Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

Mot-clefs : Fedora

[F31] Participez à la journée de test consacrée à la mise à niveau

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce lundi 23 septembre, est une journée dédiée à un test précis : sur la mise à niveau de Fedora. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Nous sommes proches de la diffusion de Fedora 31 édition finale. Et pour que ce lancement soit un succès, il est nécessaire de s'assurer que le mécanisme de mise à niveau fonctionne correctement. C'est-à-dire que votre Fedora 29 ou 30 devienne Fedora 31 sans réinstallation, en conservant vos documents, vos paramètres et vos programmes. Une très grosse mise à jour en somme.

Les tests du jour couvrent :

  • Mise à niveau depuis Fedora 30 ou 29, avec un système chiffré ou non ;
  • Même que précédemment mais avec KDE comme environnement ou une version Spin quelconque ;
  • De même avec la version Server au lieu de Workstation ;
  • En utilisant GNOME Logiciels plutôt que dnf.

En effet, Fedora propose depuis quelques temps déjà la possibilité de faire la mise à niveau graphiquement avec GNOME Logiciels et en ligne de commande avec dnf. Dans les deux cas le téléchargement se fait en utilisation normale de votre ordinateur, une fois que ce sera prêt l'installation se déroulera lors du redémarrage.

Pour ceux qui veulent bénéficier de F31 avant sa sortie officielle, profitez-en pour réaliser ce test, que cette expérience bénéficie à tout le monde. :-)" class="smiley

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

[F31] Participez à la journée de test consacrée à GNOME 3.34

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce mercredi 18 septembre, est une journée dédiée à un test précis : sur l'environnement de bureau GNOME. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Nous juste après la diffusion de la Fedora 31 beta. L'environnement de bureau GNOME est celui par défaut depuis les débuts de Fedora.

L'objectif est de s'assurer que l'ensemble de l'environnement et que ses applications sont fonctionnels.

Les tests du jour couvrent :

  • La détection de la mise à niveau de Fedora par GNOME Logiciels ;
  • Le bon fonctionnement du navigateur Web ;
  • La connexion / déconnexion et changement d'utilisateurs ;
  • Le fonctionnement du son, notamment détection de la connexion ou déconnexion d'écouteurs ou casques audios ;
  • Possibilité de lancer les applications graphiques depuis le menu.
  • Et tant d'autres.

Comme vous pouvez le constater, ces tests sont assez simples et peuvent même se dérouler sans se forcer en utilisant simplement GNOME comme d'habitude. Donc n'hésitez pas de prendre quelques minutes pour vérifier les comportements et rapporter ce qui fonctionne ou non comme attendu.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Fedora 31 Beta est de sortie

Charles-Antoine Couret

En ce mardi 17 septembre, les utilisateurs du Projet Fedora seront ravis d'apprendre la disponibilité de la version Beta Fedora 31.

Malgré les risques concernant la stabilité dune version Beta, il est important de la tester ! En rapportant les bogues maintenant, vous découvrirez les nouveautés avant tout le monde, tout en améliorant la qualité de Fedora 31 et réduisant du même coup le risque de retard. Les versions en développement manquent de testeurs et de retours pour mener à bien leurs buts.

La version finale est pour le moment fixée pour le 22 ou 29 octobre. Voici les nouveautés annoncées pour cette version :

Expérience utilisateur

  • Passage à GNOME 3.34.
  • La roue tourne pour Xfce avec la version 4.14.
  • Mise à jour de DeepinDE 15.11.
  • Firefox utilise Wayland nativement par défaut, bien entendu si la session de bureau le permet.
  • Les applications Qt utiliseront de manière analogue Wayland lors d'une session GNOME sous Wayland.
  • Les paquets RPM utilisent le format de compression zstd au lieu de xz. Le temps de décompression est bien plus rapide d'un facteur trois ou quatre pour le paquet Firefox par exemple. Mais générer un paquet est légèrement plus long.

Gestion du matériel

  • Le noyau Linux i686 n'est plus généré et les dépôts associés sont également supprimés. De fait il n'y aura plus d'images de Fedora pour cette architecture, ni mise à niveau possible depuis Fedora 30 pour ces utilisateurs. Des paquets i686 peuvent subsister dans les dépôts à destination des utilisateurs ayant l'architecture x86_64 uniquement.
  • Le spin Xfce de Fedora dispose d'une image pour l'architecture AArch64.
  • Sur les machines avec la fonctionnalité Secure Boot de l'UEFI activé, GRUB peut maintenant utiliser ses modules de sécurité nativement.

Internationalisation

  • Les paquets langpacks sont subdivisés avec une partie langpacks-core qui ne propose que la police par défaut et la locale correspondante. L'utilisateur a donc plus de flexibilité à ce niveau.
  • Mise à jour d'IBus 1.5.21.
  • Les polices Google Noto Variables auront maintenant la priorité sur les polices non variables du même fournisseur.

Administration système

  • Le binaire /usr/bin/python fait référence dorénavant à Python 3 et non Python 2. En effet, Python 2 ne sera plus supportée par le projet officiel en janvier 2020, le projet Fedora respecte donc la PEP 394 pour entamer la transition. En cas de problèmes vous pouvez créer le lien symbolique ~/.local/bin/python pour un utilisateur ou /usr/local/bin/python pour le système entier afin de restaurer le comportement habituel.
  • De fait, il y a une suppression massive de paquets Python 2 pour ne garder essentiellement que les derniers projets non convertis à Python 3 aujourd'hui.
  • La fonction des politiques de sécurité, introduite peu à peu dans Fedora ces dernières années, offre maintenant la possibilité aux administrateurs de personnaliser les règles comme le choix des protocoles de sécurité utilisables ou non sur le système.
  • Le noyau propose les cgroups 2 au lieu de la version 1 utilisée jusqu'alors.
  • OpenSSH refuse par défaut les identifications par mot de passe pour le compte super utilisateur.
  • Tous les groupes utilisateurs ont la possibilité native de faire des ping sur le réseau sans binaire setuid. Cela est surtout à destination des environnements avec conteneur ou Fedora Silverblue.
  • Le compteur RPM atteint la version 4.15.
  • DNF émettra une erreur par défaut si un dépôt est non accessible au lieu d'émettre seulement un avertissement. Cela est surtout à destination des dépôts tiers qui n'activaient pas forcément cette option dans leur configuration.
  • YUM 3 tire sa révérence, uniquement un lien symbolique vers DNF est maintenu. Son API n'est également plus accessible.
  • Les paquets liés à 389-console sont retirés au profit d'une nouvelle interface web.

Développement

  • Mise à jour de la bibliothèque C glibc vers la version 2.30.
  • Gawk passe à la branche 5.0.
  • Node.js en est à son 12e nœud.
  • Le générateur de documentation Sphinx passe à la version 2 et abandonne la prise en charge de Python 2.
  • Les tests Python passent du paquet python3-libs au paquet python3-test.
  • Le langage Go fonce vers la version 1.13.
  • Le langage Perl reluit à la version 5.30.
  • Mise à jour du langage Erlang et OTP à la version 22.
  • Alors que le compilateur Haskell GHC et Stackage LTS passent respectivement à la version 8.6 et 13.
  • La pile .Net libre Mono bénéficie de la version 5.20.
  • L'environnement et la chaine de compilation MinGW passent la 6e.
  • Le projet Fedora propose une configuration alternative de l'éditeur de lien, pour passer aisément de celui du projet GNU LD à celui de LLVM LDD et vice versa sans changer l'environnement de développement.
  • L'éditeur de lien GOLD de binutils, développé par Google mais maintenu par GNU maintenant a son propre paquet binutils-gold pour facilement s'en séparer si la maintenance s'arrête. Le projet n'étant plus développé activement.

Projet Fedora

  • L'image Cloud de Fedora bénéficiera d'une nouvelle image chaque mois.
  • Dans la continuité de rendre Rawhide plus stable et d'améliorer l'assurance qualité, Rawhide a maintenant Bodhi qui est activé. Cela signifie qu'un paquet doit suivre le même processus pour une mise à jour sur Rawhide que pour une version stable.
  • Les sources RPM peuvent avoir des dépendances lors de la compilation générée dynamiquement. En effet de plus en plus de langages comme Rust ou Go gèrent eux mêmes les dépendances pour compiler un projet. Ainsi, l'empaqueteur n'a plus pour ces projets à recopier les dépendances que le projet a déjà lui même renseigné.
  • De nouvelles règles d'empaquetage pour les projets utilisant Go ont été édictées.
  • L'environnement de compilation de Fedora, le buildroot, utilise un gdb minimal pour gagner en efficience. Il ne dispose plus de la gestion du XML ou de Python.
  • Les dépendances autour du langage R peuvent maintenant être résolues automatiquement.
  • Le paquet glibc i686 nécessaire pour le buildroot de Fedora bénéficie d'une amélioration de sa compilation pour être plus maintenable et garantir le respect de la licence LGPL.

