Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

GLPI version 9.2

Remi Collet

GLPI (Gestionnaire Libre de Parc Informatique) version 9.2 est publiée. Les RPM sont disponibles dans le dépôt remi-test pour Fedora ≥ 24 et Enterprise Linux ≥ 6.

Toutes les extensions n'étant pas encore publiées en version stable, c'est donc la version 9.1 qui reste dans le dépôt remi.

Actuellement dans le dépôt :

  • glpi-9.2-1
  • glpi-fusioninventory-9.2.0.1.0-1

Attention Attention: l'assistant d'installation est pour des raisons de sécurité uniquement accessible depuis le serveur sur lequel GLPI est installé. Voir le fichier de configuration (/etc/httpd/conf.d/glpi.conf) pour élargir temporairement cette autorisation si besoin.

Vous êtes invités à tester ces versions sur un environnement spécifique et à remonter vos questions, commentaires ou problèmes sur

Participez à la journée de test consacrée à l'internationalisation

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce mardi 19 septembre, est une journée dédiée à un test précis : sur l'internationalisation de Fedora. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Comme chaque version de Fedora, la mise à jour de ses outils impliquent souvent lapparition de nouvelles chaînes de caractères à traduire et de nouveaux outils liés à la prise en charge de langues (en particulier asiatiques).

Pour favoriser l'usage de Fedora dans l'ensemble des pays du monde, il est préférable de s'assurer que tout ce qui touche à l'internationalisation de Fedora soit testée et fonctionne. Notamment parce qu'une partie doit être fonctionnelle dès le LiveCD d'installation (donc sans mise à jour).

Les tests du jour couvrent :

  • Le bon fonctionnement d'ibus pour la gestion des entrées claviers ;
  • La personnalisation des polices de caractères ;
  • L'installation automatique des paquets de langues des logiciels installés suivant la langue du système ;
  • La traduction fonctionnelle par défaut des applications ;
  • Les polices Serif chinois par défaut (changement de Fedora 27) ;
  • Test de libpinyin 2.1 pour la saisie rapide du chinois Pinyin (changement de Fedora 27).

Bien entendu, étant donné les critères, à moins de savoir une langue chinoise, l'ensemble des tests n'est pas forcément réalisable. Mais en tant que francophones, de nombreuses problématiques nous concernent et remonter les problèmes est important. En effet, ce ne sont pas les autres communautés linguistiques qui identifieront les problèmes d'intégration de la langue française.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Bilan mensuel de la documentation francophone de Fedora-fr.org, numéro 2

Charles-Antoine Couret

Pour rappel, vous pouvez consulter l'état du travail en cours sur la documentation.

À cause des vacances et d'autres histoires personnelles, j'ai loupé le bilan d'août et j'ai moins contribué que la période juin-juillet. En cette rentrée, faisons quand même un bilan du travail abattu depuis deux mois.

Les sujets traités ont changé quelque peu. C'est plus centré autours des thématiques :

  • Les dépôts externes ;
  • La création de médias personnels et leur exploitation ;
  • L'usage serveur.

Personnellement je me suis occupé plutôt des deux premiers thèmes. Par exemple le dépôt de RPMFusion et les paquets multimédia qu'il propose sont un incontournable auprès des utilisateurs de Fedora. Il était important de s'y atteler car de nombreux paquets ont évolué, que ce soit des nouveaux venus, des évolutions majeures comme plus de codecs accessibles via mplayer ou GStreamer.

Concernant le deuxième point, il était nécessaire de revoir les procédures pour exploiter kickstart qui a évolué (notamment depuis l'apparition des Spins et des produits Server, Workstation et Cloud). Les moyens de télécharger Fedora ont changé, le Live CD a peu à peu laissé place au Live USB qui a été particulièrement mis en avant avec l'outil Fedora Media Writer. D'ailleurs l'installation d'un dual Boot avec Windows a aussi beaucoup évolué, car GRUB a changé avec sa version 2 ce qui a simplifié la procédure et Windows est aussi plus conciliant sur ce genre de cohabitation.

J'ai également rafraîchi la page d'aide pour contribuer à Fedora, car depuis le temps les sujets ont évolué, de nouvelles ressources ou secteurs ce sont développés comme l'assurance qualité et l'ajout aussi de la documentation francophone jusqu'ici absente.

Le dernier point a été particulièrement étudié par Nicolas, car Fedora a bien entendu un usage serveur important dont le paysage a changé. Outre MySQL devenu MariaDB, de nombreuses commandes ont changé avec lévolution des outils. Si lenvironnement web LAMP est surtout concerné, cela touche également SELinux, le serveur de courriel Dovecot et Openldap. Un énorme travail a été accomplis, donc merci à lui !

Je remercie également les autres contributeurs, relecteurs ou toute autres personnes qui se sont impliquées dans ce processus comme Édouard, Nicolas Chauvet, et d'autres.

Aujourd'hui donc, nous sommes à 42 articles traités, contre 25 au précédent bilan. Je suis satisfait des progrès réalisés sur la documentation. Il y a beaucoup de travail à mener encore, mais il semble possible que la documentation soit dans un état très acceptable d'ici Fedora 27 ou la fin de l'année 2017. Ensuite il faudra veiller à maintenir la documentation à jour continuellement et ajouter des articles suivant les besoins du moment.

Je vous invite en tout cas à nous donner un coup de main, pour cela je vous conseille de suivre la procédure pour contribuer à la documentation et si possible de participer à nos ateliers hebdomadaires tous les lundi soir à partir de 21h (heure de Paris) sur le canal IRC #fedora-doc-fr du serveur Freenode. Rien ne vous empêche de contribuer en dehors du cadre des ateliers, toute l'aide est la bienvenue. Alors, n'hésitez pas !

