Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

Mot-clefs : Informatique

Rotation de vidéo avec Mencoder

Alexandre Frandemiche

Ceci est une note afin de ne pas oublier comment faire la prochaine fois que j'utiliserai ma caméra embarquée pour une rando VTT comme un manche :)" class="smiley !

En effet, j'ai eu la bonne idée de filmer ce que je faisais avec une caméra Oregon. Super, sauf qu'évidemment, je l'ai tourné un quart de trop ! Donc soit je tourne mon écran si je veux regarder le résultat, soit je fais un fichier vidéo retouché pour ne plus avoir à faire fonctionner mon muscle stérno-cléido-mastoïdien, car admettons-le tourner son écran de 90° n'est pas toujours simple ... du coup on préfère tourner la tête !

Après tout ce blabla, et un # yum install mencoder lame lame-libs

Il ne me reste plus qu'à utiliser la commande suivante :

mencoder -ffourcc XVID -oac mp3lame -lavcopts acodec=mp3:abitrate=128 -ovc lavc -lavcopts vcodec=mpeg4:vbitrate=800 -vf rotate=2 mon_fichier.avi -o mon_nouveau_fichier.avi

Ici, la "seule" option qui m'interesse se trouve être rotate qui peut prendre 4 valeurs :

0 Rotation de 90 degres sens horaire et flip (par defaut).  
1 Rotation de 90 degres sens horaire   
2 Rotation de 90 degres sens anti horaire   
3 Rotation de 90 degres sens  anti-horaire et flip. 

Et voilà le travail, rien d'extraordinaire, mais ça me permettra de l'avoir sous la main pour la prochaine bourde :)" class="smiley !

Nouvelle version de photos-index

Aurélien Bompard

J'ai mis à jour mon afficheur d'albums photos par le web. Au menu de cette version 0.4 :
- ajout d'un générateur de flux Atom : make-atom.py
- utilisation de Python Imaging Library dans make-gallery.py plutôt que des appels système à ImageMagick (désactivé par défaut)
- possibilité de demander l'affichage d'une photo en particulier par l'URL (utilisé par le flux RSS)
- correction de quelques bugs mineurs

J'ai mis à jour l'article correspondant.


Voir en ligne : Photos-index version 0.4
Informatique

Nouvelle version de photos-index

Aurélien Bompard

J'ai mis à jour mon afficheur d'albums photos par le web. Au menu de cette version 0.4 :
- ajout d'un générateur de flux Atom : make-atom.py
- utilisation de Python Imaging Library dans make-gallery.py plutôt que des appels système à ImageMagick (désactivé par défaut)
- possibilité de demander l'affichage d'une photo en particulier par l'URL (utilisé par le flux RSS)
- correction de quelques bugs mineurs

J'ai mis à jour l'article correspondant.


Voir en ligne : Photos-index version 0.4
Informatique

Je serai présent aux RMLL

Aurélien Bompard

C'est dans le cadre de mon travail que je serai présent aux Rencontres Mondiales du Logiciel Libre à Mont de Marsan le jeudi 3 juillet dans l'après midi et le vendredi 4.

Le vendredi 4 au matin (9h45, aux aurores quoi), je présenterai Vigilo, une suite logicielle de supervision libre basée sur Nagios et RRDtool, développée par des collègues et moi-même à CS.

Vigilo ?

Pour ceux qui n'en ont pas déjà entendu parler (sur 01net et au salon Solutions Linux), Vigilo est une solution de supervision système et réseau bâtie sur Nagios, RRDtool, SEC et d'autres encore, qui apporte deux fonctions principales :
- la possibilité de superviser des parcs de très grande taille (plusieurs milliers voire dizaines de milliers de serveurs et d'équipements réseau)
- des interfaces plus "opérationnelles", c'est à dire taillées pour les besoins des exploitants et des NOC [1].

Si vous avez des parcs informatique soit de plus de 1000 équipements, soit répartis dans plusieurs sites (avec une volonté de centralisation de l'information), alors venez découvrir Vigilo. La présentation durera 45 minutes (probablement moins parce que je préfère les questions/réponses).

Et le reste du temps ?

Je vais arriver le jeudi après-midi (c'est un peu difficile d'être à Mont de Marsan pour 9h45 en partant le même jour...), et je vais probablement passer du temps à glaner des infos pour mon travail. Toutefois, j'essaierai de passer dire un petit coucou à mes amis de Fedora-FR qui seront présents. Dans tous les cas, on pourra se voir au Repas du Libre le jeudi soir, moi j'ai pris ma place !