Tester

Durant le développement d'une nouvelle Fedora, comme cette version Beta, quasiment chaque semaine le projet propose des journées de tests. Le but est pendant une journée de tester une fonctionnalité précise comme le noyau, Fedora Silverblue, la mise à niveau, GNOME, linternationalisation, etc. L'équipe de qualité élabore et propose une série de tests en général simples à exécuter. Suffit de les suivre et indiquer si le résultat est celui attendu. Dans le cas contraire, un bogue devra être ouvert pour permettre l'élaboration d'un correctif.

C'est très simple à suivre et requiert souvent peu de temps (15 minutes à une heure maximum) si vous avez une Beta exploitable sous la main.

Les tests à effectuer et les rapports sont à faire via la page suivante. J'annonce régulièrement ici quand une journée de tests est planifiée.

Si l'aventure vous intéresse, les images sont disponibles par Torrent ou via le site officiel.

Si vous avez déjà Fedora 30 ou 29 sur votre machine, vous pouvez faire une mise à niveau vers la Beta. Cela consiste en une grosse mise à jour, vos applications et données sont préservées.

Nous vous recommandons dans les deux cas de procéder à une sauvegarde de vos données au préalable.

En cas de bogue, n'oubliez pas de relire la documentation pour signaler les anomalies sur le BugZilla ou de contribuer à la traduction sur Zanata.

Bons tests à tous !

[F31] Participez à la journée de test consacrée à l'internationalisation

Charles-Antoine Couret

Cette semaine, à partir du 9 septembre, est une semaine dédiée à un test précis : sur l'internationalisation de Fedora. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Comme chaque version de Fedora, la mise à jour de ses outils impliquent souvent lapparition de nouvelles chaînes de caractères à traduire et de nouveaux outils liés à la prise en charge de langues (en particulier asiatiques).

Pour favoriser l'usage de Fedora dans l'ensemble des pays du monde, il est préférable de s'assurer que tout ce qui touche à l'internationalisation de Fedora soit testée et fonctionne. Notamment parce qu'une partie doit être fonctionnelle dès le LiveCD d'installation (donc sans mise à jour).

Les tests du jour couvrent :

  • Le bon fonctionnement d'ibus pour la gestion des entrées claviers ;
  • La personnalisation des polices de caractères ;
  • L'installation automatique des paquets de langues des logiciels installés suivant la langue du système ;
  • La traduction fonctionnelle par défaut des applications ;
  • Les nouvelles dépendances des paquets de langue pour installer les polices et les entrées de saisie nécessaires.

Bien entendu, étant donné les critères, à moins de savoir une langue chinoise, l'ensemble des tests n'est pas forcément réalisable. Mais en tant que francophones, de nombreuses problématiques nous concernent et remonter les problèmes est important. En effet, ce ne sont pas les autres communautés linguistiques qui identifieront les problèmes d'intégration de la langue française.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Résultats des élections de Fedora 06/19

Charles-Antoine Couret

Comme je vous le rapportais il y a peu, Fedora a organisé des élections pour renouveler partiellement le collège de ses organes FESCo, Mindshare et Council.

Le scrutin est comme toujours un vote par valeurs. Nous pouvons attribuer à chaque candidat un certain nombre de points, dont la valeur maximale est celui du nombre de candidat, et le minimum 0. Cela permet de montrer l'approbation à un candidat et la désapprobation d'un autre sans ambiguïté. Rien n'empêchant de voter pour deux candidats avec la même valeur.

Les résultats pour le Conseil sont (qui est le seul candidat) :

  # votes |  name
 176          Till Maas (till)

À titre indicatif le score maximal possible était de 184 * 1 votes soit 184.

Les résultats pour le FESCo sont (seuls les quatre premiers sont élus) :

  # votes |  name
695     Stephen Gallagher (sgallagh)
687         Igor Gnatenko (ignatenkobrain)
615     Aleksandra Fedorova (bookwar)
569     Petr Šabata (psabata)
--------------------------------------------
525      Jeremy Cline
444     Fabio Valentini (decathorpe

À titre indicatif le score maximal possible était de 205 * 6 soit 1230.

Les résultats pour le Mindshare sont donc (seuls le premier est élu) :

  # votes |  name
221     Sumantro Mukherjee (sumantrom)
--------------------------------------------
172     Luis Bazan (lbazan)

À titre indicatif le score maximal possible était de 178 * 2 soit 356.

Nous pouvons noter que globalement le nombre de votants pour chaque scrutin était proche aux alentours de 175-200 votants ce qui est un poil moins que la fois précédente (200-250 en moyenne). Les scores sont aussi plutôt éparpillés.

Bravo aux participants et aux élus et le meilleur pour le projet Fedora.

06/19 Élections pour le Conseil, FESCo et Mindshare pendant deux semaines

Charles-Antoine Couret

Comme le projet Fedora est communautaire, une partie du collège des organisations suivantes doit être renouvelée : Council, FESCo et Mindshare. Et ce sont les contributeurs qui décident. Chaque candidat a bien sûr un programme et un passif qu'ils souhaitent mettre en avant durant leur mandat pour orienter le projet Fedora dans certaines directions. Je vous invite à étudier les propositions des différents candidats pour cela.

J'ai voté

Pour voter, il est nécessaire d'avoir un compte FAS actif et de faire son choix sur le site du scrutin. Vous avez jusqu'au vendredi 20 juin à 2h heure française pour le faire. Donc n'attendez pas trop.

Par ailleurs, comme pour le choix des fonds d'écran additionnel, vous pouvez récupérer un badge si vous cliquez sur un lien depuis l'interface après avoir participé à un vote.

Je vais profiter de l'occasion pour résumer le rôle de chacun de ces comités afin de clarifier l'aspect décisionnel du projet Fedora mais aussi visualiser le caractère communautaire de celui-ci.

Council

Le Council est ce qu'on pourrait qualifier le grand conseil du projet. C'est donc l'organe décisionnaire le plus élevé de Fedora. Le conseil définit les objectifs à long terme du projet Fedora et participe à l'organisation de celui-ci pour y parvenir. Cela se fait notamment par le biais de discussions ouvertes et transparentes vis à vis de la communauté.

Mais il gère également l'aspect financier. Cela concerne notamment les budgets alloués pour organiser les évènements, produire les goodies, ou des initiatives permettant de remplir les dits objectifs. Ils ont enfin la charge de régler les conflits personnels importants au sein du projet, tout comme les aspects légaux liés à la marque Fedora.

Les rôles au sein du conseil sont complexes.

Ceux avec droit de vote complet

Tout d'abord il y a le FPL (Fedora Project Leader) qui est le dirigeant du conseil et de facto le représentant du projet. Son rôle est lié à la tenue de l'agenda et des discussions du conseil, mais aussi de représenter le projet Fedora dans son ensemble. Il doit également servir à dégager un consensus au cours des débats. Ce rôle est tenu par un employé de Red Hat et est choisi avec le consentement du conseil en question.

Il y a aussi le FCAIC (Fedora Community Action and Impact Coordinator) qui fait le lien entre la communauté et l'entreprise Red Hat pour faciliter et encourager la coopération. Comme pour le FPL, c'est un employé de Red Hat qui occupe cette position avec l'approbation du conseil.

Il y a deux places destinées à la représentation technique et à la représentation plus marketing / ambassadrice du projet. Ces deux places découlent d'une nomination décidée au sein des organes dédiées à ces activités : le FESCo et le Mindshare. Ces places sont communautaires mais ce sont uniquement ces comités qui décident des attributions.

Il reste deux places communautaires totalement ouvertes et dont tout le monde peut soumettre sa candidature ou voter. Cela permet de représenter les autres secteurs d'activité comme la traduction ou la documentation mais aussi la voix communautaire au sens la plus large possible. C'est pour une de ces places que le vote est ouvert cette semaine !

Ceux avec le droit de vote partiel

Un conseiller en diversité est nommé par le FPL avec le soutien du conseil pour favoriser l'intégration au sein du projet des populations le plus souvent discriminées. Son objectif est donc de déterminer les programmes pour régler cette problématique et résoudre les conflits associés qui peuvent se présenter.

Un gestionnaire du programme Fedora qui s'occupe du planning des différentes versions de Fedora. Il s'assure du bon respect des délais, du suivi des fonctionnalités et des cycles de tests. Il fait également office de secrétaire du conseil. C'est un employé de Red Hat qui occupe ce rôle toujours avec l'approbation du conseil.

