Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

Mot-clefs : Fedora

Pétition pour l’accessibilité numérique des services publics

Thomas Canniot

Je me permets de relayer l'information de Johan, qui me semble, importante. Merci à lui de m'avoir informé sur le sujet !

Je vous parlais il y a quelque temps d'un exemple de sémantique à ne surtout pas suivre.

Le webmaster du site incriminé aurait du consulter le Référentiel Général d’Accessibilité pour les Administrations (RGAA), mais il semble que le site destiné à héberger ce dernier ne soit toujours pas en ligne...

L'absence de mise en ligne de la version finale de ce référentiel, ainsi que le manque d'application de nombreux sites web gouvernementaux a conduit divers acteurs de l'accessibilité sur le web à la création d'une pétition en ligne :
http://www.web-pour-tous.org/spip.php?page=petition-accessibilite

Un bon geste, signez-la !

Pétition pour l’accessibilité numérique des services publics

Thomas Canniot

Je me permets de relayer l'information de Johan, qui me semble, importante. Merci à lui de m'avoir informé sur le sujet !

Je vous parlais il y a quelque temps d'un exemple de sémantique à ne surtout pas suivre.

Le webmaster du site incriminé aurait du consulter le Référentiel Général dAccessibilité pour les Administrations (RGAA), mais il semble que le site destiné à héberger ce dernier ne soit toujours pas en ligne...

L'absence de mise en ligne de la version finale de ce référentiel, ainsi que le manque d'application de nombreux sites web gouvernementaux a conduit divers acteurs de l'accessibilité sur le web à la création d'une pétition en ligne :
http://www.web-pour-tous.org/spip.php?page=petition-accessibilite

Un bon geste, signez-la !

Fin de la catégorie Fedora Lyon

Benoît Marcelin

La catégorie Fedora Lyon est désormais clos, et pour cause à la place nous avons un blog complet : Fedora Lyon.
Peut-être restera-t-il quelques billets plus personnel ici concernant Fedora Lyon, mais il ne faut pas se faire trop d'illusions ...

Fin de la catégorie Fedora Lyon

Benoît Marcelin

La catégorie Fedora Lyon est désormais clos, et pour cause à la place nous avons un blog complet : Fedora Lyon.
Peut-être restera-t-il quelques billets plus personnel ici concernant Fedora Lyon, mais il ne faut pas se faire trop d'illusions ...

12 trucs et astuces pour yum

Thomas Canniot

Ce billet est la traduction de celui de KageSenshi, que je remercie de m'avoir autorisé à le traduire.

YUM est le gestionnaire de paquets par défaut dans Fedora et ses petites sœurs. Il est écrit en Python et possède des tonnes de fonctionnalités que le quidam ne connait pas forcément. Ces fonctionnalités sont très pratiques pour la maintenance du système. C'est également l'occasion d'améliorer vos connaissances sur votre gestionnaire de paquet préféré et également de devenir plus productif :). Bien que la résolution des dépendances et les requêtes envoyées par yum sont plus lentes que pour apt, la flexibilité et la puissance de yum en font néanmoins un outil incontournable (ndt : cette dernière assertive n'engage que son auteur, et que je n'ai rien à faire là dedans. SI vous souhaitez troller sur le sujet, passez votre chemin, ou rendez-vous sur le blog de l'auteur).

Astuce n°1 : Fastest Mirror

Il s'agit du tout premier plugin que j'installe pour yum sur toute Fedora fraîchement installée. Mais que fait-il ? Pour les anglophones, son nom parle de lui-même. Le plugin va mesurer le temps de réponse des serveurs présents dans une liste de miroir depuis mirrors.fedoraproject.org et choisir celui qui est le plus rapide pour vous. Tout est fait automatiquement, et comme qu'il s'agit d'un plugin influençant le fonctionnement par défaut de yum, il fonctionne quelque soit l'interface graphique pour yum que vous pouvez utiliser.

Pour l'installer, exécutez la commande ci-dessous :

yum install yum-fastestmirror

À la différence d'APT qui attend de vous que vous choisissiez le miroir le plus rapide comme un grand, yum agit plus élégamment.

Le plugin, après qu'il a vérifié le serveur le plus rapide, va stocker un fichier de méta-données : /var/cache/yum/timedhosts.txt. Ces méta-données expireront automatiquement après un certain moment. Cependant, si vous trouvez que yum n'est pas aussi rapide qu'il le devrait lors du téléchargement, vous pouvez le forcer à re-vérifier les miroirs les plus rapides en supprimant ce même fichier.