Petit bilan de Rawhide, épisode 5, septembre 2017

Charles-Antoine Couret

Je n'ai pas écrit de bilan de Rawhide en juin, juillet et août, l'approche de la version finale de Fedora 26 a amené trop peu de changements visibles pour que ce soit pertinent de les noter au départ puis j'ai manqué de temps pour traiter les avancées de Fedora 27.

Fedora 26 étant disponible depuis le 11 juillet, mon ordinateur personnel est repassé aussi tôt sur Fedora Rawhide qui est devenu il y a un mois Fedora 27 en devenir.

Fedora 27 Beta va d'ailleurs bientôt arriver, d'ici quelques semaines. Ce sera une première sans version Alpha préliminaire.

Changements

Dès le début GNOME 3.26 a des changements assez visibles. Je vous invite à lire les notes de versions pour plus de détails (et les illustrations). L'utilitaire gnome-tweak-tool a été remanié, les options sont plus nombreuses et le style de sélection ressemble à l'interface de GNOME Builder. Le centre de contrôle de GNOME a été également très modifié, avec une nouvelle organisation via cette barre latérale permanente et la refonte de nombreuses pages comme ce qui touche à l'affichage ou au réseau.

Je ne sais pas pourquoi mais la police par défaut de GNOME Terminal (police à chasse fixe) est Monospace Regular ce qui change bien entendu le rendu.

Quand les fenêtres dans GNOME sont rétrécies ou agrandies, il y a un nouvel effet visuel. Rien de sensationnel, mais c'est plutôt agréable sans pertes de performance dans la foulée j'ai l'impression. La barre de GNOME devient également transparente s'il n'y a pas de fenêtres maximisées.

Pendant quelques semaines, Empathy a également bénéficié de la refonte de son interface pour être plus homogène avec les autres applications GNOME en adoptant une interface proche de Polari. Mais cela était expérimental et l'interface habituelle a repli place. En espérant qu'il reviendra bientôt.

Et bien d'autres que je n'ai sans doute pas remarqué ou qui sont plus insignifiants.

Problèmes

Rawhide comporte bien évidemment de bogues. Même si des procédures doivent être mises en place durant ce cycle pour améliorer la qualité globale de cette branche de Fedora, des bogues importants resteront probablement présents.

En premier lieu, mon système de fichier /home chiffré avec LUKS n'était plus monté automatiquement. C'est plutôt gênant, on doit le faire à la main mais heureusement sans autres conséquences notamment en terme de cohérence des données. Heureusement corrigé depuis.

Un autre bogue, assez pénible, le sélecteur de fichier de GTK crashe. Donc dès qu'il faut choisir / ajouter un fichier dans un programme, l'application plante. Cela a été corrigé avant que je n'en fasse un rapport.

Firefox 55 a été oublié des mises à jour des paquets, à la base suite à des soucis pour le compiler puis par oubli du mainteneur. :-)" class="smiley

Sinon GNOME est très instable. La session se ferme régulièrement (toutes les heures presque) voire à certains moment comme à l'ouverture d'une machine virtuelle. Beaucoup de rapports de bogues tournent autours de ce sujet. Il semble que le composant gjs soit le fautif et une correction semble en cours. C'est rare que GNOME soit autant en difficulté et étant donné l'importance du sujet Fedora bloque l'évolution du cycle de F27 le temps que cela se calme.

PHP version 7.0.24RC1 et 7.1.10RC1

Remi Collet

Les versions Release Candidate sont disponibles dans le dépôt remi-test pour Fedora et Enterprise Linux (RHEL / CentOS) afin de permettre au plus grand nombre de les tester. Elles sont  fournit en Software Collections, pour une installation en parallèle, solution idéale pour ce type de tests. (uniquement pour x86_64) et également en paquets de base.

Les RPM de PHP version 7.1.10RC1 sont disponibles en SCL dans le dépôt remi-test et les paquets de base dans le dépôt remi-test pour Fedora 26-27 ou  remi-php71-test pour Fedora 24-25 et Enterprise Linux.

Les RPM de PHP version 7.0.24RC1 sont disponibles en SCL dans le dépôt remi-test et les paquets de base dans le dépôt remi-test pour Fedora 25 ou remi-php70-test pour Fedora 24 et Enterprise Linux.

PHP Version 5.6 est désormais en mode maintenance de sécurité, il n'y aura donc plus de Release Candidate.

PHP Version 7.2 est en mode développement, la version 7.2.0RC2 est aussi disponible.

emblem-notice-24.pngInstallation : voir la Configuration du dépôt et choisir la version.

Installation en parallèle, en Software Collections de PHP 7.0 :

yum --enablerepo=remi-test install php70

Installation en parallèle, en Software Collections de PHP 7.1 :

yum --enablerepo=remi-test install php71

Mise à jour, de PHP 7.0 :

yum --enablerepo=remi-php70,remi-php70-test update php\*

Mise à jour, de PHP 7.1:

yum --enablerepo=remi-php71,remi-php71-test update php\*

A noter : la version 7.1.10RC1 est aussi disponible dans Fedora rawhide (pour la QA).

emblem-notice-24.pngLes paquets pour EL-7 on été construit à partir de RHEL-7.4.

emblem-notice-24.pngLa version RC est généralement identique à la version finale (aucun changement accepté, à l'exception de correctifs de sécurité).

Software Collections (php70, php71)

Paquets standards (php)

PHP version 7.0.23 et 7.1.9

Remi Collet

Les RPM de PHP version 7.1.9 sont disponibles dans le dépôt remi pour Fedora 26 et dans le dépôt remi-php71 pour Fedora 24-25 et Enterprise Linux (RHEL, CentOS).

