Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

Mot-clefs : Fedora

MSI Wind U100. Configuration de l'écran sous Fedora

Patrice Kadionik

Salut.

Le MSI Wind U100 possède un écran 16:10 de résolution 1024x600, ce qui n'est pas une résolution courante. Aussi, il vaut mieux avoir un fichier xorg.conf adapté.

Voici donc une version du fichier xorg.conf adapté pour prendre en compte le clavier français. Il est à noter que la sortie vidéo marche aussi, ce qui permet de connecter directement un vidéo projecteur au netbook MSI Wind U100.

++

Plus d'informations :

  • La page sur xorg.conf du site http://wiki.msiwind.net
  • Fichier xorg.conf :
# SaX generated X11 config file
# Created on: 2008-07-10T01:55:10+0100.
#
# Version: 8.1
# Contact: Marcus Schaefer <sax@suse.de>, 2005
# Contact: SaX-User list <https://lists.berlios.de/mailman/listinfo/sax-users>
#
# Automatically generated by [ISaX] (8.1)
# PLEASE DO NOT EDIT THIS FILE!
#
Section "Files"
FontPath "/usr/share/fonts/misc:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/local"
FontPath "/usr/share/fonts/75dpi:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/100dpi:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/Type1"
FontPath "/usr/share/fonts/URW"
FontPath "/usr/share/fonts/Speedo"
FontPath "/usr/share/fonts/PEX"
FontPath "/usr/share/fonts/cyrillic"
FontPath "/usr/share/fonts/latin2/misc:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/latin2/75dpi:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/latin2/100dpi:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/latin2/Type1"
FontPath "/usr/share/fonts/latin7/75dpi:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/baekmuk:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/japanese:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/kwintv"
FontPath "/usr/share/fonts/truetype"
FontPath "/usr/share/fonts/uni:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/CID"
FontPath "/usr/share/fonts/ucs/misc:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/ucs/75dpi:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/ucs/100dpi:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/hellas/misc:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/hellas/75dpi:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/hellas/100dpi:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/hellas/Type1"
FontPath "/usr/share/fonts/misc/sgi:unscaled"
FontPath "/usr/share/fonts/xtest"
FontPath "/opt/kde3/share/fonts"
InputDevices "/dev/gpmdata"
InputDevices "/dev/input/mice"
EndSection

Section "ServerFlags"
Option "AIGLX" "on"
Option "AllowMouseOpenFail" "on"
Option "ZapWarning" "on"
EndSection

Section "Module"
Load "dbe"
Load "type1"
Load "freetype"
Load "extmod"
Load "glx"
EndSection

Section "InputDevice"
# keyboard added by rhpxl
Identifier "Keyboard0"
Driver "kbd"
Option "XkbModel" "pc105"
Option "XkbLayout" "fr"
EndSection

Section "InputDevice"
Driver "synaptics"
Identifier "Mouse[1]"
Option "Buttons" "5"
Option "Device" "/dev/input/mice"
Option "Emulate3Buttons" "on"
Option "HorizScrollDelta" "0"
Option "InputFashion" "Mouse"
Option "Name" "Synaptics;Touchpad"
Option "Protocol" "explorerps/2"
Option "SHMConfig" "on"
Option "Vendor" "Sysp"
Option "ZAxisMapping" "4 5"
EndSection

Section "InputDevice"
Driver "mouse"
Identifier "Mouse[3]"
Option "Buttons" "5"
Option "Device" "/dev/input/mice"
Option "Name" "ImPS/2 Generic Wheel Mouse"
Option "Protocol" "explorerps/2"
Option "Vendor" "Sysp"
Option "ZAxisMapping" "4 5"
EndSection

Section "Monitor"
DisplaySize 271 159
HorizSync 29-60
Identifier "Monitor[0]"
ModelName "1024X600@60HZ"
Option "DPMS"
Option "PreferredMode" "1024x600"
VendorName "--> LCD"
VertRefresh 50-60
UseModes "Modes[0]"
EndSection

Section "Modes"
Identifier "Modes[0]"
Modeline "1024x600" 48.96 1024 1064 1168 1312 600 601 604 622
Modeline "1024x600" 43.00 1024 1072 1104 1184 600 603 613 619 +HSync -VSync
Modeline "800x600" 38.22 800 832 912 1024 600 601 604 622
Modeline "800x600" 34.75 800 848 880 960 600 603 607 617 +HSync -VSync
Modeline "768x576" 34.96 768 792 872 976 576 577 580 597
Modeline "768x576" 32.25 768 816 848 928 576 579 583 593 +HSync -VSync
Modeline "640x480" 23.86 640 656 720 800 480 481 484 497
Modeline "640x480" 23.25 640 688 720 800 480 483 487 494 +HSync -VSync
Modeline "1024x600" 48.96 1024 1064 1168 1312 600 601 604 622 -HSync -VSync
EndSection

Section "Screen"
DefaultDepth 24
SubSection "Display"
Depth 15
Modes "1024x600" "800x600" "768x576" "640x480"
EndSubSection
SubSection "Display"
Depth 16
Modes "1024x600" "800x600" "768x576" "640x480"
EndSubSection
SubSection "Display"
Depth 24
Modes "1024x600" "800x600" "768x576" "640x480"
EndSubSection
SubSection "Display"
Depth 8
Modes "1024x600" "800x600" "768x576" "640x480"
EndSubSection
Device "Device[0]"
Identifier "Screen[0]"
Monitor "Monitor[0]"
EndSection

Section "Device"
BoardName "945 GME"
BusID "0:2:0"
Driver "intel"
Identifier "Device[0]"
Option "monitor-LVDS" "Monitor[0]"
VendorName "Intel"
EndSection

Section "ServerLayout"
Identifier "Layout[all]"
InputDevice "Keyboard0" "CoreKeyboard"
InputDevice "Mouse[1]" "CorePointer"
InputDevice "Mouse[3]" "SendCoreEvents"
Option "Clone" "off"
Option "Xinerama" "off"
Screen "Screen[0]"
EndSection

Section "DRI"
Group "video"
Mode 0660
EndSection

Section "Extensions"
Option "Composite" "on"
EndSection

MSI Wind U100. Mise en oeuvre de la webcam sous Fedora

Patrice Kadionik

Salut.

Après avoir installé Fedora 9 sur mon netbook MSI Wind U100-251, je me suis donc attaché à faire fonctionner ce qui ne fonctionnait pas par défaut.

Pour le Wifi, j'ai expliqué comment faire sous Fedora 9 et Fedora 10 Rawhide.

