Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

Mot-clefs : Fedora

[F28] Participez à la journée de test consacrée à la mise à niveau

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce jeudi 19 avril, est une journée dédiée à un test précis : sur la mise à niveau de Fedora. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Nous sommes proches de la diffusion de Fedora 28 édition finale. Et pour que ce lancement soit un succès, il est nécessaire de s'assurer que le mécanisme de mise à niveau fonctionne correctement. C'est-à-dire que votre Fedora 26 ou 27 devienne une Fedora 28 sans réinstallation, en conservant vos documents, vos paramètres et vos programmes. Une très grosse mise à jour en somme.

Les tests du jour couvrent :

  • Mise à niveau depuis Fedora 26 ou 27, avec un système chiffré ou non ;
  • Même que précédemment mais avec KDE comme environnement ou une version Spin quelconque ;
  • De même avec la version Server au lieu de Workstation ;
  • En utilisant GNOME Logiciels plutôt que dnf.

En effet, Fedora propose depuis quelques temps déjà la possibilité de faire la mise à niveau graphiquement avec GNOME Logiciels et en ligne de commande avec dnf. Dans les deux cas le téléchargement se fait en utilisation normale de votre ordinateur, une fois que ce sera prêt l'installation se déroulera lors du redémarrage.

Pour ceux qui veulent bénéficier de F28 avant sa sortie officielle, profitez-en pour réaliser ce test, que cette expérience bénéficie à tout le monde. :-)" class="smiley

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

[F28] Participez à la journée de test consacrée à Anaconda

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce lundi 16 avril, est une journée dédiée à un test précis : sur Anaconda. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Anaconda est depuis les débuts de Fedora le programme qui permet de l'installer sur votre machine. Anaconda a subi avec les années de nombreux changements que ce soit dans son architecture interne tout comme son interface utilisateur.

Et pour Fedora 28, Anaconda va bénéficier du début d'une profonde refonte technique en le rendant plus modulaire. L'objectif est que des composants d'Anaconda communiquent entre eux via DBus et que selon les versions de Fedora (ou de toute personnalisation de celui-ci) des modules soient activés, désactivés voire ajoutés afin de ne proposer que ce qui est nécessaire. L'ajout des modules se fera en plusieurs cycles de Fedora.

De plus, Fedora 28 propose une refonte des responsabilités entre Anaconda et gnome-initial-setup pour éviter qu'une question ne soit posée deux fois à l'utilisateur inutilement.

C'est donc un composant critique et il est nécessaire de s'assurer qu'il fonctionne pour le jour de la sortie officielle.

L'objet de cette journée de tests est bien entendu de valider l'ensemble de ces changements, en étant sûr que le résultat est fiable et fonctionnel.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-day et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

[F28] Participez à la journée de test consacrée au noyau Linux 4.16

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce vendredi 13 avril, est une journée dédiée à un test précis : sur le noyau Linux 4.16. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Le noyau Linux est le cœur du système Fedora (et des autres distributions GNU/Linux). C'est le composant qui fait le lien entre les logiciels et le matériel. C'est lui qui permet aux processus de travailler ensemble sur un même ordinateur et de pouvoir utiliser les périphériques (à travers des pilotes) disponibles sur chaque machine.

C'est donc un composant critique et il est nécessaire de s'assurer qu'il fonctionne.

Les tests du jour couvrent :

  • L'exécution des tests automatisés par défaut et ceux de performances ;
  • Vérifier que la machine démarre correctement ;
  • Vérifier que le matériel est bien exploité (affichage, claviers, souris, imprimantes, scanners, USB, carte graphique, carte son, webcam, réseau filaire et wifi, etc.)

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-day et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Du test de Fedora à une contribution pour Yocto / OpenEmbedded

Charles-Antoine Couret

Comme vous le savez certainement, je suis un amateur de Fedora depuis longtemps (merci papa), je prépare des dépêches de sortie depuis Fedora 9, et je teste les versions instables sur ma machine principale depuis Fedora 15. Cela est un moyen efficace de trouver des bogues pour les corriger avant la sortie finale (et ainsi améliorer la qualité pour tout le monde). La rédaction des dépêches permettant de voir l'ensemble des changements opérés à chaque fois en avance.

À l'occasion de la sortie de Fedora 28 Bêta, j'ai voulu préparer le terrain pour ma machine professionnelle pour m'assurer que mon travail serait possible dans cet environnement sans perdre de temps. Si globalement le système tourne bien, restait à s'assurer que mon travail compilerait toujours. Avec des changements de versions pour GLibc et GCC, rien n'est garanti.

Contexte

Pour le compte de mon employeur, le client actuel il y a deux Yocto utilisés (un par projet). L'un est un Yocto Pyro fourni par Toradex pour une plateforme iMX7D, l'autre un Yocto Rocko fourni par Variscite pour une plateforme iMX6. Comme ce sont des versions récentes, la probabilité que le comportement diverge est faible (et en réalité, ce sera le cas, seule un correctif supplémentaire sera nécessaire pour le Yocto Pyro).

Yocto est un système de génération de distribution. Grâce à un système de recettes et de couches, nous pouvons intégrer des logiciels provenant de différentes sources, les configurer et les assembler pour générer différentes images et des paquets. Pour cela, comme pour tout système similaire (comme buildroot), Yocto récupère les sources des compilateurs, des bibliothèques de base, etc. Il compile une chaîne de compilation croisée ce qui permet d'exécuter par exemple un compilateur comme GCC sur mon ordinateur de travail (d'architecture x86_64 Intel) mais dont le résultat sera exploitable sur la carte cible donc des processeurs ARM dans mon cas. Ensuite cette chaîne de compilation servira à générer l'ensemble des paquets et l'image finale pour la carte électronique du projet.

Pour la génération de la chaîne de compilation croisée, Yocto a besoin d'utiliser des outils déjà présents dans ma machine. Typiquement le compilateur GCC de mon architecture. C'est pour cette étape que changer de version de Fedora peut être risqué. Car si GCC change, le comportement pour générer la chaîne de compilation croisée aussi. Exemple : quand GCC active par défaut l'usage de CPP 14 certains programmes ne sont plus compilables en l'état car ils ne respectent pas cette nouvelle version du langage et il faut dans ce cas préciser à GCC de ne pas utiliser le comportement par défaut, ou rendre le programme compilé compatible CPP 14.

Et le soucis avec Fedora 28 ?

Pour minimiser les différences entre les distributions (Ubuntu, Fedora, Debian, etc.), Yocto a introduit par défaut un paquet yocto-uninative qui est un glibc-native précompilé pour la machine hôte (ici mon Fedora x86_64). Cela autorise par exemple à deux distributions de partager le cache de Yocto et que la compilation aboutisse malgré des glibc qui diffèrent. Cela n'est possible que parce que Glibc est globalement rétrocompatible dans les symboles.

Mais avec Fedora 28, le paquet yocto-uninative de Yocto ne fonctionne plus. Il faut compiler glibc-native à la main. Si cela ne constitue pas un frein pour travailler mais c'est une régression importante qu'il convient de corriger avant la sortie officielle de Fedora 28. D'autant que Yocto prépare la sortie de sa nouvelle version sumo et être compatible avec Fedora 28 est un gros plus.

Le problème survient lors de la compilation de bibliothèques Perl, qui se plaignent que le symbole XCRYPT_2.0 de la bibliothèque libcrypt n'existe pas. Et en effet, dans le glibc fournit par yocto-uninative, ce symbole n'existe pas alors qu'il existe dans la version de mon système. En somme, il y a une incompatibilité entre les deux en terme de symboles alors qu'il est nécessaire que cela corresponde pour continuer.

Je regarde dans les changements de Fedora 28 pour comprendre et je retombe sur cette page. Des développeurs de Fedora ont proposé de séparer glibc et libcrypt. Le but est de permettre de faire évoluer ce dernier plus facilement et rapidement. libcrypt serait fournie par le biais du programme libxcrypt. Mais l'équipe de glibc n'a pas encore intégré ce changement, Fedora est ainsi la seule distribution à avoir ce comportement par défaut.

Et c'est là d'où vienne les ennuis, si libxcrypt est rétro-compatible avec l'ancien libcrypt (il fournit les symboles que libcrypt fournissaient), l'inverse n'est pas vrai et on le voit par l'ajout du symbole XCRYPT_2.0.