Les RPM de PHP version 7.0.23 sont disponibles dans le dépôt remi pour Fedora 25 et dans le dépôt  remi-php70 pour Fedora 24 et Enterprise Linux.

emblem-important-2-24.pngPHP version 5.5 a atteint sa fin de vie et n'est plus maintenu par le projet.

Ces versions sont aussi disponibles en Software Collections.

Pas de correctifs de sécurité ce mois ci, donc pas de mise à jour de la 5.6.31.

Annonces des versions :

emblem-notice-24.pngInstallation : voir l'assistant de configuration et choisir la version et le mode d'installation.

Remplacement du PHP par défaut du système par la version 7.1 (le plus simple) :

yum-config-manager --enable remi-php71
yum update

Installation en parallèle, en Software Collections de PHP 7.1 (x86_64 uniquement) :

yum install php71

Remplacement du PHP par défaut du système par la version 7.0 (le plus simple) :

yum-config-manager --enable remi-php70
yum update

Installation en parallèle, en Software Collections de PHP 7.0 (x86_64 uniquement) :

yum install php70

Et bientôt dans les mises à jour officielles:

emblem-important-2-24.pngÀ noter :

  • la version EL7 est construite avec RHEL-7.3
  • la version EL6 est construite avec RHEL-6.9
  • beaucoup de nouvelles extensions sont aussi disponible, voir PECL extension RPM status page

emblem-notice-24.pngInformations, lire :

Paquets de base (php)

Software Collections (php70 / php71)

PHP en route vers la sortie de la version 7.2.0

Remi Collet

La version 7.2.0RC1 vient juste d'être publiée. C'est maintenant la phase de stabilisation qui commence pour les développeurs, et de test pour les utilisateurs.

Les RPM sont disponibles dans le dépôt remi-php72 pour Fedora 25 et et Enterprise Linux 6 (RHEL, CentOS) ainsi qu'en Software Collection dans le dépôt remi-safe.

 

emblem-important-4-24.pngLe dépôt contient actuellement des versions en cours de développement qui ne sont pas destinées à être utilisées en production.

Lire aussi : PHP 7.2 en Software Collection

emblem-notice-24.pngInstallation : voir la Configuration du dépôt et choisir le mode d'installation.

Remplacement du PHP par défaut du système par la version 7.2 (le plus simple) :

yum-config-manager --enable remi-php72
yum update php\*

Installation en parallèle, en Software Collection de PHP 7.2 (x86_64 uniquement, recommandée pour les tests) :

yum install php72

emblem-important-2-24.pngÀ noter :

  • la version EL7 est construite avec RHEL-7.3
  • la version EL6 est construite avec RHEL-6.9
  • beaucoup d'extensions sont aussi disponibles, voir la page PECL extension RPM status.
  • suivre les commentaires pour les mise à jour jusqu'à la version finale.

emblem-notice-24.pngInformations, lire :

Paquets de base (php)

Software Collections (php72)

Résultats des élections de Fedora 08/17

Charles-Antoine Couret

Comme je vous le rapportais il y a peu, Fedora a organisé des élections pour renouveler partiellement le collège de ses organes.

Le scrutin est comme toujours un vote par valeurs. Nous pouvons attribuer à chaque candidat un certain nombre de points, dont la valeur maximale est celui du nombre de candidat, et le minimum 0. Cela permet de montrer l'approbation à un candidat et la désapprobation d'un autre sans ambiguïté. Rien n'empêchant de voter pour deux candidats avec la même valeur.

Les résultats pour le Conseil sont (seul le premier est élu) :

  # votes |  noms
- --------+----------------------
     505  | Justin W. Flory (jwf / jflory7)
- --------+----------------------
     492  | Dennis Gilmore (dgilmore / ausil)
     433  | Till Maas (tyll / till)
     354  | Langdon White (langdon)
     320  | Nick Bebout (nb)

À titre indicatif le score maximal possible était de 5 * 178 (pour 178 votants) soit 890.

Les résultats pour le FESCo sont (seuls les quatre premiers sont élus) :

  # votes |  noms
- --------+----------------------
     458  | Dennis Gilmore (dgilmore / ausil)
     438  | Till Maas (tyll / till)
     431  | Stephen Gallagher (sgallagh/sgallagh)
     330  | Randy Barlow (bowlofeggs/bowlofeggs)
- --------+----------------------
     296  | Dominik Mierzejewski (Rathann/rathann)

À titre indicatif le score maximal possible était de 5 * 150 (pour 150 votants) soit 150.

Les résultats pour le FAmSCo sont donc (seuls les trois premiers sont élus) :

  # votes |  noms
- --------+----------------------
     613  | Nick Bebout (nb/nb)
     551  | Itamar Reis Peixoto (itamarjp/itamarjp)
     541  | Sumantro Mukherjee (sumantro / sumantrom)
- --------+----------------------
     523  | Alex Oviedo Solis (alexove/alexove)
     490  | Eduardo Echeverria (echevemaster/echevemaster)
     469  | Daniel Lara (danniel/Danniel)
     467  | Eduard Lucena (x3mboy)
     449  | Ben Williams (Southern_Gentlem/jbwillia)
     445  | Sirko Kemter (gnokii/gnokii)
     443  | Andrew Ward (award3535)

À titre d'indication, la valeur maximale possible est de 10 * 148 (car il y a eu 148 votants) soit 1480.

Nous pouvons noter que globalement le nombre de votants pour chaque scrutin était proche aux alentours de 175-150 votants.. Les scores sont aussi plutôt éparpillés, avec souvent quelques membres assez largement en tête de chaque scrutin.