Astuce n°2 : Ne téléchargez que les mises à jour de sécurité

Cette astuce est très pratique pour de nombreux utilisateurs qui n'arrivent pas à suivre les mises à jour de Fedora. Fedora est connue pour ces mises à jour très fréquentes. En effet, les logiciels prennent rapidement un coup de vieux dans Fedora. Certaines personnes, donc, sont un peu rétissantes à mettre leur système à jour avec les dernières versions des paquets, souvent parce que ces mises à jour peuvent casser des choses dans Fedora. La raison est simple : les mises à jour ne sont pas seulement un simple portage des nouveautés dans une version antérieure d'un paquet, mais une mise à jour vers la nouvelle version du dit paquet. Un moyen de contourner ce comportement est de ne faire que les mises à jour de sécurité du système. Un plugin existe pour vous faciliter la tâche, vous pouvez l'installer avec la commande suivante :

yum install yum-security

Pour utiliser ce plugin pour mettre à jour votre système simplement avec les mises à jour de sécurité, utilisez la commande :

yum --security update

J'ai expliqué son fonctionnement dans un autre billet ici

Astuce n°3 : Presto

Si vous avez une connexion internet avec une bande passante limitée, yum-presto est fait pour vous. Le plugin télécharge des rpm delta (deltarpm), qui contiennent uniquement les modifications entre la version installée sur votre système et la nouvelle disponible sur internet. Vous allez voir la taille de vos téléchargements se réduire comme peau de chagrin et vous ferez vos mises à jour plus rapidement.

Actuellement, un gros travail est fait pour intégrer Presto dans le dépôt de base de Fedora. Cependant, les développeurs rencontrent des problèmes pour intégrer Presto à Koji and Bodhi, le système de construction et de mise à disposition des mises à jour de Fedora. Vous devrez donc le configurer après l'installation en suivant les informations disponibles là : http://fedorahosted.org/presto/

Pour installer le plugin, utilisez la commande :

yum install yum-presto

Astuce n°4 : Ne pas mélangez les dépôts !

Mélanger les dépôt... c'est le mal ! Le choix des dépôts pour Fedora est assez conséquent pour peu que vous passiez un peu de temps sur Google. Mais tous ces dépôts ne sont pas forcément compatibles avec le dépôt de base de Fedora ou même entre eux. Je recommanderai donc aux utilisateurs de n'installer QUE le dépôt Livna et d'autres petits dépôts ne contenant qu'un faible nombre de paquets, comme celui d'Adobe pour Flash ou celui de Google. Livna est tout bonnement le meilleur, car il suit à la lettre les recommandations de construction de paquets du Projet Fedora. Vous pouvez donc vous attendre à ce que leurs paquets soient d'aussi bonne qualité que ceux du Projet lui-même.

La bonne nouvelle est que Livna, Freshrpms et Dribble sont en train de fusionner pour former RPMFusion. Tant que RPMFusion n'est pas disponible, contentez-vous simplement de Livna.

Astuce n°5 : Ignorez les dépendances cassées

Une fois que vous avez commencé à installer des dépôts tiers, vous risquez d'avoir des problèmes de dépendances sur les paquets. Cela arrive généralement lorsque les paquets des dépôts tiers ne sont pas synchrones avec les paquets du dépôt de base. Un plugin yum existe pour vous aider à ignorer automatiquement ces problèmes de dépendances, ainsi que les paquets sont affectés par ces problèmes. Il s'appelle yum-skipbroken. Dans Fedora 9, skip-broken a été inclus dans yum.

Pour l'utiliser, exécutez l'option --skip-broken dans la ligne de commande.

yum --skip-broken update

Si l'option n'est pas disponible, installez le paquets à l'aide de la commande suivante :

yum install yum-skipbroken

Astuce n°6 : Verrouillez les paquets de Xorg et du kernel

Ce plugin est très pratique pour les utilisateurs qui ont fait le choix d'installer des pilotes propriétaires, des modules kernel ou qui souhaitent simplement que certains paquets ne soient pas mis à jour pour éviter de gêner l'utilisation du pilote. Je trouve cela très pratique quand j'installe Fedora sur l'ordinateur d'un ami et qu'il/elle a besoin d'installer des pilotes propriétaires. Je bloque donc leurs paquets xorg et kernel pour qu'ils ne soient pas mis à jour (oui, cela peut paraitre un peu barbare comme technique, mais cela à vraiment le mérite d'éviter de tout casser lorsqu'une mise à jour se présente).

Pour l'installer, entrez la commande :

yum install yum-versionlock

La documentation complète pour l'utiliser est disponible dans /usr/share/doc/yum-versionlock-%{version}/README

Astuce n° 7 : Conservez le cache pour une future utilisation

Par défaut, yum ne conserve pas ses téléchargements dans le cache. Vous pouvez modifier ce comportement en éditant le fichier /etc/yum.conf et en changeant la valeur keepcache sur 1 au lieu de 0.

Le dossier de cache de yum, /var/cache/yum, peut être utile si vous bidouillez tellement votre Fedora au point d'avoir besoin de la réinstaller fréquemment. Cela permet de gagner du temps sur les téléchargements de tous ces paquets. Copiez simplement ces paquets dans un autres dossier, et vous pourrez les réutiliser ailleurs. Vous pouvez également un dépôt local en utilisant createrepo.

Astuce n° 8 : De l'organisation ! Créez des dépôts locaux !

Il n'y a rien de compliquer à créer un dépôt local pour yum. Plusieurs méthodes sont possibles - Rsync, ou reposync (fournis par le paquet yum-utils). En situation normal, je vous recommanderai d'utiliser rsync, mais pour les petits malheureux qui comme moi sont dans une université qui bloque rsync, j'utilise reposync. Reposync utilise le protocole http mais il est un peu plus compliqué à utiliser pour mettre en place un dépôt utilisable.