La webcam n'est pas détectée par défaut. Le module Linux utilisé est uvcvideo. Pour faire fonctionner la webcam, il faut recompiler la dernière version du module uvcvideo. Il faut bien sûr activer au préalable la webcam en appuyant simultanément sur Fn + F6.

Si tout va bien, elle apparaît avec le VID/PID 5986:0203 (vendeur Acer !)  :

# lsusb
Bus 001 Device 007: ID 5986:0203 Acer, Inc
...
Il faut alors récupérer les sources de uvcvideo par SVN puis les recompiler :
# svn checkout svn://svn.berlios.de/linux-uvc/linux-uvc/trunk linux-uvc
# cd linux-uvc
# make
# make install

Il reste enfin à installer le nouveau module uvcvideo :

# modprobe -r uvcvideo
# modprobe uvcvideo
La webcam est alors opérationnelle. Elle marche parfaitement avec cheese.
Enfin, il faut noter que, quand la webcam est active, une petite led rouge s'allume !

++


MSI Wind U100

Patrice Kadionik

Salut.

Je recherchais depuis un certain temps un portable léger et autonome avec sortie VGA pour faire mes cours et conférences et c'est tout naturellement que je me suis orienté vers un netbook.

Lequel choisir ? La "short list" s'est résumée à Asus ou MSI.

Je voulais aussi un écran 10" avec un vrai clavier. J'ai donc finalement choisi le netbook MSI Wind U100-251. llaumgui a fait aussi le même choix !

Le netbook a les caractéristiques suivantes :

  • Processeur Intel® Atom™ N270.
  • Ecran 10” Wide.
  • Clavier ergonomique de grande taille.
  • DD de 160 Go.
  • Webcam de 1,3 Mpixels.
  • Wifi 802.11 b/g/n.
  • Microphone et hauts parleurs intégrés.
  • Batterie 6 cellules.
  • Sortie VGA.
  • Poids de 1,2 kg.
Livré initialement avec Windows, le netbook s'est retrouvé directement paré de Fedora !
Le dilemme a donc été ici de choisir entre Fedora 9 ou Fedora 10 Rawhide. Fedora 9 utilisant un noyau 2.6.26, le chipset Wifi Atheros du netbook n'est pas supporté en natif (module ath9k) et il faut recompiler les sources de Linux Wireless pour avoir un accès Wifi. Fedora 10 beta Rawhide est basé sur un noyau 2.6.27 et possède en natif le support du chipset Wifi.

Mais j'ai préféré installer la version stable, donc Fedora 9. J'ai pour cela utilisé un DVD Respin de Fedora 9 proposé par fedoraunity.org.

Comme le montre la photo ci-après, je me retrouve au final avec un netbook sous Fedora 9 pleinement opérationnel correspondant à mes besoins.

++

Plus d'informations :

  • La page de MSI sur son netbook Wind U100.
  • Les billets de llaumgui sur le netbook MSI wind U100.
  • Le fil sur l'installation de Fedora sur le netbook MSI Wind U100 du forum fedora-fr.org.



Vous reprendrez bien une part de Fedora 7 ?

Thomas Canniot

Je suis un grand nostalgique. J'adore mettre en confrontation deux phrases que l'on entend souvent dans la vie : « c'était mieux avant ! » et « on n'arrête pas le progrès ! ». 

C'est comme cela que je vais vous parler rapidement de Fedora 7. Ah la belle Fedora 7, un monument de la distribution Linux à elle toute seule, la première version de Fedora « tout court » d'ailleurs...

Si vous souhaitez vous la remémorer, réviser vos classiques, ou si vous avez râté impardonnablement un épisode de cette fabuleuse saga, je vous conseille donc la (re)lecture de l'excellent article (ndla : mince, c'est le mien !!) paru à sa sortie dans Linux Pratique n°42. Fedora 7 vous sera contée sous toutes ses coutures.

Nostalgie, quand tu me tiens !!

Pas d'Echo dans Fedora 10

Thomas Canniot

C'est avec surprise que j'ai lu la Fedora Weekly News de cette semaine, où l'on y apprend qu'Echo, le jeu d'icônes initié à l'époque de Fedora Core 6, ne sera pas encore inclus dans Fedora 10. La raison semble simple : echo n'est pas encore prêt pour être largement adopté par la communauté Fedora.

Certes, Echo est encore jeune, son développement semble avoir été laborieux (au moins 2 ans) et les changements qu'il apporte à l'interface utilisateur sont d'une trop grande importance pour être aussi simplement accepté. Bref... il faudra encore attendre une ou deux versions, soit 3 ans de développement. Une éternité ?

Echo est critiqué, dans le bon sens, pour qu'il soit amélioré et Martin Sourada est plus motivé que jamais. Il faut rester confiant, mais ce soir j'ai vraiment les boules pour eux.

Du changement dans la traduction

Thomas Canniot

Il y a une petite quinzaine de jours, j'ai demandé à l'équipe des traducteurs francophones de Fedora d'élire un nouveau coordinateur. En effet, n'ayant plus le temps ni l'envie de m'occuper de cette tâche, j'ai décidé de passer la main.

Cela faisait quelques mois déjà que je n'avais plus traduit ni relu une chaîne de logiciel. Il était temps, face à ce manque de motivation de laisser la place aux jeunes pousses ultra motivées et bien plus décidées que moi d'en découdre avec les mots.

L'équipe a donc élu Pablo, alias Bouska sur IRC, connu pour sa participation dans la traduction depuis plusieurs mois (plus d'un an ?) mais aussi pour son implication sur le terrain, lors des install party ou des assemblées générales de l'association. La rencontre avec Pablo remonte il y a plus d'un an et demi, lors du FOSDEM, salon ancéstral du début d'année dans le monde du libre international.

Bravo à toi, mon ami, pour ton nouveau job et bonne chance dans ces nouvelles fonctions. Si tu as besoin d'un coup de main, tu sais très bien que tu peux compter sur moi.

Comment lancer Compiz au démarrage de Gnome en UNE instruction

Nicolas Rodt Voici une petite astuce qui permet de lancer Gnome avec Compiz directement activé: exécutez simplement l'instruction suivante :
  • si vous avez une version de Gnome ≥ 2.24 (ex. : Fedora 10) :
gconftool-2 --set --type string /desktop/gnome/session/required_components/windowmanager "env LIBGL_ALWAYS_INDIRECT=1 compiz --sm-client-id default1 ccp"
  • si vous avez une version de Gnome plus ancienne (ex. : Fedora ≤ 9) :
gconftool-2 --set --type string /apps/gnome-session/rh/window_manager "env LIBGL_ALWAYS_INDIRECT=1 compiz --sm-client-id default1 ccp"
ensuite déloguez-vous et reloguez-vous (1). Gnome s'exécutera avec Compiz directement, c'est-à-dire sans passer par metacity (le gestionnaire de fenêtres classique de Gnome), ce qui est beaucoup plus efficace.