Après ma présentation, ceux qui sont intéressés par la supervision réseau seront comblés, puisqu'il y aura une présentation de Centreon, qui est aussi une couche fonctionnelle au-dessus de Nagios, mais à destination d'un public différent (elle est axée sur la simplicité de configuration). Et juste avant ma présentation, on parlera de FAN, Fully Automated Nagios, que je ne connais pas et qui semble être une distribution spécialisée dans la supervision Nagios.

Bref, une session à ne pas rater si le sujet vous intéresse.

CS s'engage dans le libre

Bon, c'est de la pub gratuite, mais voilà : je suis très fier de l'engagement de ma société, CS, dans le logiciel libre et plus précisément de sa présence au salon Solutions Linux puis aux RMLL cette année. Alors il ne s'agit pas d'une orientation de toute la société, d'un virage stratégique, ou quoi que ce soit (CS c'est quand même plus de 2000 personnes), mais tout de même, deux autres collègues de CS réaliseront des présentations aux RMLL 2008 :
- une sur Xenomai dans l'aérospatiale par David Chabal,
- deux sur PostgreSQL par Jean-Christophe Arnu (grand gourou de PGSQL et co-fondateur de PostgresqlFR).

Voilà, pouvoir travailler avec et sur du logiciel libre au taf, c'est quand même vraiment cool :)

Informatique

Je serai présent aux RMLL

Aurélien Bompard

C'est dans le cadre de mon travail que je serai présent aux Rencontres Mondiales du Logiciel Libre à Mont de Marsan le jeudi 3 juillet dans l'après midi et le vendredi 4.

Le vendredi 4 au matin (9h45, aux aurores quoi), je présenterai Vigilo, une suite logicielle de supervision libre basée sur Nagios et RRDtool, développée par des collègues et moi-même à CS.

Vigilo ?

Pour ceux qui n'en ont pas déjà entendu parler (sur 01net et au salon Solutions Linux), Vigilo est une solution de supervision système et réseau bâtie sur Nagios, RRDtool, SEC et d'autres encore, qui apporte deux fonctions principales :
- la possibilité de superviser des parcs de très grande taille (plusieurs milliers voire dizaines de milliers de serveurs et d'équipements réseau)
- des interfaces plus "opérationnelles", c'est à dire taillées pour les besoins des exploitants et des NOC [1].

Si vous avez des parcs informatique soit de plus de 1000 équipements, soit répartis dans plusieurs sites (avec une volonté de centralisation de l'information), alors venez découvrir Vigilo. La présentation durera 45 minutes (probablement moins parce que je préfère les questions/réponses).

Et le reste du temps ?

Je vais arriver le jeudi après-midi (c'est un peu difficile d'être à Mont de Marsan pour 9h45 en partant le même jour...), et je vais probablement passer du temps à glaner des infos pour mon travail. Toutefois, j'essaierai de passer dire un petit coucou à mes amis de Fedora-FR qui seront présents. Dans tous les cas, on pourra se voir au Repas du Libre le jeudi soir, moi j'ai pris ma place !

Après ma présentation, ceux qui sont intéressés par la supervision réseau seront comblés, puisqu'il y aura une présentation de Centreon, qui est aussi une couche fonctionnelle au-dessus de Nagios, mais à destination d'un public différent (elle est axée sur la simplicité de configuration). Et juste avant ma présentation, on parlera de FAN, Fully Automated Nagios, que je ne connais pas et qui semble être une distribution spécialisée dans la supervision Nagios.

Bref, une session à ne pas rater si le sujet vous intéresse.

CS s'engage dans le libre

Bon, c'est de la pub gratuite, mais voilà : je suis très fier de l'engagement de ma société, CS, dans le logiciel libre et plus précisément de sa présence au salon Solutions Linux puis aux RMLL cette année. Alors il ne s'agit pas d'une orientation de toute la société, d'un virage stratégique, ou quoi que ce soit (CS c'est quand même plus de 2000 personnes), mais tout de même, deux autres collègues de CS réaliseront des présentations aux RMLL 2008 :
- une sur Xenomai dans l'aérospatiale par David Chabal,
- deux sur PostgreSQL par Jean-Christophe Arnu (grand gourou de PGSQL et co-fondateur de PostgresqlFR).

