Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

Mot-clefs : Fedora

Fedora 27 Beta est disponible !

Charles-Antoine Couret

C'est ce mardi 3 octobre que les utilisateurs du Projet Fedora seront ravis d'apprendre la disponibilité de la version Beta du futur Fedora 27.

Malgré les risques concernant la stabilité dune version Beta, il est important de la tester ! En rapportant les bogues maintenant, vous découvrirez les nouveautés avant tout le monde, tout en améliorant la qualité de Fedora 27 et réduisez du même coup le risque de retard. Les versions en développements manquent de testeurs et de retours pour mener à bien leurs buts.

Cette version se distingue par l'absence de version Alpha préalable. Un grand effort sur la qualité a été entrepris pour essayer de se dispenser de cette étape intermédiaire. Et la qualité est en effet au rendez-vous.

Bureautique

  • Mise à jour vers GNOME 3.26.
  • Suppression du script 256term.sh qui changeait la valeur de la variable $TERM pour activer les couleurs dans les terminaux. Maintenant ce sont les émulateurs de terminal qui s'en chargent directement.
  • Fedora propose une image unique pour l'architecture AARCH64 (ARM 64 bits) qui prendra en charge les cartes suivantes : Pine64, Raspberry Pi 3 et 96boards.
  • Une meilleure gestion des SoC Intel Bay Trail et Cherry Trail (essentiellement des Pentium, Celeron et Atom sur portables et tablettes) : meilleure surveillance de la batterie, gestion de l'audio, de l'écran tactile et des accéléromètres.
  • La gestion des ordinateurs ayant un UEFI 32 bits mais un CPU 64 bits. Fedora sera ainsi installable sur ces configurations comme Asus Transformer T100TA, HP Stream 7, Dell Venue 8 Pro 5830 et les premiers Macintosh Intel.
  • Mise à jour de libpinyin vers la version 2.1 pour les entrées de saisi en chinois.
  • La mise à disposition de polices de caractères Serif pour le chinois par défaut.

Administration système

  • Activation de l'option TRIM pour les nouvelles partitions chiffrées avec LUKS1, pour accroître les performances des SSD dans le temps.
  • Nouveau système de cache pour les identifiants Kerberos nommé KCM qui améliore l'expérience utilisateur notamment pour les environnements dans un conteneur applicatif.
  • libcurl réutilise OpenSSL pour la cryptographie et le protocole TLS au lieu de NSS.
  • OpenVPN utilise un nouvel algorithme de cryptographie par défaut qui est AES-256-GCM au lieu de BF-128-CBC améliorant la sécurité des connexions.
  • Le serveur OpenSSH rejoint la politique centralisée des mots de passe, comme le client OpenSSH, GnuTLS, NSS et OpenJDK avant lui.
  • Suppression du protocole SSH-1 dans OpenSSH qui n'était plus sécurisée, ni même supportée officiellement par le projet depuis quelques temps.
  • Installer le paquet perl installera l'ensemble des modules core du projet officiel, ce qui est plus conforme vis à vis des autres distributions.
  • Les paquets officiels ayant besoin de Java n'utiliseront plus le $PATH pour retrouver la JVM mais directement la JVM fournie par défaut par Fedora (OpenJDK). Ainsi, les utilisateurs souhaitant exécuter leurs propres applications avec une autre JVM pourront le faire via la variable $JAVA_HOME.
  • Suppression des paquets krb5-appl-clients et krb5-appl-servers qui ne seront bientôt plus maintenus et ne sont plus assez sécurisés aujourd'hui.
  • Remplacement de l'interface graphique de gestion de paquets Yumex par dnfdragora qui propose une interface Qt, GTK+ et ncurses.
  • Ajout de Samba AD pour la gestion des Active Directory.
  • Mise à jour de RPM à la version 4.14.

Développement

  • La bibliothèque standard Glibc progresse à la version 2.26.
  • La bibliothèque majeure du C++ Boost donne un coup de boost à la version 1.64.
  • Le serveur de rendu de JavaScript Node.js s'exécute à la version 8.6 LTS.
  • La boîte à outils Web Ruby on Rails 5.1 est sur les rails.
  • Le langage Go fonce à la version 1.9.
  • Le langage Perl a été poli à la version 5.26.
  • La nouvelle version de la machine virtuelle OpenJDK danse la Java une 9e fois.
  • Make sudo pip safe again! qui propose enfin un meilleur nettoyage lors de la désinstallation d'un module installé via pip. Les modules sont également installés dans /usr/local.
  • Il est possible d'installer les paquets de débogue (les debuginfo) 32 et 64 bits pour une même application en même temps.
  • Les paquets debuginfos sont scindés en debuginfos et debugsources. Le premier contient les binaires et autres bibliothèques avec les symboles de débogage tandis que les seconds contiennent uniquement le code source du paquet.

La modularité

  • Création des outils dans le cadre de la Factory 2.0 pour permettre le découplage entre la version d'un paquet, la version de rattachement dans Fedora et sa fin de vie.
  • Séparation du Base runtime en Plateforme et Hôte, le premier prenant en charge l'espace utilisateur et la base du système quand le second s'occupe uniquement de la gestion du matériel.
  • L'édition Fedora serveur reçoit les premiers travaux officiels pour gérer la modularité, alors qu'elle a été testée par l'édition spéciale Boltron lors de Fedora 26.
  • Le concept du Python système est revisité et devient le Plateforme Python. L'objectif est de fournir un Python pour les applications systèmes de base comme dnf et rpm (/usr/libexec/platform-python) qui puisse différer de celui des autres applications (/usr/bin/python).

Autour de Fedora

  • Comme annoncé, Fedora n'utilisera plus de version Alpha durant son développement grâce à l'amélioration des outils et des procédure de qualité. Cela bénéficie également à la branche Rawhide.
  • L'utilitaire Bodhi, qui sert notamment au déploiement et aux retours (commentaires + bogues) des mises à jours et des ISO de Fedora, peut prendre en charge les applications Flatpak, OStrees, les images Docker, etc. Ce qui peut faciliter l'amélioration de la qualité de ce genre d'images.

La version finale est pour le moment prévue pour le 9 novembre.

Si l'aventure vous intéresse, les images sont disponibles par Torrent.

Vous pouvez également procéder à une mise à niveau depuis votre Fedora existant, ou télécharger l'ISO depuis un site officiel.