En effet, l'autre moyen d'avoir Compiz à chaque démarrage consiste à ajouter fusion-icon dans les programmes exécutés au démarrage de Gnome (Système > Préférences > Personnel > Session). À chaque nouvelle session, Gnome est alors démarré normalement avec metacity, puis fusion-icon est exécuté, lequel lance compiz en remplacement de metacity. Ce dernier a donc été exécuté... pour rien !

(1)
Si vous l'aviez ajouté, n'oubliez pas de supprimer fusion-icon des programmes lancés au démarrage de Gnome.

Continuer à utiliser fusion-icon
Si vous voulez toujours avoir fusion-icon à portée de main (ou de clic), ajoutez "fusion-icon -n" dans les programmes exécutés au démarrage de Gnome. L'option -n empêche juste fusion-icon de relancer Compiz une nouvelle fois.

Help, je n'ai pas de contours de fenêtres
Pas de panique, ceci pourrait se produire si vous n'avez encore jamais utilisé Compiz. Lancez fusion-icon, puis clic droit sur son l'icône (dans la barre des tâches) > Select Window Decorator > GTK Window Decorator.
Une autre solution est d'utiliser emerald comme décorateur de fenêtres. En effet c'est celui-ci qui est utilisé par défaut par Compiz.

Ne plus utiliser compiz
Vous voulez supprimer le démarrage de Compiz avec Gnome ? Lancez :
  • si vous avez une version de Gnome ≥ 2.24 (ex. : Fedora 10) :
gconftool-2 --set --type string /desktop/gnome/session/required_components/windowmanager metacity
  • si vous avez une version de Gnome plus ancienne (ex. : Fedora ≤ 9) :
gconftool-2 --set --type string /apps/gnome-session/rh/window_manager metacity

À voir aussi : Fedora et Compiz Fusion : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Compiz, fusion-icon, emerald, etc...

Pour les nostalgiques : contribuez à la sauvegarde des thèmes de Fedora et d'autres systèmes libres !

Charles-Antoine Couret

Cela fait plusieurs mois que j'avais lancé cette idée de projet, seulement par manque de temps et d'autres projets en cours, j'ai préféré laisser de côté. Ce projet est tout bête, recréer les thèmes des anciennes versions de Fedora (et à terme d'autres distributions) et de tenter de les inclure de manière officielles dans les dépôts pour les utiliser et remonter artificiellement le temps.

L'intérêt réside en réalité dans la nostalgie des anciens. On a tous connu une première version, des débuts au combien difficiles mais que de bons moments que cette découverte de ce nouveau monde. Quand je peux voir par exemple les captures d'écran de MrTom dans la remémoration du passé, je me dis que c'était une époque formidable avec de bons souvenirs et, quels progrés accomplis entre temps ! Les fonds d'écran de Fedora 7, les icônes Bluecurve, GNOME qui prenait l'apparence de KDE, c'était le bon temps. On peut faire revivre cette ambiance, ces moments et les sauvegarder à jamais.

N'importe qui peut y participer, toute aide est la bienvenue, je vais indiquer la rapide marche à suivre :

  • Télécharger des vieux images CD (dans les miroirs de Fedora il en reste) ou utiliser les vieux CD de magasines linuxiens qui prennent la poussière sur votre étagère.
  • utiliser une machine virtuelle ou l'installer en dur en partition séparée
  • enregistrer tous les fichiers disponibles liés aux thèmes : fonds d'écrans, fichiers de GDM/KDM et RHGB, captures d'écran, icônes, paramètres par défaut (quel thème, la taille de la barre des tâche, l'organisation, etc.)
  • compiler tous ces fichiers dans une archive (une archive par version)

Ensuite on fera le tris de tout ça, on analysera les données, on fera les adaptations nécessaires (et oui GDM par exemple a beaucoup changé entre temps) avant qui sait de créer un fichier RPM propre (et une archive pour les autres distributions qui sont jaloux de nos thèmes si beaux :p).

J'aurais besoin de volontaires, pas besoin d'avoir des connaissances poussées pour cela du moins au début du projet. Le projet prendra hébergement chez TuxFamily dans peu de temps (le projet sera sous tutelle d'un futur GULL varoi). J'ajouterais que ceci est applicable à n'importe quel système libre ou distribution. Si des gens de *BSD, OpenSolaris ou d'autres distributions GNU/Linux désirent de s'y lancer également, ça sera avec joie. :)" class="smiley

Si vous avez des questions, suggestions ou envie d'y participer, merci de le signaler. ;)" class="smiley

Petit rappel de la philosophie de Fedora

Charles-Antoine Couret

Fedora (anciennement Fedora Core) est une distribution qui en novembre 2003 a remplacé l'ancienne distribution Red Hat Linux car Red Hat voulait se concentrer sur une distribution orientée entreprise. Fedora est communautaire bien que Red Hat apporte un soutien important à la communauté que ça soit dans le développement, les moyens financiers ou la logistique avec par exemple l'hébergement du BugZilla de Fedora qui cohabite avec celle de Red Hat.

Fedora est une distribution ayant pour but d'être une vitrine technologique du logiciel libre en étant composé que de logiciels dits libres. Cette philosophie influe sur la situation de Fedora au sein des distributions GNU/Linux dans son ensemble. Fedora pour être à la pointe de la technologie favorise le développement en upstream. C'est à dire que les développeurs de Fedora s'impliquent dans le développement de plusieurs logiciels libres qui seront les technologies de demain de GNU/Linux (PackageKit, NetworkManager, PulseAudio, SELinux, etc.) et même dans des logiciels courants comme le noyau Linux. Fedora sert de plateforme de lancement de ces technologies, en les intégrant dans une distribution pour faire des tests grandeurs natures et éliminer la plupart des problèmes avant d'intégrer d'autres distributions. L'exemple le plus connu actuellement et récemment est sans doute PulseAudio qui a été intégré à Fedora 8 pour que 6 mois plus tard Ubuntu, Mandriva et OpenSuSE l'utilisent. Cette plate-forme de lancement permet l'accélération du processus d'adoption d'une technologie au sein de GNU/Linux dans son ensemble.