Bravo aux participants et aux élus, que le projet Fedora avance. :-)" class="smiley

Unités systemd avec docker

Matthieu Saulnier

Une fois encore le couple systemd-docker nous montre son efficacité... redoutable. J'ai pû monter un service en quelques minutes sans prise de tête ou complication imprévue; certes la partie zone DNS et reverse proxy était déjà en place, mais quand même. Je résumerais l'histoire en 4 étapes.

Veni

Le premier reflexe à avoir quand on veut monter un nouveau service, est de chercher sur la registry Docker officielle une image potable, et vérifier son Dockerfile pour voir si elle emballe pas quelques abérations. Moi je cherchais une image du service Searx, et je suis tombé sur une perle rare.

Vidi

L'image docker est basée sur Alpine Linux 3.6, elle n'a pas de volumes donc pas de données persistantes, et elle n'expose qu'un seul port, plus simple tu meurs. Petit plus, elle n'embarque pas les dépendances de compilation, elle se contente de compiler le programme sans faire de choses tordues avant ou après. Le script run.sh procède visiblement à quelques ajustements de la config du programme, notament la génération d'une clé d'authentification, qui sera regénérée à chaque lancement. Soit.

Vici \o/

Il ne reste plus qu'à concrétiser tout ça dans son terminal...

# docker pull wonderfall/searx

L'unité systemd aura les fonctionnalités suivantes:

  1. Lancer le processus dans le container et créer le container
  2. Le container utilise le serveur DNS de OpenDNS (fixe un bug avec NetworkManager et dnsmasq)
  3. Le container écoute sur le port 8089 de l'interface localhost (important)
  4. L'url de base est passée en variable d'environnement
  5. Envoi du signal reload au processus cloisonné
  6. Tuer le processus dans son container et laisser le container à l'abandon
  7. un nouveau container avec un nouveau nom sera créé au prochain redémarrage

# cat /etc/systemd/system/searx-casper-site.service
[Unit]
Description=Searx search engine
After=docker.service

[Service]
Restart=always
ExecStart=/usr/bin/docker run -i --dns 208.67.222.222 -p 127.0.0.1:8089:8888 \
          -e BASE_URL=https://search.casperlefantom.net \
          wonderfall/searx:latest
ExecReload=/usr/bin/kill -HUP $MAINPID

[Install]
WantedBy=multi-user.target

J'insiste sur le fait que vos containers doivent écouter seulement sur l'interface localhost pour des raisons de sécurité. Si le container écoute sur l'interface ethernet, alors son port d'écoute sera accessible depuis n'importe où sur Internet. Firewalld ne pourra rien faire pour vous. J'ai 2 reverses proxy devant, je serais bien embêté si on pouvait les bypasser >-)

# systemctl daemon-reload
# systemctl enable searx-casper-site.service
# systemctl start searx-casper-site.service

Les logs du programme sont automatiquement récupérés par Journald. L'étape de suppression des containers sans processus actif est relègué à une opération de nettoyage manuel. Je n'ai malheureusement pas trouvé d'autre solution, des disques trop lent sont assez problématiques et provoquent des erreurs de système de fichier en cours d'utilisation.

Unités systemd avec docker

Matthieu Saulnier

Une fois encore le couple systemd-docker nous montre son efficacité... redoutable. J'ai pû monter un service en quelques minutes sans prise de tête ou complication imprévue; certes la partie zone DNS et reverse proxy était déjà en place, mais quand même. Je résumerais l'histoire en 4 étapes.

Veni

Le premier reflexe à avoir quand on veut monter un nouveau service, est de chercher sur la registry Docker officielle une image potable, et vérifier son Dockerfile pour voir si elle emballe pas quelques abérations. Moi je cherchais une image du service Searx, et je suis tombé sur une perle rare.

Vidi

L'image docker est basée sur Alpine Linux 3.6, elle n'a pas de volumes donc pas de données persistantes, et elle n'expose qu'un seul port, plus simple tu meurs. Petit plus, elle n'embarque pas les dépendances de compilation, elle se contente de compiler le programme sans faire de choses tordues avant ou après. Le script run.sh procède visiblement à quelques ajustements de la config du programme, notament la génération d'une clé d'authentification, qui sera regénérée à chaque lancement. Soit.

Vici \o/

Il ne reste plus qu'à concrétiser tout ça dans son terminal...

# docker pull wonderfall/searx

L'unité systemd aura les fonctionnalités suivantes:

  1. Lancer le processus dans le container et créer le container
  2. Le container utilise le serveur DNS de OpenDNS (fixe un bug avec NetworkManager et dnsmasq)
  3. Le container écoute sur le port 8089 de l'interface localhost (important)
  4. L'url de base est passée en variable d'environnement
  5. Envoi du signal reload au processus cloisonné
  6. Tuer le processus dans son container et laisser le container à l'abandon
  7. un nouveau container avec un nouveau nom sera créé au prochain redémarrage

# cat /etc/systemd/system/searx-casper-site.service
[Unit]
Description=Searx search engine
After=docker.service

[Service]
Restart=always
ExecStart=/usr/bin/docker run -i --dns 208.67.222.222 -p 127.0.0.1:8089:8888 \
          -e BASE_URL=https://search.casperlefantom.net \
          wonderfall/searx:latest
ExecReload=/usr/bin/kill -HUP $MAINPID

[Install]
WantedBy=multi-user.target

J'insiste sur le fait que vos containers doivent écouter seulement sur l'interface localhost pour des raisons de sécurité. Si le container écoute sur l'interface ethernet, alors son port d'écoute sera accessible depuis n'importe où sur Internet. Firewalld ne pourra rien faire pour vous. J'ai 2 reverses proxy devant, je serais bien embêté si on pouvait les bypasser >-)

# systemctl daemon-reload
# systemctl enable searx-casper-site.service
# systemctl start searx-casper-site.service

Les logs du programme sont automatiquement récupérés par Journald. L'étape de suppression des containers sans processus actif est relègué à une opération de nettoyage manuel. Je n'ai malheureusement pas trouvé d'autre solution, des disques trop lent sont assez problématiques et provoquent des erreurs de système de fichier en cours d'utilisation.

