/5/x86_64/'


Pour el5, on peut installer des pré-configuration lors de l'installation de l'OS, du coup, $releaseversion n'est pas forcément 5, mais peut être 5Workstation, 5client ou 5Server. Dans ce cas on en profite pour créer des liens symboliques :
su -lc 'ln -s /var/www/html/linux/el5/5/ /var/www/html/linux/el5/5Workstation'
su -lc 'ln -s /var/www/html/linux/el5/5/ /var/www/html/linux/el5/5Client'
su -lc 'ln -s /var/www/html/linux/el5/5/ /var/www/html/linux/el5/5Server
'

Installer un dépôt RPM

Installation d'un serveur web

Tout d'abord commençons par installer un serveur Apache :
su -lc 'yum install httpd'

Configuration du dépôt

Pour configurer notre dépôt, nous allons utiliser l'outil createrepo :
su -lc 'yum install createrepo'

Créons dans /etc/httpd/conf.d/ un fichier de configuration pour notre dépôt dans Apache :
su -lc 'vi /etc/httpd/conf.d/repository.conf'

Voici le contenu du fichier :

<Directory /var/www/html/>
    Options Indexes
    Options Indexes FollowSymLinks
    Order allow, deny
    Allow from all
</Directory>

Création du dépôt

La commande de base pour créer une dépôt est createrepo :
createrepo /path/monrepo

Le plus souvent, on crée un dépôt en générant une base sqlite (cela nous sera utile pour repoview), pour cela, il faut utiliser l'option -d :
createrepo -d  /path/monrepo

L'option -g permet de prendre en compte un groupe de RPM définit dans un fichier comps.xml :
createrepo -d -g /path/comps.xml /path/monrepo

Ainsi, nous pourrons utiliser les commandes yum grouptruc avec notre dépôt !

L'option --unique-md-filenames semble utile, notamment lorsque 'lon a plusieurs mirroir, permet ede donner un nom unique aux metadatas.
L'option --checksum sha est indispensable pour le dépôt EL-5 (la valeur par défaut, sha256, est ok pour fedora >= 11 et EL >= 6)

Donc au final on se retrouve avec :

createrepo --unique-md-filenames --checksum sha -d -g /path/comps.xml /path/monrepo

Génération de repoview

Un dépôt, c'est bien, de quoi le parcourir avec un design sympa, c'est mieux !

Installation de Repoview

su -lc 'yum install repoview'

Utiliser l'option -d sur la commande createrepo afin de créer la base sqlite qui sera utilisée par repoview.

Création des page html via repoview

Ensuite, c'est très simple on demande à repoview de créer les pages qui permettront de naviguer dans notre dépôt !
repoview /path/monrepo

Pour terminer, assurons-nous de disposer des droits pour l'utilisateur apache :
su -lc 'chmod o+rX /path/monrepo'

Exemple de fichier Comps.xml afin de créer des groupes de rpm

Si vous désirez installer l'ensemble de vos rpm dans votre repo, ou un sous-ensemble spécifique, vous devrez créer un fichier de groupes : comps.xml. Pour notre exemple, si nous voulions que myrpm.noarch.rpm soit installé par défaut et mybinrpm.i386.rpm soit une option, nous créerions un fichier de comps.xml comme ceci :

    <comps>
    <!--  <meta> -->
    <!-- Meta information will go here eventually -->
    <!--  </meta> -->
      <group>
        <id>mygroup</id>
        <name>MyGroup</name>
        <default>true</default>
        <description>Default RPMS from MyRepo</description>
        <uservisible>true</uservisible>
        <packagelist>
          <packagereq type="default">myrpm</packagereq>
          <packagereq type="optional">mybinrpm</packagereq>
        </packagelist>
      </group>
    </comps>

Pensez à relancer createrepo afin que vos groupes soient accessibles par les personnes ayant votre dépôt de configuré !

Ajout de pages manquantes

Cette opération est effectuée qu'un seule fois à la création de l'arborescence, puis à l'ajout d'un release ou d'une distribution.

Index principal dans /var/www/html/

Notre dépôt est prêt, reste à y ajouter quelques pages et feuilles de style !
su -lc 'vi /var/www/html/index.html
Voici le contenu :

<!DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD XHTML 1.0 Strict//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-strict.dtd">
<html xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
   
<meta http-equiv="content-type" content="text/html;charset=UTF-8">
<head>
        <meta content="text/html; charset=utf-8" http-equiv="content-type" />
        <title>RepoView: MyRpo</title>
        <link href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/css/repostyle.css" type="text/css" rel="stylesheet" />
        <meta content="index,follow" name="robots" />
        <link rel="shortcut icon" href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/favicon.ico" />
</head>
<body>
    <div id="page">
        <div id="top">
            <h1><span><a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/index.html">My - Packages</a></span></h1>
        </div>
        <p id="prelude"><a href="http://www.opti-time.com/">Site</a> | <a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/index.html">Dépôt</a></p>
        <div id="wrapper">
            <div id="main">
                <div id="content">
                    <h2>Download mirrors</h2>
                    <ul class="pkglist">
                        <li><a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/index.html" class="inpage">http://monurl/linux/</a> - <strong>primary</strong></li>
                    </ul>
                    <h2>Distribution choice</h2>
                    <h3>Fedora - Maintained version</h3>
                    <ul class="pkglist">
                        <li>
                            <a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/linux/fedora/14/index.html" class="inpage">Fedora 14 (Laughlin)</a> -
                                                        repository auto-configuration package : <a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/linux/fedora/14/x86_64/my-repo-fedora-2.0-0.0.fc14.noarch.rpm">My-repository-fc-14.rpm</a>
                        </li>
                    </ul>
                    <h3>Enterprise Linux (RHEL / CentOS / Other clones)</h3>
                    <ul class="pkglist">
                        <li>
                            <a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/linux/el5/5/index.html" class="inpage">Enterprise Linux 5.5</a> -
                            repository auto-configuration package : <a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/linux/el5/5/x86_64/my-repo-el5-2.0-0.0.el5.noarch.rpm">My-repository-el-5.rpm</a>
                        </li>

                    </ul>
                    <h2>Other resources</h2>
                    <ul class="pkglist">
                        <li>
                            <a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/linux/RPM-GPG-KEY-MyRepo.gpg" class="inpage">RPM-GPG-KEY-MyRepo</a>: the GnuPG public key of the key pair used to sign MyRepo's packages
                        </li>
                    </ul>
                </div>
            </div>
        </div>
        <div id="footer">
            <ul id="w3c">
                <li>
                    <a id="vxhtml" href="http://validator.w3.org/check/referer">XHTML 1.1 valide</a>
                </li>
                <li>
                    <a id="vcss" href="http://jigsaw.w3.org/css-validator/check/referer">CSS 2.0 valide</a>
                </li>
            </ul>
            <p>
                by <a href="http://mricon.com/trac/wiki/Repoview">Repoview</a> | Designed for <a href="http://www.myRepo.org/">MyRepo</a>
            </p>
        </div>
    </div>
</body>
<meta http-equiv="content-type" content="text/html;charset=UTF-8">
</html>

su -lc 'vi /var/www/html/css/repostyle.css
Voici le contenu :