Une documentation sur la manière de contribuer en créant un miroir est disponible là : http://fedoraproject.org/wiki/Infrastructure/Mirroring.

Une fois que votre miroir est synchronisé, créez-vous un compte Fedora et enregistrez-vous avec le gestionnaire de miroirs Fedora (MirrorManager). Tout l'intérêt réside ici : depuis MirrorManager, vous pouvez demander, par exemple, à ce que toute requête vers mirrorlist depuis votre IP publique, renverra vers le miroir de votre LAN. Vos utilisateurs ne se rendront même pas compte qu'ils utilisent un miroir local ! C'est bien une chose qu'APT ne vous offrira pas ! Vous pouvez également configurer votre miroir pour ne le rendre accessible qu'à certaines plages d'IP/ ou de pays.

Astuce n°9 : Détectez les problèmes avant qu'ils ne surviennent

Parfois, il peut arriver que votre installation s'interrompe ou que votre base de données de paquets vous fasse le pire misères du monde, en dupliquant les paquets ou en cassant les dépendances. Un outil très pratique pour trouver les problèmes.existe : package-cleanup. Cet outil est présent dans la paquet yum-utils, donc pour l'obtenir :

yum install yum-utils

Voici quelques commandes que j'utilise régulièrement :

package-cleanup --dupes # list out duplicates
package-cleanup --cleandupes # clean up duplicates
package-cleanup --problems # list out packages with broken dependencies

Besoin de plus d'option ? ... invoquez le paramètre --help

Astuce n°10 : Téléchargez des paquets pour les utiliser plus tard, avec leurs dépendances

Pafois, vous pouvez avoir besoin de télécharger des paquets et leurs dépendances mais sans rien installer et vous voulez pouvoir les copier facilement sur un autre ordinateur avec exactement la même liste de paquets que sur votre ordinateur. yumdownloader (fourni par le paquet yum-utils) est idéal pour ça. Vous pouvez l'utiliser, par exemple, pour construire des packs réutilisables pour une série d'ordinateurs identiques et les distribuer. Vous pouvez également l'utiliser pour récupérer les sources d'un paquet, au cas où vous voudriez modifier le contenu du paquet.

Mon utilisation de yumdownloader :

# télécharger les sources d'un paquet
yumdownloader --source packagename

# télécharger un paquet avec les
# dépendances nécessaires sur mon pc
yumdownloader --resolve packagename

# télécharger un paquet avec les
# dépendances nécessaires sur une
# fedora montée/chrootée
yumdownloader --resolve packagename --root /path/to/chroot

Il y a une autre astuce pour utiliser yumdownloader avec chroot, en copiant le dossier /var/lib/rpm, vous pouvez utiliser le profile rpm pour télécharger des paquets pour l'ordinateur d'un ami et les mettre sur un CD. Cette manière de faire est utilisée dans opuym (un outil similaire à APTonCD) pour construire ce que l'on appelle des YumPacks. Opyum est sympa, mais parfois je trouve plus confortable de créer des packs à la main. Dire un à quelqu'un de me donner le contenu du dossier /var/lib/rpm est bien plus simple et rapide que de lui demander d'installer opyum et de le guider dans la création d'un profile. Mais ce ne sont que mes goûts personnels, opyum est un bon outil pour les utilisateurs qui connaissent peu la ligne de commande.

Astuce n°11 : Videz le cache si yum se comporte bizarrement

Pour une raison ou pour une autre, il se peut que les fichiers du cache de votre ordinateur soit cassés (J'ai ce problème à l'université, avec mon dépôt Fedora bidouillé - donc, les méta-données ont tendance à devenir un peu folles de temps en temps -ndt: ça lui arrive bien qu'à lui !). Essayez de vider le cache dans un premier temps et ré-essayez. Il y a de fortes chances que le problème vienne de là. Pour nettoyer le cache de votre yum, utilisez la commande :

yum clean all

Astuce n°12 : Quand yum plante lamentablement, n'ayez pas peur, APT et Smart sont là pour vous sauver

Fedora aussi a APT !. Les débianneux qui n'arrivent pas à se passer de APT peuvent installer pat-rpm. Ils retrouveront leur gestionnaire de paquets favori. Un autre gestionnaire de paquet pour Fedora est Smart.

Une des belles choses de Fedora est que apt-rpm et Smart utilisent les méta-données génériques de yum. Cela signifie que les dépôts de yum fonctionneront avec apt-rpm et Smart sans vous demander le moindre effort. Joli n'est-ce pas ?

Fin de la liste

Voilà, c'était toutes les astuces dont je me souviens à l'écriture de ce billet. J'aurai peut-être d'autres astuces mais je ne m'en rappelle pas à cet instant. Le prochaine fois que je m'en rappellerai, ce sera lorsque que j'aurai un problème et que je devrai le résoudre.