Voilà, pouvoir travailler avec et sur du logiciel libre au taf, c'est quand même vraiment cool :)

Informatique

FireFortune adapté pour Firefox 3

Aurélien Bompard

Une petite note pour dire que j'ai fait une nouvelle version de mon extension Firefortune pour Firefox 3. Elle est toujours dispo sur mon site, mais aussi sur addons.mozilla.org.

Pour rappel, il s'agit d'un petite extension sans prétentions qui permet d'appeler l'utilitaire "fortune" depuis Firefox. Elle ajoute aussi un bouton "Signer" dans Gmail, pour ajouter une signature aléatoire aux mails.

Comme toujours, si vous avez des retours...


Voir en ligne : FireFortune
Informatique

FireFortune adapté pour Firefox 3

Aurélien Bompard

Une petite note pour dire que j'ai fait une nouvelle version de mon extension Firefortune pour Firefox 3. Elle est toujours dispo sur mon site, mais aussi sur addons.mozilla.org.

Pour rappel, il s'agit d'un petite extension sans prétentions qui permet d'appeler l'utilitaire "fortune" depuis Firefox. Elle ajoute aussi un bouton "Signer" dans Gmail, pour ajouter une signature aléatoire aux mails.

Comme toujours, si vous avez des retours...


Voir en ligne : FireFortune
Informatique

Java est libre !

Aurélien Bompard

Ça y est, Java est enfin libre ! La dernière implémentation libre de Java, OpenJDK, passe enfin le très rigoureux "Java Compatibility Kit" (80 000 tests, 1 million de lignes de code), ce qui veut dire qu'elle se comporte comme toutes les autres implémentations de Java. Le "piège Java" décrié par la FSF est donc désamorcé.

Pour ceux qui ont suivi, la libération de Java a d'abord été faite sur une partie de la version de développement de Java 7, appelée IcedTea, à l'exception de quelques parties dont Sun n'avait pas le copyright. Les gens de GCJ/ClassPath ont donc essayé de combler ces vides. Puis, Sun s'est rendu compte que la version de développement ne sortirait pas avant encore un ou deux ans, et a donc libéré le code de Java 6, sous le nom OpenJDK. Là encore, il manquait des composants, que GCJ/ClassPath a essayé de combler. Aujourd'hui, ce travail est terminé, et OpenJDK passe la totalité des tests de compatibilité.

Un troll qui meurt. C'est beau.

EDITION : LinuxFR publie un article très complet sur cet événement, et qui corrige une erreur que j'ai faite (sur l'origine de IcedTea).


Voir en ligne : Java is finally Free and Open (Rich Sharples' Blog)
Informatique

Java est libre !

Aurélien Bompard

Ça y est, Java est enfin libre ! La dernière implémentation libre de Java, OpenJDK, passe enfin le très rigoureux "Java Compatibility Kit" (80 000 tests, 1 million de lignes de code), ce qui veut dire qu'elle se comporte comme toutes les autres implémentations de Java. Le "piège Java" décrié par la FSF est donc désamorcé.

Pour ceux qui ont suivi, la libération de Java a d'abord été faite sur une partie de la version de développement de Java 7, appelée IcedTea, à l'exception de quelques parties dont Sun n'avait pas le copyright. Les gens de GCJ/ClassPath ont donc essayé de combler ces vides. Puis, Sun s'est rendu compte que la version de développement ne sortirait pas avant encore un ou deux ans, et a donc libéré le code de Java 6, sous le nom OpenJDK. Là encore, il manquait des composants, que GCJ/ClassPath a essayé de combler. Aujourd'hui, ce travail est terminé, et OpenJDK passe la totalité des tests de compatibilité.

Un troll qui meurt. C'est beau.

EDITION : LinuxFR publie un article très complet sur cet événement, et qui corrige une erreur que j'ai faite (sur l'origine de IcedTea).


Voir en ligne : Java is finally Free and Open (Rich Sharples' Blog)
Informatique

Fon, créer un réseau Wifi universel et gratuit

Aurélien Bompard

Depuis le temps que je voulais écrire un article sur Fon, voilà, jp.fox en a écrit un mieux que ce que j'aurais pu faire... :) Merci !

Pour ceux qui sont déjà Foneros, mon identifiant est "abompard".

Une évolution qui pourrait être intéressante : faire communiquer les Foneras entre elles par un réseau mesh. Comme ça, si ma connexion internet vient à tomber, je passe directement sur celle du Fonero le plus proche ! Sympa, non ?