ul, ul li {
    list-style: none;
    }
a:link, a:visited {
    color: #000;
    text-decoration: underline;
    }
a:hover {
    color: #000;
    text-decoration: none;
    }
.nav {
    text-align: right;
    color: gray;
    font-size: small;
    }
.nactive {
    border-bottom: 1px dotted blue;
    background-color: lavender;
    color: blue;
    font-size: small;
    text-decoration: none;
    }
.ninactive {
    color: gray;
    font-size: small;
    }
.nlink {
    text-decoration: none;
    color: blue;
    font-size: small;
    }
.nlink:hover {
    background-color: lavender;
    border-bottom: 1px dotted blue;
    font-size: small;
    }
.inpage {
    text-decoration: none;
    color: blue;
    }
.inpage:hover {
    background-color: mistyrose;
    color: red;
    border-bottom: 1px dotted red;
    }
.levbar {
    position: absolute;
    top: 0px;
    left: 0px;
    width: 11em;
    height: 100%;
    border-right: 4px dotted gray;
    border-bottom: 4px dotted gray;
    background-color: gainsboro;
    }
.main {
    position: absolute;
    left: 13em;
    width: 75%;
    }
h1,h2,h3,h4,h5 {
    border-bottom: 1px dotted gray;
    border-top: 1px dotted gray;
    background-color: whitesmoke;
    font-weight: normal;
    }
.pagetitle {
    border-top: 1px dotted gray;
    border-bottom: 1px dotted gray;
    padding-top: 5%;
    padding-bottom: 5%;
    margin-top: 5%;
    margin-bottom: 5%;
    text-align: center;
    width: 100%;
    color: gray;
    background-color: white;
    }
dt  {
    font-weight: bold;
    margin-top: 1%;
    }
th  {
    background-color: whitesmoke;
    text-align: left;
    }
.field  {
    background-color: whitesmoke;
    text-align: right;
    }
.levbarlist {
    list-style-type: none;
    padding: 5%;
    border-top: 1px dotted gray;
    border-bottom: 1px dotted gray;
    background-color: whitesmoke;
    }
.pkglist {
    padding-top: 2%;
    padding-bottom: 2%;
    list-style-type: circle;
    }
.letterlist {
    background-color: whitesmoke;
    }
.letterlist a {
    padding-left: 0.2em;
    padding-right: 0.2em;
    }
.footernote {
    text-align: right;
    font-size: small;
    background-color: whitesmoke;
    border-top: 1px dotted gray;
    color: gray;
    }
.repoview {
    text-decoration: none;
    color: gray;
    border-bottom: 1px dotted gray;
    font-size: small;
    }
.repoview:hover {
    background-color: lavender;
    border-bottom: 1px dotted blue;
    color: blue;
    font-size: small;
    }

NB : Ce style est très fortement/probablement inspiré de celui qu'utilise Remi pour ses dépôts !

Index de redirection dans /var/www/html/linux/

su -lc 'vi /var/www/html/linux/index.html'
Voici le contenu :

<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<!DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD XHTML 1.0 Strict//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-strict.dtd">
<html xmlns="http://www.w3.org/1999/xhtml">
<head>
<meta http-equiv="content-type" content="text/html; charset=UTF-8" />
<meta http-equiv="refresh" content="0; url=../index.html" />
<title>Repository MyRepo</title>
<meta name="robots" content="noindex,follow" />
<link href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/../css/repostyle.css" type="text/css" rel="stylesheet" />
</head>

<body>
<p><a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/../index.html">Packages MyRepo</a></p>
</body>
</html>

Index dans chacun des dépôts

Ici placez cet index autant de fois que de distributions supportée par votre dépôt
su -lc 'vi /var/www/html/linux/fedora/14/index.html'
Voici le contenu :

<!DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD XHTML 1.0 Strict//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-strict.dtd">
<html>
<head>
    <meta content="text/html; charset=utf-8" http-equiv="content-type" />
    <title>Opti-Time - Fedora 14</title>
    <link href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/i386/repoview/layout/repostyle.css" type="text/css" rel="stylesheet" />
    <meta content="index,follow" name="robots" />
    <link rel="shortcut icon" href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/../../favicon.ico" />
</head>
<body>
    <div id="page">
        <div id="top">
            <h1><span><a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/../../../index.html">MyRepo- Packages</a></span></h1>
        </div>
        <p id="prelude"><a href="http://www.myrepo.com/">Site</a> | <a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/index.html">Dépôt</a></p>
        <div id="wrapper">
            <div id="main">
                <div id="content">
                        <h2>Fedora 14 (Laughlin)</h2>
                    <h3>MyRepo</h3>
                    <ul class="pkglist">
                        <li>
                            <a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/i386/repoview/index.html" class="inpage">i386</a>
                        </li>
                        <li>
                            <a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/x86_64/repoview/index.html" class="inpage">x86_64</a>
                        </li>
                    </ul>
                    <!--<h3>MyRepo-test</h3>
                    <ul class="pkglist">
                        <li>
                            <a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/test/i386/repoview/index.html" class="inpage">i386</a>
                        </li>
                        <li>
                            <a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/test/x86_64/repoview/index.html" class="inpage">x86_64</a>
                        </li>
                    </ul>-->
                </div>
            </div>
            <div id="sidebar">
                <h2>fedora 14</h2>
                <ul class="levbarlist">
                    <li>
                        <a href="http://www.slobberbone.net/dotclear/index.php?post/2011/08/17/../../../index.html" class="nlink" title="Back to distribution choice">Back to distribution choice</a>
                    </li>
                </ul>
            </div>
        </div>
        <div id="footer">
            <ul id="w3c">
                <li>
                    <a id="vxhtml" href="http://validator.w3.org/check/referer">XHTML 1.1 valide</a>
                </li>
                <li>
                    <a id="vcss" href="http://jigsaw.w3.org/css-validator/check/referer">CSS 2.0 valide</a>
                </li>
            </ul>
            <p>
                by <a href="http://mricon.com/trac/wiki/Repoview">Repoview</a> | Designed for <a href="http://www.myrepo.com/">MyRepo</a>
            </p>
        </div>
    </div>
</body>

<meta http-equiv="content-type" content="text/html;charset=UTF-8">
</html>

NB : changez donc fedora et 14 par el5 et 5 pour CentOS et RHEL.

Terminons par redonner la propriété du répertoire /var/www/html/ à apache :
su -lc 'chown -Rf apache:apache /var/www/html/'Merci Remi !
su -lc 'chmod o+rX /path/monrepo'

Scripts de régénération automatique des dépôts

Tâche que vous allez vous trouvez à faire souvent, voici donc un script pour le dépôt el5.5 (effectué avec les droits root) :

#!/bin/sh

chown -R apache:apache /var/www/html/linux/el5/
createrepo -g ~/comps.xml -d /var/www/html/linux/el5/5/i386/
createrepo -g ~/comps.xml -d /var/www/html/linux/el5/5/x86_64/
repoview /var/www/html/linux/el5/5/i386/
repoview /var/www/html/linux/el5/5/x86_64/
#permet d'avoir le même style que l'index.html
cp -f /var/www/html/css/repostyle.css /var/www/html/linux/el5/5/i386/repoview/layout/
cp -f /var/www/html/css/repostyle.css /var/www/html/linux/el5/5/x86_64/repoview/layout/
/etc/init.d/httpd reload

Et pour Fedora 14 :

#!/bin/sh

chown -R apache:apache /var/www/html/linux/fedora/
createrepo -g ~/comps.xml -d /var/www/html/linux/fedora/14/i386/
createrepo -g ~/comps.xml -d /var/www/html/linux/fedora/14/x86_64/
repoview /var/www/html/linux/fedora/14/i386/
repoview /var/www/html/linux/fedora/14/x86_64/
#permet d'avoir le même style que l'index.html
cp -f /var/www/html/css/repostyle.css /var/www/html/linux/fedora/14/i386/repoview/layout/
cp -f /var/www/html/css/repostyle.css /var/www/html/linux/fedora/14/x86_64/repoview/layout/
/etc/init.d/httpd reload

Génération de la clé GPG et du fichier myrepo.repo

Pour finaliser votre dépôt, il vous faut une clé GPG qui va authentifier vos rpm présents sur le dépôt, je vous invite à lire GnuPG : Signature et Chiffrement afin de créer votre propre clé GPG.
Ensuite, il va falloir ajouter la définition de votre dépôt et la clé GPG à chacun de vos "clients" de votre dépôt.
Voici le fichier qui sera dans /etc/yum.repo.d/
su -lc 'vi /etc/yum.repo.d/myrepo.repo'

[MyRepo]
name=MyRepo Repository for Enterprise Linux $releasever - $basearch
baseurl=http://repository.opti-time.net:81/linux/el5/$releasever/$basearch/
enabled=1
#failovermethod=priority
metadata_expire=7d
gpgcheck=1
gpgkey=file:///etc/pki/rpm-gpg/RPM-GPG-KEY-MyRepo.gpg

Et comme un exemple est toujours mieux qu'un beau discours, voici le contenu de mon fichier myrepo.spec qui me permet de générer un rpm pour ajouter MyRepo !