Amusez-vous bien avec yum, c'est un gestionnaire de paquets très sympa quand vous en avez l'habitude. Une dernière astuce, pas utilie pour les utilisateurs, mais plus pour les développeurs en python, les plugins yum sont faciles à écrire, et n'importe quel bibliothèque python peut être utilisées. Si vous avez besoin d'une fonctionnalité bien spécifique, vous trouverez plus d'informations sur comment créer un plugin ici : http://wiki.linux.duke.edu/WritingYumPlugins. J'écris moi-même des plugins pour que les gens à mon université puissent récupérer des paquets depuis mon dépôt. La structure du réseau de mon université et ses plantent souvent, donc je dois écrire quelque chose pour créer un tunnel automatiquement vers mon dépôt et laisser les utilisateurs utiliser yum à travers un tunnel - sans qu'ils ne s'en rendont compte. Ils n'ont même pas besoin de savoir ce qu'est un tunnel, ça fonctionne :)

12 trucs et astuces pour yum

Thomas Canniot

Ce billet est la traduction de celui de KageSenshi, que je remercie de m'avoir autorisé à le traduire.

YUM est le gestionnaire de paquets par défaut dans Fedora et ses petites sœurs. Il est écrit en Python et possède des tonnes de fonctionnalités que le quidam ne connait pas forcément. Ces fonctionnalités sont très pratiques pour la maintenance du système. C'est également l'occasion d'améliorer vos connaissances sur votre gestionnaire de paquet préféré et également de devenir plus productif :). Bien que la résolution des dépendances et les requêtes envoyées par yum sont plus lentes que pour apt, la flexibilité et la puissance de yum en font néanmoins un outil incontournable (ndt : cette dernière assertive n'engage que son auteur, et que je n'ai rien à faire là dedans. SI vous souhaitez troller sur le sujet, passez votre chemin, ou rendez-vous sur le blog de l'auteur).

Astuce n°1 : Fastest Mirror

Il s'agit du tout premier plugin que j'installe pour yum sur toute Fedora fraîchement installée. Mais que fait-il ? Pour les anglophones, son nom parle de lui-même. Le plugin va mesurer le temps de réponse des serveurs présents dans une liste de miroir depuis mirrors.fedoraproject.org et choisir celui qui est le plus rapide pour vous. Tout est fait automatiquement, et comme qu'il s'agit d'un plugin influençant le fonctionnement par défaut de yum, il fonctionne quelque soit l'interface graphique pour yum que vous pouvez utiliser.

Pour l'installer, exécutez la commande ci-dessous :

yum install yum-fastestmirror

À la différence d'APT qui attend de vous que vous choisissiez le miroir le plus rapide comme un grand, yum agit plus élégamment.

Le plugin, après qu'il a vérifié le serveur le plus rapide, va stocker un fichier de méta-données : /var/cache/yum/timedhosts.txt. Ces méta-données expireront automatiquement après un certain moment. Cependant, si vous trouvez que yum n'est pas aussi rapide qu'il le devrait lors du téléchargement, vous pouvez le forcer à re-vérifier les miroirs les plus rapides en supprimant ce même fichier.

Astuce n°2 : Ne téléchargez que les mises à jour de sécurité

Cette astuce est très pratique pour de nombreux utilisateurs qui n'arrivent pas à suivre les mises à jour de Fedora. Fedora est connue pour ces mises à jour très fréquentes. En effet, les logiciels prennent rapidement un coup de vieux dans Fedora. Certaines personnes, donc, sont un peu rétissantes à mettre leur système à jour avec les dernières versions des paquets, souvent parce que ces mises à jour peuvent casser des choses dans Fedora. La raison est simple : les mises à jour ne sont pas seulement un simple portage des nouveautés dans une version antérieure d'un paquet, mais une mise à jour vers la nouvelle version du dit paquet. Un moyen de contourner ce comportement est de ne faire que les mises à jour de sécurité du système. Un plugin existe pour vous faciliter la tâche, vous pouvez l'installer avec la commande suivante :

yum install yum-security

Pour utiliser ce plugin pour mettre à jour votre système simplement avec les mises à jour de sécurité, utilisez la commande :

yum --security update

J'ai expliqué son fonctionnement dans un autre billet ici

Astuce n°3 : Presto

Si vous avez une connexion internet avec une bande passante limitée, yum-presto est fait pour vous. Le plugin télécharge des rpm delta (deltarpm), qui contiennent uniquement les modifications entre la version installée sur votre système et la nouvelle disponible sur internet. Vous allez voir la taille de vos téléchargements se réduire comme peau de chagrin et vous ferez vos mises à jour plus rapidement.

Actuellement, un gros travail est fait pour intégrer Presto dans le dépôt de base de Fedora. Cependant, les développeurs rencontrent des problèmes pour intégrer Presto à Koji and Bodhi, le système de construction et de mise à disposition des mises à jour de Fedora. Vous devrez donc le configurer après l'installation en suivant les informations disponibles là : http://fedorahosted.org/presto/

Pour installer le plugin, utilisez la commande :

yum install yum-presto

Astuce n°4 : Ne pas mélangez les dépôts !