FESCo

Le FESCo (Fedora Engineering Steering Committee) est un conseil entièrement composé de membres élus et totalement dévoués à l'aspect technique du projet Fedora.

Ils vont donc traiter en particulier les points suivants :

  • Les nouvelles fonctionnalités de la distribution ;
  • Les sponsors pour le rôle d'empaqueteur (ceux qui pourront donc superviser un débutant) ;
  • La création et la gestion des SIGs (Special Interest Group) pour organiser des équipes autour de certaines thématiques ;
  • La procédure d'empaquetage des paquets.

Le responsable de ce groupe est tournant. Les 9 membres sont élus pour un an, sachant que chaque élection renouvelle la moitié du collège. Ici 4 places sont à remplacer.

Mindshare

Mindshare est une évolution du FAmSCo (Fedora Ambassadors Steering Committee) qu'il remplace. Il est l'équivalent du FESCo sur l'aspect plus humain du projet. Pendant que le FESCo se préoccupera beaucoup plus des empaqueteurs, la préoccupation de ce conseil est plutôt l'ambassadeur et les nouveaux contributeurs.

Voici un exemple des thèmes dont il a compétence qui viennent du FAmSCo :

  • Gérer l'accroissement des ambassadeurs à travers le mentoring ;
  • Pousser à la création et au développement des communautés plus locales comme la communauté française par exemple ;
  • Réaliser le suivi des évènements auxquels participent les ambassadeurs ;
  • Accorder les ressources aux différentes communautés ou activités, en fonction des besoin et de l'intérêt ;
  • S'occuper des conflits entre ambassadeurs.

Et ses nouvelles compétences :

  • La communication entre les équipes, notamment entre la technique et le marketing ;
  • Motiver les contributeurs à s'impliquer dans différents groupes de travail ;
  • Gérer l'arrivé de nouveaux contributeurs pour les guider, essayer de favoriser l'inclusion de personnes souvent peu représentées dans Fedora (femmes, personnes non américaines et non européennes, étudiants, etc.) ;
  • Gestion de l'équipe marketing.

Il y a 9 membres pour gérer ce nouveau comité. Un gérant, 2 proviennent des ambassadeurs, un du design et web, un de la documentation, un du marketing, un de la commops et les deux derniers sont élus. C'est pour un de ces derniers sièges que le scrutin est ouvert.

Revue de presse de Fedora 30

Charles-Antoine Couret

Cela fait depuis Fedora 19 que je publie sur la liste de diffusion de Fedora-fr une revue de presse de chaque sortie d'une nouvelle version. Récapituler quels sites en parle et comment. Je le fais toujours deux semaines après la publication (pour que tout le monde ait le temps d'en parler) même si là je dois admettre un petit retard. Maintenant, place à Fedora 30 !

Bien entendu je passe sous silence mon blog et le forum de fedora-fr.

Sites web d'actualité

Soit 5 sites sur les 25 contactés.

Blogs, sites persos ou sites non contactés

Soit 1 site.

Bilan

Le nombre de sites parlant de Fedora 30 est en légère baisse encore. Beaucoup d'articles se fondent sur ce que j'ai moi même rédigé (que ce soit la version courte ou longue).

La semaine de sa sortie, nous avons eu une augmentation de visites par rapport à la semaine d'avant de cet ordre là :

  • Forums : hausse de 16% (environ 851 visites en plus)
  • Documentation : hausse de 27% (soit environ 1500 visites en plus)
  • Le site Fedora-fr : hausse de 75% (soit 496 visites en plus)
  • Borsalinux-fr : hausse de 270% (soit 70 visites en plus)

À tenir compte de la situation particulière avec une sortie lors de la semaine du 1er mai en Europe. D'ailleurs le forum et même d'autres sections du site ont connu une hausse de fréquentation la semaine suivant la sortie.

Si vous avez connaissance d'un autre lien, n'hésitez pas à partager ! Rendez-vous pour Fedora 31.

Fin de vie de Fedora 28

Charles-Antoine Couret

C'est en ce mardi 28 mai 2019 que Fedora 28 a été déclaré comme en fin de vie.

Qu'est-ce que c'est ?

Un mois après la sortie d'une version de Fedora n, ici Fedora 30, la version n-2 (donc Fedora 28) est déclarée comme en fin de vie.

Ce mois sert à donner du temps aux utilisateurs pour faire la mise à niveau. Ce qui fait qu'en moyenne une version est officiellement maintenue pendant 13 mois.

En effet, la fin de vie d'une version signifie qu'elle n'aura plus de mises à jour et plus aucun bogue ne sera corrigé. Pour des questions de sécurité, avec des failles non corrigées, il est vivement conseillé aux utilisateurs de Fedora 28 et antérieurs d'effectuer la mise à niveau vers Fedora 30 ou 29.

Que faire ?

Si vous êtes concernés, il est nécessaire de faire la mise à niveau de vos systèmes. Vous pouvez télécharger des images CD ou USB plus récentes.

Il est également possible de faire la mise à niveau sans réinstaller via DNF ou GNOME Logiciels.

GNOME Logiciels a également dû vous prévenir par une pop-up de la disponibilité de Fedora 29 ou 30. N'hésitez pas à lancer la mise à niveau par ce biais.

Apports de Fedora à l'écosystème du Logiciel Libre partie 2

Charles-Antoine Couret

Il est courant, au sein de la communauté du Logiciel Libre, de présenter une distribution GNU/Linux comme une simple intégration, ou un assemblage de tous les logiciels qu'elle propose. Une sorte de glu entre eux.

Si c'est sans doute le cas de certaines d'entre elles, nous ne pouvons en conclure que c'est toujours le cas. En particulier, la distribution Fedora va au delà de ce constat. Ses objectifs et sa communauté lui permettent de réaliser d'autres choses. En effet depuis sa création Fedora est une vitrine technologique et à ce titre a essayé de mettre en avant ou de développer des solutions novatrices pour le Logiciel Libre. Mais depuis Fedora 21, sortie fin 2014, Fedora s'est découpée en trois produits distincts. Si finalement une Fedora Workstation et Server ont accès aux mêmes paquets, le projet a souhaité fournir des expériences utilisateur adaptées à chaque cas d'usage dès la fin de l'installation. Par conséquent, Fedora Workstation a sa liste de travail pour intégrer et développer de nouvelles solutions pour améliorer l'usage bureautique de l'utilisateur.

Et si la distribution Fedora est souvent considérée comme une version de tests pour la distribution Red Hat Enterprise Linux (RHEL) de Red Hat nous allons constater que finalement toute la communauté tire des bénéfices de ses travaux.

Le présent article est une adaptation des articles de blogs ici et de Christian Schaller qui m'en a donné l'autorisation. Il fait suite à un premier article à ce sujet qui avait donné lieu à une conférence lors des JM2L de 2017 et aux RMLL de 2018 dont la vidéo est disponible ici.

Expérience utilisateur

Pipewire

Wim Taymans, co-auteur de GStreamer et grand contributeur de PulseAudio étend le spectre de ses travaux avec Pipewire. Il souhaite avec ce composant unifier l'audio et la vidéo sous Linux. L'objectif au long terme n'est pas de gérer uniquement la vidéo, mais de prendre en compte également tout type de flux audio. Et non seulement il souhaite s'attaquer aux cas d'usage de PulseAudio, mais également à ceux de Jack (qui est plutôt dédié au traitement audio professionnel ou d'amateurs éclairés). Cela passera notamment par une compatibilité avec les applications existantes sans réécriture de leur part.

L'objectif est de rendre la plateforme Linux plus attirante pour les compositeurs et autres artistes du milieu. Pipewire a fait sa première apparition dans Fedora 27. Et son usage commence à produire ses premiers effets.

En effet, grâce à ce composant, GNOME Shell avec Wayland est capable de faire de l'affichage distant de la session via le protocole VNC. Cela permet donc les usages de contrôles à distance graphique. Merci à Jonas Ådahl pour ce résultat.

Séquence de démarrage

Affichage de GRUB

Hans de Goede a travaillé pour masquer GRUB par défaut sous Fedora, sauf si plusieurs systèmes sont installés. En effet dans ce cas de figure, GRUB ne sert qu'à démarrer un ancien noyau, ce qui est nécessaire uniquement en cas de soucis. Pour des raisons de cohérence et de simplicité, les messages de démarrage étant cachés par défaut, ce menu est caché pour ne pas perturber l'utilisateur outre mesure et gagner du temps.