En cas de bogue, n'oubliez pas de relire la documentation pour signaler les anomalies sur le Bugzilla ou de contribuer à la traduction sur Zanata.

Bons tests à tous !

Participez à la journée de test consacrée à la version Atomic / Cloud

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce vendredi 29 septembre, est une journée dédiée à un test précis : sur l'image Atomic / Cloud de Fedora. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

La version Atomic / Cloud de Fedora est un des trois produits officiels du projet avec Workstation et Server. Son but est d'être une image très minimale pour être instanciée de nombreuses fois dans le cadre d'un infrastructure Cloud afin de remplir le rôle d'un service. Cependant, contrairement aux deux autres produits, la version Cloud est mise à jour très régulièrement (de nouvelles images sont disponibles toutes les quelques semaines seulement, contre 6-7 mois en moyenne pour les autres).

Les tests du jour couvrent :

  • Est-ce que l'image démarre correctement, permet de se connecter et si les services se base se lancent bien ;
  • Vérifier si la gestion de Docker ou Atomic (installation, mise à jour, retour en arrière) fonctionne correctement ;
  • Lancement des applications ;
  • Vérifier la compatibilité avec le cloud Amazon et OpenStack.

Si vous êtes intéressés par l'aspect Cloud de cette image, je vous invite à la tester, elle bénéficie en effet de relativement peu de retours. La moindre aide est appréciée, merci.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Participez à la journée de test consacrée à GNOME 3.26

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce jeudi 29 septembre, est une journée dédiée à un test précis : sur l'environnement de bureau GNOME. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Nous sommes proches de la diffusion de la Fedora 27 beta. L'environnement de bureau GNOME est celui par défaut depuis les débuts de Fedora il y a 13 ans.

L'objectif est de s'assurer que l'ensemble de l'environnement et que ses applications sont fonctionnels.

Les tests du jour couvrent :

  • La détection de la mise à niveau de Fedora par GNOME Logiciels ;
  • Le bon fonctionnement du navigateur Web ;
  • La connexion / déconnexion et changement d'utilisateurs ;
  • Le fonctionnement du son, notamment détection de la connexion ou déconnexion d'écouteurs ou casques audios ;
  • Possibilité de lancer les applications graphiques depuis le menu.

Comme vous pouvez le constater, ces tests sont assez simples et peuvent même se dérouler sans se forcer en utilisant simplement GNOME comme d'habitude. Donc n'hésitez pas de prendre quelques minutes pour vérifier les comportements et rapporter ce qui fonctionne ou non comme attendu.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Participez à la journée de test consacrée au noyau Linux 4.13

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce mercredi 27 septembre, est une journée dédiée à un test précis : sur lo noyau Linux 4.13. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Le noyau Linux est le cœur du système Fedora (et des autres distributions GNU/Linux). C'est le composant qui fait le lien entre les logiciels et le matériel. C'est lui qui permet aux processus de travailler ensemble sur un même ordinateur et de pouvoir utiliser les périphériques (à travers des pilotes) disponibles sur chaque machine.

C'est donc un composant critique et il est nécessaire de s'assurer qu'il fonctionne.

Les tests du jour couvrent :

  • L'exécution des tests automatisés par défaut et ceux de performances ;
  • Vérifier que la machine démarre correctement ;
  • Vérifier que le matériel est bien exploité (affichage, claviers, souris, imprimantes, scanners, USB, carte graphique, carte son, webcam, réseau filaire et wifi, etc.)

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Participez à la journée de test consacrée à l'internationalisation

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce mardi 19 septembre, est une journée dédiée à un test précis : sur l'internationalisation de Fedora. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Comme chaque version de Fedora, la mise à jour de ses outils impliquent souvent lapparition de nouvelles chaînes de caractères à traduire et de nouveaux outils liés à la prise en charge de langues (en particulier asiatiques).

Pour favoriser l'usage de Fedora dans l'ensemble des pays du monde, il est préférable de s'assurer que tout ce qui touche à l'internationalisation de Fedora soit testée et fonctionne. Notamment parce qu'une partie doit être fonctionnelle dès le LiveCD d'installation (donc sans mise à jour).

Les tests du jour couvrent :

  • Le bon fonctionnement d'ibus pour la gestion des entrées claviers ;
  • La personnalisation des polices de caractères ;
  • L'installation automatique des paquets de langues des logiciels installés suivant la langue du système ;
  • La traduction fonctionnelle par défaut des applications ;
  • Les polices Serif chinois par défaut (changement de Fedora 27) ;
  • Test de libpinyin 2.1 pour la saisie rapide du chinois Pinyin (changement de Fedora 27).

Bien entendu, étant donné les critères, à moins de savoir une langue chinoise, l'ensemble des tests n'est pas forcément réalisable. Mais en tant que francophones, de nombreuses problématiques nous concernent et remonter les problèmes est important. En effet, ce ne sont pas les autres communautés linguistiques qui identifieront les problèmes d'intégration de la langue française.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Bilan mensuel de la documentation francophone de Fedora-fr.org, numéro 2

Charles-Antoine Couret

Pour rappel, vous pouvez consulter l'état du travail en cours sur la documentation.

À cause des vacances et d'autres histoires personnelles, j'ai loupé le bilan d'août et j'ai moins contribué que la période juin-juillet. En cette rentrée, faisons quand même un bilan du travail abattu depuis deux mois.

Les sujets traités ont changé quelque peu. C'est plus centré autours des thématiques :

  • Les dépôts externes ;
  • La création de médias personnels et leur exploitation ;
  • L'usage serveur.

Personnellement je me suis occupé plutôt des deux premiers thèmes. Par exemple le dépôt de RPMFusion et les paquets multimédia qu'il propose sont un incontournable auprès des utilisateurs de Fedora. Il était important de s'y atteler car de nombreux paquets ont évolué, que ce soit des nouveaux venus, des évolutions majeures comme plus de codecs accessibles via mplayer ou GStreamer.

Concernant le deuxième point, il était nécessaire de revoir les procédures pour exploiter kickstart qui a évolué (notamment depuis l'apparition des Spins et des produits Server, Workstation et Cloud). Les moyens de télécharger Fedora ont changé, le Live CD a peu à peu laissé place au Live USB qui a été particulièrement mis en avant avec l'outil Fedora Media Writer. D'ailleurs l'installation d'un dual Boot avec Windows a aussi beaucoup évolué, car GRUB a changé avec sa version 2 ce qui a simplifié la procédure et Windows est aussi plus conciliant sur ce genre de cohabitation.