Fedora pour être à la pointe a toujours les dernières versions de logiciels à sa sortie, ou presque. Avec un gel de l'intégration de nouvelles versions relativement tard face à d'autres distributions, Fedora peut se le permettre. Mais par cet aspect technologique, Fedora n'assure qu'un bref support de sa distribution. Le support d'une version de Fedora est d'en moyenne 13 mois. En réalité c'est le temps de sortir 2 versions stables et attendre un mois après la sortie de la 2e... Par exemple Fedora 8 aura un support qui durera jusqu'à un mois après la sortie de Fedora 10. Fedora 10 sortant normalement vers le 25 novembre, Fedora 8 ne sera plus supporté après le 25 décembre 2008 ce qui fait environ 13 mois après la sortie de Fedora 8 (sortie le 8 novembre 2007). Ceci s'explique par le fait que Fedora 8 commence à avoir des logiciels « vieux » et que Fedora veut être une vitrine technologique. Un support plus long demanderait beaucoup d'énergie et de main d'œuvre alors que Fedora en manque déjà ! Avant le projet Fedora Legacy s'assurait d'une maintenance plus longue mais le projet s'est éteint en en décembre 2006 par manque de main d'œuvre. Si vous voulez, CentOS est une distribution qui est une copie quasi-conforme de Red Hat, lui même basé sur Fedora mais ayant un support de 7 ans et ce gratuitement.

Fedora ne se base que sur des logiciels libres. Par défaut, à part les fameux micro-codes qui devraient partir d'ici Fedora 11, Fedora ne fait le support d'aucun logiciel non-libre et ce pour une question éthique. Car une vitrine de logiciels libres doit être composé que de ces composants libres, sinon cela gâche le tableau. Il est possible d'installer des logiciels propriétaires via Livna (bientôt RPMFusion) mais ce dernier n'a aucun lien officiel avec le projet qui donc se débrouille tout seul. Ceci étant, Fedora et Red Hat sont basés aux États-Unis. Comme on le sait ce pays possède de nombreux brevets logiciels pouvant nuire aux 2 projets. Donc ils ont préféré exclure des logiciels libres pour cause de violation possible de brevet aux USA ce qui serait embêtant notamment en cas de poursuite. C'est pour ça notamment que Codeina qui vous propose d'acheter des codecs de formats propriétaires comme le MP3, à cause de la législation américaine, nous européens pouvons utiliser Livna en toute tranquillité pour les installer gratuitement. Les autres distributions comme Ubuntu, Mandriva ou OpenSUSE (qui ont le soutient d'entreprises) sont eux basés en Europe et n'ont donc pas ce problème épineux.

Ce petit rappel de la philosophie de Fedora permettrons à certains de découvrir cette distribution sous un autre œil ou de prendre du recul sur la question. La comparer avec Mandriva, OpenSUSE ou Ubuntu serait dénué de sens, les objectifs et idées de chacune étant différentes et s'adressent donc à des publics différents. À vous de savoir quelle philosophie et objectif vous convient le mieux.

Petit rappel de la philosophie de Fedora

Maxime Carron

Fedora (anciennement Fedora Core) est une distribution qui en novembre 2003 a remplacé l'ancienne distribution Red Hat Linux car Red Hat voulait se concentrer sur une distribution orientée entreprise. Fedora est communautaire bien que Red Hat apporte un soutien important à la communauté que ça soit dans le développement, les moyens financiers ou la logistique avec par exemple l'hébergement du BugZilla de Fedora qui cohabite avec celle de Red Hat.

Fedora est une distribution ayant pour but d'être une vitrine technologique du logiciel libre en étant composé que de logiciels dits libres. Cette philosophie influe sur la situation de Fedora au sein des distributions GNU/Linux dans son ensemble. Fedora pour être à la pointe de la technologie favorise le développement en upstream. C'est à dire que les développeurs de Fedora s'impliquent dans le développement de plusieurs logiciels libres qui seront les technologies de demain de GNU/Linux (PackageKit, NetworkManager, PulseAudio, SELinux, etc.) et même dans des logiciels courants comme le noyau Linux. Fedora sert de plateforme de lancement de ces technologies, en les intégrant dans une distribution pour faire des tests grandeurs natures et éliminer la plupart des problèmes avant d'intégrer d'autres distributions. L'exemple le plus connu actuellement et récemment est sans doute PulseAudio qui a été intégré à Fedora 8 pour que 6 mois plus tard Ubuntu, Mandriva et OpenSuSE l'utilisent. Cette plate-forme de lancement permet l'accélération du processus d'adoption d'une technologie au sein de GNU/Linux dans son ensemble.

Fedora pour être à la pointe a toujours les dernières versions de logiciels à sa sortie, ou presque. Avec un gel de l'intégration de nouvelles versions relativement tard face à d'autres distributions, Fedora peut se le permettre. Mais par cet aspect technologique, Fedora n'assure qu'un bref support de sa distribution. Le support d'une version de Fedora est d'en moyenne 13 mois. En réalité c'est le temps de sortir 2 versions stables et attendre un mois après la sortie de la 2e... Par exemple Fedora 8 aura un support qui durera jusqu'à un mois après la sortie de Fedora 10. Fedora 10 sortant normalement vers le 25 novembre, Fedora 8 ne sera plus supporté après le 25 décembre 2008 ce qui fait environ 13 mois après la sortie de Fedora 8 (sortie le 8 novembre 2007). Ceci s'explique par le fait que Fedora 8 commence à avoir des logiciels « vieux » et que Fedora veut être une vitrine technologique. Un support plus long demanderait beaucoup d'énergie et de main d'œuvre alors que Fedora en manque déjà ! Avant le projet Fedora Legacy s'assurait d'une maintenance plus longue mais le projet s'est éteint en en décembre 2006 par manque de main d'œuvre. Si vous voulez, CentOS est une distribution qui est une copie quasi-conforme de Red Hat, lui même basé sur Fedora mais ayant un support de 7 ans et ce gratuitement.

Fedora ne se base que sur des logiciels libres. Par défaut, à part les fameux micro-codes qui devraient partir d'ici Fedora 11, Fedora ne fait le support d'aucun logiciel non-libre et ce pour une question éthique. Car une vitrine de logiciels libres doit être composé que de ces composants libres, sinon cela gâche le tableau. Il est possible d'installer des logiciels propriétaires via Livna (bientôt RPMFusion) mais ce dernier n'a aucun lien officiel avec le projet qui donc se débrouille tout seul. Ceci étant, Fedora et Red Hat sont basés aux États-Unis. Comme on le sait ce pays possède de nombreux brevets logiciels pouvant nuire aux 2 projets. Donc ils ont préféré exclure des logiciels libres pour cause de violation possible de brevet aux USA ce qui serait embêtant notamment en cas de poursuite. C'est pour ça notamment que Codeina qui vous propose d'acheter des codecs de formats propriétaires comme le MP3, à cause de la législation américaine, nous européens pouvons utiliser Livna en toute tranquillité pour les installer gratuitement. Les autres distributions comme Ubuntu, Mandriva ou OpenSUSE (qui ont le soutient d'entreprises) sont eux basés en Europe et n'ont donc pas ce problème épineux.