Un nouveau mécanisme est mis en place. Le menu caché est finalement affiché si le précédent démarrage n'a pas abouti à une session valide. Cela autorise ainsi une résolution possible du problème. Pour désactiver cette fonctionnalité, vous pouvez manuellement appliquer la commande suivante avec les droits super utilisateurs :

# grub2-editenv - unset menu_auto_hide

Hans de Goede a publié une FAQ à propos de ce changement pour savoir comment l'activer ou le désactiver et quel est le comportement en cas de problèmes. Ce travail documenté permet à d'autres distributions de reproduire ce comportement pour simplifier la séquence de démarrage.

Démarrage sans remise à zéro de l'affichage

Pour les utilisateurs d'une carte graphique Intel et d'un ordinateur avec l'UEFI activé, l'affichage durant le démarrage est continu, sans remise à zéro de ce dernier. Cela rend l'expérience plus fluide et jolie. La changement fait suite au changement introduit dans Fedora 29 pour qu'un ordinateur mono-système ait GRUB masqué par défaut. Le nouveau thème plymouth bgrt récupère également le logo du constructeur de l'ordinateur ou de la carte mère durant le démarrage. Si vous ne souhaitez pas voir ce logo, basculez vers le thème spinner. Vous pouvez regarder cette vidéo pour voir le changement en action et les explications en détails et la FAQ par Hans de Goede, son développeur.

Les jeux vidéo

Beaucoup de tests ont été effectués par Olivier Fourdan et Jonas Ådahl pour identifier les problèmes d'exécution des jeux vidéo Steam avec GNOME sous Wayland et ont pu en corriger l'essentiel. Cela permet de repousser les limites de Wayland dans les cas d'usage et rendre ainsi chaque jour X11 de moins en moins nécessaire.

Pour améliorer également les performances des jeux vidéo, l'entreprise Feral Interactive a développé le projet gamemode pour optimiser la configuration du système dans le but de maximiser les performances lors de l'exécution d'un jeu. Pour l'instant Fedora se contente de proposer par défaut ce paquet mais une réflexion est en cours pour essayer de rendre ce paquet non nécessaire, en améliorant le gouverneur du CPU par exemple.

Gestion du matériel

Autonomie

Hans de Goede a travaillé sur une meilleure gestion de l'autonomie des ordinateurs portables avec un processeur Intel. Cela passe par une meilleure gestion de l'énergie des ports SATA pour disques durs et SSD (gain estimé de 1-1,5 W) en reprenant le mode utilisé par Windows : med_power_with_dipm. Intel HDA codec pour le multimédia est mis en sommeil après une seconde dinactivité (gain estimé de 0,4 W). Et activation de l'économie d'énergie pour les récepteurs Bluetooth en USB (gain estimé de 0,4 W si tous les ports USB sont en repos). Sachant qu'un ordinateur portable récent non orienté puissance consomme moins de 10 W (7,5 W par exemple sur un Lenovo E560) en usage non intensif. Cela peut donner 20% d'autonomie supplémentaire.

Thunderbolt 3

Intégration de la norme Thunderbolt 3 qui est une norme concurrente à l'USB sur de nombreux points. Cette norme permet en effet de gérer des transferts de données ou de brancher un écran externe par exemple sur le même port. Cependant ces périphériques pourraient accéder à des informations sensibles de votre machine lors du branchement pour des raisons de performances. En effet pour alléger la charge CPU, ces périphériques peuvent être maîtres de la communication DMA. C'est pourquoi la norme propose une politique de sécurité pour que l'utilisateur autorise ou non l'accès à l'ordinateur et éviter que discrètement un appareil branché sans votre consentement ait un libre accès. Maintenant il est possible de configurer dans GNOME ces accès par le biais des notifications ou du panneau de configuration qui lui est dédié.

Panneau-Thunderbolt.png

Les politiques de sécurité possibles étant :

  • none : pas de restrictions ;
  • dponly : uniquement la sortie vidéo via DisplayPort ;
  • user : les périphériques connectés doivent recevoir une autorisation de l'utilisateur ;
  • secure : l'utilisateur doit autoriser l'appareil également et l'appareil doit prouver son identité avec une clé secrète.

Développement

Fedora Toolbox

Debarshi Ray a développé l'outil Fedora Toolbox pour simplifier le développement en utilisant massivement les conteneurs. Ainsi il sera plus simple de développer par exemple votre projet maison avec Fedora pour bénéficier des dernières versions, de le tester sur RHEL pour la compatibilité. Et si c'est un jeu, exécuter cela dans un environnement SteamOS.

Un gros travail est en cours pour améliorer encore l'expérience utilisateur afin de ne pas à avoir à réinstaller les mêmes outils dans chaque conteneur, ou d'être confus à propos du contenu de chacun. Il est envisagé de pouvoir plus facilement travailler sur des environnements complexes précis tels que Tensorflow ou CUDA par exemple.

Son intérêt sera particulièrement important dans le cadre du projet Silverblue, détaillé plus bas. En effet dans le contexte d'un système immutable, l'objectif sera de reposer les outils de développement sur des conteneurs manipulés à travers ce genre d'outils.

Et demain ?

Le HiDPI fractionnel

GNOME_HiDPI.png

Les affichages à haute densité de pixels (HiDPI) sont de plus en plus fréquents dans les configurations milieu et haut de gamme. Ils permettent d'améliorer la finesse de l'affichage sans pour autant réduire la taille des éléments affichés. Cependant sur certains modèles d'écran, les ratios entiers du HiDPI produisent des affichages trop grands ou trop petits. Pour résoudre ce problème, on souhaite introduire des valeurs intermédiaires non entières.

La bonne prise en charge de tels écrans n'est possible qu'avec Wayland, et GNOME dispose à titre expérimental d'une telle fonctionnalité qui a besoin de quelques raffinements encore. Pour ceux qui veulent tester, il suffit d'ajouter la valeur scale-monitor-framebuffer à la clé gsettings org.gnome.mutter.experimental-features pour que le panneau de configuration le propose.

Cela peut être effectué à l'aide de la commande suivante :

$ gsettings set org.gnome.mutter.experimental-features ['scale-monitor-framebuffer']

Ce travail est le fruit de la collaboration entre Jonas Ådahl de Red hat et Marco Trevisan de Canonical. Il devrait être bientôt disponible de manière stable.

Pipewire

Pipewire est encore en voie de maturation. De nombreuses choses restent à faire ou à stabiliser. Par exemple Jan Grulich, Tomas Popela et Eike Rathke travaillent sur la fonctionnalité d'écran partagé avec Wayland pour Firefox et Chrome afin de partager son écran lors d'une visioconférence avec WebRTC par exemple. Cependant cela n'est pas encore assez stable pour être activé par défaut. Si vous le souhaitez avec Chrome, il suffit d'activer l'option chrome://flags/#enable-webrtc-pipewire-capturer.

La gestion de l'audio n'est pas encore en place bien que le chantier soit bien avancé. Pipewire peut utiliser un plugin PulseAudio de GStreamer pour jouer le son de certaines applications GNOME. Wim teste également les applications employant Jack pour corriger les problèmes de compatibilité. Il fait également des tests sur une barre de son Sony HT-Z9F soundbar pour s'assurer du bon fonctionnement de Pipewire avec ce genre de matériel. Ainsi à terme les protocoles SPDIF, HDMI ou Bluetooth seront pris en charge convenablement. Le codec LDAC qui est un codec de haute qualité audio pour le Bluetooth sera également de la partie.

La prise en charge de JACK devrait être disponible avant celle de PulseAudio. Les premiers résultats stables pourraient apparaitre pour Fedora 31 à ce niveau.

OpenH264

Cela fait quelques temps que Firefox dispose de la bibliothèque d'OpenH264 de Cisco pour décoder matériellement le format H264 qui est très répandu. Cependant, le format H264 dispose de ce que l'on appelle des profils. L'objectif est d'activer certaines fonctionnalités du format suivant le cas d'usage de la vidéo. Une visio-conférence par exemple a besoin d'une plus faible qualité d'image que le film enregistré sur votre disque dur, et ce afin de limiter le besoin en bande passante et en latence.

OpenH264 ne prenait en charge que le profil baseline. Grâce à une collaboration de Red Hat, Endless, Cisco et Centricular, les profils high et main seront proposés prochainement. Le travail est en fait déjà partiellement disponible mais quelques rafinements restent nécessaires avant de le proposer par défaut. Des plateformes de vidéo en ligne comme Youtube pourront en tirer parti prochainement.

Les applications reposant sur la bibliothèque GStreamer, comme Totem de GNOME seront également bénéficiaires de cette amélioration.

Wayland

Firefox

Firefox_Wayland.png

Fedora a beaucoup œuvré pour proposer Wayland par défaut et faire en sorte que les logiciels essentiels fonctionnent bien avec comme LibreOffice et GNOME. C'est également le cas pour Firefox qui commence à voir le bout du tunnel, ce travail étant porté par Martin Stransky.