Name:           myrepo-repo-el5
Version:        1.0
Release:        0.0%{?dist}
Summary:        This package is the repository of MyRepo

Group:          Applications/ProjectManagement
License:        GPL
URL:            http://www.myrepo.org/linux/
Vendor:        Slobberbone
Source0:        %{name}.tar.gz
BuildRoot:      %{_tmppath}/%{name}-%{version}-%{release}-root-%(%{__id_u} -n)
BuildArch:    noarch

%description
Repository RHEL / Centos for MyRepo

%prep

%setup -q

%install
rm -rf %{buildroot}
mkdir -p %{buildroot}%{_sysconfdir}/yum.repos.d/
mkdir -p %{buildroot}%{_sysconfdir}/pki/rpm-gpg/
install -c -m 755  optitime.repo %{buildroot}%{_sysconfdir}/yum.repos.d/
install -c -m 755 RPM-GPG-KEY-Opti-TimeSA.gpg %{buildroot}%{_sysconfdir}/pki/rpm-gpg/

%clean
rm -rf %{buildroot}

%files
%defattr(-,root,root,-)
%{_sysconfdir}/yum.repos.d/optitime.repo
%{_sysconfdir}/pki/rpm-gpg/RPM-GPG-KEY-Opti-TimeSA.gpg

%changelog
* Wed  Aug 17 2011 MyRepo <slobberbone@myrepo.org> 1.0-1.1
- initial release

Bien-sur, il faudra en faire un pour Fedora 14, en remplaçant el5 par fc ;)
Il ne faut pas oublier que lorsque vous mettez vos RPM sur le dépôt que ceux-ci soient signés grâce à la commande :
rpmsign --addsign monrpm.rpm

Conclusion

Vous voilà fin prêt ! La technique n'est peut-être pas orthodoxe, mais ça a le mérite de fonctionner ! Comme d'habitude, je vous invite à me laisser des commentaires afin de l'améliorer !

Pourquoi la mise à jour vers PHP 5.3 peut génèrer beaucoup de log ?

Alexandre Frandemiche

Hier matin, pour des raisons de compatibilité de version avec un logiciel que je compte installer prochainement pour Communauté-SLA.org, j'ai mis à jour mon serveur et notamment php et son ensemble de module en version 5.3. Le logiciel en question, c'est Openmeetings. J'y reviendrai dans un prochain article.

Analyse des logs

PhpDepuis cette mise à jour de mon serveur dédié chez OVH, hier, j'ai remarqué que mes logs Apache devenaient de plus en plus gros !

Je m'en suis rendu compte grâce à cette commande :  du -sh * | sort -n

Un petit tour du coté de /var/log/httpd : ll /var/log/httpd/

    -rw-rr 1 root root 0 août 8 10:32 access_log
    -rw-rr 1 root root 1049 août 9 09:45 error_log
    -rw-rr 1 root root 284 août 9 00:38 ssl_access_log
    -rw-rr 1 root root 527 août 9 09:45 ssl_error_log
    -rw-rr 1 root root 288 août 9 00:38 ssl_request_log
    -rw-rr 1 root root 3481337 août 9 09:47 www.communaute-sla.org-access_log
    -rw-rr 1 root root 53300401 août 9 09:47 www.communaute-sla.org-error_log
    -rw-rr 1 root root 198900 août 9 09:44 www.ecohumanisemradical.org-access_log
    -rw-rr 1 root root 11434 août 9 08:13 www.ecohumanismeradical.org-error_log
    -rw-rr 1 root root 316073 août 9 09:47 www.slobberbone.net-access_log
    -rw-rr 1 root root 21509 août 9 09:15 www.slobberbone.net-error_log

Ah bah là, on peut constater que ça se remplit vite pour Communauté-SLA.org ... surtout pour un fichier purgé hier ...

tail -f -n 300 /var/log/httpd/www.communaute-sla.org-error.log

Tue Aug 09 09:42:01 2011 error client ip.ip.ip.ip PHP Warning: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /var/www/blablabla.php on line 707

En effet, Pour l'accueil de Communauté-SLA.org, j'utilise la fonction date() pour afficher les différents flux sur l'accueil. Visiblement avec la mise à jour en 5.3 de php, ceci génère cette erreur lorsque le timezone n'est pas spécifié et ce, pour chaque appel de la méthode ...

Modification du php.ini

cp /etc/php.ini /etc/php.ini.save vi /etc/php.ini

;;;;;;;;;;;;;;;;;;; ; Module Settings ; ;;;;;;;;;;;;;;;;;;;

Date ; Defines the default timezone used by the date functions ; http://www.php.net/manual/en/datetime.configuration.php#ini.date.timezone date.timezone = "Europe/Paris"

Modifiez ce qui est en gras, donc dé-commentez la ligne et ajoutez-y votre timezone ! Il ne reste plus qu'à recharger la configuration Apache :

/etc/init.d/httpd reload

Et hop ! résolu !

Bienvenue sur Dotclear ! - Slobberbone V4

Alexandre Frandemiche

Slobberbone V4

Ceci est votre premier billet. Quand vous serez prêt à bloguer, connectez-vous pour le modifier ou le supprimer.

Alors oui, j'étais déjà sous Dotclear avant ... mais ce message de bienvenue existe car j'ai enfin migrer mon blog qui était hébergé chez Free http://slobberbone.free.fr/ vers mon serveur dédié chez OVH et du coup installation de Dotclear tout fraiche !!!
Après avoir lancé Communauté-SLA.org en ayant installé la totalité des outils sur ce serveur dédié chez OVH, il était temps d'y mettre mon blog personnel ! Cela faisait 2 ans que Free n'avait pas écraser l'ensemble de ma base de données, il ne fallait donc pas trop attendre ...

J'espère que le thème vous plaira, moi c'est le cas et ça me donne un peu plus envie de bloguer ! :D

Allé pour la route, une petite procédure pour installer Dotclear !