Travail en amont

Pour corriger cela, il faut agir au niveau de Yocto. Je rejoins donc le canal IRC de #yocto sur Freenode pour expliquer le problème et qu'on élabore une marche à suivre. C'est ainsi que Joshua Watt de Garmin et Richard Purdie d'Intel, deux contributeurs de Yocto ont souhaité m'aider à résoudre ce problème.

Étape 1, générer un yocto-uninative depuis Fedora 28 et l'utiliser localement pour vérifier si cela résout mon soucis. Il faut donc créer la recette pour compiler libxcrypt, puis modifier celui de glibc pour ne pas compiler et de ne pas utiliser son libcrypt interne quand on souhaite générer un SDK. Je dois également corriger Perl (via un correctif déjà existant dans le paquet RPM de Fedora) pour utiliser libxcrypt convenablement avec.

Cela fonctionne bien. Du coup étape 2, j'envoie aux deux développeurs mon yocto-uninative pour qu'ils le testent de leur côté que la compatibilité est bonne sur Ubuntu ou Fedora 27. Cela fonctionne bien aussi.

Étape 3, nettoyer mon travail et l'envoyer en amont pour que tout le monde en bénéficie. Et les prochains yocto-uninative seront compatibles avec Fedora 28. Richard Purdie ira plus loin dans l'utilisation de libxcrypt en utilisant le concept de virtual/crypt. Sachant que ce travail devrait finir par disparaître quand Glibc officiel intégrera le changement de Fedora, normalement cette année.

Et quelques jours plus tard, le travail est publié ici et .

Conclusion

Tout d'abord que le Logiciel Libre est un travail d'équipe, vraiment. Grâce à Joshua et Richard j'ai gagné du temps en recherche d'info, de solution et dans la réalisation des tests. Leur aide a été précieuse. Et eux ont pu bénéficier un retour de Yocto sur Fedora 28 avant sa sortie, permettant de corriger des soucis avant qu'une horde d'utilisateurs ne viennent se plaindre que cela ne fonctionne pas. Et bien entendu les futurs utilisateurs de Fedora 28 et de Yocto pourront se contenter d'utiliser Yocto sans soucis et sans rien faire.

Ensuite, les tests c'est important. En testant les Fedora instables, on découvre des soucis et on peut les résoudre avant que l'utilisateur lambda ne s'en serve. Cela améliore grandement le confort d'utiliser la distribution. Et comme ce changement sera dans glibc officiel, cela permet de préparer le reste du Logiciel Libre à l'arrivée de ce genre de changements majeurs sous le capot.

Pour finir, tester Fedora et écrire les dépêches de sortie me permettent d'être à l'aise avec la distribution au fil du temps. J'ai pu identifier et corriger le soucis plus vite que si je ne maîtrisais pas mon système, car je sais où chercher l'infomation

[F28] Participez à la journée de test consacrée à la version Atomic / Cloud

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce mercredi 11 avril, est une journée dédiée à un test précis : sur l'image Atomic / Cloud de Fedora. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

La version Cloud de Fedora est un des trois produits officiels du projet avec Workstation et Server. Son but est d'être une image très minimale pour être instanciée de nombreuses fois dans le cadre d'un infrastructure Cloud afin de remplir le rôle d'un service. Cependant, contrairement aux deux autres produits, la version Cloud est mise à jour très régulièrement (de nouvelles images sont disponibles toutes les quelques semaines seulement, contre 6-7 mois en moyenne pour les autres).

Une nouveauté qui commence à s'installer est la mise à disposition de Fedora Workstation Atomic. Jusque là, seule l'image Cloud bénéficiait de ce système. Ce travail provient du projet Atomic qui repose lui même sur rpm-ostree dont l'un des buts est de versionner le système pour améliorer la fiabilité du système en cas d'installation ou de mise à jour d'un programme en autorisant un retour en arrière très simplement et avec des opérations qui sont atomiques (d'où le nom). Il est également aisé de voir ce qui a changé dans le système, notamment si l'utilisateur a changé des fichiers de configuration importants et ce qu'il a appliqué. Le système est également plus orienté utilisation d'applications dans un conteneur (comme les Flatpak) et les répertoires systèmes sont mieux isolés, par exemple /usr est par défaut en lecture seule.

Les tests du jour couvrent :

  • Est-ce que l'image démarre correctement, permet de se connecter et si les services se base se lancent bien et que SELinux remplit son rôle ;
  • Vérifier si la gestion de Docker ou Atomic (installation, mise à jour, retour en arrière) fonctionne correctement ;
  • Lancement des applications ;
  • Vérifier la compatibilité avec le cloud Amazon et OpenStack ;
  • S'assurer que l'image Atomic Workstation fonctionne avec ses spécificités : installation du système, Flatpak et GNOME Logiciels pour les notifications et installer des programmes.

Si vous êtes intéressés par l'aspect Cloud de cette image ou par l'ajout d'Atomic dans Fedora Workstation, je vous invite à les tester, elles bénéficient en effet de relativement peu de retours pour le moment. La moindre aide est appréciée, merci.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

[F28] Participez à la journée de test consacrée à la modularité

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce mardi 10 avril est une journée dédiée à un test précis : sur la modularité. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

La modularité est le résultat de la réflexion de Fedora.next, amorcé en 2014. L'objectif est de découpler le cycle de vie des applications avec celui de Fedora afin qu'un utilisateur de Fedora bénéficie de plus de flexibilité. Il serait par exemple possible de choisir une version native de Python plus récente ou plus ancienne que celle disponible par défaut. Auparavant cela n'était possible qu'en choisissant une autre version de Fedora ce qui pouvait être contraignant.

Les modules se comportent comme des dépôts supplémentaires proposant un ensemble de paquets destinés à remplacer ceux des dépôts officiels. Mais bien entendu, tout cela est géré par le projet Fedora avec la même qualité et les mêmes mainteneurs.

Pour le moment Fedora propose quelques modules : Docker, Django, NodeJS et le langage Go.

Les tests du jour couvrent :

  • Lister les modules disponibles et installés ;
  • Installer un nouveau module ;
  • Activer un nouveau module.

Comme vous pouvez le constater, ces tests sont assez simples et ne devraient prendre que quelques minutes seulement.

Il vous faudra bien évidemment installer le dépôt modular avant (paquet fedora-repos-modular).

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

[F28] Participez à la journée de test consacrée aux applications écrites en Rust

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce mercredi 4 avril est une journée dédiée à un test précis : sur les applications écrites en Rust. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Le langage Rust est un langage de programmation moderne écrit par Mozilla pour remplacer le C++ en alliant les performances avec une meilleure fiabilité des applications en garantissant un maximum de propriété lors de la compilation.

Ce langage aux propriétés intéressantes a été utilisé pour écrire quelques applications disponibles dans Fedora. Le but de cette journée est de s'assurer que ces applications fonctionnent bien, permettant de valider le processus d'empaquetage des applications écrites en Rust.

Les tests du jour couvrent :

  • L'application tokei qui génère des statistiques sur le code d'un projet logiciel ;
  • L'application exa qui est l'équivalent d'un ls en plus élaboré (mais non POSIX) ;
  • L'application ripgrep qui est l'équivalent d'un grep en plus moderne avec exécution parallèle nativement (mais non POSIX).

Comme vous pouvez le constater, ces tests sont assez simples et ne devraient prendre que quelques minutes seulement.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Sortie de Fedora 28 beta

Charles-Antoine Couret

En ce mardi 3 avril, les utilisateurs du Projet Fedora seront ravis d'apprendre la disponibilité de la version Beta Fedora 28.

Malgré les risques concernant la stabilité dune version Beta, il est important de la tester ! En rapportant les bogues maintenant, vous découvrirez les nouveautés avant tout le monde, tout en améliorant la qualité de Fedora 28 et réduisez du même coup le risque de retard. Les versions en développement manquent de testeurs et de retours pour mener à bien leurs buts.

Notons que Fedora 28, avec ses quelques 51 changements officiels validés, est sans conteste la version comportant le plus de changements de son histoire. La version finale est pour le moment fixée pour la première semaine de mai (sortie le 1er ou le 8 mai).