PHP version 7.0.23RC1 et 7.1.9RC1

Remi Collet

Les versions Release Candidate sont disponibles dans le dépôt remi-test pour Fedora et Enterprise Linux (RHEL / CentOS) afin de permettre au plus grand nombre de les tester. Elles sont  fournit en Software Collections, pour une installation en parallèle, solution idéale pour ce type de tests. (uniquement pour x86_64) et également en paquets de base.

Les RPM de PHP version 7.1.9RC1 sont disponibles en SCL dans le dépôt remi-test et les paquets de base dans le dépôt remi-test pour Fedora 26 ou  remi-php71-test pour Fedora 23-25 et Enterprise Linux.

Les RPM de PHP version 7.0.23RC1 sont disponibles en SCL dans le dépôt remi-test et les paquets de base dans le dépôt remi-test pour Fedora 25 ou remi-php70-test pour Fedora 23-24 et Enterprise Linux.

PHP Version 5.6 est désormais en mode maintenance de sécurité, il n'y aura donc plus de Release Candidate.

PHP Version 7.2 est en mode développement, la version 7.2.0beta3 est aussi disponible.

emblem-notice-24.pngInstallation : voir la Configuration du dépôt et choisir la version.

Installation en parallèle, en Software Collections de PHP 7.0 :

yum --enablerepo=remi-test install php70

Installation en parallèle, en Software Collections de PHP 7.1 :

yum --enablerepo=remi-test install php71

Mise à jour, de PHP 7.0 :

yum --enablerepo=remi-php70,remi-php70-test update php\*

Mise à jour, de PHP 7.1:

yum --enablerepo=remi-php71,remi-php71-test update php\*

A noter : la version 7.1.7RC1 est aussi disponible dans Fedora rawhide (pour la QA).

emblem-notice-24.pngLa version RC est généralement identique à la version finale (aucun changement accepté, à l'exception de correctifs de sécurité).

Software Collections (php70, php71)

Paquets standards (php)

Da FAI

Matthieu Saulnier

Pour ceux qui ont des freebox, j'ai trouvé un petit tour rigolo. Si vous êtes comme moi et que vous voulez faire à l'occasion (petites coupures, autres...) des diagnostics rapides de l'ensemble de tous les composants réseau, afficher l'uptime de la freebox dans un terminal en une seule commande va être assurément intéressant.

Vous connaissez sans doute l'adresse pour afficher le rapport complet :

http://mafreebox.free.fr/pub/fbx_info.txt

Donc on peut déjà afficher le rapport complet dans un terminal :

casper@falcon ~ % export FBX=http://mafreebox.free.fr/pub/fbx_info.txt
casper@falcon ~ % curl $FBX

C'est un début mais ça floode encore pas mal le terminal, on peut faire mieux...

casper@falcon ~ % curl $FBX 2>/dev/null | grep "mise en route" | cut -d " " -f10,11,12,13
4 heures, 33 minutes

Bon, j'ai rien inventé, mais j'espère que cette astuce vous sera utile un jour. N'hésitez pas à mettre un pouce vert, un com', tout ce que vous voulez, et surtout de vous abonner pour être automatiquement averti de la sortie d'une nouvelle vidéo !

Élections pour le Conseil, FESCo et FAmSCo cette semaine

Charles-Antoine Couret

Comme le projet Fedora est communautaire, une partie du collège des organisations suivantes doit être renouvelée : Council, FESCo et FAmSCo. Et ce sont les contributeurs qui décident. Chaque candidat a bien sûr un programme et un passif qu'ils souhaitent mettre en avant durant leur mandat pour orienter le projet Fedora dans certaines directions. Je vous invite à étudier les propositions des différents candidats pour cela.

J'ai voté

Pour voter, il est nécessaire d'avoir un compte FAS actif et de faire son choix sur le site du scrutin. Vous avez jusqu'au lundi 14 août à 22h heure française pour le faire. Donc n'attendez pas trop.

Je vais profiter de l'occasion pour résumer le rôle de chacun de ces comités afin de clarifier l'aspect décisionnel du projet Fedora mais aussi visualiser le caractère communautaire de celui-ci.

Council

Le Council est ce qu'on pourrait qualifier le grand conseil du projet. C'est donc l'organe décisionnaire le plus élevé de Fedora. Le conseil définit les objectifs à long terme du projet Fedora et participe à l'organisation de celui-ci pour y parvenir. Cela se fait notamment par le biais de discussions ouvertes et transparentes vis à vis de la communauté.

Mais il gère également l'aspect financier. Cela concerne notamment les budgets alloués pour organiser les évènements, produire les goodies, ou des initiatives permettant de remplir les dits objectifs. Ils ont enfin la charge de régler les conflits personnels importants au sein du projet, tout comme les aspects légaux liés à la marque Fedora.

Les rôles au sein du conseil sont complexes.

Ceux avec droit de vote complet

Tout d'abord il y a le FPL (Fedora Project Leader) qui est le dirigeant du conseil et de facto le représentant du projet. Son rôle est lié à la tenue de l'agenda et des discussions du conseil, mais aussi de représenter le projet Fedora dans son ensemble. Il doit également servir à dégager un consensus au cours des débats. Ce rôle est tenu par un employé de Red Hat et est choisi avec le consentement du conseil en question.