Voir en ligne : Fon, créer un réseau Wifi universel et gratuit (Le blog de jp.fox)
Informatique

Fon, créer un réseau Wifi universel et gratuit

Aurélien Bompard

Depuis le temps que je voulais écrire un article sur Fon, voilà, jp.fox en a écrit un mieux que ce que j'aurais pu faire... :) Merci !

Pour ceux qui sont déjà Foneros, mon identifiant est "abompard".

Une évolution qui pourrait être intéressante : faire communiquer les Foneras entre elles par un réseau mesh. Comme ça, si ma connexion internet vient à tomber, je passe directement sur celle du Fonero le plus proche ! Sympa, non ?

Fon, créer un réseau Wifi universel et gratuit (Le blog de jp.fox)Informatique

Welcome, Planet Fedora !

Aurélien Bompard

Thanks to Seth for making it so easy to be aggregated in Planet Fedora !

Since this should be the first post you see from me, dear Planet Fedora readers, a small introduction is in order.

Me first : I've been a contributor to the Fedora project for a long time, in fact since back in the days when it was still called "fedora.us" and was shipping contributions to the Red Hat Linux distribution. You'll find more details on my wiki page.

Then, this website. It's both a website and a blog :
- a website because I post here sometimes some relatively long and "out of time" articles (meaning : as relevant the following week as they ever were... ;o) )
- a blog too, because I also post some micro-articles called "brèves", which are more related to my day-to-day activity and what I find on the Net.

SPIP, the CMS I'm using, makes a clear difference between the two concepts, but the RSS feed you'll see on Planet merges them (which is the right thing to do if you ask me).

Most of my articles will be in French though, since it's my mother tongue. Sorry, yet another frenchie on the Fedora Planet aggregator... ;o)

Welcome to you, new reader, I hope I'll be up to the task !

Et voici la version française :

Merci à Seth de m'avoir inscrit sur Planet Fedora !

Une petite introduction est de circonstance.

Moi d'abord : je suis contributeur au projet Fedora depuis un certain temps (en fait, de l'époque où il s'appelait encore fedora.us et proposait des contributions pour Red Hat Linux 9). Je détaille un peu plus mes contributions à Fedora sur ma page wiki.

Ensuite, ce site. Il s'agit à la fois un site web et d'un blog :
- un site web parce que j'y poste parfois des articles assez longs et relativement "intemporels" (au sens : plus de 2 jours de validité... ;) ),
- un blog parce que j'y poste aussi des micro-articles appelés "brèves", qui, elles, concernent plus mon activité de tous les jours et les choses que je croise sur le Net.

SPIP, le moteur de site que j'utilise, fait bien la différence entre les deux concepts, mais le flux RSS que vous verrez sur Planet rassemble les deux (ce qui est à mon avis la bonne solution, au passage).

Bienvenue donc à tous mes nouveaux lecteurs, j'espère que je saurais être à la hauteur :)

Informatique

Welcome, Planet Fedora !

Aurélien Bompard

Thanks to Seth for making it so easy to be aggregated in Planet Fedora !

Since this should be the first post you see from me, dear Planet Fedora readers, a small introduction is in order.

Me first : I've been a contributor to the Fedora project for a long time, in fact since back in the days when it was still called "fedora.us" and was shipping contributions to the Red Hat Linux distribution. You'll find more details on my wiki page.

Then, this website. It's both a website and a blog :
- a website because I post here sometimes some relatively long and "out of time" articles (meaning : as relevant the following week as they ever were... ;o) )
- a blog too, because I also post some micro-articles called "brèves", which are more related to my day-to-day activity and what I find on the Net.

SPIP, the CMS I'm using, makes a clear difference between the two concepts, but the RSS feed you'll see on Planet merges them (which is the right thing to do if you ask me).

Most of my articles will be in French though, since it's my mother tongue. Sorry, yet another frenchie on the Fedora Planet aggregator... ;o)

Welcome to you, new reader, I hope I'll be up to the task !

Et voici la version française :

Merci à Seth de m'avoir inscrit sur Planet Fedora !

Une petite introduction est de circonstance.

Moi d'abord : je suis contributeur au projet Fedora depuis un certain temps (en fait, de l'époque où il s'appelait encore fedora.us et proposait des contributions pour Red Hat Linux 9). Je détaille un peu plus mes contributions à Fedora sur ma page wiki.