Voici les nouveautés annoncées pour cette version :

Bureautique

  • Passage à GNOME 3.28
  • L'environnement Sugar est disponible en version 112.
  • Mise à jour de Fontconfig à la version 2.13.
  • Réduction de la redondance entre Anaconda et gnome-initial-setup dans la configuration demandée à l'utilisateur crée lors de l'installation. Le clavier, la date, l'heure et la langue resteront configurés par Anaconda, par contre la configuration du nom d'hôte est supprimée tout comme la création du compte root pour reprendre la politique d'Ubuntu. La création du premier utilisateur revient à gnome-initial-setup.
  • Les modules invités de VirtualBox sont peu à peu intégrés dans le noyau officiel, Fedora propose ainsi dans ses dépôts officiels les paquets pour obtenir la résolution native ou le dossier partagé dans un système Fedora virtualisé dans Virtualbox.

Gestion du matériel

  • Meilleure gestion de l'autonomie des ordinateurs portables avec un processeur Intel. Cela passe par une meilleure gestion de l'énergie des ports SATA pour disques durs et SSD (gain de 1-1,5 W), Intel HDA codec pour le multimédia est mis en sommeil après une seconde dinactivité (gain de 0,4 W) et activation de l'économie d'énergie pour les récepteurs Bluetooth en USB (gain de 0,4 W si tous les ports USB sont en repos). Sachant qu'un ordinateur portable récent non orienté puissance consomme moins de 10 W (7,5 W chez moi) en usage non intensif. Cela peut donner 20% d'autonomie supplémentaire.
  • Intégration de la norme Thunderbolt 3 (concurrent à l'USB sur de nombreux points). La politique de sécurité liée à cette norme (pour éviter qu'un nouveau périphérique accède sans autorisation à des informations confidentielles) est intégrée à Gnome Shell pour notifier les demandes à l'utilisateur.
  • Mise à jour de VA-API à la version 1.0.0, qui change l'API et l'ABI mais propose en contrepartie une meilleure exploitation de laccélération matérielle du matériel récent.
  • Les appareils photo RealSens ont besoin de deux bibliothèques librealsense 1 et 2 pour exploiter l'entièreté de leur gamme historique. Le paquet librealsense réfèrera à la version 2 de la bibliothèque pour les versions modernes, un nouveau paquet librealsense1 sera nécessaire pour le matériel plus ancien.

Internationalisation

  • Ibus Typing utilise maintenant la boîte de dialogue pour les emoji afin de proposer des symboles UNICODE en tapant leur description. Ainsi copyright sign propose le symbole ©.
  • La bibliothèque libidn passe à la version 2.0.0 forçant le passage de la norme IDNA2003 à IDNA2008 qui ne sont pas compatibles et pouvaient être source d'attaque par redirection. Cette norme sert à transcrire un nom de domaine Internet UNICODE en une chaîne latine unique comme faß.de qui devient fass.de ou xn--fa-hia.de respectivement.
  • Les données concernant linternationalisation de GLibc sont mises à jour à partir des fichiers ISO et CLDR de 2015 (Unicode 9.0) en remplacement de iso14651_t1_common qui avait 15 ans. Cela permettra de corriger pas mal d'erreurs, dont des tris alphabétiques dans des langages moins courants en Occident. Ou les symbole infini et ensemble vide qui étaient considérés comme identiques.
  • Les langues asiatiques chinoises, coréennes et japonaises utiliseront par défaut les polices de Google Noto.

Administration système

  • Anaconda, le programme d'installation, devient modulaire. La communication se fait via une API plus stable en DBus, permettant d'améliorer les tests, d'être utilisable sans les droits super utilisateur et d'être étendu par l'utilisateur.
  • authselect remplace authconfig et devient l'outil de configuration par défaut pour le PAM et le fichier nsswitch.conf.
  • Le paquet tcp_wrappers est supprimé. Son utilisation doit être remplacée par iptables, ou mieux par firewalld.
  • libnsl et nss_nis sont proposés hors de GLibc comme recommandé par le projet officiel. libnsl passe à la version 2 au passage autorisant la compatibilité de NIS avec la norme IPv6.
  • De même pour Sun RPC dont la gestion dans GLibc est supprimée pour libtirpc qui permet entre autre la gestion de l'IPv6 nativement.
  • Le stockage par défaut des clés et autres certificats de sécurité par la bibliothèque NSS est le format de SQLite au lieu de DBM. Cela permet l'accès parallèle et diminue le risque de corruption de la base de données.
  • OpenLDAP utilise OpenSSL au lieu de NSS, comme recommandée par le projet officiel.
  • Les bibliothèques de OpenLDAP non compatibles multithread redirigent vers leur version compatibles multithread comme libldap qui pointe vers libldap_r.
  • OpenLDAP abandonne la gestion de TCP Wrappers également.
  • L'utilisateur et groupe nobody:nobody passent de UID et GUID 99:99 à 65534:65534, nfsnobody est supprimé, et nobody n'est plus utilisé de manière systématiquement par défaut pour certains services. Des utilisateurs dédiés seront crées.
  • Nouvelle version de la politique de sécurité par défaut. Les clés RSA doivent être de minimum 2048 bits et DSA est désactivé par défaut. Le passage à TLS 1.2 minimum est repoussé pour le moment.
  • Les paquets de gestion de Kerberos dans Python sont grandement remaniés. python-krbV, pykerberos et python-requests-kerberos sont remplacés par python-gssapi. Le premier n'est pas compatible Python 3, le second n'a pas de documentation et est trop minimaliste quant au dernier il n'est plus maintenu.
  • libcurl utilisera libssh au lieu de libssh2 pour les protocoles SCP et SFTP ce qui permet l'utilisation de l'authentification GSS-API et l'usage d'algorithmes plus sécurisés par défaut.
  • L'outil time passe à la version 1.8, qui change de licence vers GPLv3 et GFDL, qui a de nouveaux codes d'erreur et une nouvelle sortie par défaut. L'affichage conforme POSIX reste possible via l'option -p.
  • Mise à disposition de l'application Stratis Storage qui est une application Python communiquant à travers DBus pour gérer l'espace de stockage du système. Reposant sur le système de fichier XFS pour le moment, son but est de proposer des fonctionnalités populaires chez Btrfs, ZFS ou LVM mais en plus simple pour l'utilisateur comme les clichés, l'intégrité des données ou mettre en place un système de cache.
  • Facter passe de la version 2.4.3 à 3.9.2.

Développement

  • Binutils passe à la version 2.29.1.
  • GLibc 2.27 est utilisée par défaut.
  • La partie cryptographique libcrypt de GLibc est remplacée par libcrypt.
  • GCC 8 devient le compilateur de référence.
  • Le framework Web de Python DJango dégaine à la version 2.0.
  • Coup de Boost à la version 1.66.
  • Ruby est polis à la version 2.5.
  • Le compilateur Haskell GHC évolue à la version 8.2.
  • De même pour le couple Erlang/OTP pour la version 20.
  • Le langage Go court vers la version 1.10.
  • L'éléphant PHP avance prudemment à la version 7.2.
  • Mise à jour de giflib vers la version 5.1.4. Un paquet compat-giflib est proposé pour faciliter la transition aux utilisateurs.
  • Les symboles de débogue PE pour les applications compilées avec MinGW (à destination de Windows donc) seront conservés pour simplifier le débogue natif. Les autres symboles seront bien conservés dans le dossier .debug à part. Cela a un sourcoût d'environ 17% d'espace disque pour une application compilée par ce biais.

Modularité

  • Ajout des dépôts modular, modular-updates et modular-updates-testing pour proposer des composants dans des versions différentes que dans les dépôts natifs de Fedora. Ainsi l'utilisateur peut choisir d'utiliser une version plus récente (ou ancienne) de Python que celle proposée nativement. Mais seulement des composants toujours maintenus par le projet officiel sont proposés.