Mélanger les dépôt... c'est le mal ! Le choix des dépôts pour Fedora est assez conséquent pour peu que vous passiez un peu de temps sur Google. Mais tous ces dépôts ne sont pas forcément compatibles avec le dépôt de base de Fedora ou même entre eux. Je recommanderai donc aux utilisateurs de n'installer QUE le dépôt Livna et d'autres petits dépôts ne contenant qu'un faible nombre de paquets, comme celui d'Adobe pour Flash ou celui de Google. Livna est tout bonnement le meilleur, car il suit à la lettre les recommandations de construction de paquets du Projet Fedora. Vous pouvez donc vous attendre à ce que leurs paquets soient d'aussi bonne qualité que ceux du Projet lui-même.

La bonne nouvelle est que Livna, Freshrpms et Dribble sont en train de fusionner pour former RPMFusion. Tant que RPMFusion n'est pas disponible, contentez-vous simplement de Livna.

Astuce n°5 : Ignorez les dépendances cassées

Une fois que vous avez commencé à installer des dépôts tiers, vous risquez d'avoir des problèmes de dépendances sur les paquets. Cela arrive généralement lorsque les paquets des dépôts tiers ne sont pas synchrones avec les paquets du dépôt de base. Un plugin yum existe pour vous aider à ignorer automatiquement ces problèmes de dépendances, ainsi que les paquets sont affectés par ces problèmes. Il s'appelle yum-skipbroken. Dans Fedora 9, skip-broken a été inclus dans yum.

Pour l'utiliser, exécutez l'option --skip-broken dans la ligne de commande.

yum --skip-broken update

Si l'option n'est pas disponible, installez le paquets à l'aide de la commande suivante :

yum install yum-skipbroken

Astuce n°6 : Verrouillez les paquets de Xorg et du kernel

Ce plugin est très pratique pour les utilisateurs qui ont fait le choix d'installer des pilotes propriétaires, des modules kernel ou qui souhaitent simplement que certains paquets ne soient pas mis à jour pour éviter de gêner l'utilisation du pilote. Je trouve cela très pratique quand j'installe Fedora sur l'ordinateur d'un ami et qu'il/elle a besoin d'installer des pilotes propriétaires. Je bloque donc leurs paquets xorg et kernel pour qu'ils ne soient pas mis à jour (oui, cela peut paraitre un peu barbare comme technique, mais cela à vraiment le mérite d'éviter de tout casser lorsqu'une mise à jour se présente).

Pour l'installer, entrez la commande :

yum install yum-versionlock

La documentation complète pour l'utiliser est disponible dans /usr/share/doc/yum-versionlock-%{version}/README

Astuce n° 7 : Conservez le cache pour une future utilisation

Par défaut, yum ne conserve pas ses téléchargements dans le cache. Vous pouvez modifier ce comportement en éditant le fichier /etc/yum.conf et en changeant la valeur keepcache sur 1 au lieu de 0.

Le dossier de cache de yum, /var/cache/yum, peut être utile si vous bidouillez tellement votre Fedora au point d'avoir besoin de la réinstaller fréquemment. Cela permet de gagner du temps sur les téléchargements de tous ces paquets. Copiez simplement ces paquets dans un autres dossier, et vous pourrez les réutiliser ailleurs. Vous pouvez également un dépôt local en utilisant createrepo.

Astuce n° 8 : De l'organisation ! Créez des dépôts locaux !

Il n'y a rien de compliquer à créer un dépôt local pour yum. Plusieurs méthodes sont possibles - Rsync, ou reposync (fournis par le paquet yum-utils). En situation normal, je vous recommanderai d'utiliser rsync, mais pour les petits malheureux qui comme moi sont dans une université qui bloque rsync, j'utilise reposync. Reposync utilise le protocole http mais il est un peu plus compliqué à utiliser pour mettre en place un dépôt utilisable.

Une documentation sur la manière de contribuer en créant un miroir est disponible là : http://fedoraproject.org/wiki/Infrastructure/Mirroring.

Une fois que votre miroir est synchronisé, créez-vous un compte Fedora et enregistrez-vous avec le gestionnaire de miroirs Fedora (MirrorManager). Tout l'intérêt réside ici : depuis MirrorManager, vous pouvez demander, par exemple, à ce que toute requête vers mirrorlist depuis votre IP publique, renverra vers le miroir de votre LAN. Vos utilisateurs ne se rendront même pas compte qu'ils utilisent un miroir local ! C'est bien une chose qu'APT ne vous offrira pas ! Vous pouvez également configurer votre miroir pour ne le rendre accessible qu'à certaines plages d'IP/ ou de pays.