Fedora avait un dépôt COPR pour tester Firefox avec Wayland, puis un paquet officiel firefox-wayland était proposé depuis Fedora 28. Ce dernier n'étant qu'un script qui lance Firefox avec la variable d'environnement MOZ_ENABLE_WAYLAND défini à 1. Cela a permis de constater de nombreux problèmes qui ont pu être corrigés. Pour Fedora 31, qui devrait sortir en fin d'année 2019, Firefox avec la gestion native de Wayland sera proposé par défaut. Ainsi l'un des derniers composants par défaut de Fedora Workstation pourrait se passer du besoin d'utiliser XWayland.

Pilote propriétaire de nVidia

Il y a également le pilote propriétaire de nVidia qui n'offre pas pleinement une bonne expérience avec une session sous Wayland. Ce qui est bien sûr un problème pour ceux qui veulent tirer le plein potentiel de la carte graphique, en particulier pour les jeux ou le montage vidéo. Des travaux importants de Adam Jackson ont pu résoudre des problèmes pour la gestion des espaces de couleur et des écrans multiples. Mais il manque toujours la compatibilité avec XWayland pour offrir une expérience complète d'une session sous Wayland, si vous n'en avez pas besoin cela devrait fonctionner convenablement dès maintenant.

Les souris à haute résolution

Les souris à destination des joueurs ou des graphistes ont souvent des résolution plus haute afin d'améliorer la sensibilité et la précision du pointage. C'est pourquoi Peter Hutterer et Benjamin Tissoires ont proposé une RFC pour Wayland afin de tenir compte de ces cas d'usage. Le périphérique Dell Totem pourrait avoir une prise en charge pour Fedora 31.

La construction des applications Flatpak

GNOME_Logiciels_Flatpak_RPM.png

Owen Taylor travaille sur l'infrastructure de Fedora pour apporter de quoi construire des applications Flatpak directement, en parallèle des formats RPM classiques. L'objectif est de faciliter la vie du mainteneur qui pourra concevoir en une fois la construction des deux formats et les autres distributions ou utilisateurs pourront récupérer le Flatpak à jour directement s'ils le souhaitent.

Depuis la dernière fois, des progrès sensibles ont été obtenus. Un site web a été mis en ligne pour suivre l'évolution de ce travail pour une dizaine de paquets. Une fois que cet essai sera transformé, l'objectif est bien sûr d'étendre ce système à l'ensemble des paquets concernés.

Une réflexion est menée pour que GNOME Logiciels propose via une option de choisir d'installer un logiciel depuis Flatpak ou le dépôt RPM par défaut. À plus long terme l'option disparaitrait pour laisser place aux Flatpak uniquement, les RPM seraient relégués pour la base du système.

L'outil fleet commander avec Active Directory

FleetCommander.png

Fleet Commander est un outil pour gérer des flottes entières de machines sous Fedora ou RHEL, notamment pour les universités, les grosses entreprises ou les administrations et ainsi, de pouvoir gérer des milliers de machines. Il est possible de configurer les postes avec un navigateur Web ou l'outil Cockpit.

Oliver Gutierrez a intégré la sauvegarde de la configuration avec la solution Active Directory en plus de FreeIPA qui n'attend plus que la mise à disposition de la nouvelle version. Cela permettra de rendre cet outil plus pertinent dans plus d'entreprises ou administrations, qui utilisent plus souvent Active Directory que FreeIPA.

Fedora Silverblue

silverblue-logo.png

Fedora travaille beaucoup pour concevoir un système atomique, selon les travaux de Project Atomic. Actuellement c'est la version Cloud qui en bénéficie nativement, mais les travaux sur la version Workstation sont en cours. Le but est d'améliorer la fiabilité du système, il sera ainsi possible de facilement mettre à jour le système en diminuant les risques liés à une procédure exécutée dans un ordre différent que prévu par exemple. Le retour à une situation antérieure en cas de problème sera également plus facile en sélectionnant l'état précédent du système dans GRUB.

Une telle architecture propose aussi un système dans un état immutable, le rendant plus fiable ce qui impose une séparation plus stricte et claire entre le système et les applications. Ce qui parachève le travail envisagé par le projet Fedora.next. L'objectif est que Fedora propose un système de base et immutable à travers rpm-ostree et que les applications traditionnelles soient installées avec des Flatpak uniquement.

Devant l'intérêt récent pour cette technologie, un groupe de travail a été constitué l'année dernière, le projet a été renommé également en Fedora Silverblue et de grands progrès fonctionnels ont eu lieu depuis.

En effet cela fait deux cycles de développement de Fedora où Fedora Silverblue a bénéficié d'une journée de tests. Ainsi de nombreuses personnes, dont votre serviteur, ont pu le tester pour vérifier la viabilité du système avec l'image de base et les applications provenant du dépôt Flathub. Et les résultats sont positifs.

Aujourd'hui la gestion des Flatpak est complète. GNOME Logiciels permet de gérer un système reposant sur rpm-ostree. Les situations un peu particulières, comme Google Chrome qui installe tout dans /opt ou le pilote graphique propriétaire de nVidia qui ne peut être distribué nativement ont été réglées.

Le travail reste important pour gérer l'ensemble des cas d'usage tout en proposant une expérience utilisateur optimale. Par ailleurs quelques travaux restent nécessaires pour proposer des environnements de développement complets capables de gérer un tel système, la gestion des codecs ou encore des applications complexes comme VirtualBox.

Matthias Clasen a publié un article complet pour ceux qui veulent plus de détails.

Vous pouvez tester Fedora Silverblue en téléchargeant les images mis à disposition régulièrement.

Conclusion

Comme nous pouvons le voir avec cette liste d'exemples, une distribution denvergure comme Fedora, mais aussi Ubuntu, Debian ou autres peuvent apporter bien plus qu'une liste de logiciels à installer. Ils proposent des nouveaux outils, participent au développement ou à la stabilisation des logiciels qu'ils fournissent, peuvent collaborer avec d'autres entreprises ou communautés pour améliorer la prise en charge de leur produit.

Et encore, nous ne parlons que des travaux significatifs de ces trois dernières années, Fedora a également œuvré pour PulseAudio, systemd, PackageKit, NetworkManager, le pilote libre nouveau et tant d'autres composants par le passé !

Et malgré les liens forts entre Red Hat et Fedora, nous pouvons voir que beaucoup des travaux de Fedora de ces dernières années ont bénéficié à la plupart des distributions aujourd'hui. Et cela n'est pas près de se terminer.

AMC version 1.4.0 Fedora 30

Patrice Kadionik

Les RPM d'AMC (Auto Multiple Choice) version 1.4.0 pour Fedora 30 sont disponibles dans le dépôt eddy33.


Installation :

$ sudo dnf install perl-Gtk3 perl-Clone
$ sudo dnf install http://kadionik.vvv.enseirb-matmeca.fr/fedora/eddy33-release-30.rpm
$ sudo dnf install auto-multiple-choice
++

Fedora 30 vs Fedora 29 : comparaison des performances pour les versions 64 bits

Patrice Kadionik

Salut.

Voici les résultats comparatifs de Fedora 30 vs Fedora 29.

Pour rappel, ma machine est équipée d'un Quad Core Intel Q6600 à 2,4 GHz avec 4 Go de RAM.

Je me suis limité au benchmark UnixBench qui fournit un indice global, ce qui me simplifiera la comparaison. La version UnixBench utilisée est la version 4.1.0.

Mon protocole de tests est le suivant :
  • Installation de Fedora 30 version 64 bits avec le noyau Fedora  5.0.9-301.fc30.x86_64.
  • La machine est placée en niveau 3 (init 3).
  • 10 séries de tests avec UnixBench compilé sous Fedora 30 et exécuté sous Fedora 30 (5.0.9-301.fc30.x86_64).
  • 10 séries de tests avec UnixBench compilé sous Fedora 29 et exécuté sous Fedora 29 (4.18.16-300.fc29.x86_64).
Voici les résultats obtenus :

Fedora 30 version 64 bits :

Série 1 : 603.2
Série 2 : 612.5
Série 3 : 620.0
Série 4 : 620.0
Série 5 : 605.6
Série 6 : 605.2
Série 7 : 605.4
Série 8 : 611.3
Série 9 : 614.1
Série 10 : 609.5

Moyenne : 610,7

Fedora 29 version 64 bits :

Voici pour rappel les résultats obtenus avec Fedora 29 :
Série 1 : 607.9
Série 2 : 623.7
Série 3 : 624.0
Série 4 : 635.0
Série 5 : 615.2
Série 6 : 614.8
Série 7 : 626.2
Série 8 : 631.6
Série 9 : 623.6
Série 10 : 619.5

Moyenne : 622,1

Résultats :

Pour Fedora 30, on obtient un indice moyen de 610,7 pour UnixBench.
Pour Fedora 29, j'avais obtenu un indice moyen de 622,1 pour UnixBench.