Ce petit rappel de la philosophie de Fedora permettrons à certains de découvrir cette distribution sous un autre œil ou de prendre du recul sur la question. La comparer avec Mandriva, OpenSUSE ou Ubuntu serait dénué de sens, les objectifs et idées de chacune étant différentes et s'adressent donc à des publics différents. À vous de savoir quelle philosophie et objectif vous convient le mieux.

Fedora Rawhide : Présentation

Charles-Antoine Couret

Avant d'entamer une série d'articles pour aider dans Fedora Rawhide, on va faire un petit tour du propriétaire.

Fedora Rawhide est une version en constante développement, elle est hors du temps. Elle a existé, existe et existera. On peut la comparer à Debian Sid ou Mandriva Cooker, c'est une branche qui ne s'arrête pas. Si on doit expliquer brièvement, on va dire que Fedora Rawhide est une branche qui continue jusqu'à l'infini, seulement de temps en temps, cette branche se scinde pour créer une version à partir de Fedora Rawhide : Fedora 7, 8, 9 ou 10, etc. Son évolution sera la base des versions que vous utilisez aujourd'hui, et par son caractère évolutive, les logiciels qu'il utilise sont rarement stables et les mises à jour fréquentes ! C'est pour cette raison que Fedora Rawhide n'est pas destinée à une machine de production, elle ne doit servir que pour des tests éventuels et non pour la vie de tous les jours.

Mais pourquoi faire ?

Comme cette version est à la base des futures versions de Fedora et qu'elle n'est pas stable, son but est donc de réaliser des tests grandeurs nature. Non ce n'est pas un jouet pour découvrir les futures nouveautés, mais c'est destiné à trouver et corriger des bogues et autres problèmes qui font le quotidien de cette version. Et étant donné le nombre de bogues qu'il y a, plus de monde y participe, mieux c'est. Si vous avez du temps devant vous, et que vous avez quelques connaissances sur Fedora, foncez et contribuez ! Il faut savoir que les bogues qui ne sont pas corrigé dans cette version existeront dans la version stable de Fedora que vous utiliserez. Je crois que personne 'na envie d'avoir de gros bogues sur une version stable. Ou parfois cela décale la date de sortie le temps qu'on en corrige un maximum.

Comment l'installer ?

Il existe plusieurs solutions pour l'installer.

  • À partir de votre version actuelle de Fedora, il faut désactiver tous les dépôts et activer ceux qui comportent les noms suivants : « rawhide » « development » ou « livna-development » si vous avez installé Livna. Ensuite une mise à jour vous permettra d'utiliser une Fedora Rawhide.
  • Il suffit de télécharger des images CD ici par exemple. (Notez qu'ils n'ont pas le nom de Rawhide mais ceux des futures Rawhide, Fedora 10 en l'occurrence).
  • Via le logiciel PreUpgrade qui vous propose si vous le voulez de migrer votre Fedora actuelle vers Fedora Rawhide (la technique ressemble à la première).

Mais maintenant il faut savoir dans quel environnement l'installer. Vous avez la possibilité de l'installer dans une machine virtuelle ou en dur sur votre disque dur. L'installation sur une machine virtuelle est sécurisée et permettra de garder votre machine intacte, en cas de gros problèmes il sera facile de recommencer sans encombre. Ceci dit comme vous utilisez une machine virtuelle, les performances sont moins bonnes, il y a des bogues en plus et vous ne pouvez pas tester votre matériel dessus vu que c'est émuler. L'installation en dur permet des tests en conditions réelles et donc d'avoir des bogues ou des tests plus naturelles. Ceci dit, la moindre erreur dans le partitionnement, dans la configuration ou un bogue peut rendre votre machine inopérante ce qui peut causer des pertes de données, rendre inutilisable votre OS stable installé à côté et autres. Ce sont des risques à ne pas négliger.

Pour qui ?

Fedora Rawhide est adressée qu'à une portion des utilisateurs de Fedora. Les développeurs de Fedora l'utilisent notamment. Le profil idéal pour tester une Fedora Rawhide : aimer les nouveautés et la technologie innovante, ne pas avoir peur de bidouiller pour s'en sortir d'un problème particulier, connaitre un minimum Fedora et son fonctionnement, avoir du temps de libre, aimer chercher le bogue là où il n'y en a pas (réaliser des tests approfondis et minutieux), etc. Si vous n'avez rien de tout cela, je vous déconseille fortement de l'utiliser ! Son utilisation n'est pas aussi fluide qu'avec une version stable et les problèmes arrivent fréquemment.

Les outils du petit testeur de Fedora Rawhide

Quand on utilise Fedora Rawhide on doit utiliser une panoplie d'outils pour exploiter ses capacités et tester de manière intelligente cette version notamment en suivant l'actualité ou encore en rapportant les bogues.

  • BugZilla de Red Hat deviendra votre meilleur ami. Il gère les rapports de bogues de toutes les versions de Fedora. Si vous avez un bogues, il est important de regarder s'il n'a pas été rapporté, dans le cas contraire vous devrez le faire vous même. Voici mon tutoriel pour apprendre à rapporter un bogue.
  • Les mailing-lists de Fedora. Les mailing-lists sont des boites courriels communes. Quand quelqu'un écrit pour la mailing-list, tous els abonnés recevront le message. Il existe 2 mailing-list destinés aux testeurs : fedora-devel-list et fedora-tests-list. Certains bogues, problèmes ou suggestions y sont postés. Vous pouvez ainsi suivre l'actualité de Fedora Rawhide et vous tenir au courant de ce qui se passe notamment pour des mises à jour qui peuvent casser votre système.
  • Les sites de mises à jour comme Koji. Koji est une plate-forme pour empaqueter les paquets RPM de Fedora. On y trouve en avance les futures paquets qu'il y aura dans la liste des mises à jour. Si un logiciel a un problème et qu'il n'y a aucune mise à jour, il peut être intéressant d'aller voir là bas s'il n'y a pas une version plus récente qui corrigerait le problème. Vous pouvez télécharger n'importe quel paquet disponible dans les dépôts !
  • Lire l'hebdomadaire de Fedora Fedora Weekly News qui contient l'actualité de Fedora et qui peut détenir des informations sur l'évolution et les problèmes de Fedora Rawhide.
  • Rejoindre l'équipe officielle des BugZappers et ainsi avoir à disposition quelques pages utiles pour le développement de Fedora.
  • Suivre l'évolution du développement avec les dates de sorties, les principaux bogues et nouveautés qu'apporteront la future version. Vous pouvez voir cela dans les pages suivantes : https://fedoraproject.org/wiki/Releases/Schedule ; https://fedoraproject.org/wiki/Releases/10/Schedule ; https://fedoraproject.org/wiki/Releases/10/FeatureList .