Dotclear 2

Installation des prérequis

Sous CentOS/Fedora : yum install httpd mysql-server mysql php

Configuration de MySQL


/etc/init.d/mysqld start
/usr/bin/mysql_secure_installation

Préparation de MySQL


Ici l'option "-proot" où "root" est mon mot de passe pour l'utilisateur root ... il va sans dire que ce n'est qu'un exemple :-) et on part du principe que tout est en local
mysql -u root -proot

Résultats :

#Welcome to the MySQL monitor.  Commands end with ; or \g.
#Your MySQL connection id is 7
#Server version: 5.0.77 Source distribution
#
#Type 'help;' or '\h' for help. Type '\c' to clear the buffer

On crée la base de donnée du blog :
mysqlcreate database blog;

#Query OK, 1 row affected (0.01 sec)


Ici on va créer un utilisateur dotclear avec un mot de passe dotclear ( à changer bien évidemment !
mysqlgrant all on blog.* to 'dotclear'@'localhost' identified by 'dotclear';

#Query OK, 0 rows affected (0.00 sec)

On réinitialise les droits
mysqlflush privileges;

#Query OK, 0 rows affected (0.00 sec)

Et on quitte mysql !
mysqlquit

#Bye

Configuration d'Apache

Pour ajouter la configuration, il vous suffit d'ajouter dans /etc/httpd/conf.d un repertoire monpseudo

cd /etc/httpd/conf.d/
mkdir monpseudo
cd monpseudo touch blog.conf

Ensuit on édite blog.conf vi blog.conf et on réalise une configuration comme telle :

ServerName blog.mondnomdedomaine.net
<LocationMatch "^/monpseudo/dotclear/+$">
    Options -Indexes
    ErrorDocument 403 /error/noindex.html
</LocationMatch>

Ici on part du principe que Dotclear à été installé à la racine de mon répertoire monpseudo, par défaut présent dans /var/www/.
cd /var/www/
mkdir monpseudo
chown apache:apache monpseudo

On recharge la configuration d'apache :
service httpd reload
Maintenant, il ne reste plus qu'à préparer l'installation de Dotclear !

Installation de Dotclear

cd /var/www/monpseudo
wget http://download.dotclear.net/loader/dotclear2-loader.php
chown apache:apache dotclear2-loader.php
Et voilà ! Pour terminer l'installation allez sur l'url d'installation de Dotclear : http://monsite/monpseudo/dotclear2-loader.php ! Là vous sera demandé des identifiants de connexion à la base de données MySQL que l'on a crée plus haut !
A vous de bloguer !

@ très bientôt !

Installation de Nagios sur CentOS sans RPM

Alexandre Frandemiche

Depuis le temps que j'en parlais ... voilà enfin ma procédure d'installation de Nagios 3.2 sous CentOS 5.CentOS
Alors tout d'abord, à l'époque il n'y avait pas de rpm (j'ai trouvé il y a peu un dépôt ... j'y reviendrais dans un autre billet). Donc compilation à la main !

Ensuite, les puristes crierons lorsqu'ils verront où j'installe Nagios ... le but était d'avoir quelque chose d'opérationnel assez rapidement. Faire mieux étant remis à plus tard. Si vous avez des modifications à apporter à cette procédure, je vous invite à laisser un commentaire ! Je la compléterai avec joie ! :)

Préparation de la machine

Avant toute chose, penser à bien configurer votre parefeu et SELinux. Pour un premier test, il faut désactiver le tout ! Pour le parefeu :
service iptables stop

Pour SELinux : vi /etc/selinux/config

# This file controls the state of SELinux on the system.
# SELINUX= can take one of these three values:
# enforcing - SELinux security policy is enforced.
# permissive - SELinux prints warnings instead of enforcing.
# disabled - SELinux is fully disabled.
SELINUX=disabled
# SELINUXTYPE= type of policy in use. Possible values are:
# targeted - Only targeted network daemons are protected.
# strict - Full SELinux protection.
SELINUXTYPE=targeted

Installation des pré-requis

Passage en root
su -

Installation prérequis
yum install gcc httpd mysql-server mysql-devel openssl

Téléchargement des sources Nagios
cd /usr/local/
wget http://prdownloads.sourceforge.net/sourceforge/nagios/nagios-3.2.1.tar.gz
wget http://prdownloads.sourceforge.net/sourceforge/nagiosplug/nagios-plugins-1.4.14.tar.gz
wget http://prdownloads.sourceforge.net/sourceforge/nagios/nrpe-2.12.tar.gz
wget http://prdownloads.sourceforge.net/sourceforge/nagios/ndoutils-1.4b9.tar.gz

Décompression de Nagios Core
tar xfvz nagios-3.2.1.tar.gz
cd nagios-3.2.1/

Création du groupe et utilisateur nagios
groupadd nagios
groupadd nagcmd
useradd nagios -g nagios,nagcmd

Installation de Nagios

Nagios

Compilation de Nagios Core
./configure --prefix=/usr/local/nagios --enable-mysql --disable-pgsql --with-ndo2db-user=nagios --with-ndo2db-group=nagios --with-command-group=nagcmd

Résultats :

#*** Configuration summary for nagios 3.2.1 03-09-2010 ***:
#
# General Options:
# -
# Nagios executable: nagios
# Nagios user/group: nagios,nagios
# Command user/group: nagios,nagcmd
# Embedded Perl: no
# Event Broker: yes
# Install ${prefix}: /usr/local/nagios/
# Lock file: ${prefix}/var/nagios.lock
# Check result directory: ${prefix}/var/spool/checkresults
# Init directory: /etc/rc.d/init.d
# Apache conf.d directory: /etc/httpd/conf.d
# Mail program: /bin/mail
# Host OS: linux-gnu
#
# Web Interface Options:
#
# HTML URL: http://localhost/nagios/
# CGI URL: http://localhost/nagios/cgi-bin/
# Traceroute (used by WAP): /bin/traceroute
#
#
#Review the options above for accuracy. If they look okay,
#type 'make all' to compile the main program and CGIs.

make all

Résultats :

#*** Compile finished ***
#
#If the main program and CGIs compiled without any errors, you
#can continue with installing Nagios as follows (type 'make'
#without any arguments for a list of all possible options):
#
# make install
# - This installs the main program, CGIs, and HTML files
#
# make install-init
# - This installs the init script in /etc/rc.d/init.d
#
# make install-commandmode
# - This installs and configures permissions on the
# directory for holding the external command file
#
# make install-config
# - This installs *SAMPLE* config files in /usr/local/nagios//etc
# You'll have to modify these sample files before you can
# use Nagios. Read the HTML documentation for more info
# on doing this. Pay particular attention to the docs on
# object configuration files, as they determine what/how
# things get monitored!
#
# make install-webconf
# - This installs the Apache config file for the Nagios
# web interface
#
#
#*** Support Notes *******************************************
#
#If you have questions about configuring or running Nagios,
#please make sure that you:
#
# - Look at the sample config files
# - Read the HTML documentation
# - Read the FAQs online at http://www.nagios.org/faqs
#
#before you post a question to one of the mailing lists.
#Also make sure to include pertinent information that could
#help others help you. This might include:
#
# - What version of Nagios you are using
# - What version of the plugins you are using
# - Relevant snippets from your config files
# - Relevant error messages from the Nagios log file
#
#For more information on obtaining support for Nagios, visit:
#
# http://www.nagios.org/support/
#
#*************************************************************

make install
make install-init
make install-commandmode
make install-config
make install-webconf

Démarrage à  vide de Nagios
/etc/init.d/nagios start

Résultat :

#Starting nagios: done.