On a donc une baisse de 1,8 % de Fedora 30 64 bits par rapport à Fedora 29 64 bits :

perfs_fedora_F30.png

Conclusion :


Au moment de ces tests, le noyau Fedora 30 (basé sur le noyau vanilla 5.0.9) est un peu moins performant de 1,8 % que le noyau Fedora 29 (basé sur le noyau vanilla 4.18.16).

++

Fedora 30 est disponible !

Charles-Antoine Couret

En ce mardi 30 avril, les utilisateurs du Projet Fedora seront ravis d'apprendre la disponibilité de la version Fedora 30.

Cette version apporte beaucoup de changements concernant l'expérience utilisateur, la gestion du matériel et le début de l'abandon de Python 2.

GNOME-Bureau.png

Expérience utilisateur

L'environnement de bureau par défaut de Fedora Workstation est mis à jour vers GNOME 3.32. Cette version apporte notamment :

  • Un rafraichissement du thème graphique, qui est un peu plus arrondi ;
  • Par ailleurs, les icônes ont été profondément remaniées abandonnant le style très réaliste pour un style plus sobre et plus simple à dessiner ;
  • GNOME avec Wayland prend en charge maintenant les ratios non entiers des affichages à haute densité de pixels (HiDPI), ce qui rendra l'affichage plus propre pour les machines concernées ;
  • Il y a eu beaucoup de nettoyages et d'optimisations pour rendre le bureau moins gourmand en ressources graphiques et processeur. Les opérations de recherche notamment sont concernées ou la gestion des fichiers sur Google Drive ;
  • Le clavier virtuel prend en charge les émojis ;
  • Le navigateur officiel Web, anciennement Epiphany gère les gestes du touchpad ;
  • Les paramètres ont été améliorées. Le menu son a un affichage vertical, plus conforme avec les autres, le mode nuit peut utiliser des couleurs plus chaudes ou froides que celles par défaut et on peut enfin paramétrer les permissions des applications Flatpak.

LXQt-Nouvelle vue du gestionnaire de fichiers.png

Le bureau léger LxQt bénéficie de la mise à jour vers la version 0.14.0. Le gestionnaire de fichier pcmanfm-qt qui peut afficher côte à côte le contenu de deux dossiers. Le bureau peut avoir des icônes interactives comme la corbeille, le dossier utilisateur ou le réseau. En plus de corrections plus mineures et d'une grande mise à jour des traductions.

Le nouvel environnement de bureau DeepinDE est proposé. Un bureau qui se veut moderne, performant, simple et élégant. L'interface est une synthèse des différentes interfaces. Il repose sur un dock situé en bas à la macOS, il dispose d'un panneau latéral pour les accès rapide et notifications comme pour Windows 10. Enfin l'ensemble des applications installées sont affichées sous forme de grille comme ce que propose GNOME. Pour l'installer vous devez installer le groupe Deepin Desktop.

Deepin-Bureau.png

Encore un nouvel environnement, Pantheon Desktop débarque dans Fedora. C'est celui utilisé par elementaryOS, qui réutilise les technologies de GNOME mais est écrit plutôt en Vala et se veut plus proche de l'expérience utilisateur de macOS. Pour l'installer vous devez installer le paquet pantheon-session-settings au minimum. Les applications ont un nom sous la forme elementary-*.

Gestion du matériel

Pour les utilisateurs d'une carte graphique Intel et d'un ordinateur avec l'UEFI activé, l'affichage durant le démarrage est continu, sans remise à zéro de ce dernier. Cela rend l'expérience plus fluide et jolie. Le changement fait suite à celui introduit dans Fedora 29 pour qu'un ordinateur mono-système ait GRUB masqué par défaut. Le nouveau thème plymouth bgrt récupère également le logo du constructeur de l'ordinateur ou de la carte mère durant le démarrage. Si vous ne souhaitez pas voir ce logo, basculez vers le thème spinner. Vous pouvez regarder cette vidéo pour voir le changement en action et les explications en détails et la FAQ par Hans de Goede, son développeur.

Les architectures ARMv7 disposeront par défaut d'un démarrage en UEFI. Cela permet notamment de passer de U-boot à GRUB2 comme chargeur de démarrage ce qui unifie la procédure de démarrage pour l'ensemble des architectures et simplifie la maintenance et la cohérence de la distribution et des procédures fournies.

Pantheon-Bureau.png

Python 2

Les extensions du gestionnaire de fichiers de GNOME, Nautilus, migrent vers Python 3. En effet Python 2 ne sera plus maintenu dès janvier 2020, dans ce cadre Fedora a travaillé à sélectionner voire convertir les extensions de Nautilus vers Python 3.

FreeIPA n'est plus utilisable avec Python 2. Cela rejoint la décision prise par le projet en amont cette année, mais permet aussi d'accélérer la transition vers Python 3 en supprimant l'ensemble des paquets qui en dépendaient.

Suppression de beaucoup de paquets dépendants ou relatifs à Python 2, la fin approche et devrait arriver pour Fedora 31. Cela concerne ici les paquets ne contenant pas une application ou n'étant pas dépendants d'autres paquets existants. L'objectif est de limiter la rupture de compatibilité tout en simplifiant et amorçant la transition devenue nécessaire. Vous trouverez la liste des paquets concernés. Si pour vos développements vous aviez besoin d'un tel paquet, vous pouvez utiliser les environnements virtuels ou porter votre travail vers Python 3.

La communauté francophone

L'association

Logo.png

Borsalinux-fr est l'association qui gère la promotion de Fedora dans l'espace francophone. Nous constatons depuis quelques années une baisse progressive des membres à jour de cotisation et de volontaires pour prendre en main les activités dévolues à l'association.

Nous lançons donc un appel à nous rejoindre afin de nous aider.

L'association est en effet propriétaire du site officiel de la communauté francophone de Fedora, organise des évènements promotionnels comme les Rencontres Fedora régulièrement et participe à l'ensemble des évènements majeurs concernant le libre à travers la France principalement.

Si vous aimez Fedora, et que vous souhaitez que notre action perdure, vous pouvez :

  • Adhérer à l'association : les cotisations nous aident à produire des goodies, à nous déplacer pour les évènements, à payer le matériel ;
  • Participer sur le forum, les listes de diffusion, à la réfection de la documentation, représenter l'association sur différents évènements francophones ;
  • Concevoir des goodies ;
  • Organiser des évènements type Rencontres Fedora dans votre ville.

Nous serions ravis de vous accueillir et de vous aider dans vos démarches. Toute contribution, même minime, est appréciée.

Si vous souhaitez avoir un aperçu de notre activité, vous pouvez participer à nos réunions hebdomadaires chaque lundi soir à 20h30 (heure de Paris) sur IRC (canal #fedora-meeting-1 sur Freenode).

Au début de l'année 2019, Borsalinux-fr a tenu une Assemblée Générale pour renouveler le conseil d'administration pour deux ans. Bravo à eux et bon mandat !

La documentation

Depuis juin 2017, un grand travail de nettoyage a été entrepris sur la documentation francophone de Fedora, pour rattraper les 5 années de retard accumulées sur le sujet.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le travail abattu est important : près de 90 articles corrigés et remis au goût du jour. Un grand merci à Charles-Antoine Couret, Nicolas Berrehouc et Édouard Duliège et les autres contributeurs et relecteurs pour leurs contributions.

L'équipe se réunit tous les lundis soir après 21h (heure de Paris) sur IRC (canal #fedora-doc-fr sur Freenode) pour faire progresser la documentation par un travail collaboratif. Le reste de la semaine cela se passe sur les listes de diffusion.

Si vous avez des idées d'articles ou de corrections à effectuer, que vous avez une compétence technique à retransmettre, n'hésitez pas à participer. Afin de vous faire connaître, n'hésitez pas à utiliser le forum ou les listes de diffusion.

Comment se procurer Fedora 30 ?

Mediawriter.png

Si vous avez déjà Fedora 28 ou 29 sur votre machine, vous pouvez faire une mise à niveau vers Fedora 30. Cela consiste en une grosse mise à jour, vos applications et données sont préservées.

Autrement, pas de panique, vous pouvez télécharger Fedora avant de procéder à son installation. La procédure ne prend que quelques minutes.

Nous vous recommandons dans les deux cas de procéder à une sauvegarde de vos données au préalable.