Ensuite, ce site. Il s'agit à la fois un site web et d'un blog :
- un site web parce que j'y poste parfois des articles assez longs et relativement "intemporels" (au sens : plus de 2 jours de validité... ;) ),
- un blog parce que j'y poste aussi des micro-articles appelés "brèves", qui, elles, concernent plus mon activité de tous les jours et les choses que je croise sur le Net.

SPIP, le moteur de site que j'utilise, fait bien la différence entre les deux concepts, mais le flux RSS que vous verrez sur Planet rassemble les deux (ce qui est à mon avis la bonne solution, au passage).

Bienvenue donc à tous mes nouveaux lecteurs, j'espère que je saurais être à la hauteur :)

Informatique

Une alternative à Google : Hooseek

Aurélien Bompard

Le paysage de la recherche sur internet est assez restreint : Google, Microsoft et Yahoo dominent le marché. Si Microsoft rachète effectivement Yahoo, la concentration sera encore plus grande. Or dans tous les écosystèmes, la diversité est importante et doit être protégée.

Hooseek

Je voudrais vous présenter aujourd'hui Hooseek. Hooseek n'est pas un autre moteur de recherche, mais plutôt un méta-moteur, c'est à dire qu'il peut utiliser les résultats de recherche fournis par les autres grands moteur de recherche : Google, Microsoft, Yahoo ou Ask. Ce sont les mêmes résultats, classés dans le même ordre. Où est la différence alors ?

Solidaire et éthique

A chaque recherche effectuée par un utilisateur de Hooseek, du trafic est généré vers le moteur de recherche choisi. En échange de ce trafic, le moteur de recherche reverse à Hooseek un peu d'argent.

L'utilisateur, lui, choisit jusqu'à 4 associations parmi une (très grande) liste sur le site de Hooseek. L'argent reversé par le moteur de recherche est alors donné aux associations choisies.

Donc en résumé, à chaque recherche faite sur Hooseek, c'est quelques centimes qui vont à vos associations favorites. Et les petits cours d'eau font les grandes rivières.

Des innovations techniques

Hooseek ne s'arrête pas là, et apporte aussi des innovations techniques. Ma préférée est ce qu'ils appellent l'ascenseur universel. Il s'agit tout simplement de mettre fin au systèmes de "page suivante" sur les moteurs de recherche classique : les 20 résultats suivants sont automatiquement préchargés en arrière-plan quand vous vous approchez du bas de la page.

Ça a l'air de rien, mais c'est vraiment très sympathique : j'ai plusieurs fois trouvé ma réponse dans les résultats 11-20 ou 21-30, alors que je n'aurais probablement pas cliqué sur "Page suivante" dans Google. Honnêtement, qui le fait à chaque fois ?

Vie privée

Enfin, et c'est un point qui me tient assez à cœur : quand je fais des recherches sur Hooseek, Google ne peut pas associer mes recherches à mon profil. En effet, les résultats sont bien renvoyés par Google, mais ils n'ont pas accès à l'identifiant de mon navigateur (le cookie), donc ils ne peuvent pas savoir que c'est moi qui fait la recherche.

On sait bien qu'il y a de moins en moins de vie privée sur internet, la faute entre autres à Google dont le métier est justement de corréler toutes les informations possibles pour proposer des publicités plus ciblées.

Utiliser Hooseek n'est sûrement pas la solution miracle, mais c'est à mon avis un pas dans la bonne direction. Que des avantages, aucun inconvénient !

Essayez-le pendant une semaine, vous verrez on s'y fait très bien.

Informatique

Une alternative à Google : Hooseek

Aurélien Bompard

Le paysage de la recherche sur internet est assez restreint : Google, Microsoft et Yahoo dominent le marché. Si Microsoft rachète effectivement Yahoo, la concentration sera encore plus grande. Or dans tous les écosystèmes, la diversité est importante et doit être protégée.

Hooseek

Je voudrais vous présenter aujourd'hui Hooseek. Hooseek n'est pas un autre moteur de recherche, mais plutôt un méta-moteur, c'est à dire qu'il peut utiliser les résultats de recherche fournis par les autres grands moteur de recherche : Google, Microsoft, Yahoo ou Ask. Ce sont les mêmes résultats, classés dans le même ordre. Où est la différence alors ?

Solidaire et éthique

A chaque recherche effectuée par un utilisateur de Hooseek, du trafic est généré vers le moteur de recherche choisi. En échange de ce trafic, le moteur de recherche reverse à Hooseek un peu d'argent.