Projet Fedora

  • L'architecture Aarch64 (ARM 64 bits) devient une architecture primaire pour Fedora Server, donnant lieu à une meilleure promotion et à une meilleure qualité des images officielles.
  • L'architecture s390x est proposée aux images Cloud, Docker et Atomic.
  • Les binaires empaquetés par Fedora et compilés avec GCC sont maintenant annotés pour permettre de plus facilement retrouver les options de compilations l'ayant généré ou les propriétés de son ABI.
  • Renforcement des options de compilation par défaut pour une meilleure sécurité. Ajout de -fstack-clash-protection, D_GLIBCXX_ASSERTIONS, -fcf-protection=full -mcet, .got.plt et --enable-default-pie.
  • Définition et empaquetage des applications écrites en Rust comme exa, ripgrep ou tokei.
  • Activation de Python Generators pour permettre aux empaqueteurs de choisir d'utiliser ou non le générateur automatique de dépendance envers un module Python au lancement.
  • Les scriptlets ldconfig sont supprimés, du moins pour les paquets installant les bibliothèques partagées dans des endroits standards. Cela simplifiera la maintenance des specs RPM et l'installation des paquets sera également plus rapide.

Si l'aventure vous intéresse, les images sont disponibles par Torrent ou via le site officiel. En cas de bogue, n'oubliez pas de relire la documentation pour signaler les anomalies sur le BugZilla ou de contribuer à la traduction sur Zanata.

Bons tests à tous !

[F28] Participez à la journée de test consacrée à GNOME 3.28

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce lundi 25 mars, est une journée dédiée à un test précis : sur l'environnement de bureau GNOME. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Nous sommes proches de la diffusion de la Fedora 28 beta. L'environnement de bureau GNOME est celui par défaut depuis les débuts de Fedora il y a 13 ans.

L'objectif est de s'assurer que l'ensemble de l'environnement et que ses applications sont fonctionnels.

Les tests du jour couvrent :

  • La détection de la mise à niveau de Fedora par GNOME Logiciels ;
  • Le bon fonctionnement du navigateur Web ;
  • La connexion / déconnexion et changement d'utilisateurs ;
  • Le fonctionnement du son, notamment détection de la connexion ou déconnexion d'écouteurs ou casques audios ;
  • Possibilité de lancer les applications graphiques depuis le menu.

Comme vous pouvez le constater, ces tests sont assez simples et peuvent même se dérouler sans se forcer en utilisant simplement GNOME comme d'habitude. Donc n'hésitez pas de prendre quelques minutes pour vérifier les comportements et rapporter ce qui fonctionne ou non comme attendu.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

[F28] Participez à la journée de test consacrée à l'internationalisation

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce mardi 13 mars, est une journée dédiée à un test précis : sur l'internationalisation de Fedora. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Comme chaque version de Fedora, la mise à jour de ses outils impliquent souvent lapparition de nouvelles chaînes de caractères à traduire et de nouveaux outils liés à la prise en charge de langues (en particulier asiatiques).

Pour favoriser l'usage de Fedora dans l'ensemble des pays du monde, il est préférable de s'assurer que tout ce qui touche à l'internationalisation de Fedora soit testée et fonctionne. Notamment parce qu'une partie doit être fonctionnelle dès le LiveCD d'installation (donc sans mise à jour).

Les tests du jour couvrent :

  • Le bon fonctionnement d'ibus pour la gestion des entrées claviers ;
  • La personnalisation des polices de caractères ;
  • L'installation automatique des paquets de langues des logiciels installés suivant la langue du système ;
  • La traduction fonctionnelle par défaut des applications ;
  • Les nouvelles polices chinoises,japonaises et coréennes de Google Noto (changement de Fedora 28) ;
  • Synchronisation de glibc avec les dernières normes CLDR (changement de Fedora 28) ;
  • Boîte de dialogue IBus pour récupérer un Emoji à partir de son annotation et de sa description UNICODE (changement de Fedora 28) ;
  • Test de Fontconfig 2.13 (changement de Fedora 28).

Bien entendu, étant donné les critères, à moins de savoir une langue chinoise, l'ensemble des tests n'est pas forcément réalisable. Mais en tant que francophones, de nombreuses problématiques nous concernent et remonter les problèmes est important. En effet, ce ne sont pas les autres communautés linguistiques qui identifieront les problèmes d'intégration de la langue française.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Apports de Fedora à l'écosystème du Logiciel Libre

Charles-Antoine Couret

Il est courant, au sein de la communauté du Logiciel Libre, de présenter une distribution GNU/Linux comme une simple intégration, ou un assemblage de tous les logiciels qu'elle propose. Une sorte de glu entre eux.

Si c'est sans doute le cas de certaines d'entre elles, nous ne pouvons en conclure que c'est toujours le cas. En particulier, la distribution Fedora va au delà de ce constat. Ses objectifs et sa communauté lui permettent de réaliser d'autres choses. En effet depuis sa création Fedora est une vitrine technologique et à ce titre a essayé de mettre en avant ou de développer des solutions novatrices pour le Logiciel Libre. Mais depuis Fedora 21, sortie fin 2011, Fedora s'est découpée en trois produits distincts. Si finalement une Fedora Workstation et Server ont accès aux mêmes paquets, le projet a souhaité fournir des expériences utilisateur adaptées à chaque cas d'usage dès la fin de l'installation. Par conséquent, Fedora Workstation a sa liste de travail pour intégrer et développer de nouvelles solutions pour améliorer l'usage bureautique de l'utilisateur.

Et si la distribution Fedora est souvent considérée comme une version de tests pour la distribution Red Hat Enterprise Linux (RHEL) de Red Hat nous allons constater que finalement toute la communauté tire des bénéfices de ses travaux.

Le présent article est une adaptation des articles de blogs ici et de Christian Schaller qui m'en a donné l'autorisation. Il a fait l'objet d'une conférence lors des JM2L de fin novembre 2017 dont vous pouvez retrouver la diapo.

Expérience utilisateur

GNOME Logiciels

Logiciels_accueil.png Logiciels_GIMP.png Logiciels_GIMP_2.png

GNOME Logiciels est un pur produit de la vision Fedora Workstation de la distribution Linux à devenir pour simplifier la vie de ses utilisateurs. Essayer de reprendre certains codes provenant des magasins applicatifs concurrents, en proposant uniquement des applications graphiques (et donc visibles pour le commun des mortels), avec des captures d'écran, des notes des utilisateurs et des commentaires.

Mais l'objectif est de fournir un tout intégré. GNOME Logiciels est donc capable de détecter si vous avez une police qui manque pour afficher un contenu dans une langue exotique, ou encore un codec multimédia pour votre film. Ainsi il peut vous proposer de l'installer à la volée au travers d'une pop-up. Il gère également de manière transparente les extensions de GNOME Shell, les mises à jour et les mises à niveau du système en passant par les firmwares des différents périphériques.

L'ensemble repose sur un format de fichier nommé appdata qui se retrouve peu à peu dans les sources de tous les logiciels concernés. Cela ouvre la possibilité à partir des mêmes données d'offrir différentes expériences utilisateur, de ne remplir et de ne traduire ces métadonnées qu'une fois.

Fedora Media Writer

Fedora_Media_Writer.png

Fedora s'est attaqué au fameux problème de la création d'une image installable sur clé USB. D'habitude il faut télécharger un fichier ISO, l'installer en suivant des procédures pas toujours évidentes et tester l'image. Et comprendre ce qu'est un fichier ISO n'est pas évident pour tous les utilisateurs.

Fedora propose un utilitaire multiplateforme, pour Windows, macOS et Linux afin de choisir l'image souhaitée (Fedora GNOME ou KDE par exemple) et procéder automatiquement à l'installation sur le média choisi. Cela est plus clair et simple pour l'utilisateur qui a besoin de moins de compétences de base pour débuter. Cela permet également de simplifier la documentation et la communication autour du projet Fedora, cette étape étant maîtrisée et ne dépendant plus de la gestion des ISO sur différents systèmes.

De plus, certains se sont amusés à concevoir par impression 3D autour d'un Raspberry Pi, un petit ordinateur nommé Fedorator pour les salons où le visiteur peut enficher sa clé USB, choisir l'image qu'il souhaite et repartir avec une image de Fedora prête à l'emploi en totale autonomie.

L'outil fleet commander

FleetCommander.png

Fleet Commander est un outil pour gérer des flottes entières de machines sous Fedora ou RHEL, notamment pour les universités, les grosses entreprises ou les administrations et ainsi, de pouvoir gérer des milliers de machines. Il est possible de configurer les postes avec un navigateur Web ou l'outil Cockpit.