Installation et Configuration de MySQL si non installée

yum install mysql-server mysql
/etc/init.d/mysqld start
/usr/bin/mysql_secure_installation

Préparation de MySQL

Ici l'option "-proot" où "root" est mon mot de passe pour l'utilisateur root ... il va sans dire que ce n'est qu'un exemple :-) mysql -u root -proot

Résultats :

#Welcome to the MySQL monitor. Commands end with ; or \g.
#Your MySQL connection id is 7
#Server version: 5.0.77 Source distribution
#
#Type 'help;' or '\h' for help. Type '\c' to clear the buffer.

mysql> create database nagios;

#Query OK, 1 row affected (0.01 sec)

mysql> grant all on nagios.* to 'nagios'@'localhost' identified by 'nagios';

#Query OK, 0 rows affected (0.00 sec)

mysql> flush privileges;

#Query OK, 0 rows affected (0.00 sec)

mysql> quit

#Bye

Installation du module base de données NDO
architecture_ndo.jpg

Décompression de NDO
cd /usr/local/
tar xvfz ndoutils-1.4b9.tar.gz
cd ndoutils-1.4b9

Compilation NDO
./configure

Résultats :

#*** Configuration summary for ndoutils 1.4b9 10-27-2009 ***:
#
# General Options:
# -
# NDO2DB user: nagios
# NDO2DB group: nagios
#
#
#Review the options above for accuracy. If they look okay,
#type 'make' to compile the NDO utilities.

make

Mise en place de la librairie NDO dans Nagios
cp src/ndomod-3x.o /usr/local/nagios/bin/ndomod.o
cp src/ndo2db-3x /usr/local/nagios/bin/ndo2db

Création base Nagios
cd db
./installdb -u nagios -p nagios -h localhost -d nagios

Résultats :

#DBD::mysql::db do failed: Table 'nagios.nagios_dbversion' doesn't exist at ./installdb line 51.
#** Creating tables for version 1.4b9
# Using mysql.sql for installation...
#** Updating table nagios_dbversion
#Done!

cp /usr/local/ndoutils-1.4b9/config/ndo2db.cfg-sample /usr/local/nagios/etc/ndo2db.cfg
cp /usr/local/ndoutils-1.4b9/config/ndomod.cfg-sample /usr/local/nagios/etc/ndomod.cfg

Éditer les fichiers de configuration
cd /usr/local/nagios/etc/
vi ndo2db.cfg

Dans ce fichier vous renseignerez l'utilisateur de mysql :

# SOCKET TYPE
# This option determines what type of socket the daemon will create
# an accept connections from.
# Value:
# unix = Unix domain socket (default)
# tcp = TCP socket

#socket_type=unix
socket_type=tcp
...
# DATABASE USERNAME/PASSWORD
# This is the username/password that will be used to authenticate to the DB.
# The user needs at least SELECT, INSERT, UPDATE, and DELETE privileges on
# the database.

db_user=nagios
db_pass=nagios

vi ndomod.cfg
Modifier le type socket :

...
#output_type=file
output_type=tcpsocket
#output_type=unixsocket
...
#output=/usr/local/nagios/var/ndo.dat
output=127.0.0.1
#output=/usr/local/nagios/var/ndo.sock

vi nagios.cfg

Modifier le partie event_broker (/event_broker pour rechercher sous Vi)
-
# EVENT BROKER OPTIONS
# Accepte des datas de l'extérieur (dont NDO)
# Controls what (if any) data gets sent to the event broker.
# Values: 0 = Broker nothing
# -1 = Broker everything
# <other> = See documentation
event_broker_options=-1
broker_module=/usr/local/nagios/bin/ndomod.o config_file=/usr/local/nagios/etc/ndomod.cfg
-

Arrêt de Nagios
/etc/init.d/nagios stop

Démarrage du deamon NDO2DB
/usr/local/nagios/bin/ndo2db -c /usr/local/nagios/etc/ndo2db.cfg

Démarrage de Nagios
/etc/init.d/nagios start

Vérification du démarrage de Nagios
vi /usr/local/nagios/var/nagios.log
NB : Si Code 127 : Nagios Plugin non compilé

Installation des plugins Nagios

Décompression de Nagios Plugin
cd /usr/local
tar xvfz nagios-plugins-1.4.14.tar.gz

Compilation de Nagios Plugin
cd nagios-plugins-1.4.14
./configure

Résultats :

# --with-apt-get-command:
# --with-ping6-command: /bin/ping6 -n -U -w %d -c %d %s
# --with-ping-command: /bin/ping -n -U -w %d -c %d %s
# --with-ipv6: yes
# --with-mysql: /usr/bin/mysql_config
# --with-openssl: yes
# --with-gnutls: no
# --enable-extra-opts: no
# --with-perl: /usr/bin/perl
# --enable-perl-modules: no
# --with-cgiurl: /nagios/cgi-bin
# --with-trusted-path: /bin:/sbin:/usr/bin:/usr/sbin
# --enable-libtap: no

make
make install

Vérification des modules
ls /usr/local/nagios/libexec/
/etc/init.d/nagios restart

Changer authentification
vi /usr/local/nagios/etc/cgi.cfg
Exemple de configuration :

...
use_authentication=1
use_ssl_authentication=0
...

Pour le reste voici une brève explication :

  • authorized_for_system_information : indiquent quels sont les utilisateurs pouvant voir l'état des services
  • authorized_for_configuration_information : indiquent quels sont les utilisateurs pouvant voir la configuration de serveur Nagios
  • authorized_for_system_commands : indiquent quels sont les utilisateurs pouvant exécuter des commandes systèmes au travers de l'interface de Nagios
  • authorized_for_all_services : indiquent quels sont les utilisateurs pouvant voir l'état de tout les services (par défaut, on voit uniquement les services pour lesquels l'utilisateur est une personne de contact)
  • authorized_for_all_hosts : idem que ci-dessus mais pour les hôtes (les machines)
  • authorized_for_all_service_commands : indiquent quels sont les utilisateurs pouvant exécuter des commandes pour tous les services (par défaut, on peut exécuter des commandes uniquement sur les services pour lesquels l'utilisateur est une personne de contact)
  • authorized_for_all_host_commands : idem que ci-dessus mais pour les hôtes (les machines)

Je vous laisse le soin de compléter la configuration des personnes autorisées ou non à agir sur l'interface de Nagios !

Déclarer le user nagiosadmin
htpasswd -c /usr/local/nagios/etc/htpasswd.users nagiosadmin

NB :Pour ajouter un utilisateur
htpasswd /usr/local/nagios/etc/htpasswd.users <username>

Changer le propriétaire du répertoire Nagios
chown -Rf nagios:nagios /usr/local/nagios/

Redemarrer le module NDO et Nagios
ps -e | grep ndo2db
kill PID
/usr/local/nagios/bin/ndo2db -c /usr/local/nagios/etc/ndo2db.cfg
/etc/init.d/nagios restart

Modification du script de démarrage de nagios pour prendre en compte ndo2db
vi /etc/init.d/nagios

-
...
start) echo -n "Starting nagios:"
$NagiosBin -v $NagiosCfgFile > /dev/null 2>&1;
if $? -eq 0; then
########################################################################
###############################A Ajouter################################
su - $NagiosUser -c "/usr/local/nagios/bin/ndo2db -c /usr/local/nagios/etc/ndo2db.cfg"
########################################################################
su - $NagiosUser -c "touch $NagiosVarDir/nagios.log $NagiosRetentionFile"
...
stop)
echo -n "Stopping nagios: "
pid_nagios
killproc_nagios nagios
########################################################################
###############################A Ajouter################################
su - $NagiosUser -c "skill ndo2db"
########################################################################
...
-

Installation du skin Vautour
J'utilise un skin très agréable nommé Vautour car il faut avouer que l'interface de base de Nagios est repoussante ... Comme tout projet il faut savoir le vendre et celà passe par l'esthétique !
wget http://www.be-root.com/downloads/nagios/vautour/vautour_style.zip
unzip vautour_style.zip -d /usr/local/nagios/share/

Merci à l'équipe de Be-Root !

Voici un exemple :
Vautour

Et voilà votre installation de Nagios doit être prête ! Il ne reste plus qu'à configurer notre nagios pour qu'il surveille nos serveurs ! Mais ça c'est dans un prochain billet ;) !