Liens

[F30] Participez à la journée de test consacrée à la mise à niveau

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce vendredi 26 avril, est une journée dédiée à un test précis : sur la mise à niveau de Fedora. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Nous sommes proches de la diffusion de Fedora 30 édition finale. Et pour que ce lancement soit un succès, il est nécessaire de s'assurer que le mécanisme de mise à niveau fonctionne correctement. C'est-à-dire que votre Fedora 28 ou 29 devienne Fedora 30 sans réinstallation, en conservant vos documents, vos paramètres et vos programmes. Une très grosse mise à jour en somme.

Les tests du jour couvrent :

  • Mise à niveau depuis Fedora 29 ou 28, avec un système chiffré ou non ;
  • Même que précédemment mais avec KDE comme environnement ou une version Spin quelconque ;
  • De même avec la version Server au lieu de Workstation ;
  • En utilisant GNOME Logiciels plutôt que dnf.

En effet, Fedora propose depuis quelques temps déjà la possibilité de faire la mise à niveau graphiquement avec GNOME Logiciels et en ligne de commande avec dnf. Dans les deux cas le téléchargement se fait en utilisation normale de votre ordinateur, une fois que ce sera prêt l'installation se déroulera lors du redémarrage.

Pour ceux qui veulent bénéficier de F30 avant sa sortie officielle, profitez-en pour réaliser ce test, que cette expérience bénéficie à tout le monde. :-)" class="smiley

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

[F30] Participez à la journée de test consacrée à Silverblue

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce vendredi 5 avril, est une journée dédiée à un test précis : sur Silverblue. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Silverblue est le nom de code pour Fedora Workstation à la sauce Atomic. Jusque là seulement la variante Cloud en bénificiait.

L'objectif de cette version est de proposer en somme une Fedora Workstation ayant des bases différentes de la version traditionnelle. En effet, l'objectif est que les applications soient dans des conteneurs via Kubertenes, Flatpak ou gérées via rpm-os-tree. Ce dernier permet de versionniser le système lors des installations et mises à jour de paquets. En cas de problème, il est facile de demander un retour en arrière au système pour retrouver un système stable. Le système devient majoritairement en lecture seule également pour améliorer sa fiabilité et sa sécurité. Sécurité qui comme poun une Fedora traditionnelle est supervisée par SELinux.

Les tests à effecuer sont :

  • Démarrer et se connecter sans erreurs ;
  • Démarrer et arrêter des services comme le serveur SSH ;
  • Vérifier que SELinux est bien activé ;
  • Vérifier si GNOME Logiciels envoie des notifications de mises à jour ;
  • Vérifier si GNOME Logiciels tourne correctement : installer ou supprimer des paquets ;
  • Installer un logiciels sous forme de Flatpak.

Des tests qui sont pour le coup assez faciles et rapides à mettre en œuvre.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Fedora 30 Beta est de sortie

Charles-Antoine Couret

En ce mardi 2 avril, les utilisateurs du Projet Fedora seront ravis d'apprendre la disponibilité de la version Beta Fedora 30.

Malgré les risques concernant la stabilité dune version Beta, il est important de la tester ! En rapportant les bogues maintenant, vous découvrirez les nouveautés avant tout le monde, tout en améliorant la qualité de Fedora 30 et réduisez du même coup le risque de retard. Les versions en développement manquent de testeurs et de retours pour mener à bien leurs buts.

La version finale est pour le moment fixée pour le 30 avril ou le 7 mai.

Voici les nouveautés annoncées pour cette version :

Expérience utilisateur

  • Passage à GNOME 3.32 ;
  • Les extensions du gestionnaire de fichier Nautilus migrent vers Python 3 ;
  • Le bureau léger LxQt bénéficie de la mise à jour vers la version 0.14.0 ;
  • Le nouvel environnement de bureau DeepinDE est proposé. Un bureau qui se veut moderne, performant, simple et élégant ;
  • Encore un nouvel environnement, Pantheon Desktop qui débarque dans Fedora. C'est celui utilisé par elementaryOS, qui réutilise les technologies de GNOME mais est écrit plutôt en Vala et se veut plus proche de l'expérience utilisateur de macOS.
  • GnuGPG 2 devient l'implémentation de GPG par défaut.

Gestion du matériel

  • Pour les utilisateurs d'une carte graphique Intel, l'affichage durant le démarrage est continue, sans remise à zéro de ce dernier. Cela rend l'expérience plus fluide et jolie.
  • Les architectures ARMv7 disposeront par défaut d'un démarrage en uEFI.

Internationalisation

  • Les groupes de composition des langues sont remplacées par les langpacks. Ce dernier était utilisé depuis Fedora 24 pour installer les traductions des paquets nécessaires à l'utilisateur. Maintenant il gère également les entrées de saisie et les polices de caractères pour une expérience plus cohérente.

Administration système

  • Mise à jour de Bash à la version 5.0 ;
  • Le shell Fish évolue également à la version 3.0 ;
  • L'outil Vagrant est à la version 2.2 maintenant ;
  • DNF dispose de l'algorithme de compression zchunck en plus de xz ou gzip pour les métadonnées des dépôts ce qui permet la prise en charge des deltas pour optimiser la taille des téléchargements ;
  • Par défaut les entrées de démarrage, pour choisir la version du noyau à lancer, va passer au format BootLoaderSpec par défaut. Permettant de ne plus employer grubby pour réaliser cette tâche car il est ancien et peu flexible. Le but est d'uniformiser la manière de représenter les noyaux à démarrer entre les architectures, car ils n'utilisent pas tous GRUB. Seule l'architecture ARMv7 n'est pas encore concernée, car u-boot ne gère pas ce format de représentation.
  • cryptsetup utilise dorénavant les métadonnées de LUKS2 par défaut ;
  • dbus-broker devient l'implémentation par défaut de DBus ;
  • FreeIPA n'est plus utilisable avec Python 2 ;
  • Suppression de beaucoup de paquets dépendants ou relatifs à Python 2, la fin approche et devrait se terminer pour Fedora 31 ;
  • Le fichier /etc/sysconfig/nfs est maintenant obsolète en faveur de /etc/nfs.conf pour permettre la configuration depuis un point central en étant plus conforme à la manière dont les outils comme Ansible ou systemd traitent ce genre de configuration ;
  • De nombreux outils sont dépréciés : Apache Avalon, Apache Jakarta Commons HTTP client, Apache Jakarta ORO and Regexp, Apache Maven branche 2.x et Sonatype OSS Parent. Ils ne sont en effet plus maintenus depuis un moment et cette étape permet la transition pour leur suppression définitive, avec les éventuels paquets qui en dépendent.
  • MongoDB est supprimé, la licence nouvellement adoptée SSPL n'étant pas considérée comme libre ;
  • En cas de connexion distante via SSH, l'information sur la langue à utiliser est toujours propagée du client vers le serveur pour la session en cours. Maintenant, si le serveur distant ne dispose pas de la langue cible, C.UTF-8 sera demandée.
  • krb5 modernise son support des algorithmes crytpographiques en supprimant la gestion de DES, 3DES, crc-32, et MD4 pour les clés de session ou clés à long terme. MD5 et RC4 sont marqués comme obsolètes et dangereux en attendant une suppression ultérieurement.

Développement

  • Mise à jour de GCC qui fait du 9 ;
  • Glibc n'est pas en reste avec la version 2.29 ;
  • Petit coup de Boost à la version 1.69 ;
  • Les fonctions obsolètes et non sûres de libcrypt sont supprimées et encrypt, encrypt_r, setkey, setkeyr, and fcryp'' renvoient une erreur systématiquement ;
  • Mise à jour de Ruby qui vaut 2.6 carats ;
  • Les programmes Java pourront danser dans la machine virtuelle OpenJDK 12 ;
  • Le langage de l'éléphant PHP impose sa version 7.3 ;
  • Go avance à la version 1.12 ;
  • L'environnement d'Erlang passe à la version 21 ;
  • Alors que le compilateur Haskell GHC et Stackage LTS passent respectivement à la version 8.4 et 12 ;
  • Les shebangs Python ambigües concernant la version de Python à employer génèrent des erreurs, #!/usr/bin/python devant devenir #!/usr/bin/python2 ou #!/usr/bin/python3 ;
  • Python progressbar2 devient la version de référence pour le module des bar de progressions.