Et d'autres encore mais je vous laisse fouiller dans les pages pour les trouver.

Voilà, maintenant vous connaissez Fedora Rawhide, son fonctionnement, but et comment y contribuer. N'hésite pas à tester cette version pour la rendre stable !

Fedora Rawhide : Présentation

Maxime Carron

Avant d'entamer une série d'articles pour aider dans Fedora Rawhide, on va faire un petit tour du propriétaire.

Fedora Rawhide est une version en constante développement, elle est hors du temps. Elle a existé, existe et existera. On peut la comparer à Debian Sid ou Mandriva Cooker, c'est une branche qui ne s'arrête pas. Si on doit expliquer brièvement, on va dire que Fedora Rawhide est une branche qui continue jusqu'à l'infini, seulement de temps en temps, cette branche se scinde pour créer une version à partir de Fedora Rawhide : Fedora 7, 8, 9 ou 10, etc. Son évolution sera la base des versions que vous utilisez aujourd'hui, et par son caractère évolutive, les logiciels qu'il utilise sont rarement stables et les mises à jour fréquentes ! C'est pour cette raison que Fedora Rawhide n'est pas destinée à une machine de production, elle ne doit servir que pour des tests éventuels et non pour la vie de tous les jours.

Mais pourquoi faire ?

Comme cette version est à la base des futures versions de Fedora et qu'elle n'est pas stable, son but est donc de réaliser des tests grandeurs nature. Non ce n'est pas un jouet pour découvrir les futures nouveautés, mais c'est destiné à trouver et corriger des bogues et autres problèmes qui font le quotidien de cette version. Et étant donné le nombre de bogues qu'il y a, plus de monde y participe, mieux c'est. Si vous avez du temps devant vous, et que vous avez quelques connaissances sur Fedora, foncez et contribuez ! Il faut savoir que les bogues qui ne sont pas corrigé dans cette version existeront dans la version stable de Fedora que vous utiliserez. Je crois que personne 'na envie d'avoir de gros bogues sur une version stable. Ou parfois cela décale la date de sortie le temps qu'on en corrige un maximum.

Comment l'installer ?

Il existe plusieurs solutions pour l'installer.

  • À partir de votre version actuelle de Fedora, il faut désactiver tous les dépôts et activer ceux qui comportent les noms suivants : « rawhide » « development » ou « livna-development » si vous avez installé Livna. Ensuite une mise à jour vous permettra d'utiliser une Fedora Rawhide.
  • Il suffit de télécharger des images CD ici par exemple. (Notez qu'ils n'ont pas le nom de Rawhide mais ceux des futures Rawhide, Fedora 10 en l'occurrence).
  • Via le logiciel PreUpgrade qui vous propose si vous le voulez de migrer votre Fedora actuelle vers Fedora Rawhide (la technique ressemble à la première).

Mais maintenant il faut savoir dans quel environnement l'installer. Vous avez la possibilité de l'installer dans une machine virtuelle ou en dur sur votre disque dur. L'installation sur une machine virtuelle est sécurisée et permettra de garder votre machine intacte, en cas de gros problèmes il sera facile de recommencer sans encombre. Ceci dit comme vous utilisez une machine virtuelle, les performances sont moins bonnes, il y a des bogues en plus et vous ne pouvez pas tester votre matériel dessus vu que c'est émuler. L'installation en dur permet des tests en conditions réelles et donc d'avoir des bogues ou des tests plus naturelles. Ceci dit, la moindre erreur dans le partitionnement, dans la configuration ou un bogue peut rendre votre machine inopérante ce qui peut causer des pertes de données, rendre inutilisable votre OS stable installé à côté et autres. Ce sont des risques à ne pas négliger.

Pour qui ?

Fedora Rawhide est adressée qu'à une portion des utilisateurs de Fedora. Les développeurs de Fedora l'utilisent notamment. Le profil idéal pour tester une Fedora Rawhide : aimer les nouveautés et la technologie innovante, ne pas avoir peur de bidouiller pour s'en sortir d'un problème particulier, connaitre un minimum Fedora et son fonctionnement, avoir du temps de libre, aimer chercher le bogue là où il n'y en a pas (réaliser des tests approfondis et minutieux), etc. Si vous n'avez rien de tout cela, je vous déconseille fortement de l'utiliser ! Son utilisation n'est pas aussi fluide qu'avec une version stable et les problèmes arrivent fréquemment.

Les outils du petit testeur de Fedora Rawhide

Quand on utilise Fedora Rawhide on doit utiliser une panoplie d'outils pour exploiter ses capacités et tester de manière intelligente cette version notamment en suivant l'actualité ou encore en rapportant les bogues.

  • BugZilla de Red Hat deviendra votre meilleur ami. Il gère les rapports de bogues de toutes les versions de Fedora. Si vous avez un bogues, il est important de regarder s'il n'a pas été rapporté, dans le cas contraire vous devrez le faire vous même. Voici mon tutoriel pour apprendre à rapporter un bogue.
  • Les mailing-lists de Fedora. Les mailing-lists sont des boites courriels communes. Quand quelqu'un écrit pour la mailing-list, tous els abonnés recevront le message. Il existe 2 mailing-list destinés aux testeurs : fedora-devel-list et fedora-tests-list. Certains bogues, problèmes ou suggestions y sont postés. Vous pouvez ainsi suivre l'actualité de Fedora Rawhide et vous tenir au courant de ce qui se passe notamment pour des mises à jour qui peuvent casser votre système.
  • Les sites de mises à jour comme Koji. Koji est une plate-forme pour empaqueter les paquets RPM de Fedora. On y trouve en avance les futures paquets qu'il y aura dans la liste des mises à jour. Si un logiciel a un problème et qu'il n'y a aucune mise à jour, il peut être intéressant d'aller voir là bas s'il n'y a pas une version plus récente qui corrigerait le problème. Vous pouvez télécharger n'importe quel paquet disponible dans les dépôts !
  • Lire l'hebdomadaire de Fedora Fedora Weekly News qui contient l'actualité de Fedora et qui peut détenir des informations sur l'évolution et les problèmes de Fedora Rawhide.
  • Rejoindre l'équipe officielle des BugZappers et ainsi avoir à disposition quelques pages utiles pour le développement de Fedora.
  • Suivre l'évolution du développement avec les dates de sorties, les principaux bogues et nouveautés qu'apporteront la future version. Vous pouvez voir cela dans les pages suivantes : https://fedoraproject.org/wiki/Releases/Schedule ; https://fedoraproject.org/wiki/Releases/10/Schedule ; https://fedoraproject.org/wiki/Releases/10/FeatureList .