Il y a aussi le FCAIC (Fedora Community Action and Impact Coordinator) qui fait le lien entre la communauté et l'entreprise Red Hat pour faciliter et encourager la coopération. Comme pour le FPL, c'est un employé de Red Hat qui occupe cette position avec l'approbation du conseil.

Il y a deux places destinées à la représentation technique et à la représentation plus marketing / ambassadrice du projet. Ces deux places découlent d'une nomination décidée au sein des organes dédiées à ces activités : le FESCo et le FAmSCo. Ces places sont communautaires mais ce sont uniquement ces comités qui décident des attributions.

Il reste deux places communautaires totalement ouvertes et dont tout le monde peut soumettre sa candidature ou voter. Cela permet de représenter les autres secteurs d'activité comme la traduction ou la documentation mais aussi la voix communautaire au sens la plus large possible. C'est pour l'une de ces places que le vote est ouvert cette semaine !

Ceux avec le droit de vote partiel

Un conseiller en diversité est nommé par le FPL avec le soutien du conseil pour favoriser l'intégration au sein du projet des populations le plus souvent discriminées. Son objectif est donc de déterminer les programmes pour régler cette problématique et résoudre les conflits associés qui peuvent se présenter.

Un gestionnaire du programme Fedora qui s'occupe du planning des différentes versions de Fedora. Il s'assure du bon respect des délais, du suivi des fonctionnalités et des cycles de tests. Il fait également office de secrétaire du conseil. C'est un employé de Red Hat qui occupe ce rôle toujours avec l'approbation du conseil.

FESCo

Le FESCo (Fedora Engineering Steering Committee) est un conseil entièrement composé de membres élus et totalement dévoués à l'aspect technique du projet Fedora.

Ils vont donc traiter en particulier les points suivants :

  • Les nouvelles fonctionnalités de la distribution ;
  • Les sponsors pour le rôle d'empaqueteur (ceux qui pourront donc superviser un débutant) ;
  • La création et la gestion des SIGs (Special Interest Group) pour organiser des équipes autour de certaines thématiques ;
  • La procédure d'empaquetage des paquets.

Le responsable de ce groupe est tournant. Les 9 membres sont élus pour un an, sachant que chaque élection renouvelle la moitié du collège.

FAmSCo

Le FAmSCo (Fedora Ambassadors Steering Committee) est l'équivalent du FESCo sur l'aspect plus humain du projet. Pendant que le FESCo se préoccupera beaucoup plus des empaqueteurs, la préoccupation de ce conseil est plutôt l'ambassadeur.

Voici un exemple des thèmes dont il a compétence :

  • Gérer l'accroissement des ambassadeurs à travers le mentoring ;
  • Pousser à la création et au développement des communautés plus locales comme la communauté française par exemple ;
  • Réaliser le suivi des évènements auxquels participent les ambassadeurs ;
  • Accorder les ressources aux différentes communautés ou activités, en fonction des besoin et de l'intérêt ;
  • S'occuper des conflits entre ambassadeurs.

Les 7 membres de cette équipe sont également entièrement élus avec une durée de mandat d'un an. Chaque élection renouvelle le collège par moitié.

Fin de vie de Fedora 24

Charles-Antoine Couret

C'est en ce mardi 8 août 2017 que Fedora 24 a été déclaré comme en fin de vie.

Qu'est-ce que c'est ?

Un mois après la sortie d'une Fedora version n, ici Fedora 26, la version n-2 (donc Fedora 24) est déclarée comme en fin de vie. Ce mois sert à donner du temps aux utilisateurs pour faire la mise à niveau. Ce qui fait qu'en moyenne une version est officiellement supportée pendant 13 mois.

En effet, la fin de vie d'une version signifie qu'elle n'aura plus de mises à jour et plus aucun bogue ne sera corrigé. Pour des questions de sécurité, avec des failles non corrigées, il est vivement conseillé aux utilisateurs de Fedora 24 et antérieurs d'effectuer la mise à niveau vers Fedora 26 ou 25.

Que faire ?

Si vous êtes concernés, il est nécessaire de faire la mise à niveau de vos systèmes. Vous pouvez télécharger des images CDs plus récentes.

Il est également possible de faire la mise à niveau sans réinstaller via DNF ou GNOME Logiciels. Pour cela, taper les commandes suivantes en root dans votre terminal :

Notez que vous pouvez également passer directement à Fedora 26 par ce biais en changeant le numéro de version correspondante dans la ligne idoine. Cependant cette procédure est plus risquée car moins testée.

GNOME Logiciels a également dû vous prévenir par une pop-up de la disponibilité de Fedora 25 ou 26. N'hésitez pas à lancer la mise à niveau par ce biais.

PHPUnit 6.3

Remi Collet

Les RPM de PHPUnit version 6.3 sont disponibles dans le dépôt remi pour Fedora ≥ 23 et pour Enterprise Linux (CentOS, RHEL...)

Documentation : PHPUnit 6.3 manual et Release Announcement for PHPUnit 6.3.0 (en anglais)

emblem-notice-24.pngCette nouvelle version nécessite PHP ≥ 7.0 et n'est pas rétro-compatible avec les versions précédentes, donc s'installe en parallèle de la version 5.

Installation, Fedora :

dnf --enablerepo=remi install phpunit6 

Installation, Enterprise Linux :

yum --enablerepo=remi install phpunit6 php-phpunit-dbunit3

Une fonction de compatibilité a été intégrée aux versions 4.8.35 et 5.7 qui permet d'utiliser les nouveaux espaces de nommages, l'adaptation étant simple (examples : fedora/autoloader, GLPI ou tc-lib-color).