Rappel

Vérifier la configuration
/usr/local/nagios/bin/nagios -v /usr/local/nagios/etc/nagios.cfg

Faire des propositions d'optimisation (juste pour avoir la commande ;) )
/usr/local/nagios/bin/nagios -s /usr/local/nagios/etc/nagios.cfg

Erreur lors de l'installation d'Eclipse sous CentOS 5

Alexandre Frandemiche

Bonjour à tous,

Ce matin en voulant rejouer un bug de notre solution d'optimisation et de planification de techniciens mobiles (Opti-Time RMS et GOS). J'ai eu besoin d'installer un environnement de debug sur une CentOS 5 Server. D'ailleurs, vous aurez remarqué (ou pas) que le site Internet d'Opti-Time est flambant neuf !! Et sous Drupal ! Le libre s'installe de plus en plus chez nous et ce n'est pas pour me déplaire !

J'ai d'abord dû installer une interface graphique :
su -lc 'yum groupinstall "X Window System" "Environnement de bureau GNOME"'

Puis vient le moment d'installer Eclipse : su -lc 'yum install eclipse-platform' Hors en voulant installer le paquet 'eclipse-platform' j'ai obtenu l'erreur suivante :

Missing Dependency: /usr/bin/rebuild-security-providers is needed by package java-1.4.2-gcj-compat-1.4.2.0-40jpp.115.x86_64 (installed)

En effet, il se peut qu'au niveau de mes dépôts, entre EPEL, CentOS Plus et surtout ceux d'Opti-Time, il y ait des petits soucis au niveau de java ... même si je ne vois pas trop où ... par soucis d'efficacité, je n'ai pas chercher à comprendre !

Voici la solution détaillée : JPackage jpackage-utils compatibility for CentOS 5.x , sinon vous pouvez tout simplement faire ce qui suit :
su -lc 'rpm ivh http://plone.lucidsolutions.co.nz/linux/centos/images/jpackage-utils-compat-el5-0.0.1-1.noarch.rpm/at_download/file'

Attention à bien autoriser l'installation malgré la clé gpg inconnue !

Une fois fait, on peut reprendre l'installation d'Eclipse :
su -lc 'yum install eclipse-platform'

Et voilà, maintenant, je n'ai plus qu'à récupérer mes sources ... mais là, ça ne vous intéresse plus ;) !

Erreur lors de l'installation d'Eclipse sous CentOS 5

Alexandre Frandemiche

Bonjour à tous,

Ce matin en voulant rejouer un bug de notre solution d'optimisation et de planification de techniciens mobiles (Opti-Time RMS et GOS). J'ai eu besoin d'installer un environnement de debug sur une CentOS 5 Server. D'ailleurs, vous aurez remarqué (ou pas) que le site Internet d'Opti-Time est flambant neuf !! Et sous Drupal ! Le libre s'installe de plus en plus chez nous et ce n'est pas pour me déplaire !

J'ai d'abord dû installer une interface graphique :
su -lc 'yum groupinstall "X Window System" "Environnement de bureau GNOME"'

Puis vient le moment d'installer Eclipse : su -lc 'yum install eclipse-platform' Hors en voulant installer le paquet 'eclipse-platform' j'ai obtenu l'erreur suivante :

Missing Dependency: /usr/bin/rebuild-security-providers is needed by package java-1.4.2-gcj-compat-1.4.2.0-40jpp.115.x86_64 (installed)

En effet, il se peut qu'au niveau de mes dépôts, entre EPEL, CentOS Plus et surtout ceux d'Opti-Time, il y ait des petits soucis au niveau de java ... même si je ne vois pas trop où ... par soucis d'efficacité, je n'ai pas chercher à comprendre !

Voici la solution détaillée : JPackage jpackage-utils compatibility for CentOS 5.x , sinon vous pouvez tout simplement faire ce qui suit :
su -lc 'rpm ivh http://plone.lucidsolutions.co.nz/linux/centos/images/jpackage-utils-compat-el5-0.0.1-1.noarch.rpm/at_download/file'

Attention à bien autoriser l'installation malgré la clé gpg inconnue !

Une fois fait, on peut reprendre l'installation d'Eclipse :
su -lc 'yum install eclipse-platform'

Et voilà, maintenant, je n'ai plus qu'à récupérer mes sources ... mais là, ça ne vous intéresse plus ;) !

La GUI du Jeudi : Htop - Une interface permettant de donner l'état de votre système

Paquet Fedora du jour

htopHtop est un logiciel semi-graphique, développé en C à l'aide de la bibliothèque ncurses vous permettant de gérer les processus actifs sur votre machine linux, il est en somme une évolution de la commande bien connue "top".

Htop vous permet d'avoir rapidement une vue d'ensemble sur votre load système, le nombre de tâches totales et celles en cours, l'utilisation CPU, RAM et enfin le swap.

Sa fonction la plus intéressante est la gestions de processus, htop est un vrai couteau suisse, vous permettant de classer vos processus par PID, utilisation CPU, Mémoire, nom et bien plus encore. Il permet également des classer vos processus par arbres, des modifier le nice et de les stopper, tout cela en couleurs et accessible par la ligne de commande !

Installation en ligne de commande : yum install htop

Installation avec l'interface graphique : Outils d'administration > Interactive process viewer

Localisation dans le menu : Applications > Outils Système > Htop

Lancement en ligne de commande : /usr/bin/htop

Site web : http://htop.sourceforge.net/

Domotique/Multimédia - Samsung Galaxy Tab sous CyanogenMod

Alexandre Frandemiche

Cela fait longtemps que je n'ai pas abordé ce sujet, mais depuis un achat d'une Samsung Galaxy Tab en décembre dernier, la partie multimédia a pris encore un tournant ! Terminé le pc portable qui traine avec un long câble afin daccéder à Internet à tout moment !!! Cet élément couplé à XBMC que j'ai installé sur un pc dans mon salon donne une toute autre dimension à notre vie multimédia !
Samsung-galaxy-tab Et oui, disons-le franchement, j'ai craqué ! ... enfin avec ma femme on a craqué ! lol
Je ne vais pas faire ici le détail de cette tablette et de ces avantages, d'autres l'ont déjà fait et de toute façon, mon choix, lui est fait :D ! Je vais juste vous donner une procédure afin de pouvoir changer la ROM de votre Galaxy Tab et évidemment sous Fedora. A noter que l'opérateur de ma tablette est Orange, ainsi la surcouche est signée par ce même opérateur. C'est là où le bas blesse ... la surcouche graphique, le navigateur aussi ... bref, l'idée de ne aps pouvoir passer à une version supérieure d'Android sans que M Samsung et M Orange le veuille bien ! De plus, mon Samsung Galaxy Spica sous CyanogenMod doit y être pour quelque chose :) !

Bref, cessons de s'éterniser, voici la démarche à suivre pour passer en CyanogenMod (Beta donc à vos risques et périls) le tout avec une Fedora bien sûr !!!

Installation de Heimdall
Ce logiciel permet d'attaquer votre tablette via port usb afin d'y installer une nouvelle Rom ou un nouveau firmware. Ce logiciel est l'équivalent d'Odin, logiciel permettant les même opérations mais ne tournant que sur des systèmes Microsoft. Pour l'installer vous avez le fameux configure-make-make-install à partir des sources que vous trouverez sur le site du projet : http://www.glassechidna.com.au/products/heimdall/. En ce qui me concerne et comme je suis paresseux, j'ai opté pour la solution rpm qui sont fournis pour OpenSuse mais qui fonctionnent très bien sur ma Fedora 14

Pour une architecture x86 : yum install http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/i586/heimdall-1.1.1-1.1.i586.rpm http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/i586/heimdall-frontend-1.1.1-1.1.i586.rpm

Pour une architecture x86_64 : yum install http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/x86_64/heimdall-1.1.1-1.1.x86_64.rpm http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/x86_64/heimdall-frontend-1.1.1-1.1.x86_64.rpm

Pour lancer heimdall, vous pouvez soit utiliser l'interface graphique en lançant en ligne de commande heimdall-frontend soit utiliser heimdall directement en ligne de commande !