Et d'autres encore mais je vous laisse fouiller dans les pages pour les trouver.

Voilà, maintenant vous connaissez Fedora Rawhide, son fonctionnement, but et comment y contribuer. N'hésite pas à tester cette version pour la rendre stable !

Google lance des dépôts logiciels pour Linux

Wael Ammar

Le géant de la recherche Internet Google propose des dépôts logiciels pour différentes distributions Linux. Lintérêt de cette solution est quelle permet d'offrir directement les mises à jour des applications Google aux utilisateurs Linux.

Les distributions supporté sont :

  • Red Hat (32 bits)
  • Fedora (32 bits ou 64 bits)
  • OpenSuse (32 bits ou 64 bits)
  • Mandriva Linux (32 bits ou 64 bits)
  • Debian GNU/Linux (32 bits)
  • Ubuntu (32 bits)

Les logiciels sont accessibles depuis le gestionnaires de paquets de la plupart des distributions.

Les dépôts ne comprennent actuellement que Picasa for Linux 2.7 et Google Desktop Linux 1.2. Il est regrettable que Google Earth soit aux abonnés absents. Un dépôt de test ajoute la version bêta de Picasa 3.0 pour Linux. Cest peu, mais Google fait là un premier pas. Notez quil est fort probable que la future version Linux du navigateur Internet Google Chrome soit diffusée via ce dépôt de test.

Pour configurer Fedora et ainsi dire a Yum de pointer sur le dépôt de Google, il suffit de suivre ces étapes :

Tout d'abord il faut importer la clé du dépot, tapez en root ces deux commandes

[root@localhost ~]# wget https://dl-ssl.google.com/linux/linux_signing_key.pub
[root@localhost ~]# rpm --import linux_signing_key.pub

Pour vérifier la clé

[root@localhost ~]# rpm -qi gpg-pubkey-7fac5991-4615767f

Maintenant, il suffit de créer un fichier nommé google.repo dans /etc/yum.repos.d/ et d'y copier ce qui suit

[google]
name=Google - i386
baseurl=http://dl.google.com/linux/rpm/stable/i386
enabled=1
gpgcheck=1

Si vous utiliser une Fedora 64 bits remplacer la ligne name=Google - i386 par name=Google - x86_64

Pour tester si ça fonctionne, essayer d'installer picasa

[root@localhost ~]# yum install picasa

Pour configurer d'autre distribution ou pour avoir plus d'information, visitez la page du projet Google.

fedora 9 – NetworkManager

Carlos Vassalo Lors de monde mon précédent billet sur NetworkManager, je vous parlais d’une nouveauté fort plaisante pour F10. Elle est maintenant disponible également sous F9.

Fedora 10 et la version Beta

Thierry D

La version beta de Fedora 10, la prochaine version de Fedora prévue pour la fin du mois de novembre est dès maintenant disponible au téléchargement afin de subir vos différents tests.

Il est important de tester cette version de développement si nous en avons la possibilité afin de remonter un maximum de bugs pour qu'ils soient corrigés avant la sortie de la version finale.

f10beta.png Cette version beta de Fedora 10 à son lots de nouveautés et d'améliorations que je vous laisse découvrir en cliquant ici (en anglais).

-Télécharger Fedora 10
-Plus d'informations sur Fedora 10

Fedora 10 Beta, enfin !

Charles-Antoine Couret

Cela fait une semaine qu'on l'attendait de pied ferme et la voilà, la Fedora 10 Beta.

Attention, on parle d'une version de tests, il ne faut pas l'utiliser sans connaissances des risques surtout quand on est débutant ou sur un ordinateur important. Vous êtes prévenus !

Cette version est la 2e des 4 étapes majeurs avant la version finale. En effet il y a eu la Alpha, maintenant la Beta et bientôt la Preview Release et enfin la version finale. C'est une étape majeure vers l'évolution de Fedora 10, elle intègre évidemment des logiciels plus récents que la Alpha, des nouveautés apparaissent et des bogues en moins.

Dans la liste des nouveautés visibles (cliquez sur les ilens pour voir les nouveautés des logiciels) :

  • GNOME 2.24 en version stable, et les évolutions qu'elle apporte.
  • Linux 2.6.27-rc7 ou rc8 si mise à jour. Attention car il y a un bogue matériel pour certains chipsets Intel. Pour plus d'informations sur le problème.
  • OpenOffice.org 3.0RC 2 ou 3 et ses améliorations.
  • PackageKit 0.3.5 qui devient plus stable et performant. Maintenant avec une interface francisée !
  • Apparition de Enlightenment 17 (enfin, la 16.999), les débuts de LXDE et la stabilisation de Sugar (interface de XO, l'ordinateur à moins de 100$).
  • On commence à voir l'installation du nouveau thème Solar, le thème officielle de cette version. Le thème d'icônes Echo remplace officiellement Bluecurve par défaut.
  • Plymouth, qui remplace RHGB au démarrage (quand Fedora lance les services vous savez, ce moment long au boot... )
  • RPM 4.5.90
  • Amarok 2.0b1, Digikam 0.10b3 (ces 2 sont portés vers Qt 4.4 et vont mieux avec la version de KDE 4.1.2). Vous pouvez consulter l'évolution des portages des logiciels liés à KDE vers Qt 4.4 ici, notons que Quanta+ sera probablement le seul logiciel qui n'aura pas ce portage.
  • Boot globalement plus rapide personnellement.
  • Eclipse 3.4
  • Et tant d'autres, en partie visible en détails ou en partie (en français cette fois) ici.

On remarque l'absence de :

  • RPMFusion n'est officiellement pas ouvert, mais il semble que ça avance bien, qui sait, peut être fonctionnel pour F10. ;)
  • Pas de GDM-setup, ceci est imputable à GNOME qui a mis l'accent sur un nouveau GDM précipité pour améliorer l'accessibilité de GNOME (qui était l'objectif numéro 1 de cette version). La GNOME 2.26 (pour Fedora 11) corrigera normalement ce problème. En attendant GConf est toujours là.
  • KOffice reste en version 1.6 qui est la version de Qt 3.x.
  • Pas sûr que KDE 4.2 soit intégré à Fedora 10 après sa sortie (en janvier).
  • De même pour Firefox 3.1 qui devrait sortir en décembre-avril.
  • Pas de version officielle du pilote nVidia propriétaire car les noyaux changent trop vite. Il existe cependant une version bêta du pilote installable suivant ces indications en tout cas chez moi ça fonctionne (nVidia 8800 GTS).
  • Suite aux retards de XFCE 4.6 (à l'origine prévu pour septembre, maintenant en décembre), il n'est également pas assuré que cette version soit proposée à sa sortie. Pour le moment c'est bien XFCE 4.4 de disponible.