Actuellement il est capable de configurer tout ce qui est accessible pour dconf (l'utilitaire de configuration de GNOME), les extensions de cet environnement, Networkmanager (dont le VPN ou le proxy). Ou de facilement migrer la configuration de Evolution vers un autre serveur de courriels. Ou encore configurer Firefox, Libreoffice et quelques autres outils plus génériques.

La configuration est intégrée avec la solution FreeIPA, et donc les informations sont liées au compte LDAP ce qui évite devoir gérer un autre service en interne.

Les performances de GNOME Shell

Carlos Garnacho a travaillé quelque temps pour identifier et résoudre des soucis de performance dans GNOME Shell.

Que l'on aime ou pas GNOME Shell, réduire sa consommation en ressource est toujours une bonne chose.

Les portails captifs

Portail_d_acces.png

Dans les lieux publics, il y a souvent du Wifi offert aux clients que ce soit dans les aéroports ou hôtels par exemple. Pour permettre l'authentification de l'utilisateur, un portail captif est souvent en place pour que l'utilisateur saisisse ses identifiants et obtienne ainsi accès à Internet.

L'inconvénient de ce procédé est qu'il est indispensable d'ouvrir une page Web quelconque pour visualiser la page d'authentification et ainsi obtenir l'accès à Internet après la saisie. Si vous ne le faites pas, la machine sera considérée comme connectée au réseau mais n'aura pas accès aux ressources du réseau. Les requêtes pour collecter ses courriels échoueraient sans indication sur la raison de l'échec.

Fedora a travaillé pour que GNOME et NetworkManager ouvrent automatiquement une fenêtre dédiée si un portail captif a été détecté. Permettant la saisie des identifiants nécessaires sans que l'utilisateur ait besoin d'effectuer cette manipulation manuellement.

Améliorations de GNOME

Renommage_en_masse.png

Quelques fonctionnalités de GNOME sont lœuvre de la communauté de Fedora. Par exemple Carlos Soriano a apporté le renommage multiple dans Nautilus et un rafraîchissement de son interface.

Terminal_notification.png

GNOME Terminal notifie maintenant l'utilisateur quand une tâche est terminée (vraiment utile pour connaître la fin d'une longue compilation). GNOME Builder a reçu également quelques ajouts de ce côté là.

libratbag

Fedora a conçu cette bibliothèque pour faciliter la configuration des souris et d'autres périphériques d'entrées dont les manettes. Il a également une collaboration en cours avec des constructeurs pour améliorer la gestion des souris orientées jeux.

Un outil est en cours d'élaboration pour tirer partie de cette bibliothèque sous GNOME. Pour configurer les touches additionnelles, les différentes résolutions de la souris ou encore les LEDs qui arborent ces souris.

La libération des codecs audio

Ces deux dernières années, des brevets autour des codecs audio MP3, ACC et AC3 sont peu à peu tombés. Cela autorisait de fait les différents composants libres à fournir leur gestion par défaut sans devoir verser de contributions financières. Red Hat et Fedora étant des entités américaines légalement, il fallait s'assurer que tout était clair de ce côté avant de fournir le feu vert. Pour des questions légales, il vaut mieux éviter de se fier aux déclarations de personnes inconnues sur Internet.

Red Hat Legal a donc planché sur la question de la conformité des solutions libres sur le sujet (comme GStreamer) avec leur développeur pour s'assurer qu'ils ne violaient pas des brevets sur des sujets annexes encore en cours sur ces technologies ou que les brevets étaient vraiment bien tombés.

Le feu vert juridique a été donné, et normalement ces codecs ont pu intégrer la section codecs libres des différentes bibliothèques qui les implémentent.

L'intégration de Qt sous GNOME

Okular_sans_QGNOMEPlatform.png Okular-QGNOMEPlatform.png

Avec Fedora 25 et 26, il y a eu un travail pour concevoir QtGNOME plateforme. Un outil pour faire en sorte que les applications réalisées avec Qt (au lieu de GTK+ pour les applications de GNOME) se marient bien visuellement.

Cela passe aussi par l'intégration des différents paramètres, avec prise en compte du HiDPI, du thème sombre, du thème GTK+ actuel, etc. L'objectif est de minimiser au maximum l'écart visuel entre les deux écosystèmes et de s'assurer que les choix de l'utilisateur s'appliquent aux deux bibliothèques. Ainsi l'utilisateur en configurant son interface GNOME n'a pas à reproduire ces changements sous Qt également, cela est automatiquement pris en charge.

Gestion du matériel

Intégration du pilote propriétaire de nVidia

Hans de Goede et Simone Caronni ont collaboré sur les travaux de NVIDIA et d'Adam Jackson autour de glvnd. Donc si vous installez le pilote propriétaire NVIDIA provenant de dépôts correctement gérés, il n'y aura plus de conflits avec la pile graphique fournie par Mesa.

Et en cas de mise à jour du noyau, s'il y a incompatibilité, le pilote libre nouveau prendra automatiquement le relais le temps que le pilote propriétaire soit à nouveau disponible. Cela permet de corriger un souci récurrent du délai de la mise à disposition des derniers pilotes de nVidia pour le nouveau noyau.

Gestion native du pilote invité de VirtualBox dans le noyau Linux

Hans de Goede a travaillé pour incorporer dans le noyau Linux officiel le pilote invité de VirtualBox. D'habitude une fois votre système invité installé, il était nécessaire de télécharger les pilotes additionnels et les installer dans la machine virtuelle pour bénéficier du plein écran, du dossier partagé, etc.

Cette étape ne sera bientôt qu'un lointain souvenir, le pilote Linux a déjà été accepté une partie du pilote le mois dernier. La gestion du dossier partagé devrait suivre bientôt.

La mise à jour des firmwares

Richard Hughes, mainteneur de PackageKit, de GNOME Logiciels et fwup, a fourni un grand effort pour simplifier la mise à jour des différents firmwares de nos machines : l'UEFI de nos cartes mères, celui des souris, des cartes réseaux ou graphiques, etc. Il y a quelques mois, il a collaboré avec Logitech pour fournir la mise à jour automatique du firmware d'une souris de la marque suite à une faille de sécurité récemment découverte.

De nombreux ordinateurs portables de Dell sont aussi pris en charge par cette solution, qui est pleinement intégrée à GNOME Logiciels également. Des discussions seraient en cours avec d'autres marques.

Ce travail reste important pour garantir la sécurité de composants matériels souvent invisibles et même négligés dans la politique de mise à jour du système.

L'autonomie

GNOME_Battery_bench.png

Souvent Linux est considéré comme moins performant que Windows ou macOS sur la question de la gestion de l'énergie. Pour résoudre ce problème, Christian Kellner et Owen Taylor ont œuvré pour fournir un utilitaire Battery Bench Tool pour récupérer des données variées et exploitables pour identifier les problèmes réels et y apporter des solutions. En effet cet outil génère différents scénarios d'utilisation pour identifier les composants responsables de la baisse d'autonomie (le processeur, le disque dur, etc.) et ce de manière reproductible.

Pendant ce temps, Hans de Goede souhaite activer de manière générique la SATA Link Power Management dans le noyau ce qui améliorait la gestion de l'énergie des périphériques accessibles via SATA, soit des SSD ou disques dur principalement. Seulement par le passé, cela causait des corruptions de données sur certains SSD à cause d'un firmware foireux. Il souhaite des retours utilisateurs sur la question pour savoir le gain d'autonomie estimé et si des corruptions de données sont à signaler ou non.

Hans souhaite également désactiver les modules multimédia des processeurs quand ils ne sont pas actifs, ce qui permet de gagner un peu d'autonomie également.

RADV

Fedora a apporté l'implémentation libre et complète de Vulkan pour les GPU d'AMD qui sont certifiés compatibles avec la norme.

Travail de fond

Wayland

Wayland est le remplaçant de l'ancêtre X11 dans les systèmes UNIX ou Linux. La remise à plat du protocole comporte son lot de surprisses et de régressions. Après 8 ans de gestation, et 2 ans de tests intensifs sous Fedora, il a été proposé par défaut pour Fedora 25, première distribution à avoir fait ce changement nativement.