Téléchargement de CyanogenMod beta
wget http://files.deodexed.com/ModADroid-Galaxy-Tablet/Technomancer/tcm7beta.zip unzip tcm7beta.zip

Préparation de la Samsung Galaxy Tab

Root En ce qui concerne ma Galaxy Tab, celle-ci n'était pas rootée, j'ai donc utilisé z4root : market://search?q=pname:com.z4mod.z4root.
Une fois installé, activer l'usb debugging : “Menu” > “Settings” > Applications > Development > cocher “USB debugging”
Lancer z4root et taper sur le bouton “Root”, une fois fait, redémarrer la tablette et celle-ci retrouve rootée !

BootLoader Ensuite il faut s'assurer que votre tablette n'a pas son bootloader de bloqué, si tel est le cas, l'application et la procédure décrite sur le lien suivant vous permet de le débloquer : http://www.dkszone.net/unlock-samsung-galaxy-tab-bootloader.

Voilà tout est prêt, passons à l'étape ultime.

Flashage de la Samsung Galaxy Tab

Je tiens à rappeler que cette manipulation peut mal se passer, un risque existe, sachez-le ! voilà, c'est dit !

En premier lieu, la tablette ne doit pas être connectée via le port USB.

Vous avez donc Heimdall de lancé, allez chercher chacun des fichiers présents dans l'archive de CynogenMod que vous avez décompressé précédemment. Chaque fichier est suffisamment explicite pour ne pas que j'ai à préciser dans quelles cases aller les chercher je pense ... :)

Heimdall Frontend.

Une fois l'opération effectuée, il faut éteindre la Samsung Galaxy Tab puis la rallumer en appuyant simultanément sur le bouton "Home" + "volume-bas" + "Power" et les maintenir enfoncer 3 secondes. La tablette passe alors en mode "Downlod". Il reste à la connecter en USB à votre Fedora puis cliquer sur le bouton "start" dans heimdall.

L'installation du nouveau firmware s'effectue, une fois terminée la tablette démarre en mode "recovery". Utiliser les boutons de volumes pour naviguer dans les options et le bouton "Power" pour valider votre choix. Afin de réinitialiser l'ensembles des repertoires, il faut effectuer un Wipe de la tablette en séléctionnant l'option correspondante et choisir "factory reset".
Une fois revenu à l'accueil du recovery, redémarrer la tablette, celle-ci est ptrête à être configurer puis utilisée !!!

Voilà, maintenant il ne reste plus qu'à remonter les bugs et participer :) !

Domotique/Multimédia - Samsung Galaxy Tab sous CyanogenMod

Alexandre Frandemiche

Cela fait longtemps que je n'ai pas abordé ce sujet, mais depuis un achat d'une Samsung Galaxy Tab en décembre dernier, la partie multimédia a pris encore un tournant ! Terminé le pc portable qui traine avec un long câble afin daccéder à Internet à tout moment !!! Cet élément couplé à XBMC que j'ai installé sur un pc dans mon salon donne une toute autre dimension à notre vie multimédia !
Samsung-galaxy-tab Et oui, disons-le franchement, j'ai craqué ! ... enfin avec ma femme on a craqué ! lol
Je ne vais pas faire ici le détail de cette tablette et de ces avantages, d'autres l'ont déjà fait et de toute façon, mon choix, lui est fait :D ! Je vais juste vous donner une procédure afin de pouvoir changer la ROM de votre Galaxy Tab et évidemment sous Fedora. A noter que l'opérateur de ma tablette est Orange, ainsi la surcouche est signée par ce même opérateur. C'est là où le bas blesse ... la surcouche graphique, le navigateur aussi ... bref, l'idée de ne aps pouvoir passer à une version supérieure d'Android sans que M Samsung et M Orange le veuille bien ! De plus, mon Samsung Galaxy Spica sous CyanogenMod doit y être pour quelque chose :) !

Bref, cessons de s'éterniser, voici la démarche à suivre pour passer en CyanogenMod (Beta donc à vos risques et périls) le tout avec une Fedora bien sûr !!!

Installation de Heimdall
Ce logiciel permet d'attaquer votre tablette via port usb afin d'y installer une nouvelle Rom ou un nouveau firmware. Ce logiciel est l'équivalent d'Odin, logiciel permettant les même opérations mais ne tournant que sur des systèmes Microsoft. Pour l'installer vous avez le fameux configure-make-make-install à partir des sources que vous trouverez sur le site du projet : http://www.glassechidna.com.au/products/heimdall/. En ce qui me concerne et comme je suis paresseux, j'ai opté pour la solution rpm qui sont fournis pour OpenSuse mais qui fonctionnent très bien sur ma Fedora 14

Pour une architecture x86 : yum install http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/i586/heimdall-1.1.1-1.1.i586.rpm http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/i586/heimdall-frontend-1.1.1-1.1.i586.rpm

Pour une architecture x86_64 : yum install http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/x86_64/heimdall-1.1.1-1.1.x86_64.rpm http://download.opensuse.org/repositories/hardware/openSUSE_11.3/x86_64/heimdall-frontend-1.1.1-1.1.x86_64.rpm

Pour lancer heimdall, vous pouvez soit utiliser l'interface graphique en lançant en ligne de commande heimdall-frontend soit utiliser heimdall directement en ligne de commande !

Téléchargement de CyanogenMod beta
wget http://files.deodexed.com/ModADroid-Galaxy-Tablet/Technomancer/tcm7beta.zip unzip tcm7beta.zip

Préparation de la Samsung Galaxy Tab

Root En ce qui concerne ma Galaxy Tab, celle-ci n'était pas rootée, j'ai donc utilisé z4root : market://search?q=pname:com.z4mod.z4root.
Une fois installé, activer l'usb debugging : “Menu” > “Settings” > Applications > Development > cocher “USB debugging”
Lancer z4root et taper sur le bouton “Root”, une fois fait, redémarrer la tablette et celle-ci retrouve rootée !

BootLoader Ensuite il faut s'assurer que votre tablette n'a pas son bootloader de bloqué, si tel est le cas, l'application et la procédure décrite sur le lien suivant vous permet de le débloquer : http://www.dkszone.net/unlock-samsung-galaxy-tab-bootloader.

Voilà tout est prêt, passons à l'étape ultime.

Flashage de la Samsung Galaxy Tab

Je tiens à rappeler que cette manipulation peut mal se passer, un risque existe, sachez-le ! voilà, c'est dit !

En premier lieu, la tablette ne doit pas être connectée via le port USB.

Vous avez donc Heimdall de lancé, allez chercher chacun des fichiers présents dans l'archive de CynogenMod que vous avez décompressé précédemment. Chaque fichier est suffisamment explicite pour ne pas que j'ai à préciser dans quelles cases aller les chercher je pense ... :)

Heimdall Frontend.

Une fois l'opération effectuée, il faut éteindre la Samsung Galaxy Tab puis la rallumer en appuyant simultanément sur le bouton "Home" + "volume-bas" + "Power" et les maintenir enfoncer 3 secondes. La tablette passe alors en mode "Downlod". Il reste à la connecter en USB à votre Fedora puis cliquer sur le bouton "start" dans heimdall.

L'installation du nouveau firmware s'effectue, une fois terminée la tablette démarre en mode "recovery". Utiliser les boutons de volumes pour naviguer dans les options et le bouton "Power" pour valider votre choix. Afin de réinitialiser l'ensembles des repertoires, il faut effectuer un Wipe de la tablette en séléctionnant l'option correspondante et choisir "factory reset".
Une fois revenu à l'accueil du recovery, redémarrer la tablette, celle-ci est ptrête à être configurer puis utilisée !!!