Astuce n°9 : Détectez les problèmes avant qu'ils ne surviennent

Parfois, il peut arriver que votre installation s'interrompe ou que votre base de données de paquets vous fasse le pire misères du monde, en dupliquant les paquets ou en cassant les dépendances. Un outil très pratique pour trouver les problèmes.existe : package-cleanup. Cet outil est présent dans la paquet yum-utils, donc pour l'obtenir :

yum install yum-utils

Voici quelques commandes que j'utilise régulièrement :

package-cleanup --dupes # list out duplicates
package-cleanup --cleandupes # clean up duplicates
package-cleanup --problems # list out packages with broken dependencies

Besoin de plus d'option ? ... invoquez le paramètre --help

Astuce n°10 : Téléchargez des paquets pour les utiliser plus tard, avec leurs dépendances

Pafois, vous pouvez avoir besoin de télécharger des paquets et leurs dépendances mais sans rien installer et vous voulez pouvoir les copier facilement sur un autre ordinateur avec exactement la même liste de paquets que sur votre ordinateur. yumdownloader (fourni par le paquet yum-utils) est idéal pour ça. Vous pouvez l'utiliser, par exemple, pour construire des packs réutilisables pour une série d'ordinateurs identiques et les distribuer. Vous pouvez également l'utiliser pour récupérer les sources d'un paquet, au cas où vous voudriez modifier le contenu du paquet.

Mon utilisation de yumdownloader :

# télécharger les sources d'un paquet
yumdownloader --source packagename

# télécharger un paquet avec les
# dépendances nécessaires sur mon pc
yumdownloader --resolve packagename

# télécharger un paquet avec les
# dépendances nécessaires sur une
# fedora montée/chrootée
yumdownloader --resolve packagename --root /path/to/chroot

Il y a une autre astuce pour utiliser yumdownloader avec chroot, en copiant le dossier /var/lib/rpm, vous pouvez utiliser le profile rpm pour télécharger des paquets pour l'ordinateur d'un ami et les mettre sur un CD. Cette manière de faire est utilisée dans opuym (un outil similaire à APTonCD) pour construire ce que l'on appelle des YumPacks. Opyum est sympa, mais parfois je trouve plus confortable de créer des packs à la main. Dire un à quelqu'un de me donner le contenu du dossier /var/lib/rpm est bien plus simple et rapide que de lui demander d'installer opyum et de le guider dans la création d'un profile. Mais ce ne sont que mes goûts personnels, opyum est un bon outil pour les utilisateurs qui connaissent peu la ligne de commande.

Astuce n°11 : Videz le cache si yum se comporte bizarrement

Pour une raison ou pour une autre, il se peut que les fichiers du cache de votre ordinateur soit cassés (J'ai ce problème à l'université, avec mon dépôt Fedora bidouillé - donc, les méta-données ont tendance à devenir un peu folles de temps en temps -ndt: ça lui arrive bien qu'à lui !). Essayez de vider le cache dans un premier temps et ré-essayez. Il y a de fortes chances que le problème vienne de là. Pour nettoyer le cache de votre yum, utilisez la commande :

yum clean all

Astuce n°12 : Quand yum plante lamentablement, n'ayez pas peur, APT et Smart sont là pour vous sauver

Fedora aussi a APT !. Les débianneux qui n'arrivent pas à se passer de APT peuvent installer pat-rpm. Ils retrouveront leur gestionnaire de paquets favori. Un autre gestionnaire de paquet pour Fedora est Smart.

Une des belles choses de Fedora est que apt-rpm et Smart utilisent les méta-données génériques de yum. Cela signifie que les dépôts de yum fonctionneront avec apt-rpm et Smart sans vous demander le moindre effort. Joli n'est-ce pas ?

Fin de la liste

Voilà, c'était toutes les astuces dont je me souviens à l'écriture de ce billet. J'aurai peut-être d'autres astuces mais je ne m'en rappelle pas à cet instant. Le prochaine fois que je m'en rappellerai, ce sera lorsque que j'aurai un problème et que je devrai le résoudre.

Amusez-vous bien avec yum, c'est un gestionnaire de paquets très sympa quand vous en avez l'habitude. Une dernière astuce, pas utilie pour les utilisateurs, mais plus pour les développeurs en python, les plugins yum sont faciles à écrire, et n'importe quel bibliothèque python peut être utilisées. Si vous avez besoin d'une fonctionnalité bien spécifique, vous trouverez plus d'informations sur comment créer un plugin ici : http://wiki.linux.duke.edu/WritingYumPlugins. J'écris moi-même des plugins pour que les gens à mon université puissent récupérer des paquets depuis mon dépôt. La structure du réseau de mon université et ses plantent souvent, donc je dois écrire quelque chose pour créer un tunnel automatiquement vers mon dépôt et laisser les utilisateurs utiliser yum à travers un tunnel - sans qu'ils ne s'en rendont compte. Ils n'ont même pas besoin de savoir ce qu'est un tunnel, ça fonctionne :)

Adieu tootella.org ?

Thomas Canniot

Cela fait trop longtemps que tootella.org n'est plus.... tootella, tu me manques, tu me donnes un signe de vie ?

Adieu tootella.org ?

Thomas Canniot

Cela fait trop longtemps que tootella.org n'est plus.... tootella, tu me manques, tu me donnes un signe de vie ?

L'intérêt du mode spatial de GNOME refait surface

Thomas Canniot

Et comme à chaque fois, je me délecte de ressortir cet article, que j'ai traduit il y a bien longtemps...

L'intérêt du mode spatial de GNOME refait surface

Thomas Canniot

Et comme à chaque fois, je me délecte de ressortir cet article, que j'ai traduit il y a bien longtemps...