J'ai également rafraîchi la page d'aide pour contribuer à Fedora, car depuis le temps les sujets ont évolué, de nouvelles ressources ou secteurs ce sont développés comme l'assurance qualité et l'ajout aussi de la documentation francophone jusqu'ici absente.

Le dernier point a été particulièrement étudié par Nicolas, car Fedora a bien entendu un usage serveur important dont le paysage a changé. Outre MySQL devenu MariaDB, de nombreuses commandes ont changé avec lévolution des outils. Si lenvironnement web LAMP est surtout concerné, cela touche également SELinux, le serveur de courriel Dovecot et Openldap. Un énorme travail a été accomplis, donc merci à lui !

Je remercie également les autres contributeurs, relecteurs ou toute autres personnes qui se sont impliquées dans ce processus comme Édouard, Nicolas Chauvet, et d'autres.

Aujourd'hui donc, nous sommes à 42 articles traités, contre 25 au précédent bilan. Je suis satisfait des progrès réalisés sur la documentation. Il y a beaucoup de travail à mener encore, mais il semble possible que la documentation soit dans un état très acceptable d'ici Fedora 27 ou la fin de l'année 2017. Ensuite il faudra veiller à maintenir la documentation à jour continuellement et ajouter des articles suivant les besoins du moment.

Je vous invite en tout cas à nous donner un coup de main, pour cela je vous conseille de suivre la procédure pour contribuer à la documentation et si possible de participer à nos ateliers hebdomadaires tous les lundi soir à partir de 21h (heure de Paris) sur le canal IRC #fedora-doc-fr du serveur Freenode. Rien ne vous empêche de contribuer en dehors du cadre des ateliers, toute l'aide est la bienvenue. Alors, n'hésitez pas !

Petit bilan de Rawhide, épisode 5, septembre 2017

Charles-Antoine Couret

Je n'ai pas écrit de bilan de Rawhide en juin, juillet et août, l'approche de la version finale de Fedora 26 a amené trop peu de changements visibles pour que ce soit pertinent de les noter au départ puis j'ai manqué de temps pour traiter les avancées de Fedora 27.

Fedora 26 étant disponible depuis le 11 juillet, mon ordinateur personnel est repassé aussi tôt sur Fedora Rawhide qui est devenu il y a un mois Fedora 27 en devenir.

Fedora 27 Beta va d'ailleurs bientôt arriver, d'ici quelques semaines. Ce sera une première sans version Alpha préliminaire.

Changements

Dès le début GNOME 3.26 a des changements assez visibles. Je vous invite à lire les notes de versions pour plus de détails (et les illustrations). L'utilitaire gnome-tweak-tool a été remanié, les options sont plus nombreuses et le style de sélection ressemble à l'interface de GNOME Builder. Le centre de contrôle de GNOME a été également très modifié, avec une nouvelle organisation via cette barre latérale permanente et la refonte de nombreuses pages comme ce qui touche à l'affichage ou au réseau.

Je ne sais pas pourquoi mais la police par défaut de GNOME Terminal (police à chasse fixe) est Monospace Regular ce qui change bien entendu le rendu.

Quand les fenêtres dans GNOME sont rétrécies ou agrandies, il y a un nouvel effet visuel. Rien de sensationnel, mais c'est plutôt agréable sans pertes de performance dans la foulée j'ai l'impression. La barre de GNOME devient également transparente s'il n'y a pas de fenêtres maximisées.

Pendant quelques semaines, Empathy a également bénéficié de la refonte de son interface pour être plus homogène avec les autres applications GNOME en adoptant une interface proche de Polari. Mais cela était expérimental et l'interface habituelle a repli place. En espérant qu'il reviendra bientôt.

Et bien d'autres que je n'ai sans doute pas remarqué ou qui sont plus insignifiants.

Problèmes

Rawhide comporte bien évidemment de bogues. Même si des procédures doivent être mises en place durant ce cycle pour améliorer la qualité globale de cette branche de Fedora, des bogues importants resteront probablement présents.

En premier lieu, mon système de fichier /home chiffré avec LUKS n'était plus monté automatiquement. C'est plutôt gênant, on doit le faire à la main mais heureusement sans autres conséquences notamment en terme de cohérence des données. Heureusement corrigé depuis.

Un autre bogue, assez pénible, le sélecteur de fichier de GTK crashe. Donc dès qu'il faut choisir / ajouter un fichier dans un programme, l'application plante. Cela a été corrigé avant que je n'en fasse un rapport.

Firefox 55 a été oublié des mises à jour des paquets, à la base suite à des soucis pour le compiler puis par oubli du mainteneur. :-)" class="smiley

Sinon GNOME est très instable. La session se ferme régulièrement (toutes les heures presque) voire à certains moment comme à l'ouverture d'une machine virtuelle. Beaucoup de rapports de bogues tournent autours de ce sujet. Il semble que le composant gjs soit le fautif et une correction semble en cours. C'est rare que GNOME soit autant en difficulté et étant donné l'importance du sujet Fedora bloque l'évolution du cycle de F27 le temps que cela se calme.

Résultats des élections de Fedora 08/17

Charles-Antoine Couret

Comme je vous le rapportais il y a peu, Fedora a organisé des élections pour renouveler partiellement le collège de ses organes.

Le scrutin est comme toujours un vote par valeurs. Nous pouvons attribuer à chaque candidat un certain nombre de points, dont la valeur maximale est celui du nombre de candidat, et le minimum 0. Cela permet de montrer l'approbation à un candidat et la désapprobation d'un autre sans ambiguïté. Rien n'empêchant de voter pour deux candidats avec la même valeur.

Les résultats pour le Conseil sont (seul le premier est élu) :

  # votes |  noms
- --------+----------------------
     505  | Justin W. Flory (jwf / jflory7)
- --------+----------------------
     492  | Dennis Gilmore (dgilmore / ausil)
     433  | Till Maas (tyll / till)
     354  | Langdon White (langdon)
     320  | Nick Bebout (nb)

À titre indicatif le score maximal possible était de 5 * 178 (pour 178 votants) soit 890.