L'utilisateur, lui, choisit jusqu'à 4 associations parmi une (très grande) liste sur le site de Hooseek. L'argent reversé par le moteur de recherche est alors donné aux associations choisies.

Donc en résumé, à chaque recherche faite sur Hooseek, c'est quelques centimes qui vont à vos associations favorites. Et les petits cours d'eau font les grandes rivières.

Des innovations techniques

Hooseek ne s'arrête pas là, et apporte aussi des innovations techniques. Ma préférée est ce qu'ils appellent l'ascenseur universel. Il s'agit tout simplement de mettre fin au systèmes de "page suivante" sur les moteurs de recherche classique : les 20 résultats suivants sont automatiquement préchargés en arrière-plan quand vous vous approchez du bas de la page.

Ça a l'air de rien, mais c'est vraiment très sympathique : j'ai plusieurs fois trouvé ma réponse dans les résultats 11-20 ou 21-30, alors que je n'aurais probablement pas cliqué sur "Page suivante" dans Google. Honnêtement, qui le fait à chaque fois ?

Vie privée

Enfin, et c'est un point qui me tient assez à cœur : quand je fais des recherches sur Hooseek, Google ne peut pas associer mes recherches à mon profil. En effet, les résultats sont bien renvoyés par Google, mais ils n'ont pas accès à l'identifiant de mon navigateur (le cookie), donc ils ne peuvent pas savoir que c'est moi qui fait la recherche.

On sait bien qu'il y a de moins en moins de vie privée sur internet, la faute entre autres à Google dont le métier est justement de corréler toutes les informations possibles pour proposer des publicités plus ciblées.

Utiliser Hooseek n'est sûrement pas la solution miracle, mais c'est à mon avis un pas dans la bonne direction. Que des avantages, aucun inconvénient !

Essayez-le pendant une semaine, vous verrez on s'y fait très bien.

Informatique

Bonjour aux lecteurs de Planet Fedora-FR !

Aurélien Bompard

Merci à Mr Tom de m'avoir inscrit sur Planet Fedora-FR !

Une petite introduction est de circonstance.

Moi d'abord : je suis contributeur au projet Fedora depuis un certain temps (en fait, de l'époque où il s'appelait encore fedora.us et proposait des contributions pour Red Hat Linux 9). Je détaille un peu plus mes contributions à Fedora sur ma page wiki.

Ensuite, ce site. Il s'agit à la fois un site web et d'un blog :
- un site web parce que j'y poste parfois des articles assez longs et relativement "intemporels" (au sens : plus de 2 jours de validité... ;) ),
- un blog parce que j'y poste aussi des micro-articles appelés "brêves", qui elles concernent plus mon activité de tous les jours et les choses que je croise sur le Net.

SPIP, le moteur de site que j'utilise, fait bien la différence entre les deux concepts, mais le flux RSS que vous verrez sur Planet rassemble les deux (ce qui est à mon avis la bonne solution, au passage).

Bienvenue donc à tous mes nouveaux lecteurs, j'espère que je saurais être à la hauteur :)

Informatique

Bonjour aux lecteurs de Planet Fedora-FR !

Aurélien Bompard

Merci à Mr Tom de m'avoir inscrit sur Planet Fedora-FR !

Une petite introduction est de circonstance.

Moi d'abord : je suis contributeur au projet Fedora depuis un certain temps (en fait, de l'époque où il s'appelait encore fedora.us et proposait des contributions pour Red Hat Linux 9). Je détaille un peu plus mes contributions à Fedora sur ma page wiki.

Ensuite, ce site. Il s'agit à la fois un site web et d'un blog :
- un site web parce que j'y poste parfois des articles assez longs et relativement "intemporels" (au sens : plus de 2 jours de validité... ;) ),
- un blog parce que j'y poste aussi des micro-articles appelés "brêves", qui elles concernent plus mon activité de tous les jours et les choses que je croise sur le Net.

SPIP, le moteur de site que j'utilise, fait bien la différence entre les deux concepts, mais le flux RSS que vous verrez sur Planet rassemble les deux (ce qui est à mon avis la bonne solution, au passage).

Bienvenue donc à tous mes nouveaux lecteurs, j'espère que je saurais être à la hauteur :)

Informatique

Microsoft/OOXML, langue numérique officielle de l'État...

Aurélien Bompard

Très bon article sur les évènements récents autour du RGI (Référenciel Général d'Interopérabilité) et de son lien avec le passage de MS OOXML à l'ISO.

Bravo à l'auteur.