Sinon quelques bogues évidemment chez moi, il faut dire que je traine cette version sur mon disque dur depuis Juillet, donc les bogues se sont accumulés et ce week-end je vais procéder à une installation propre. Par exemple KDE ne veut pas se lancer (X redémarre sinon dès le début), pas mal de soucis pour lancer les logiciels KDE d'ailleurs et aussi de Plymouth qui est moche (apparemment je suis seul dans ce cas). Ce week-end sent les allers et venus sur le Bugzilla de Red Hat.

Puis comme je l'ai déjà dit, cette version n'est pas un jouet ni une version destinée à tous. Si vous l'utilisez merci de rapporter les bogues comme expliqué dans mon tutoriel en image pour améliorer cette version et qu'elle soit meilleure ! Si vous avez envie de la tester, vous pouvez la télécharger avec Torrent.

Demande de retours sur ath5/ath9k/madwifi-trunk/madwifi-hal-0.10.5.6

Nicolas Chauvet

Il exite actuellement un grand nombre de modules pour les cartes de Type Atheros sous linux (à l'exeption des modèles usb). La question est de savoir si votre matériel est supporté par les pilotes linux natifs (ath5k/ath9k) intégrés dans Fedora 10. Les portables Eeepc à base de chipset atheros (AR5007) sont réputés fonctionnels avec le nouveau pilote. Mais qu'en est-il des autres...

Ce qu'il faut retenir c'est que beaucoup semblent supportés nativement par le pilote ath5k (voire ath9k). Si votre carte wifi basé sur un chipset atheros est supporté nativement, merci de le préciser.

Sinon il y a deux modules madwifi à tester. madwifi issue de la branche trunk et celui de la branche hal-0.10.5.6. Pour ma part si beaucoup de modèles sont rapportés fonctionnels, il est possible de ne garder de madwifi que la branche hal-0.10.5.6 pour rpmfusion.

Pour tester madwifi-trunk avec Rawhide Fedora 10

 rpm -Uvh http://rpms.kwizart.net/kwizart-release-9.rpm
 yum --enablerepo=kwizart-rawhide install akmod-madwifi

Pour tester madwifi-hal-0.10.5.6 avec Rawhide Fedora 10 Mettre jours madwifi et akmod-madwifi depuis cet emplacement.Il est absolument nécéssaire de redémarrer (il faut prendre en compte la nouvelle couche HAL)

Madwifi dans Fedora 10 ? Evidemment, l'idéal à moyen terme sera de ne plus utiliser madwifi mais ath5k. La maintenance de madwifi est de plus en plus délicate. il est possible que l'arrivé d'un kernel 2.6.28 probablement au cours de la vie de Fedora 10 entraine des coupures de support si le module n'est pas rendu compatible. (il est probable que le support rétabli par la suite). En conclusion, si vous etes habitué à utiliser madwifi, peut être est il temps d'évaluter la fonctionalité d'ath5k (surtout si vous n'utilisez pas les fonctions points d'accès ou mode turbo).

Disponibilité de vlc-0.9.3 pour Fedora

Nicolas Chauvet

vlc-0.9.3 est disponible pour Fedora. Attention, cette version utilise des dépendances du dépot rpmfusion (pas encore officiellement ouvert) La mise à jours est donc réservée à des utilisateurs expérimentés.

Le dépot rpmfusion ne comprends pas encore toutes les dépendances des dépots tiers. Il manque par exemple les paquets de freshrpms alors que tout les paquets de livna et de dribble sont presque tous importés. Il est possible d'avoir des erreurs de dépendances lorsque les paquets livna n'ont pas encore été compilé pour rpmfusion.

Pour l'installer le dépot rpmfusion :
rpm -ivh http://download1.rpmfusion.org/free/fedora/rpmfusion-free-release-stable.noarch.rpm Il n'est pas nécéssaire de retirer le dépot livna (ou dribble), mais les utilisateurs de paquets spécifiques à freshrpms devront attendre un peu.

Pour installer vlc-0.9.3 depuis le dépot kwizart-testing: yum --enablerepo=kwizart-testing update vlc vlc-core mozilla-vlc

Par défault, rpmfusion pour Fedora 8 et 9 utilise vlc-0.8.7 qui est la "préversion" de la branche 0.8.6-bugfix non officiellement maintenue par l'équipe VideoLan. La question est donc de savoir si la version 0.9.3 est assez mature et n'entraine pas de régression dans d'autres applications utilisant vlc. Cela permettrait de justifier un changement de version pour une version stable de Fedora; en particulier pour Fedora 9 (Fedora 8 resterai plutot en 0.8.7). Par ailleurs la préparation des paquets pour le dépot RHEL et CentOS suit sa progression, la question se pose aussi dans ce cas.

ATI X1400 & Acceleration 3D

Wael Ammar

Ceci est un rappel de mise en place d'une accélération 3D avec les pilotes libre Radeon, une sorte de Up ^^

Les propriétaires d'une carte ATI avec le chipset à base de R500 (Mobility Radeon X1xxx) peuvent se réjouir puisque le pilote Radeon supporte l'accélération 3D. (bon disant que ça date depuis un moment :p) Pour obtenir la 3D il vous faut les drivers ati et mesa :

  1. yum update mesa-libGL mesa-libGLU xorg-x11-drv-ati

Il faut également ajouter dans la section Device du fichier xorg.conf : Section "Device" Identifier "radeon" Driver "radeon" Option "DRI" "on" Option "AccelMethod" "EXA" EndSection Et enfin pour tester, faire : $ glxinfo | grep direct il faut avoir un resultat comme ceci : TheCyberXP@localhost ~$ glxinfo | grep direct direct rendering: Yes si vous voulez installer le bureau 3D, il suffit d'installer compiz :

  1. yum install compiz-fusion compiz-fusion-gnome compiz-fusion-extras compiz-fusion-extras-gnome fusion-icon

et pour le lancer, aller dans (Applications -> Outils système -> Compiz fusion icon) __ J'ai pris le soin d'écrire ce même article dans le site Fedora Tunisia__

Fedora 9 et l'anniversaire

Thierry D

fedora-anniv.jpg

C'est aujourd'hui que nous fêtons la 5ème année d'existence du projet Fedora.

Que du bonheur :)" class="smiley

Vous ne connaissez toujours pas Fedora ? alors rejoignez-nous sans plus attendre !