Voilà, maintenant il ne reste plus qu'à remonter les bugs et participer :) !

Le "pourquoi" du Mercredi : Fedora-esay-karma - Comment changer le karma d'un rpm

Paquet Fedora du jour

Vous avez peut-être un jour du installer un paquet depuis koji ou en activant le dépôt updates-testing ? Et vous avez remarqué un petit karma pour le paquet qui indique si le paquet passe dans les stables ou pas sous peu ?
Votre curiosité ne vous a pas poussé plus loin ? Pas grave, aujourd'hui vous allez savoir comment contribuer sans trop d'effort à ce paquet qui vous tient à cœur.

Commençons tout d'abord par créer un compte fas. Une fois ceci où que vous vous rappelez votre identifiant nous allons pouvoir continuer.

Installons notre petit module, fedora-easy-karma. Maintenant, nous allons nous en servir avec un exemple pris au moment de la rédaction de cet article :

$ fedora-easy-karma --fas-username=identifiant
Getting list of installed packages...
Getting list of packages in updates-testing...
================================================================================
texmaker-2.3-1.fc14
================================================================================
Update ID: FEDORA-2011-4410
Release: Fedora 14
Status: testing
Type: bugfix
Karma: 1
Bugs: https://bugzilla.redhat.com/660215 - Bold and Highlighted text are persistent
Notes: Update to version 2.3
Submitter: deji
Submitted: 2011-03-30 03:46:26
Comments: bodhi - 2011-03-30 03:46:42 (karma 0)
This update has been submitted for testing by deji.
bodhi - 2011-03-30 20:00:19 (karma 0)
This update has been pushed to testing
marbolangos - 2011-04-01 13:49:00 (karma 1)
Update works!

https://admin.fedoraproject.org/updates/F14/FEDORA-2011-4410

inst. RPMS: texmaker-2.3-1.fc14.x86_64 - LaTeX editor (installed 0 days ago)

Comment? -1/0/1 ->karma, other -> skip>

Il ne vous reste plus qu'à voter si le paquet corrige le problème (1), vous ne savez pas (0) ou si ça ne change rien (-1). Ensuite le programme vous demande votre mot de passe. Et c'est terminé !

Installation en ligne de commande : yum install fedora-easy-karma

Installation avec l'interface graphique : Développement > Fedora update feedback made easy

Localisation dans le menu : Pas disponible dans les menus

Lancement en ligne de commande : /usr/bin/fedora-easy-karma

Site web : https://fedoraproject.org/wiki/Fedora_Easy_Karma

Astuces Fedora du Week End - NagStaMon - Avoir ces notifications Nagios intégrées au système de notification de Gnome ou KDE

Alexandre Frandemiche

nagstamon 0.9.4 settingsBon je vous avais promis une procédure d'installation de Nagios 3.X sous Fedora/CentOS/RHEL, bah presque ! :)
En attendant voici un outil open source bien pratique, équivalent des plugins Nagios Checker sous Firefox ou Chromium, permettant d'intégrer les notifications de Nagios directement à votre système d'exploitation !!! (et oui ça fonctionne même avec la fenêtre ;) ! )

NagStaMon est donc un logiciel qui permet d'intégrer les notifications Nagios directement dans votre barre de notification ! Il offre les mêmes fonctionnalités que les plugins cités ci-dessus :

  • visible de manière permanente sur le bureau
  • connexion à différent Nagios avec la possibilité de les activer/désactiver séparément
  • status rafraichit automatiquement
  • Info-bulle donnant un rapide résumé de la situation
  • notifie les utilisateurs via des sons et des clignotements dans la barre de notification
  • permet le filtre sur des services ou des hôtes à l'aide d'expression régulières
  • accès rapide à la page principale de Nagios , ainsi qu'à celles des services ou des hôtes
  • accès rapide aux services et hôtes correspondant aux alertes remontées
  • accès rapide aux hôtes via SSH/RDP/VNC/WWW à l'aide d'un clic droit sur l'info-bulle
  • suit les couleurs des status de Nagios (green=all ok, yellow=warning, orange=unknown, red=critical, darkred=unreachable, black=host is down)
  • possibilité de filtrer les alertes que l'on souhaite remonter
  • deux tailles possible de notification
  • possibilité de rendre la notification hors barre de status par simple glisser
  • démarre au lancement de la session
  • sauvegarde des préférences dans $HOME/.nagstamon.conf

nagstamon 0.9.4 notifications

Préparation de l'installation :

J'ai commencé par installer le Release Candidate, mais visiblement ce n'est pas encore ça ... j'ai donc installé la version stable 9.4
Cependant j'ai du user du yum afin de le lancer :
su -
yum install python-lxml sox
Dommage que les dépendances ne soient pas sur le rpm fournis ... c'est quand même tous l'avantage d'un rpm ... :)

Enfin un petit yum install http://downloads.sourceforge.net/project/nagstamon/nagstamon/nagstamon%200.9.4/nagstamon-0.9.4-2.noarch.rpm

Et voilà le tour est joué ! Il n'y a plus qu'à configurer le bébé et hop votre Nagios est en osmose avec votre Fedora :) !
@ bientôt !!!

Divertissement du Vendredi: GnuBG - Backgammon, un jeu qu'il est bien !

Paquet Fedora du jour

GNU BackgammonVoici un jeu dont m'a parlé vince sur un article précédent.

Le Backgammon est un jeu de stratégie plus simple que le jeu de Go, il est d'origine grecque-turque. Ce jeu se joue à l'aide de dès, il laisse alors un peu de place à la chance, ce qui permet des retournements de situations incroyables (sauf si l'on joue vraiment bien !).

En Grèce tous les bars mettent à disposition des clients des plateaux, autant dire que c'est un jeu populaire ! On y joue en sirotant un café frappé :)" class="smiley Si je me souviens bien : 1 cuillère de café à diluer, 3 de sucre, rajouter un peu d'eau et passer au mixeur : ça fait plein de mousse onctueuse, rajouter des glaçons et une paille.

Bon je dois avouer que comme ça sans lire le manuel du jeu, je n'ai rien compris !!! :)" class="smiley Mais voilà de quoi tenter d'apprendre à jouer : Fédération française de backgammon.
A priori il y a un mode apprentissage, de plus vous avez visiblement ce qu'il faut pour vous aider à améliorer votre jeu à l'aide d'algorithmes permettant de donner des statistiques de réussites sur votre prochain coup.

Bonne partie !!!

Installation en ligne de commande : yum install gnubg

Installation avec l'interface graphique : Jeux > A backgammon game and analyzer

Localisation dans le menu : Applications -> Jeux -> GNU Backgammon

Lancement en ligne de commande : /usr/bin/gnubg

Site web : http://www.gnubg.org/

La GUI du Jeudi : System-config-services - Une interface de gestion de service

Paquet Fedora du jour

system-config-servicesSystem-config-services est un petit utilitaire vous permettant de configurer l'arrêt, le démarrage ou encore redémarrage de vos services. Il ne s'arrête pas à ces fonctionnalités là puisqu'il permet aussi de déterminer si tel ou tel service doit être lancé automatiquement au démarrage !
Enfin, si vous le désirez, il permettra aussi de personnaliser le niveau dexécution de chacun de vos services.

Bref, petit utilitaire indispensable si l'on ne souhaite pas utiliser service et chkconfig en ligne de commande !

Installation en ligne de commande : yum install system-config-services yum install system-config-services-docs

Installation avec l'interface graphique : Outils Système > Utility to start and stop system services

Localisation dans le menu : Système > Administration > Services

Lancement en ligne de commande : /usr/bin/system-config-services

Site web : http://fedorahosted.org/system-config-services