Les résultats pour le FESCo sont (seuls les quatre premiers sont élus) :

  # votes |  noms
- --------+----------------------
     458  | Dennis Gilmore (dgilmore / ausil)
     438  | Till Maas (tyll / till)
     431  | Stephen Gallagher (sgallagh/sgallagh)
     330  | Randy Barlow (bowlofeggs/bowlofeggs)
- --------+----------------------
     296  | Dominik Mierzejewski (Rathann/rathann)

À titre indicatif le score maximal possible était de 5 * 150 (pour 150 votants) soit 150.

Les résultats pour le FAmSCo sont donc (seuls les trois premiers sont élus) :

  # votes |  noms
- --------+----------------------
     613  | Nick Bebout (nb/nb)
     551  | Itamar Reis Peixoto (itamarjp/itamarjp)
     541  | Sumantro Mukherjee (sumantro / sumantrom)
- --------+----------------------
     523  | Alex Oviedo Solis (alexove/alexove)
     490  | Eduardo Echeverria (echevemaster/echevemaster)
     469  | Daniel Lara (danniel/Danniel)
     467  | Eduard Lucena (x3mboy)
     449  | Ben Williams (Southern_Gentlem/jbwillia)
     445  | Sirko Kemter (gnokii/gnokii)
     443  | Andrew Ward (award3535)

À titre d'indication, la valeur maximale possible est de 10 * 148 (car il y a eu 148 votants) soit 1480.

Nous pouvons noter que globalement le nombre de votants pour chaque scrutin était proche aux alentours de 175-150 votants.. Les scores sont aussi plutôt éparpillés, avec souvent quelques membres assez largement en tête de chaque scrutin.

Bravo aux participants et aux élus, que le projet Fedora avance. :-)" class="smiley

Élections pour le Conseil, FESCo et FAmSCo cette semaine

Charles-Antoine Couret

Comme le projet Fedora est communautaire, une partie du collège des organisations suivantes doit être renouvelée : Council, FESCo et FAmSCo. Et ce sont les contributeurs qui décident. Chaque candidat a bien sûr un programme et un passif qu'ils souhaitent mettre en avant durant leur mandat pour orienter le projet Fedora dans certaines directions. Je vous invite à étudier les propositions des différents candidats pour cela.

J'ai voté

Pour voter, il est nécessaire d'avoir un compte FAS actif et de faire son choix sur le site du scrutin. Vous avez jusqu'au lundi 14 août à 22h heure française pour le faire. Donc n'attendez pas trop.

Je vais profiter de l'occasion pour résumer le rôle de chacun de ces comités afin de clarifier l'aspect décisionnel du projet Fedora mais aussi visualiser le caractère communautaire de celui-ci.

Council

Le Council est ce qu'on pourrait qualifier le grand conseil du projet. C'est donc l'organe décisionnaire le plus élevé de Fedora. Le conseil définit les objectifs à long terme du projet Fedora et participe à l'organisation de celui-ci pour y parvenir. Cela se fait notamment par le biais de discussions ouvertes et transparentes vis à vis de la communauté.

Mais il gère également l'aspect financier. Cela concerne notamment les budgets alloués pour organiser les évènements, produire les goodies, ou des initiatives permettant de remplir les dits objectifs. Ils ont enfin la charge de régler les conflits personnels importants au sein du projet, tout comme les aspects légaux liés à la marque Fedora.

Les rôles au sein du conseil sont complexes.

Ceux avec droit de vote complet

Tout d'abord il y a le FPL (Fedora Project Leader) qui est le dirigeant du conseil et de facto le représentant du projet. Son rôle est lié à la tenue de l'agenda et des discussions du conseil, mais aussi de représenter le projet Fedora dans son ensemble. Il doit également servir à dégager un consensus au cours des débats. Ce rôle est tenu par un employé de Red Hat et est choisi avec le consentement du conseil en question.

Il y a aussi le FCAIC (Fedora Community Action and Impact Coordinator) qui fait le lien entre la communauté et l'entreprise Red Hat pour faciliter et encourager la coopération. Comme pour le FPL, c'est un employé de Red Hat qui occupe cette position avec l'approbation du conseil.

Il y a deux places destinées à la représentation technique et à la représentation plus marketing / ambassadrice du projet. Ces deux places découlent d'une nomination décidée au sein des organes dédiées à ces activités : le FESCo et le FAmSCo. Ces places sont communautaires mais ce sont uniquement ces comités qui décident des attributions.

Il reste deux places communautaires totalement ouvertes et dont tout le monde peut soumettre sa candidature ou voter. Cela permet de représenter les autres secteurs d'activité comme la traduction ou la documentation mais aussi la voix communautaire au sens la plus large possible. C'est pour l'une de ces places que le vote est ouvert cette semaine !

Ceux avec le droit de vote partiel

Un conseiller en diversité est nommé par le FPL avec le soutien du conseil pour favoriser l'intégration au sein du projet des populations le plus souvent discriminées. Son objectif est donc de déterminer les programmes pour régler cette problématique et résoudre les conflits associés qui peuvent se présenter.

Un gestionnaire du programme Fedora qui s'occupe du planning des différentes versions de Fedora. Il s'assure du bon respect des délais, du suivi des fonctionnalités et des cycles de tests. Il fait également office de secrétaire du conseil. C'est un employé de Red Hat qui occupe ce rôle toujours avec l'approbation du conseil.

FESCo

Le FESCo (Fedora Engineering Steering Committee) est un conseil entièrement composé de membres élus et totalement dévoués à l'aspect technique du projet Fedora.

Ils vont donc traiter en particulier les points suivants :

  • Les nouvelles fonctionnalités de la distribution ;
  • Les sponsors pour le rôle d'empaqueteur (ceux qui pourront donc superviser un débutant) ;
  • La création et la gestion des SIGs (Special Interest Group) pour organiser des équipes autour de certaines thématiques ;
  • La procédure d'empaquetage des paquets.

Le responsable de ce groupe est tournant. Les 9 membres sont élus pour un an, sachant que chaque élection renouvelle la moitié du collège.

FAmSCo

Le FAmSCo (Fedora Ambassadors Steering Committee) est l'équivalent du FESCo sur l'aspect plus humain du projet. Pendant que le FESCo se préoccupera beaucoup plus des empaqueteurs, la préoccupation de ce conseil est plutôt l'ambassadeur.