Microsoft/OOXML, langue numérique officielle de l'État... (Artisan Numérique)Informatique

Microsoft/OOXML, langue numérique officielle de l'État...

Aurélien Bompard

Très bon article sur les évènements récents autour du RGI (Référenciel Général d'Interopérabilité) et de son lien avec le passage de MS OOXML à l'ISO.

Bravo à l'auteur.


Voir en ligne : Microsoft/OOXML, langue numérique officielle de l'État... (Artisan Numérique)
Informatique

Miro, l'avenir de la télévision

Aurélien Bompard

Ceux qui me connaissent personnellement savent que je n'ai pas de télé. Je ne trouve pas que les quelques programmes intéressants qui peuvent y passer parfois justifient le coût d'achat et le coût annuel. Et je trouve qu'on perd vraiment beaucoup de temps devant la télé, principalement parce qu'on est placé en position de récepteur inactif du flux d'images et de sons qui nous est déversé à toute vitesse dans le cerveau.

Notre seul moyen de contrôle sur ce qui nous est envoyé, c'est la télécommande. Quand on se rend compte que le contenu ne nous intéresse pas/plus, on peut choisir une autre chaîne, où on espère trouver un contenu qui nous intéressera davantage. La zapette est la seule chose qui nous différencie de l'oie, dont le foie se retrouvera sur nos tables à Noël. Elle nous permet de choisir la couleur du grain qui va être poussé au fond de notre gosier de téléspectateur.

De la passivité à l'activité

Enfin ce tableau est un peu caricatural, tout n'est pas si noir à la télé. Il y a certaines bonnes émissions, et celles que je trouve bonnes ne seront probablement pas les mêmes que celles que vous trouverez bonnes. Mais comment faire pour être plus actif dans notre sélection de programmes ? Avec la télévision actuelle, il y a deux solutions :
- soit on se débrouille pour être à l'heure devant son poste pour le début de l'émission, et on la suit jusqu'à la fin
- soit on programme son magnétoscope pour enregistrer l'émission sur une cassette.

La première solution s'adapte mal à une vie relativement active, où on ne peut pas forcément être à heure fixe devant son poste, ni y passer toute la durée de l'émission. Si il s'agit d'une émission ponctuelle, on n'est pas forcément disponible non plus à l'heure de diffusion et pendant toute la durée de la diffusion. Bref, c'est pas très souple.

La seconde solution n'est pas forcément meilleure, elle a pas mal d'inconvénients :
- il faut avoir un magnétoscope
- il faut avoir une cassette vierge
- il faut programmer l'enregistrement 10min avant et 30 min après pour être sûr de ne rien rater de l'émission, et résultat il faut se taper des avances et retours rapide à la visualisation pour trouver le contenu intéressant
- et je vous passe les détails, comme par exemple le fait qu'on puisse mettre deux émissions sur la même cassette, ce qui fait qu'après 2 ou 3 réenregistrements on ne sait plus ce qu'on a enregistré, la perte de qualité au fil des lectures/écritures, et autre joyeusetés.

En somme, nos deux options pour redevenir actif dans le choix de nos programmes ne sont ni souples ni pratiques. On reste finalement à l'état de consommateur passif.

Internet : l'avènement de la "vidéo à la demande"

Parallèlement à la télé, nous avons vu se développer ces dernières années la vidéo en ligne sur internet. Au début, seules quelques chaînes pionnières proposaient certaines de leurs émissions en ligne. Puis les mastodontes sont arrivés, je pense évidemment à Youtube, ainsi qu'à DailyMotion, Google Video, etc. La vidéo à la demande est devenue une réalité.

Depuis le succès de Youtube, de plus en plus de chaînes de télévision classique proposent la totalité ou la quasi-totalité de leur contenu en ligne, sous la forme de vidéos visionnables et/ou téléchargeables depuis leur site web. Aujourd'hui, une chaîne de télé qui n'a pas un site internet bien fourni en vidéo est même considéré "ringarde". On est en 2008, pas en 1998, quoi.

Mais bon, aller chercher les vidéos des émissions sur les sites des chaînes, qui sont tous différents dans leur mise en page et leur navigation, c'est encore beaucoup beaucoup moins pratique que de programmer son magnétoscope. On est donc loin d'une alternative à la télévision.

Internet : la technologie RSS

RSS, l'acronyme de Really Simple Syndication, est apparu sur le web il y a quelques années, et s'est répandu comme une traînée de poudre. On a vu fleurir des logos RSS et XML sur fond orange un peu partout, suivis par ce logo ressemblant à un émetteur radio stylisé, toujours sur fond orange.