Le Planet Fedora-fr s'agrandit

Thomas Canniot

Le planet Fedora-fr s'agrandit. C'est avec grand plaisir que j'ai ajouté les blogs suivants ce week-end :

Bienvenue à eux tous et bon blogging sur Fedora !

[MÀJ] : Un planet ? Non, une galaxie !

J'en ai rajouté un aujourd'hui... :
Et j'ai également oublié la fois dernière de mentionner celui de Fabien Nicoleau... La honte pour moi, les honneurs pour lui !

Le Planet Fedora-fr s'agrandit

Thomas Canniot

Le planet Fedora-fr s'agrandit. C'est avec grand plaisir que j'ai ajouté les blogs suivants ce week-end :

Bienvenue à eux tous et bon blogging sur Fedora !

[MÀJ] : Un planet ? Non, une galaxie !

J'en ai rajouté un aujourd'hui... :
Et j'ai également oublié la fois dernière de mentionner celui de Fabien Nicoleau... La honte pour moi, les honneurs pour lui !

Fedora 9 reportée de deux semaines

Michaël Ughetto

Hier soir Jesse Keating a annoncé sur fedora-devel-announce@redhat.com le report de deux semaines de la sortie de Fedora 9.

Le mail original peut-être lu ici : Archives Red Hat

Vous trouverez ci-dessous une traduction rapide de ce mail (je vous (m')épargne les remerciements en fin de mail) :

Au cours de sa réunion d'aujourd'hui le Fedora Engineering Steering Comittee (FESCo ou Comité de Direction de l'Ingénierie Fedora) a décidé que la sortie de Fedora 9 serait décalée d'exactement deux semaines.

À cause d'autres décalages, couplés avec quelques difficultés techniques survenues au cours de la semaine dernière, notre version d'apercu a été bloquée de manière inattendue. Cette version d'apercu est celle où nous prévoyons de répérer toutes sortes de bugs de dernière minute, d'appliquer des critères de qualité trés sévères, et de mettre le coup d'huile de coude final. Il y a besoin de suffisement de temps entre la version d'apercu et la version finale pour que les testeurs trouvent et rapportent les problèmes.

Il ne reste que deux semaines jusqu'à la date de sortie, originellement prévue au 29 Avril. À peu prés une semaine avant cette date nous avons besoin que tout soit verrouillé et chargé pour la distribution à travers nos mirroirs. Un intervalle de temps si petit rendrait la version d'apercu - normalement une part trés importante du calendrier de sortie - presque inutile.

Le décalage n'est pas destiné à faire de la place pour plus de changements, il est seulement destiné à faire de place pour réparer les problèmes déjà connues, et permettre d'en trouver de nouveau, évaluer s'ils peuvent bloquer la sortie et les réparer. Il y a aussi un bon nombre de bugs que nous pensons avoir déjà corrigé, mais nous avons besoin d'une communauté de test plus large pour en être sûr.

Vos suggestions de corrections ou autres sont les bienvenues !

Casquette en berne

Benoît Marcelin

Hier lors de la réunion Fedora de Lyon, nous avons appris une bien mauvaise nouvelle : Elodie ne travail plus dans notre très cher petit restaurant italien. Nous avons donc porté un deuil à Elodie, et j'ai personnellement tenu à mettre ma casquette Red Hat en berne.

Tu nous manquera Elodie :'(

Sinon pour la suite nous avons fini dans notre autre petit bar habituel, pour retrouvé Brian, et ces "petit" verres bien corsé :)" class="smiley

Découvrir Fedora 9 : internet à l'honneur !

Thomas Canniot

J'essaye de faire une petite série de billets afin de présenter les nouveautés de cette nouvelle version 9, qui devrait être disponible à la fin du mois d'avril.

Je continue cette série en vous présentant les nouveautés concernant internet et le réseau pour cette version.

Tout d'abord, Fedora incluera le célèbre Firefox dans sa version la plus récente au moment de la disponibilité de la distribution. Je ne vais pas revenir sur toutes les nouveautés de Firefox, mais plutôt sur l'audace qui est ici prise pour mettre à disposition une version encore en cours de développement pour le logiciel le plus utilisé du monde du libre. Audace en effet, alors que l'on se rappelle la douloureuse décision de ne pas proposer Firefox 2 dans Fedora 6, cette fois, Fedora 9 sera belle est bien à jour de ce coté là. Firefox 3, c'est bon mangez-en !

Au sujet de Firefox 3, il fonctionnera à merveille avec swfdec qui est dorénavant un véritable logiciel libre. La décision a été prise de changer le backend de swfdec pour gstreamer ! Excellente nouvelle, un player Flash est donc disponible pour le plus grand nombre ! Nous allons pouvoir participer à son développement... rapports de bugs en perspective...

Enfin, Fedora 9 activera par défaut NetworkManager. Célèbre logiciel de gestion de connexion à distance, NetworkManager est dans Fedora depuis la 4ème version si je ne m'abuse ! Et installé par défaut s'il vous plaît ! Dorénavant, il sera activé par défaut. Au vu de des nouveautés qu'il contient, une franche odeur de sapin me monte au nez... on me parle de system-config-network... qui vivra verra. :)

Découvrir Fedora 9 : internet à l'honneur !