Voici un exemple des thèmes dont il a compétence :

  • Gérer l'accroissement des ambassadeurs à travers le mentoring ;
  • Pousser à la création et au développement des communautés plus locales comme la communauté française par exemple ;
  • Réaliser le suivi des évènements auxquels participent les ambassadeurs ;
  • Accorder les ressources aux différentes communautés ou activités, en fonction des besoin et de l'intérêt ;
  • S'occuper des conflits entre ambassadeurs.

Les 7 membres de cette équipe sont également entièrement élus avec une durée de mandat d'un an. Chaque élection renouvelle le collège par moitié.

Fin de vie de Fedora 24

Charles-Antoine Couret

C'est en ce mardi 8 août 2017 que Fedora 24 a été déclaré comme en fin de vie.

Qu'est-ce que c'est ?

Un mois après la sortie d'une Fedora version n, ici Fedora 26, la version n-2 (donc Fedora 24) est déclarée comme en fin de vie. Ce mois sert à donner du temps aux utilisateurs pour faire la mise à niveau. Ce qui fait qu'en moyenne une version est officiellement supportée pendant 13 mois.

En effet, la fin de vie d'une version signifie qu'elle n'aura plus de mises à jour et plus aucun bogue ne sera corrigé. Pour des questions de sécurité, avec des failles non corrigées, il est vivement conseillé aux utilisateurs de Fedora 24 et antérieurs d'effectuer la mise à niveau vers Fedora 26 ou 25.

Que faire ?

Si vous êtes concernés, il est nécessaire de faire la mise à niveau de vos systèmes. Vous pouvez télécharger des images CDs plus récentes.

Il est également possible de faire la mise à niveau sans réinstaller via DNF ou GNOME Logiciels. Pour cela, taper les commandes suivantes en root dans votre terminal :

Notez que vous pouvez également passer directement à Fedora 26 par ce biais en changeant le numéro de version correspondante dans la ligne idoine. Cependant cette procédure est plus risquée car moins testée.

GNOME Logiciels a également dû vous prévenir par une pop-up de la disponibilité de Fedora 25 ou 26. N'hésitez pas à lancer la mise à niveau par ce biais.

Installer cool-retro-term sur Fedora

Edouard Bourguignon Plusieurs dépôts Copr propose un paquet pour cool-retro-term. J’ai oublié ceux qui ne sont pas à jour (qui ne propose

Fin de vie de la Fedora 24

Edouard Bourguignon

Fin de vie pour la Fedora 24 annoncée pour le 11 août 2017 (soit 1 mois après la sortie de la Fedora 26).

Un billet rapide pour vous rappeler que la Fedora 24 n'est plus supportée à partir du 11 août 2017. Pensez donc à mettre à jour vos Fedora si ce n'est pas déjà fait.

Pour rappel, la mise à jour vers une version majeure est grandement simplifiée via le plugin system-upgrade de dnf. Pour l'installer :

$ sudo dnf upgrade --refresh
$ sudo dnf install dnf-plugin-system-upgrade

Pour procéder à la mise à jour, par exemple vers la Fedora 26 :

$ sudo dnf system-upgrade download --refresh --releasever=26

Ce qui va télécharger les paquets, et faire les préparatifs. Il restera à faire un reboot, qui procédera à la mise à jour complète :

$ sudo dnf system-upgrade reboot

Et voilà !

Bilan mensuel de la documentation francophone de Fedora-fr.org, numéro 1

Charles-Antoine Couret

J'ai décidé d'essayer de publier un bilan mensuel de l'état d'avancement des travaux de la documentation francophone de Fedora-fr. Ce bilan compilera en somme les bilans hebdomadaires envoyés sur la liste de diffusion.

Tout d'abord, nous avons catalogué les pages à traiter suivant l'état actuel des pages pour déterminer l'étendu du travail à mener sur chacune. Ensuite chaque page sera mise à jour afin d'être compatible avec les versions de Fedora récentes quitte à supprimer les passages concernant les versions plus anciennes, n'étant plus supportées. Ce qui rendra la documentation plus claire et utile.

Ensuite, les travaux se sont concentrés surtout autour de trois axes :

  • Les premiers pas d'un utilisateur ;
  • Le matériel ;
  • Le réseau.

Le premier cas était sans doute prioritaire, les nouveaux utilisateurs de Fedora ne pouvaient pas débuter avec notre documentation qui était bien trop ancienne. La procédure d'installation a été profondément remaniée, GNOME 3 a subi des changements non négligeables depuis ses débuts, la procédure de mise à niveau également. Les dual-boot avec Windows, via GRUB2, ont aussi changé, cela s'est considérablement simplifié.

Enfin, dnf a remplacé yum pour gérer les paquets ce qui rend beaucoup de manipulations de fait obsolètes. Les pages doivent s'adapter à cette nouvelle donne pour simplifier la vie des lecteurs.

C'est pourquoi je me suis attelé sur ces articles en premier afin qu'un curieux puisse être le plus autonome possible.

Le second cas est dû à l'évolution du matériel opérée depuis 5-6 ans. Les SSD s'imposent peu à peu tout comme les systèmes type Optimus, les pilotes graphiques libres et proprio ont également beaucoup changé (positivement bien entendu). Mettre à jour ces sujets permet de mieux servir le lecteur par rapport à ses besoins d'aujourd'hui. Nicolas a beaucoup travaillé sur la question et je le remercie car cela devenait nécessaire.

Il faudra peut être compléter cela par des articles à propos de Wayland ou libinput par exemple qui ont un impact non négligeable sur la couche graphique et des entrées / sorties du système.

Le troisième cas reflète les améliorations apportées par NFS depuis mais aussi le pare-feu de Fedora qu'est firewalld. Ce dernier n'étant globalement utilisé que dans l'écosystème Fedora / RHEL, la documentation existante en français reste assez pauvre, il est important de pouvoir guider pour apprendre son fonctionnement de base.

Nicolas là encore a beaucoup œuvré sur ce point. Merci à lui.

À l'heure actuelle, en un peu plus d'un mois de travail à 2 (+ quelques relecteurs et contributeurs dont l'aide est toujours appréciée), près de 25 articles ont été traités. Et il y a encore beaucoup à faire. Dans notre première estimation du travail à mener, près de 45 articles restent à gérer. Et beaucoup d'autres pages n'ont pas été incluses dans cette procédure, une nouvelle itération aura lieu pour s'en charger.