Projet Fedora

  • L'environnement de compilation minimal ne dépend plus du paquet glibc-all-langpacks pour gagner en poids ;
  • La compilation de modules Python dans Fedora sera plus proche de ce qui se fait en amont sans nécessiter de recourir à des outils tel que redhat-rpm-macros pour cela ;
  • Pour ceux intéressés par le standard SWID, des drapeaux dans les paquets RPM ont été activés pour permettre leur traçabilité et faciliter leur mise en œuvre dans des dépôts ou lister les paquets correspondant à un drapeau par exemple via dnf.
  • La compilation des programmes Python est en deuxième phase de réécriture pour reposer sur moins d'hypothèses, et ainsi être plus fiable et plus maintenable.
  • Les drapeaux group des paquets sont supprimés pour près de 9600 d'entre eux. Depuis mars 2017 il ne fallait plus les utiliser. Maintenant c'est fait.
  • L'édition de lien supprime tous les liens excessifs entre bibliothèques et les exécutables. Seules les fonctions réellement nécessaires sont liées, ce qui améliore les performances au lancement de l'application.
  • Les scriptlets qui étaient obsolètes sont supprimés comme ldconfig afin de gagner du temps à l'installation des paquets et une génération des paquets plus rapide.
  • Le projet améliore la façon d'avoir des statistiques sur l'utilisation de Fedora. Actuellement le tout reposait sur la collecte de données via les mirroirs pour connaître le nombre d'installation en vigueur ce qui n'était pas fiable. Pour éviter cela, chaque requête tous les 7 jours vers un dépôt officiel sera enregistrée par machine. Cela évitera les problèmes liés à la vie privée.
  • Activation de Python Generators par défaut. Ceci est la généralisation de la nouveauté de Fedora 28. Ainsi un empaqueteur n'a plus à spécifier dans le paquet RPM les dépendances Python nécessaires à l'exécution du paquet. Et l'utilisateur ne se retrouvera pas avec une erreur en cas d'oubli de la dite dépendance car résolue en amont.

Tester

Durant le développement d'une nouvelle Fedora, comme cette version Beta, quasiment chaque semaine le projet propose des journées de tests. Le but est pendant une journée de tester une fonctionnalité précise comme le noyau, Fedora Silverblue, la mise à niveau, GNOME, linternationalisation, etc. L'équipe de qualité élabore et propose une série de tests en général simples à exécuter. Suffit de les suivre et indiquer si le résultat est celui indiqué. Dans le cas contraire, un bogue devra être ouvert pour permettre l'élaboration d'un correctif.

C'est très simple à suivre et requiert souvent peu de temps (15 minutes à une heure maximum) si vous avez une Beta exploitable sous la main.

Les tests à effectuer et les rapports sont à faire via la page suivante. https://blog.fedora-fr.org/renault/ J'annonce régulièrement sur mon blog quand une journée de tests est planifiée.

Si l'aventure vous intéresse, les images sont disponibles par Torrent ou via https://getfedora.org/ le site officiel. En cas de bogue, n'oubliez pas de relire la documentation pour signaler les ... ou de https://fedora.zanata.org/?dswid=-957 contribuer à la traduction sur Zanata.

Bons tests à tous !

[F30] Participez à la journée de test consacrée à la modularité

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce mardi 26 mars est une journée dédiée à un test précis : sur la modularité. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

La modularité est le résultat de la réflexion de Fedora.next, amorcé en 2014. L'objectif est de découpler le cycle de vie des applications avec celui de Fedora afin qu'un utilisateur de Fedora bénéficie de plus de flexibilité. Il serait par exemple possible de choisir une version native de Python plus récente ou plus ancienne que celle disponible par défaut. Auparavant cela n'était possible qu'en choisissant une autre version de Fedora ce qui pouvait être contraignant.

Les modules se comportent comme des dépôts supplémentaires proposant un ensemble de paquets destinés à remplacer ceux des dépôts officiels. Mais bien entendu, tout cela est géré par le projet Fedora avec la même qualité et les mêmes mainteneurs.

Pour le moment Fedora propose quelques modules comme Docker, Django, NodeJS et le langage Go.

Les tests du jour couvrent :

  • Lister les modules disponibles et installés ;
  • Installer un nouveau module ;
  • Activer un nouveau module ;
  • Mettre à jour un module.

Comme vous pouvez le constater, ces tests sont assez simples et ne devraient prendre que quelques minutes seulement. Il vous faudra bien évidemment installer le dépôt modular avant (paquet fedora-repos-modular).

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

[F30] Participez à la journée de test consacrée à l'internationalisation

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce mardi 19 mars, est une journée dédiée à un test précis : sur l'internationalisation de Fedora. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Comme chaque version de Fedora, la mise à jour de ses outils impliquent souvent lapparition de nouvelles chaînes de caractères à traduire et de nouveaux outils liés à la prise en charge de langues (en particulier asiatiques).

Pour favoriser l'usage de Fedora dans l'ensemble des pays du monde, il est préférable de s'assurer que tout ce qui touche à l'internationalisation de Fedora soit testée et fonctionne. Notamment parce qu'une partie doit être fonctionnelle dès le LiveCD d'installation (donc sans mise à jour).

Les tests du jour couvrent :

  • Le bon fonctionnement d'ibus pour la gestion des entrées claviers ;
  • La personnalisation des polices de caractères ;
  • L'installation automatique des paquets de langues des logiciels installés suivant la langue du système ;
  • La traduction fonctionnelle par défaut des applications ;
  • Les nouvelles dépendances des paquets de langue pour installer les polices et les entrées de saisie nécessaires.

Bien entendu, étant donné les critères, à moins de savoir une langue chinoise, l'ensemble des tests n'est pas forcément réalisable. Mais en tant que francophones, de nombreuses problématiques nous concernent et remonter les problèmes est important. En effet, ce ne sont pas les autres communautés linguistiques qui identifieront les problèmes d'intégration de la langue française.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

[F30] Participez à la journée de test consacrée à l'édition Internet des objets

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce mercredi 13 mars est une journée dédiée à un test précis : sur l'édition Internet des objets. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

L'Internet des objets est un ensemble d'objets connectés qui peuvent servir à collecter et traiter des données sur des appareils très diversifiés, souvent ayant de faibles ressources. L'objectif de cette nouvelle édition de Fedora est de proposer une plateforme libre intégrant les dernières technologies tout en étant un environnement connu de ses utilisateurs.

La particularité de cette édition est qu'elle est en mode rolling release avec de nouvelles images générées chaque mois. Le but étant de favoriser un écosystème qui soit le plus à jour possible.

D'un point de vue technique, cette édition repose sur rpm-ostree pour améliorer la fiabilité du système en cas de mise à jour. Cela rejoint le mécanisme déjà en œuvre pour Fedora Silverblue ou Atomic.

Les tests du jour couvrent :

  • L'installation et la mise en route ;
  • Le fonctionnement de rpm-ostree ;
  • Le déploiement d'images ARM ;
  • Le démarrage via PXE ;
  • Installation sur un disque dur ou un SSD via SATA ;
  • La manipulation des services de base.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

[F29-F30] Participez à la journée de test consacrée au noyau Linux 5.0

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce mardi 12 mars, est une journée dédiée à un test précis : sur le noyau Linux 5.0. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Le noyau Linux est le cœur du système Fedora (et des autres distributions GNU/Linux). C'est le composant qui fait le lien entre les logiciels et le matériel. C'est lui qui permet aux processus de travailler ensemble sur un même ordinateur et de pouvoir utiliser les périphériques (à travers des pilotes) disponibles sur chaque machine.

C'est donc un composant critique et il est nécessaire de s'assurer qu'il fonctionne. Notons par ailleurs que l'équipe des mainteneurs du noyau chez Fedora ont décidé de faire une journée de tests systématique après la sortie d'un nouveau noyau !

Les tests du jour couvrent :

  • L'exécution des tests automatisés par défaut et ceux de performances ;
  • Vérifier que la machine démarre correctement ;
  • Vérifier que le matériel est bien exploité (affichage, claviers, souris, imprimantes, scanners, USB, carte graphique, carte son, webcam, réseau filaire et wifi, etc.)

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-day et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Votez pour les fonds d'écran supplémentaires de Fedora 30 !

Charles-Antoine Couret

nuancier-f24-voted.png

Depuis Fedora 20, la livrée du système par défaut contient quelques fonds d'écrans additionnels. Et comme d'habitude, les contributeurs pouvaient soumettre leurs propres dessins ou photographies pour décorer cette nouvelle version.

Maintenant que la période de soumission s'est achevée, nous passons à la phase de vote. Tout possesseur d'un compte FAS peut en sélectionner 16 parmi les dizaines qui sont disponibles. Les plus populaires seront bien évidemment choisis et disponibles dans la Fedora 30 à sa sortie.

Le vote se déroule dans l'application Nuancier jusqu'au 25 février !

Pour ceux que cela intéresse, le badge associé à cette action nécessite une action manuelle. Il suffit de cliquer sur un lien, proposé sur la page après le vote.