Cela a été possible grâce à Olivier Fourdan, Jonas Ådahl et la communauté Wayland pour notamment résoudre les derniers problèmes de stabilité et de rendu. L'attention a été portée notamment sur XWayland pour assurer la compatibilité ascendante avec les applications ne pouvant utiliser Wayland directement aujourd'hui.

Mais le travail continue. Actuellement, ils travaillent sur l'affichage distant du bureau.

libinput

Cette bibliothèque est le Wayland des entrées du système (claviers, souris, touchpad, tablettes tactiles, écrans tactiles, etc.). Mais contrairement à Wayland, il était possible d'utiliser libinput dans Xorg directement (à des fins de tests mais aussi pour améliorer ce dernier). Cela a permis l'apport de la gestion du multitouch par exemple et a rendu libinput fonctionnel plus rapidement.

Portage vers GTK+3

GTK+2 est une bibliothèque graphique qui fut très utilisée mais qui est aujourd'hui obsolète. Elle ne bénéficie plus d'évolutions, et ne gèrera jamais Wayland ou le HiDPI par exemple. La communauté Fedora a œuvré pour porter Libreoffice et Firefox sous GTK+3 en proposant des correctifs en ce sens, et en proposant ces logiciels en premier avec cette implémentation. Ce qui a donné lieu à l'identification de nombreux bogues qui ont pu être corrigés avant leur prise en charge par d'autres distributions.

Ce qui est prévu à l'avenir

Fedora n'est pas en reste pour l'avenir. Outre son évolution vers la modularité, la communauté a d'autres éléments à ajouter.

La construction des applications Flatpak

Owen Taylor travaille sur l'infrastructure de Fedora pour apporter de quoi construire des applications Flatpak directement, en parallèle des formats RPM classiques. L'objectif est de faciliter la vie du mainteneur qui pourra concevoir en une fois la construction des deux formats et les autres distributions ou utilisateurs pourront récupérer le Flatpak à jour directement s'ils le souhaitent.

Pipewire

Wim Taymans, co-auteur de GStreamer et grand contributeur de PulseAudio projette d'étendre le spectre de ses travaux avec Pipewire. Il souhaite avec ce composant unifier l'audio et la vidéo sous Linux. L'objectif au long terme n'est pas de gérer uniquement la vidéo, mais de prendre en compte également tout type de flux audio. Et non seulement il souhaite s'attaquer aux cas d'usage de PulseAudio, mais également à ceux de Jack (qui est plutôt dédié au traitement audio professionnel ou d'amateurs éclairés). Cela passera notamment par une compatibilité avec les applications existantes sans réécriture de leur part.

L'objectif est de rendre la plateforme Linux plus attirante pour les compositeurs et autres artistes du milieu. Pipewire a fait sa première apparition dans Fedora 27.

Optimus et équivalents

Adam Jackson travaille autour d'un nouveau composant glxmux pour permettre l'exploitation de plusieurs sessions GLX sur un même système. L'objectif est de pouvoir facilement passer de la pile Mesa, à celle d'Intel ou à celle de nVidia. Cela est bien sûr en lien pour un usage transparent de solutions hybrides comme Optimus.

Les contacts avec nVidia sont nombreux à ce sujet pour finir ce travail.

Prise en charge de Thunderbolt 3 et de sa politique de sécurité

Christian Kellner travaille sur un autre pan du matériel moderne de l'ordinateur : Thunderbolt 3. Cette norme concurrente de l'USB type C propose en plus des fonctionnalités usuelles de ce type de bus (affichage, transfert de données, etc.) un système de sécurité pour éviter qu'un périphérique inconnu ait accès de manière privilégiée à votre machine dans votre dos.

Grâce à son travail, l'utilisateur est notifié dans GNOME de la présence d'un nouveau périphérique et peut ainsi décider de lui octroyer l'accès ou non à certaines fonctionnalités de la machine.

Tests automatisés des ordinateurs portables

Les ordinateurs portables sont des machines ayant un grand nombre de périphériques en simultanée ce qui nécessite une bonne intégration avec le système d'exploitation pour en tirer pleinement partie.

Pour détecter les régressions dans ce domaine, et avoir une vue d'ensemble de la compatibilité actuelle du parc, Benjamin Berg conçoit une suite de tests dédiés à la question avec un site listant les fameux rapports.

Le HiDPI fractionnel

Les affichages à haute densité de pixels (HiDPI) sont de plus en plus fréquents dans les configurations milieu et haut de gamme. Ils permettent d'améliorer la finesse de l'affichage sans pour autant réduire la taille des éléments affichés. Cependant sur certains modèles d'écran, les ratios entiers du HiDPI produisent des affichages trop grands ou trop petits. Pour résoudre ce problème, on souhaite introduire des valeurs intermédiaires non entières. Le travail est en cours pour le permettre, d'autant qu'il faut s'assurer que cela s'applique également aux programmes tournant avec XWayland sans nécessiter une gestion directe depuis leur bibliothèque graphique ou de leur gestionnaire de fenêtre.

Le HDR

La technologie High Dynamic Range se répand de plus en plus sur les moniteurs et les ordinateurs aujourd'hui. L'objectif est de fournir une plus grande gamme de rendu des couleurs. Une collaboration est en cours avec Intel, nVidia et AMD sur le sujet pour fournir ce type de solution à Linux.

Fedora Atomic : c'est de la bombe

Fedora travaille beaucoup pour concevoir un système atomique, selon les travaux de Project Atomic. Actuellement c'est la version Cloud qui en bénéficie, mais les travaux sur la version Workstation sont en cours. Le but est d'améliorer la fiabilité du système, il sera ainsi possible de facilement mettre à jour le système en diminuant les risques liés à une procédure exécutée dans un ordre différent que prévu par exemple. Le retour à une situation antérieure en cas de problème sera également plus facile en sélectionnant l'état précédent du système dans GRUB.

Devant l'intérêt récent pour cette technologie, un groupe de travail a été constitué ce mois-ci pour faire avancer le sujet.

Conclusion

Comme nous pouvons le voir avec cette liste d'exemples, une distribution denvergure comme Fedora, mais aussi Ubuntu, Debian ou autres peuvent apporter bien plus qu'une liste de logiciels à installer. Ils proposent des nouveaux outils, participent au développement ou à la stabilisation des logiciels qu'ils fournissent, peuvent collaborer avec d'autres entreprises ou communautés pour améliorer la prise en charge de leur produit.

Et encore, nous ne parlons que des travaux significatifs de ces trois dernières années, Fedora a également œuvré pour PulseAudio, systemd, PackageKit, NetworkManager, le pilote libre nouveau et tant d'autres composants par le passé !

Et malgré les liens forts entre Red Hat et Fedora, nous pouvons voir que beaucoup des travaux de Fedora de ces dernières années ont bénéficié à la plupart des distributions aujourd'hui. Et cela n'est pas près de se terminer.

Petit bilan de Rawhide, épisode 6, février 2018

Charles-Antoine Couret

Cela fait longtemps que je n'ai pas discuté de Rawhide, il faut dire que j'ai été assez occupé et Rawhide n'a pas présenté de grandes nouveautés pendant quelques temps.

Mon ordinateur personnel est bien entendu passé à Rawhide dès la sortie de Fedora 27 finale, mi-novembre 2017.

Calendrier pour Fedora 28

Cette semaine, Fedora 28 et Fedora Rawhide se sont séparés. Maintenant Fedora Rawhide fait officiellement référence au futur Fedora 29. Cela fait suite à la recompilation de masse de début février, qui a permis de passer à GCC 8 pour la compilation de tous les logiciels (et donc d'identifier et de corriger pas mal de bogues liés à ce genre de changement, côté GCC comme des logiciels compilés).

Très bientôt Fedora 28 devrait bénéficier de l'activation de Bodhi, ce qui permettra d'utiliser le karma pour rapporter des problèmes rapidement. La fonction dnf downgrade sera aussi possible par conséquent.

Changements

Epiphany gère enfin la synchronisation avec Firefox. C'est fonctionnel et très appréciable. Si Firefox reste mon navigateur de prédilection, c'est sympa d'avoir une application GNOME qui peut exploiter mes données depuis Firefox convenablement lors de mes différents tests.