Et c'est sans compter les pages à créer pour traiter des situations nouvelles et répondre aux besoins des utilisateurs comme Wayland ou Flatpaks.

En tout cas je suis satisfait des progrès réalisés sur la documentation. Il y a beaucoup de travail à mener encore, mais il semble possible que la documentation soit dans un état très acceptable d'ici Fedora 27 ou la fin de l'année 2017. Ensuite il faudra veiller à maintenir la documentation à jour continuellement et ajouter des articles suivant les besoins du moment.

Je vous invite en tout cas à nous donner un coup de main, pour cela je vous conseille de suivre la procédure pour contribuer à la documentation et si possible de participer à nos ateliers hebdomadaires tous les lundi soir à partir de 21h (heure de Paris) sur le canal IRC #fedora-doc-fr du serveur Freenode. Rien ne vous empêche de contribuer en dehors du cadre des ateliers, toute l'aide est la bienvenue. Alors, n'hésitez pas !

Fedora 26 est officiellement stable !

Charles-Antoine Couret

En ce mardi 11 juillet 2017, le projet Fedora est fier dannoncer la sortie de la distribution GNU/Linux Fedora 26.

Cette version de Fedora s'est surtout concentrée sur trois axes : couche graphique, l'installation et Fedora.next.

F26.jpg

Couche graphique

L'environnement bureautique par défaut, GNOME, évolue à la version 3.24. Cette version propose entre autres :

  • Les icônes du projet GNOME ont été redessinées, pour être plus grandes et modernes.
  • La mise à disposition du mode nuit, pour que les couleurs de l'interface passent progressivement au rouge durant la nuit pour prévenir la fatigue oculaire.
  • Un rafraîchissement de l'interface du centre de configuration, pour la simplifier et la rendre plus cohérente avec le reste. Par exemple vous pourrez voir le niveau d'encre de vos imprimantes sans avoir à les sélectionner.
  • La nouvelle applications Recettes, pour lire, rédiger ou évaluer des recettes de cuisine.
  • Les tablettes Wacom sont prises en charge sous Wayland et leur configuration a été raffinée.
  • La zone de notification a été améliorée et propose en plus les informations météorologiques.
  • Des corrections et des nouvelles fonctionnalités dans les applications Photos, Web, Polari, Builder, etc.

Mode_nuit.png

Création d'une image dédiée (dite spin) avec l'environnement LXQt par défaut. Cet environnement de bureau repose sur la bibliothèque Qt, tout comme KDE par exemple, et était disponible depuis Fedora 22 dans les dépôts. Cet environnement se veut cependant plus léger que KDE en restant plus simple. Il est donc possible pour ses utilisateurs d'installer Fedora avec uniquement cet environnement, sans recourir à un environnement intermédiaire ou à une installation textuelle.

Le pilote Synaptics pour les touchpads, dans les sessions Xorg, est remplacé par libinput. Le paquet xorg-x11-drv-synaptics est donc supprimé par défaut mais reste disponible dans les dépôts pour ceux qui le souhaitent. L'objectif est de mutualiser cette partie avec Wayland (qui repose sur libinput également) et de bénéficier de ses options de configuration et autres fonctionnalités comme par exemple la gestion des gestes (comme zoomer en pinçant) et du multi-point.

Installateur

Utilisation de l'interface graphique de blivet pour le partitionnement dans l'installateur Anaconda, en plus de l'interface traditionnelle. L'objectif est de fournir une autre approche pour cette étape cruciale afin de satisfaire les besoins du plus grand nombre, c'est pourquoi l'interface traditionnelle reste disponible. L'approche d'Anaconda était top-down, à savoir que l'utilisateur définissait ses points de montage et ses propriétés afin qu'Anaconda définisse les partitions correspondantes et leur agencement. Avec blivet, c'est plutôt l'inverse car les disques et leurs états sont affichés pour que l'utilisateur puisse concevoir les partitions et volumes logiques avant de définir à la fin les points de montage. Cette interface est donc plus proche de ce que propose gparted.

Fedora Media Writer prend en charge les images ARM. L'installateur officiel et recommandé pour générer et écrire vos images de Fedora sur vos médias d'installation gère donc plus d'architectures. Pour rendre cela possible, FMW gère mieux les cartes SD, qui sont préférées aux clés USB sur cette architecture généralement. Les cartes à base d'ARM officiellement supportées pour le moment sont le Raspberry 2 et 3.

F26-Anaconda-Blivet.png

Fedora.next

Mise à disposition comme expérimental de la modularité dans une déclinaison de Fedora Server nommée Boltron. L'objectif de la modularité est d'implémenter les résolutions prises du projet Fedora.NEXT, dont le but est de pouvoir utiliser des logiciels ou du moins piles applicatives en dehors des cycles de développement de Fedora.

Par exemple, Fedora 26 propose par défaut nodejs en version 6.10. Sauf que la version 8 est disponible et que faute d'applications compatibles et de support assez long de nodejs, Fedora ne l'utilise pas encore. Vous pouvez donc installer la version 8 en utilisant la commande :

dnf install nodejs-8

Pour revenir à la version par défaut de nodejs pour Fedora 26, il suffit de faire :

dnf install nodejs-f26

Pour l'instant ce sont surtout des piles applicatives qui sont prises en charge : PHP, Apache, MariaDB, PostgreSQL, DHCP, Perl, etc. Notons que c'est encore en expérimental et que les possibilités offertes restent pour l'instant limitées. Vous pouvez suivre sur Youtube leurs progrés hebdomadaires.

Et comme d'habitude, Fedora 26 réserve bien d'autres surprises à découvrir.

Liens

Participez à la journée de test consacrée à GNOME

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce lundi 10 juillet, est une journée dédiée à un test précis : sur l'environnement de bureau GNOME. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Nous sommes proches de la diffusion de la Fedora 26 finale, la veille par ailleurs. L'environnement de bureau GNOME est celui par défaut depuis les débuts de Fedora il y a 13 ans.

L'objectif est de s'assurer que l'ensemble de l'environnement et que ses applications sont fonctionnels.