Mais un flux RSS, qu'est-ce que c'est ? Wikipédia vous renseignera pleinement sur la question, mais un résumé en une ligne pourrait être le suivant : un flux RSS est une liste des dernières plublications d'un site, dans un format standard. Il permet donc de se tenir au courant des mises à jour d'un site (par exemple un blog) depuis n'importe quel logiciel qui comprend le format RSS. Cela permet, depuis le même logiciel, de suivre les mises à jour de plusieurs sites, voire de plusieurs dizaines de sites

VOD + RSS = Podcasts

La fusion de l'audio/vidéo en ligne et des flux RSS a donné lieu à une nouvelle technique : le Podcast. Le principe est le suivant : au lieu de référencer les articles d'un site web, le flux RSS référence les émissions audio ou vidéo d'un site. A partir de là, un lecteur audio/vidéo va lire régulièrement le fichier de mises à jour RSS, regarder si une nouvelle émission est disponible, et si c'est le cas la télécharger automatiquement sur l'ordinateur, en attente d'être lue.

Vous avez lu le début de cet article, vous voyez donc peut-être déjà le potentiel révolutionnaire de la technique du podcast par rapport à la télévision. Mais il faut savoir que pendant longtemps, le podcast était cantonné à des émissions audio uniquement, de type radio, destinées à être lues sur des balladeurs numériques (comme le célèbre iPod d'Apple). Les podcasts vidéo n'ont décollé que très dernièrement.

Miro

Et c'est là qu'apparaît Miro, en poussant l'idée du podcast encore plus loin : Miro considère ces flux RSS comme des chaînes de télévision, auxquelles ont peut s'abonner. C'est même encore plus granulaire, puisqu'un flux correspond à une émission périodique. C'est un peu comme si une chaîne de télévision classique proposait autant de "canaux" que d'émissions régulières.

Miro permet donc de s'abonner à ces émissions, et télécharge automatiquement la vidéo lorsqu'une nouvelle est disponible. Comme il intègre un lecteur de vidéo, le contenu est prêt à être visionné à tout moment, avec les avantages de la lecture de vidéo sur ordinateur : pause, déplacement, qualité constante, indexation, etc.

Mais où trouver ces chaînes, me demanderez-vous ? Le site de Miro propose un guide qui indexe toutes les chaînes disponibles dans Miro, avec tous les petits éléments pratiques du Web 2.0 : un moteur de recherche, des catégories, des tags, et les notes des lecteurs. Il devient très facile de trouver des émissions qui vont vous plaire.

Là où Miro va plus loin qu'un simple lecteur de podcasts, c'est qu'il propose une intégration avec les sites de vidéos en lignes les plus célèbres, comme bien entendu Youtube, Dailymotion, Google Video, Yahoo Video, etc. Il est possible de rechercher dans ces sites, puis de télécharger la ou les vidéos correspondantes sur son ordinateur, pour les regarder quand on le souhaite.

Cerise sur le gâteau, il est possible de sauvegarder une recherche sur Youtube par exemple en tant que "chaîne", pour laquelle les nouvelles vidéos seront automatiquement téléchargées, comme pour les chaînes cassiques. Si vous cherchez sur Youtube des vidéos de trappeurs canadiens et que vous enregistrez votre recherche en tant que chaîne, Miro téléchargera pour vous automatiquement toutes les vidéos sur les trappeurs canadiens qui pourraient être publiées dans le futur ! Top non ?

Il est important de signaler aussi que Miro est un logciel libre développé par une association à but non-lucratif, qui place très haut les valeurs de liberté des médias.

Miro est basé sur le même socle logiciel que Firefox, et fonctionne donc sur MS Windows, Mac, et Linux.

Personnellement, je transfère les vidéos que je télécharge avec Miro vers mon lecteur de vidéos portable. Quand comme moi on a 2 heures de transport en commun par jour, ça change la vie.

Les chaînes que je vous recommande :
- Google Tech Talks, les conférences chez Google sur des sujets très variés
- TED, des idées qui valent d'être diffusées
- Les Guignols, le Zapping et Groland, les émissions de Canal+ qu'on ne présente plus...
- Pop Siren, Webb Alert, Food Science et plein d'autres ! Mais ne suivez pas mes conseils, faites-vous votre propre avis !

Informatique