La calculette de GNOME corrige enfin une régression d'il y a près de 6-8 mois, il était impossible de réutiliser le résultat d'un calcul si le logiciel était en français. Cela venait en fait d'une confusion interne, le précédent résultat étant nommé par convention ans, comme la traduction de years en français. D'où l'importance de tester la traduction des logiciels pour chaque langue.

LibreOffice 6.0 est proposé, pas mal d'améliorations dont la compatibilité avec les fichiers de Microsoft Office.

Fedora 28 avance bien, près de 53 changements sont officiellement annoncés ce qui constitue normalement un record ! Si beaucoup sont sous le capots, d'autres devraient concerner pas mal de monde : augmentation de l'autonomie des ordinateurs portables, gestion native des pilotes invités de VirtualBox, gestion de la sécurité du protocole Thunderbolt 3, une refonte d'Anaconda et de la configuration post-installation, etc.

Problèmes

Pas mal de problèmes. J'ai de gros soucis de corruption d'affichage avec GNOME, en particulier lors de la lecture de vidéos. Le rapport de bogue à ce sujet patine, je ne parviens pas à identifier la partie responsable du problème pour le moment..

Je continue à subir le bogue d'IBus avec Wayland, si je change la disposition clavier (cas de mes portables en AZERTY qui peuvent bénéficier de mon clavier BÉPO externe) les raccourcis claviers utilisent la disposition des touches de la disposition par défaut. C'est très très frustrant.

Puis ce mois-ci, deux bogues coup sur coup qui sont assez importants. Tout d'abord GDM qui refuse de se lancer (à cause d'une incompatibilité dans Mutter). Puis GNOME sous Wayland qui ne prend plus en compte les clics souris suite à un changement dans mesa.

Participez à la journée de test consacrée au noyau Linux 4.15

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce jeudi 22 février, est une journée dédiée à un test précis : sur le noyau Linux 4.15. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Le noyau Linux est le cœur du système Fedora (et des autres distributions GNU/Linux). C'est le composant qui fait le lien entre les logiciels et le matériel. C'est lui qui permet aux processus de travailler ensemble sur un même ordinateur et de pouvoir utiliser les périphériques (à travers des pilotes) disponibles sur chaque machine.

C'est donc un composant critique et il est nécessaire de s'assurer qu'il fonctionne.

Les tests du jour couvrent :

  • L'exécution des tests automatisés par défaut et ceux de performances ;
  • Vérifier que la machine démarre correctement ;
  • Vérifier que le matériel est bien exploité (affichage, claviers, souris, imprimantes, scanners, USB, carte graphique, carte son, webcam, réseau filaire et wifi, etc.)

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-day et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Votez pour les fonds d'écran supplémentaires de Fedora 28 !

Charles-Antoine Couret

nuancier-f24-voted.png

Depuis Fedora 20, la livrée du système par défaut contient quelques fonds d'écrans additionnels. Et comme d'habitude, les contributeurs pouvaient soumettre leurs propres dessins ou photographies pour décorer cette nouvelle version.

Maintenant que la période de soumission s'est achevée, nous passons à la phase de vote. Tout possesseur d'un compte FAS peut en sélectionner 16 parmi les dizaines qui sont disponibles. Les plus populaires seront bien évidemment choisis et disponibles dans la Fedora 28 à sa sortie.

Le vote se déroule dans l'application Nuancier jusqu'au 26 février !

Pour ceux que cela intéresse, le badge associé à cette action nécessite une action manuelle. Il suffit de cliquer sur un lien, proposé sur la page après le vote.

Appel à tests de l'autonomie des ordinateurs portables, partie 2

Charles-Antoine Couret

Le développeur de Red Hat, Hans de Goede, travaille pour Fedora 28 afin d'améliorer l'autonomie des ordinateurs portables avec notre système préféré. J'en avais déjà parlé dans un article précédent mais ici un nouveau test est requis pour activer une nouvelle fonctionnalité.

Notons que ce test ne concerne pas uniquement Fedora, tout test avec un noyau récent est la bienvenue.

L'un des travaux pour cela est d'activer l'économie d'énergie (Panel Self Refresh) de la communication entre l'écran de l'ordinateur portable et de la carte graphique (à priori ceux d'Intel uniquement) ce qui permettrait de sauver environ 0.5W (ce qui peut représenter entre 1 et 10% de la consommation d'un ordinateur portable).

Si vous souhaitez donner un coup de main, ce serait apprécié. Il faut bien entendu d'un ordinateur portable disposant d'un écran eDP ce que Linux peut vous faire savoir via la commande :

ls /sys/class/drm | grep "-eDP-1"

Un résulat doit apparaître suite à cette commande.

Procédure de tests

Le test est plutôt simple. À partir d'une Fedora la plus fraîche possible (désactivez toutes les optimisations que vous avez fait avec powertop éventuellement). Lancez powertop pendant 5-10 minutes, sans aucun autre logiciel de lancé, uniquement powertop dans le terminal.

Récupérez la plus basse valeur de consommation durant cette période, qui doit être entre 5-30W environ.

Ensuite, répétez la procédure en ajoutant l'option de démarrage i915.enable_psr=1.

Au redémarrage, vérifiez que tout est OK ainsi :

cat /sys/kernel/debug/dri/0/i915_edp_psr_status

existe et est OK.

Après la mesure, vérifiez que l'éteinte reprise de l'écran fonctionne, de même que la mise en veille.

À la fin du test, vous pouvez contacter hdegoede@redhat.com directement en précisant :

  • Si cela a été un succès, sinon quels problèmes il y a eu ;
  • La différence de consommation entre avant et après le correctif ;
  • La marque et modèle de votre ordinateur ;
  • La sortie des commandes
cat /proc/cpuinfo | grep "model name"
cat /sys/class/dmi/id/modalias

Suivant les résultats de ces analyses, l'option sera activée nativement, ou alors sous forme de liste noire ou blanche pour en faire bénéficier que ceux dont cela est efficace et ne pose pas de régressions. Plus de modèles sont testés, mieux c'est.

Fedora : comparaison des performances pour les versions 32 bits

Patrice Kadionik

Salut.

Cela fait depuis la version 25 que je ne sors plus mon traditionnel test de comparaison des performances pour les versions 32 bits de Fedora.

En effet, le projet Fedora a décidé de ne plus produire à partir de la version 26 de Live CDs ou de spins d'installation pour machine 32 bits.

Je produirai donc à l'avenir des tests de comparaison des performances pour les versions 64 bits de Fedora...

Les premiers tests que j'ai pu faire remontent déjà à plus de 10 ans avec Fedora 7. Le temps passe :

++

Résultats des élections de Fedora 01/18

Charles-Antoine Couret

Comme je vous le rapportais il y a peu, Fedora a organisé des élections pour renouveler partiellement le collège de ses organes.

Le scrutin est comme toujours un vote par valeurs. Nous pouvons attribuer à chaque candidat un certain nombre de points, dont la valeur maximale est celui du nombre de candidat, et le minimum 0. Cela permet de montrer l'approbation à un candidat et la désapprobation d'un autre sans ambiguïté. Rien n'empêchant de voter pour deux candidats avec la même valeur.

Les résultats pour le Conseil sont (seul les deux premiers sont élus) :

  # votes |  name
- --------+----------------------
     459  | Dennis Gilmore (dgilmore / ausil)
     350  | Nick Bebout (nb)
- --------+----------------------
     334  | Langdon White (langdon)
     309  | Jona Azizaj (jonatoni)
     239  | Russ Herrold (herrold / orc_fedo)

À titre indicatif le score maximal possible était de 5 * 142 (pour 142 votants) soit 710.

Les résultats pour le FESCo sont (seuls les cinq premiers sont élus) :


  # votes |  name
- --------+----------------------
     703  | Kevin Fenzi (nirik)
     579  | Adam Miller (maxamillion)
     512  | Jared Smith (jsmith)
     503  |  Josh Boyer ( jwboyer/jwb )
     483  | Zbigniew Jędrzejewski-Szmek (zbyszek)
- --------+----------------------
     469  | Justin Forbes (jforbes)
     420  | Dominik Mierzejewski (rathann)

À titre indicatif le score maximal possible était de 7 * 143 (pour 143 votants) soit 1001.