Les tests du jour couvrent :

  • Les nouveautés de GNOME 3.24 (mode nuit, application Recette, nouvelles icônes, notifications météo, etc.) ;
  • La détection de la mise à niveau de Fedora par GNOME Logiciels ;
  • Le bon fonctionnement du navigateur Web ;
  • La connexion / déconnexion et changement d'utilisateurs ;
  • Le fonctionnement du son, notamment détection de la connexion ou déconnexion d'écouteurs ou casques audios ;
  • Possibilité de lancer les applications graphiques depuis le menu.

Comme vous pouvez le constater, ces tests sont assez simples et peuvent même se dérouler sans se forcer en utilisant simplement GNOME comme d'habitude. Donc n'hésitez pas de prendre quelques minutes pour vérifier les comportements et rapporter ce qui fonctionne ou non comme attendu.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Participez à la journée de test consacrée à la mise à niveau

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce vendredi 30 juin, est une journée dédiée à un test précis : sur la mise à niveau de Fedora. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

Nous sommes proches de la diffusion de la Fedora 26 finale. Et pour que ce lancement soit un succès, il est nécessaire de s'assurer que le mécanisme de mise à niveau fonctionne correctement. C'est-à-dire que votre Fedora 24 ou 25 devienne une Fedora 26 sans réinstallation, en conservant vos documents, vos paramètres et vos programmes. Une très grosse mise à jour en somme.

Les tests du jour couvrent :

  • Mise à niveau depuis Fedora 24 ou 25, avec un système chiffré ou non ;
  • Même que précédemment mais avec KDE comme environnement ;
  • De même avec la version Server au lieu de Workstation ;
  • En utilisant GNOME Logiciels plutôt que dnf.

En effet, Fedora propose depuis quelques temps déjà la possibilité de faire la mise à niveau graphiquement avec GNOME Logiciels et en ligne de commande avec dnf. Dans les deux cas le téléchargement se fait en utilisation normale de votre ordinateur, une fois que ce sera prêt l'installation se déroulera lors du redémarrage.

Pour ceux qui veulent bénéficier de F26 avant sa sortie officielle, profitez-en pour réaliser ce test, que cette expérience bénéficie à tout le monde. :-)" class="smiley

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Participez à la journée de test consacrée à la version Atomic / Cloud

Charles-Antoine Couret

Aujourd'hui, ce mardi 20 juin, est une journée dédiée à un test précis : sur l'image Atomic / Cloud de Fedora. En effet, durant le cycle de développement, l'équipe d'assurance qualité dédie quelques journées autours de certains composants ou nouveautés afin de remonter un maximum de problèmes sur le sujet.

Elle fournit en plus une liste de tests précis à effectuer. Il vous suffit de les suivre, comparer votre résultat au résultat attendu et le notifier.

En quoi consiste ce test ?

La version Atomic / Cloud de Fedora est un des trois produits officiels du projet avec Workstation et Server. Son but est d'être une image très minimale pour être instanciée de nombreuses fois dans le cadre d'un infrastructure Cloud afin de remplir le rôle d'un service. Cependant, contrairement aux deux autres produits, la version Cloud est mise à jour très régulièrement (de nouvelles images sont disponibles toutes les quelques semaines seulement, contre 6-7 mois en moyenne pour les autres).

Les tests du jour couvrent :

  • Est-ce que l'image démarre correctement, permet de se connecter et si les services se base se lancent bien ;
  • Vérifier si la gestion de Docker ou Atomic (installation, mise à jour, retour en arrière) fonctionne correctement ;
  • Lancement des applications ;
  • Vérifier la compatibilité avec le cloud Amazon et OpenStack.

Si vous êtes intéressés par l'aspect Cloud de cette image, je vous invite à la tester, elle bénéficie en effet de relativement peu de retours. La moindre aide est appréciée, merci.

Comment y participer ?

Vous pouvez vous rendre sur la page des tests pour lister les tests disponibles et rapporter vos résultats. La page wiki récapitule les modalités de la journée.

Si vous avez besoin d'aide lors du déroulement des tests, n'hésitez pas de faire un tour sur IRC pour recevoir un coup de main sur les canaux #fedora-test-days et #fedora-fr (respectivement en anglais et en français) sur le serveur Freenode.

En cas de bogue, il est nécessaire de le rapporter sur le BugZilla. Si vous ne savez pas faire, n'hésitez pas à consulter la documentation correspondante.

De plus, si une journée est dédiée à ces tests, il reste possible de les effectuer quelques jours plus tard sans problème ! Les résultats seront globalement d'actualité.

Le nettoyage de la documentation francophone a débuté !

Charles-Antoine Couret

Il y a 3 mois, j'avais annoncé la volonté de nettoyer la documentation francophone de Fedora pour tenir compte des évolutions de la distribution depuis 2011-2012.

Le travail a commencé, nous avons recensé le travail à effectuer dans une page wiki dédiée afin de relancer la machine, les premières contributions arrivent ce qui est bien. :-)" class="smiley

Afin d'inciter les contributions, nous avons mis en place une réunion hebdomadaire chaque lundi à 21h (heure de Paris), après la réunion hebdomadaire de Fedora-fr en fait. Cela se passe sur le canal IRC #fedora-doc-fr sur serveur FreeNode.

Ainsi durant la soirée nous essayons de nous coordonner sur ce qu'il y a à faire, se relire, rédiger, corriger, etc. Nous avons commencé la semaine dernière et cela s'est bien passé. Le travail devrait prendre quelques mois pour parvenir à une situation convenable en terme de mise à jour.

Vous pouvez suivre le chantier sur la liste de diffusion dédiée à la documentation, dont les archives sont disponibles. J'y fais un compte rendu chaque semaine.

Si vous souhaitez nous donner un coup de main, nous vous invitons à lire la page pour apprendre à contribuer. Nous sommes également disponibles en cas de questions ou d'une aide particulière.

Rencontres Fedora 26 à Paris le 1er juillet

Charles-Antoine Couret

L'association Borsalinux-Fr vous invite à venir découvrir Fedora 26 à la Cité des Sciences et de l'Industrie le samedi 1 juillet 2017 de 14h à 18h. L'évènement prendra place en complément du traditionnel samedi du libre, dans le Carrefour numérique de la Cité. Venez installer votre machine sous cette toute nouvelle mouture de Fedora, observer les avancements faits depuis la dernière version ou même simplement discuter avec les contributeurs francophones du projet Fedora ou d'autres distributions.