Remarque: cet outil est une pièce essentielle de la QA PHP dans Fedora. Je prévois rapidement, une mise à jour dans Fedora 26 dès que php-sebastian-diff2 (revue #1478358) sera approuvé.

PHP version 7.0.22 et 7.1.8

Remi Collet

Les RPM de PHP version 7.1.8 sont disponibles dans le dépôt remi pour Fedora 26 et dans le dépôt remi-php71 pour Fedora 23-25 et Enterprise Linux (RHEL, CentOS).

Les RPM de PHP version 7.0.22 sont disponibles dans le dépôt remi pour Fedora 25 et dans le dépôt  remi-php70 pour Fedora 23-24 et Enterprise Linux.

emblem-important-2-24.pngPHP version 5.5 a atteint sa fin de vie et n'est plus maintenu par le projet.

Ces versions sont aussi disponibles en Software Collections.

Pas de correctifs de sécurité ce mois ci, donc pas de mise à jour de la 5.6.31.

Annonces des versions :

emblem-notice-24.pngInstallation : voir l'assistant de configuration et choisir la version et le mode d'installation.

Remplacement du PHP par défaut du système par la version 7.1 (le plus simple) :

yum-config-manager --enable remi-php71
yum update

Installation en parallèle, en Software Collections de PHP 7.1 (x86_64 uniquement) :

yum install php71

Remplacement du PHP par défaut du système par la version 7.0 (le plus simple) :

yum-config-manager --enable remi-php70
yum update

Installation en parallèle, en Software Collections de PHP 7.0 (x86_64 uniquement) :

yum install php70

Et bientôt dans les mises à jour officielles:

emblem-important-2-24.pngÀ noter :

  • la version EL7 est construite avec RHEL-7.3
  • la version EL6 est construite avec RHEL-6.9
  • beaucoup de nouvelles extensions sont aussi disponible, voir PECL extension RPM status page

emblem-notice-24.pngInformations, lire :

Paquets de base (php)

Software Collections (php70 / php71)

Vacances

Remi Collet

Mes vacances commencent aujourd'hui, il est temps de rechercher les batteries, en mode déconnecté.

Le dépôt ne sera donc pas mis à jour avant le 1er aout.

 

Bilan mensuel de la documentation francophone de Fedora-fr.org, numéro 1

Charles-Antoine Couret

J'ai décidé d'essayer de publier un bilan mensuel de l'état d'avancement des travaux de la documentation francophone de Fedora-fr. Ce bilan compilera en somme les bilans hebdomadaires envoyés sur la liste de diffusion.

Tout d'abord, nous avons catalogué les pages à traiter suivant l'état actuel des pages pour déterminer l'étendu du travail à mener sur chacune. Ensuite chaque page sera mise à jour afin d'être compatible avec les versions de Fedora récentes quitte à supprimer les passages concernant les versions plus anciennes, n'étant plus supportées. Ce qui rendra la documentation plus claire et utile.

Ensuite, les travaux se sont concentrés surtout autour de trois axes :

  • Les premiers pas d'un utilisateur ;
  • Le matériel ;
  • Le réseau.

Le premier cas était sans doute prioritaire, les nouveaux utilisateurs de Fedora ne pouvaient pas débuter avec notre documentation qui était bien trop ancienne. La procédure d'installation a été profondément remaniée, GNOME 3 a subi des changements non négligeables depuis ses débuts, la procédure de mise à niveau également. Les dual-boot avec Windows, via GRUB2, ont aussi changé, cela s'est considérablement simplifié.

Enfin, dnf a remplacé yum pour gérer les paquets ce qui rend beaucoup de manipulations de fait obsolètes. Les pages doivent s'adapter à cette nouvelle donne pour simplifier la vie des lecteurs.

C'est pourquoi je me suis attelé sur ces articles en premier afin qu'un curieux puisse être le plus autonome possible.

Le second cas est dû à l'évolution du matériel opérée depuis 5-6 ans. Les SSD s'imposent peu à peu tout comme les systèmes type Optimus, les pilotes graphiques libres et proprio ont également beaucoup changé (positivement bien entendu). Mettre à jour ces sujets permet de mieux servir le lecteur par rapport à ses besoins d'aujourd'hui. Nicolas a beaucoup travaillé sur la question et je le remercie car cela devenait nécessaire.

Il faudra peut être compléter cela par des articles à propos de Wayland ou libinput par exemple qui ont un impact non négligeable sur la couche graphique et des entrées / sorties du système.

Le troisième cas reflète les améliorations apportées par NFS depuis mais aussi le pare-feu de Fedora qu'est firewalld. Ce dernier n'étant globalement utilisé que dans l'écosystème Fedora / RHEL, la documentation existante en français reste assez pauvre, il est important de pouvoir guider pour apprendre son fonctionnement de base.

Nicolas là encore a beaucoup œuvré sur ce point. Merci à lui.

À l'heure actuelle, en un peu plus d'un mois de travail à 2 (+ quelques relecteurs et contributeurs dont l'aide est toujours appréciée), près de 25 articles ont été traités. Et il y a encore beaucoup à faire. Dans notre première estimation du travail à mener, près de 45 articles restent à gérer. Et beaucoup d'autres pages n'ont pas été incluses dans cette procédure, une nouvelle itération aura lieu pour s'en charger.

Et c'est sans compter les pages à créer pour traiter des situations nouvelles et répondre aux besoins des utilisateurs comme Wayland ou Flatpaks.