Les résultats pour le Mindshare sont donc (seuls les deux premiers sont élus) :

  # votes |  name
- --------+----------------------
     344  | Jared Smith (jsmith)
     325  | Nick Bebout (nb)
- --------+----------------------
     302  | Jona Azizaj (jonatoni)
     280  |  Gabriele Trombini (mailga)
     235  |  Radka Janek (rhea)

À titre d'indication, la valeur maximale possible est de 5 * 124 (car il y a eu 124 votants) soit 620.

Nous pouvons noter que globalement le nombre de votants pour chaque scrutin était proche aux alentours de 175-150 votants.. Les scores sont aussi plutôt éparpillés, avec souvent quelques membres assez largement en tête de chaque scrutin.

Bravo aux participants et aux élus, que le projet Fedora avance. :-)" class="smiley

Élections pour le Conseil, FESCo et Mindshare cette semaine

Charles-Antoine Couret

Comme le projet Fedora est communautaire, une partie du collège des organisations suivantes doit être renouvelée : Council, FESCo et Mindshare. Et ce sont les contributeurs qui décident. Chaque candidat a bien sûr un programme et un passif qu'ils souhaitent mettre en avant durant leur mandat pour orienter le projet Fedora dans certaines directions. Je vous invite à étudier les propositions des différents candidats pour cela.

J'ai voté

Pour voter, il est nécessaire d'avoir un compte FAS actif et de faire son choix sur le site du scrutin. Vous avez jusqu'au mercredi 25 janvier à 1h heure française pour le faire. Donc n'attendez pas trop.

Je vais profiter de l'occasion pour résumer le rôle de chacun de ces comités afin de clarifier l'aspect décisionnel du projet Fedora mais aussi visualiser le caractère communautaire de celui-ci.

Council

Le Council est ce qu'on pourrait qualifier le grand conseil du projet. C'est donc l'organe décisionnaire le plus élevé de Fedora. Le conseil définit les objectifs à long terme du projet Fedora et participe à l'organisation de celui-ci pour y parvenir. Cela se fait notamment par le biais de discussions ouvertes et transparentes vis à vis de la communauté.

Mais il gère également l'aspect financier. Cela concerne notamment les budgets alloués pour organiser les évènements, produire les goodies, ou des initiatives permettant de remplir les dits objectifs. Ils ont enfin la charge de régler les conflits personnels importants au sein du projet, tout comme les aspects légaux liés à la marque Fedora.

Les rôles au sein du conseil sont complexes.

Ceux avec droit de vote complet

Tout d'abord il y a le FPL (Fedora Project Leader) qui est le dirigeant du conseil et de facto le représentant du projet. Son rôle est lié à la tenue de l'agenda et des discussions du conseil, mais aussi de représenter le projet Fedora dans son ensemble. Il doit également servir à dégager un consensus au cours des débats. Ce rôle est tenu par un employé de Red Hat et est choisi avec le consentement du conseil en question.

Il y a aussi le FCAIC (Fedora Community Action and Impact Coordinator) qui fait le lien entre la communauté et l'entreprise Red Hat pour faciliter et encourager la coopération. Comme pour le FPL, c'est un employé de Red Hat qui occupe cette position avec l'approbation du conseil.

Il y a deux places destinées à la représentation technique et à la représentation plus marketing / ambassadrice du projet. Ces deux places découlent d'une nomination décidée au sein des organes dédiées à ces activités : le FESCo et le Mindshare. Ces places sont communautaires mais ce sont uniquement ces comités qui décident des attributions.

Il reste deux places communautaires totalement ouvertes et dont tout le monde peut soumettre sa candidature ou voter. Cela permet de représenter les autres secteurs d'activité comme la traduction ou la documentation mais aussi la voix communautaire au sens la plus large possible. C'est pour ces places que le vote est ouvert cette semaine !

Ceux avec le droit de vote partiel

Un conseiller en diversité est nommé par le FPL avec le soutien du conseil pour favoriser l'intégration au sein du projet des populations le plus souvent discriminées. Son objectif est donc de déterminer les programmes pour régler cette problématique et résoudre les conflits associés qui peuvent se présenter.

Un gestionnaire du programme Fedora qui s'occupe du planning des différentes versions de Fedora. Il s'assure du bon respect des délais, du suivi des fonctionnalités et des cycles de tests. Il fait également office de secrétaire du conseil. C'est un employé de Red Hat qui occupe ce rôle toujours avec l'approbation du conseil.

FESCo

Le FESCo (Fedora Engineering Steering Committee) est un conseil entièrement composé de membres élus et totalement dévoués à l'aspect technique du projet Fedora.

Ils vont donc traiter en particulier les points suivants :

  • Les nouvelles fonctionnalités de la distribution ;
  • Les sponsors pour le rôle d'empaqueteur (ceux qui pourront donc superviser un débutant) ;
  • La création et la gestion des SIGs (Special Interest Group) pour organiser des équipes autour de certaines thématiques ;
  • La procédure d'empaquetage des paquets.

Le responsable de ce groupe est tournant. Les 9 membres sont élus pour un an, sachant que chaque élection renouvelle la moitié du collège.

Mindshare

Mindshare est une évolution du FAmSCo (Fedora Ambassadors Steering Committee) qu'il remplace. Il est l'équivalent du FESCo sur l'aspect plus humain du projet. Pendant que le FESCo se préoccupera beaucoup plus des empaqueteurs, la préoccupation de ce conseil est plutôt l'ambassadeur et les nouveaux contributeurs.

Voici un exemple des thèmes dont il a compétence qui viennent du FAmSCo :

  • Gérer l'accroissement des ambassadeurs à travers le mentoring ;
  • Pousser à la création et au développement des communautés plus locales comme la communauté française par exemple ;
  • Réaliser le suivi des évènements auxquels participent les ambassadeurs ;
  • Accorder les ressources aux différentes communautés ou activités, en fonction des besoin et de l'intérêt ;
  • S'occuper des conflits entre ambassadeurs.

Et ses nouvelles compétences :

  • La communication entre les équipes, notamment entre la technique et le marketing ;
  • Motiver les contributeurs à s'impliquer dans différents groupes de travail ;
  • Gérer l'arrivé de nouveaux contributeurs pour les guider, essayer de favoriser l'inclusion de personnes souvent peu représentées dans Fedora (femmes, personnes non américaines et non européennes, étudiants, etc.) ;
  • Gestion de l'équipe marketing.

Il y a 9 membres pour gérer ce nouveau comité. Un gérant, 2 proviennent des ambassadeurs, un du design et web, un de la documentation, un du marketing, un de la commops et les deux derniers sont élus. C'est pour ces deux derniers sièges que les scrutins sont ouverts.

AMC version 1.3.0 Fedora 27

Patrice Kadionik

Les RPM d'AMC (Auto Multiple Choice) version 1.3.0 pour Fedora 27 sont disponibles dans le dépôt eddy33.


Installation :

# dnf install http://kadionik.vvv.enseirb-matmeca.fr/fedora/eddy33-release-27.rpm
# dnf install auto-multiple-choice

++

Fin de vie de Fedora 25

Charles-Antoine Couret

C'est en ce mardi 12 décembre 2017 que Fedora 25 a été déclaré comme en fin de vie.

Qu'est-ce que c'est ?

Un mois après la sortie d'une version de Fedora n, ici Fedora 27, la version n-2 (donc Fedora 25) est déclarée comme en fin de vie. Ce mois sert à donner du temps aux utilisateurs pour faire la mise à niveau. Ce qui fait qu'en moyenne une version est officiellement maintenue pendant 13 mois.

En effet, la fin de vie d'une version signifie qu'elle n'aura plus de mises à jour et plus aucun bogue ne sera corrigé. Pour des questions de sécurité, avec des failles non corrigées, il est vivement conseillé aux utilisateurs de Fedora 25 et antérieurs d'effectuer la mise à niveau vers Fedora 27 ou 26.

Que faire ?

Si vous êtes concernés, il est nécessaire de faire la mise à niveau de vos systèmes. Vous pouvez télécharger des images CD ou USB plus récentes.

Il est également possible de faire la mise à niveau sans réinstaller via DNF ou GNOME Logiciels.

GNOME Logiciels a également dû vous prévenir par une pop-up de la disponibilité de Fedora 26 ou 27. N'hésitez pas à lancer la mise à niveau par ce biais.