Thomas Canniot

J'essaye de faire une petite série de billets afin de présenter les nouveautés de cette nouvelle version 9, qui devrait être disponible à la fin du mois d'avril.

Je continue cette série en vous présentant les nouveautés concernant internet et le réseau pour cette version.

Tout d'abord, Fedora incluera le célèbre Firefox dans sa version la plus récente au moment de la disponibilité de la distribution. Je ne vais pas revenir sur toutes les nouveautés de Firefox, mais plutôt sur l'audace qui est ici prise pour mettre à disposition une version encore en cours de développement pour le logiciel le plus utilisé du monde du libre. Audace en effet, alors que l'on se rappelle la douloureuse décision de ne pas proposer Firefox 2 dans Fedora 6, cette fois, Fedora 9 sera belle est bien à jour de ce coté là. Firefox 3, c'est bon mangez-en !

Au sujet de Firefox 3, il fonctionnera à merveille avec swfdec qui est dorénavant un véritable logiciel libre. La décision a été prise de changer le backend de swfdec pour gstreamer ! Excellente nouvelle, un player Flash est donc disponible pour le plus grand nombre ! Nous allons pouvoir participer à son développement... rapports de bugs en perspective...

Enfin, Fedora 9 activera par défaut NetworkManager. Célèbre logiciel de gestion de connexion à distance, NetworkManager est dans Fedora depuis la 4ème version si je ne m'abuse ! Et installé par défaut s'il vous plaît ! Dorénavant, il sera activé par défaut. Au vu de des nouveautés qu'il contient, une franche odeur de sapin me monte au nez... on me parle de system-config-network... qui vivra verra. :)

Geekerie du moment

Patrice Kadionik

Salut.


Concernant la dernière "geekerie" du moment, voici ce que ça donne pour moi :


Simple utilisateur :

$ history | awk '{a[$2]++ } END{for(i in a){print a[i] " " i}}'|sort -rn|head
312 ls
247 cd
53 mv
51 su
43 cp
26 vi
25 \rm
22 tar
21 rm
15 screenlets-manager


Super utilisateur :

# history | awk '{a[$2]++ } END{for(i in a){print a[i] " " i}}'|sort -rn|head
173 ls
113 cd
82 yum
26 mv
24 init
21 rpm
15 rm
14 vi
14 \rm
13 cp

++

Préversion de vlc-0.9.0

Nicolas Chauvet

Une pré-version de vlc-0.9.0 est disponible sur le dépôt kwizart-testing (toujours au stade de développent). Elle apporte en particulier le support du format flv, un nouveau module compatible v4l2... vlc utilise désormais qt4 à la place de wxGTK.

Pour l'instant, cette version ne peux pas être installée en parallèle de la version stable. Si vous utilisez le paquet python-vlc, il faudra le désinstaller au préalable. L'installation de cette version ne nécessite pas de mettre à jours d'autres dépendances par rapport aux paquets officiels de Fedora ou de livna ;vous pourrez donc la retirer et réinstaller la version stable. Evidemment, ce paquet nécessite d'utiliser le dépôt livna et ne fonctionnera pas si vous avez installé des paquets provenant d'autres dépôts incompatibles.
Installez le dépot kwizart si cela n'est pas déjà fait.

Mise à jours de vlc-0.8.6f à vlc-0.9.0

# yum --enablerepo=kwizart-testing update vlc vlc-core mozilla-vlc

Retour à la version stable

# rpm -e vlc vlc-core mozilla-vlc
# yum install vlc mozilla-vlc python-vlc

A propos de XvMC Si vous avez configuré XvMC, il est possible que le lecteur plante pour la lecture des flux Mpeg-1/2. Il faut retirer le plugin dans ce cas (la configuration d'une sortie vidéo différente n'est pas prise en compte lorsque XvMC peut être utilisé).

 # rm -rf /usr/lib/vlc/codec/libxvmc_plugin.so

Fedora 9 : J-18

Patrice Kadionik

Salut.



Le compte à rebours de la sortie de la nouvelle version de Fedora a commencé. Cette 9ème mouture a été baptisée Sulphur...

Autant dire que ça sent déjà le souffre. Tout un programme ;-)


++

Posters promotionnels Fedora

Michaël Ughetto

Il y a de celà quelques mois Máirín Duffy, leader de l'équipe artistique de Fedora, nous as offert trois superbes posters pour faire la promotion de notre chère et tendre.

Voici donc avec beaucoup de retard les fameux posters :

Les posters qui sont trop beaux tellement qu'ils sont trop mannequins

N'hésitez surtout pas à les utiliser !

N'hésitez pas non plus à rapporter toute erreur où suggestion sur fedora-trans-fr@redhat.com ou #fedora-devel-fr sur irc.freenode.net .

PS : N'hésitez pas non plus à rejoindre l'équipe de francisation de Fedora, toutes les petites (grandes) mimines (idées) sont les bienvenues !