Deux modules de conférences seront proposés durant ces rencontres : le premier sera une présentation générale du projet Fedora, ainsi que des nouveautés de Fedora 26. Le second portera sur l'effort de traduction au sein de Fedora, suivi d'un atelier participatif sur ce même thème.

Cela sera également l'occasion peut être de découvrir et tester le projet Fedorator.

L'évènement aura lieu au Carrefour Numérique de la Cité des Sciences. La Cité se situe au 30 Avenue Corentin Cariou à Paris et le Carrefour Numérique est au 1ier sous-sol. Elle est desservie par la ligne 7 du métro (station Porte de la Villette) ainsi que par le tramway (T3b).

Notons qu'à l'heure actuelle Fedora 26 est finalement prévue pour le 11 juillet, c'est-à-dire après l'évènement. Cependant à ce stade du développement les nouveautés sont figées et le résultat sera assez stable pour vous le présenter et peut être même vous l'installer si vous le souhaitez.

Venez nombreux, personnellement je ferais le déplacement. o/

Fedora 26 Beta est disponible !

Charles-Antoine Couret

C'est ce mardi 13 juin que les utilisateurs du Projet Fedora seront ravis d'apprendre la disponibilité de la Beta de la future Fedora 26.

Malgré les risques concernant la stabilité dune version Beta, il est important de la tester ! En rapportant les bogues maintenant, vous découvrirez les nouveautés avant tout le monde, tout en améliorant la qualité de Fedora 26 et réduisez du même coup le risque de retard. Les versions en développements manquent de testeurs et de retours pour mener à bien leurs buts.

Cette version se distingue par l'arrivée en catimini d'une étape dans le projet Fedora.NEXT qui est la modularité, pour découpler les versions de Fedora avec les versions de certains paquets (pour avoir plusieurs Python en parallèle par exemple). Ce n'est pas complet et c'est pour le moment réservé à la version Server.

Voici les nouveautés annoncées pour cette version :

Bureautique

  • Mise à jour vers GNOME 3.24 ;
  • Suppression du pilote Synaptics pour les touchpads pour les sessions Xorg qui est totalement remplacé par libinput ;
  • Création du spin autour dédié à l'environnement LXQt ;
  • Utilisation de l'interface graphique de blivet dans l'installateur Anaconda, en plus de l'interface traditionnelle ;
  • Fedora Media Writer prend en charge les images ARM ;
  • Passage des adresses virtuelles de 42 à 48 bits pour l'architecture AARCH64 ce qui devrait améliorer les performances pour ces processeurs.
  • Mise à jour de libpinyin vers la version 2.0 pour les entrées de saisi en chinois Pinyin.

Administration système

  • Les utilisateurs locaux identifiés avec sssd bénéficient d'un cache local plus rapide ;
  • La machine virtuelle Java OpenJDK et OpenSSH rejoignent les politiques de sécurité de GnuTLS, NSS et OpenSSL en utilisant la même politique de sécurité de mots de passe qu'eux ;
  • Mise à disposition comme expérimental de la modularité dans Fedora Server;
  • systemd-coredump est activé par défaut ;
  • Mise à disposition d'une image Docker minimale pour réduire au maximum la taille des conteneurs. Possibilité de l'étendre via dnf par la suite et prochainement de le personnaliser via kickstart.
  • L'image Docker utilise OverlayFS par défaut maintenant afin d'améliorer les performances. Attention, ce système de fichier n'est pas totalement conforme au standard POSIX.
  • Le répertoire de Fontconfig passe de /var/cache/fontconfig à /usr/lib/fontconfig/cache pour mieux fonctionner sur le système à base d'OSTree ;
  • Authconfig a été nettoyé, supprimant la gestion de Hesiod mais aussi la version graphique de l'interface que ce soit la GUI ou la TUI.
  • La bibliothèque de gestion des cartes cryptographiques PKCS#11 Coolkey remplace OpenSC par défaut, pour une suppression prévue pour Fedora 27 ;
  • L'interpréteur Python passe la gestion de la langue C à C.UTF-8 même si la variable d'environnement PYTHONCOERCECLOCALE vaut 0 ;
  • Mise à jour de BIND à la version 9.11 ;
  • Mise à jour d'OpenSSL à la version 1.1.0.
  • Mise à jour de DNF à la version 2.0.

Développement

  • La bibliothèque standard Glibc progresse à la version 2.25 ;
  • La bibliothèque majeure du C++ Boost donne un coup de boost à la version 1.63 ;
  • Mise à jour de GCC à la version 7 ;
  • Le langage Python rampe à la version 3.6 ;
  • Mise à disposition d'une nouvelle variante Fedora Lab centrée sur le développement autour de Python, disponible également par Docker et Vagrant ;
  • Le SDK de Docker pour Python est disponible en version 2 ;
  • Le compilateur d'Haskell passe à la version 8.0 ;
  • Le langage Go fonce à la version 1.8 ;
  • Le compilateur du langage D donne la réponse 1.1.0 concernant sa version ;
  • Le langage Ruby utilise la version 2.4 ;
  • Le langage PHP s'impose avec la version 7.1 et son framework Zend à la version 3 ;
  • pkgconf est l'implémentation de référence pour le système pkgconfig maintenant.

Autour de Fedora

  • L'image AMI (pour le cloud d'Amazon) va bénéficier des mêmes tests automatiques que Fedora Atomic ou Cloud. La mise à jour se fera sur une région d'abord, et si les tests passent le reste de la migration sera automatique afin d'éviter de corrompre toutes les régions avec une image non fonctionnelle.
  • Les CFLAGS par défaut des paquets ont changé pour supprimer l'optimisation concernant les processeurs Atom afin d'accélérer le fonctionnement pour les autres processeurs i686 ;
  • Les paquets reposant sur Golang bénéficieront par défaut de l'option Position Independent Executables pour plus de sécurité ;
  • Mise à disposition du système de base pour le futur système modulaire de Fedora dans le cadre du projet Fedora.NEXT. Disponible uniquement pour une nouvelle installation et pour des fins de tests actuellement.

Si l'aventure vous intéresse, les images sont disponibles par Torrent. En cas de bogue, n'oubliez pas de relire la documentation pour signaler les anomalies sur le BugZilla ou de contribuer à la traduction sur Zanata.

La version finale devrait être disponible le 11 juillet.

Bons tests à tous !