En tout cas je suis satisfait des progrès réalisés sur la documentation. Il y a beaucoup de travail à mener encore, mais il semble possible que la documentation soit dans un état très acceptable d'ici Fedora 27 ou la fin de l'année 2017. Ensuite il faudra veiller à maintenir la documentation à jour continuellement et ajouter des articles suivant les besoins du moment.

Je vous invite en tout cas à nous donner un coup de main, pour cela je vous conseille de suivre la procédure pour contribuer à la documentation et si possible de participer à nos ateliers hebdomadaires tous les lundi soir à partir de 21h (heure de Paris) sur le canal IRC #fedora-doc-fr du serveur Freenode. Rien ne vous empêche de contribuer en dehors du cadre des ateliers, toute l'aide est la bienvenue. Alors, n'hésitez pas !

Systeme UEFI pur

Matthieu Saulnier

Tu veux voir si ton système est en pur UEFI ?

ls /sys/firmware/efi

si le répertoire existe, la réponse est OUI ! (J'ai trouvé un excellent article en anglais, entre parenthèses...)

Fedora 26 est officiellement stable !

Charles-Antoine Couret

En ce mardi 11 juillet 2017, le projet Fedora est fier dannoncer la sortie de la distribution GNU/Linux Fedora 26.

Cette version de Fedora s'est surtout concentrée sur trois axes : couche graphique, l'installation et Fedora.next.

F26.jpg

Couche graphique

L'environnement bureautique par défaut, GNOME, évolue à la version 3.24. Cette version propose entre autres :

  • Les icônes du projet GNOME ont été redessinées, pour être plus grandes et modernes.
  • La mise à disposition du mode nuit, pour que les couleurs de l'interface passent progressivement au rouge durant la nuit pour prévenir la fatigue oculaire.
  • Un rafraîchissement de l'interface du centre de configuration, pour la simplifier et la rendre plus cohérente avec le reste. Par exemple vous pourrez voir le niveau d'encre de vos imprimantes sans avoir à les sélectionner.
  • La nouvelle applications Recettes, pour lire, rédiger ou évaluer des recettes de cuisine.
  • Les tablettes Wacom sont prises en charge sous Wayland et leur configuration a été raffinée.
  • La zone de notification a été améliorée et propose en plus les informations météorologiques.
  • Des corrections et des nouvelles fonctionnalités dans les applications Photos, Web, Polari, Builder, etc.

Mode_nuit.png

Création d'une image dédiée (dite spin) avec l'environnement LXQt par défaut. Cet environnement de bureau repose sur la bibliothèque Qt, tout comme KDE par exemple, et était disponible depuis Fedora 22 dans les dépôts. Cet environnement se veut cependant plus léger que KDE en restant plus simple. Il est donc possible pour ses utilisateurs d'installer Fedora avec uniquement cet environnement, sans recourir à un environnement intermédiaire ou à une installation textuelle.

Le pilote Synaptics pour les touchpads, dans les sessions Xorg, est remplacé par libinput. Le paquet xorg-x11-drv-synaptics est donc supprimé par défaut mais reste disponible dans les dépôts pour ceux qui le souhaitent. L'objectif est de mutualiser cette partie avec Wayland (qui repose sur libinput également) et de bénéficier de ses options de configuration et autres fonctionnalités comme par exemple la gestion des gestes (comme zoomer en pinçant) et du multi-point.

Installateur

Utilisation de l'interface graphique de blivet pour le partitionnement dans l'installateur Anaconda, en plus de l'interface traditionnelle. L'objectif est de fournir une autre approche pour cette étape cruciale afin de satisfaire les besoins du plus grand nombre, c'est pourquoi l'interface traditionnelle reste disponible. L'approche d'Anaconda était top-down, à savoir que l'utilisateur définissait ses points de montage et ses propriétés afin qu'Anaconda définisse les partitions correspondantes et leur agencement. Avec blivet, c'est plutôt l'inverse car les disques et leurs états sont affichés pour que l'utilisateur puisse concevoir les partitions et volumes logiques avant de définir à la fin les points de montage. Cette interface est donc plus proche de ce que propose gparted.

Fedora Media Writer prend en charge les images ARM. L'installateur officiel et recommandé pour générer et écrire vos images de Fedora sur vos médias d'installation gère donc plus d'architectures. Pour rendre cela possible, FMW gère mieux les cartes SD, qui sont préférées aux clés USB sur cette architecture généralement. Les cartes à base d'ARM officiellement supportées pour le moment sont le Raspberry 2 et 3.

F26-Anaconda-Blivet.png

Fedora.next

Mise à disposition comme expérimental de la modularité dans une déclinaison de Fedora Server nommée Boltron. L'objectif de la modularité est d'implémenter les résolutions prises du projet Fedora.NEXT, dont le but est de pouvoir utiliser des logiciels ou du moins piles applicatives en dehors des cycles de développement de Fedora.

Par exemple, Fedora 26 propose par défaut nodejs en version 6.10. Sauf que la version 8 est disponible et que faute d'applications compatibles et de support assez long de nodejs, Fedora ne l'utilise pas encore. Vous pouvez donc installer la version 8 en utilisant la commande :

dnf install nodejs-8

Pour revenir à la version par défaut de nodejs pour Fedora 26, il suffit de faire :

dnf install nodejs-f26

Pour l'instant ce sont surtout des piles applicatives qui sont prises en charge : PHP, Apache, MariaDB, PostgreSQL, DHCP, Perl, etc. Notons que c'est encore en expérimental et que les possibilités offertes restent pour l'instant limitées. Vous pouvez suivre sur Youtube leurs progrés hebdomadaires.

Et comme d'habitude, Fedora 26 réserve bien d'autres surprises à découvrir.

Liens

Page générée le 23 fév 2018 à 01:23