Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

Mot-clefs : Général

Chasse au SPAM et mise à jour de Spamplemousse2

Fabien Nicoleau

Après avoir déterré ce blog et décidé de donner un peu de nouvelles, j'ai été inondé de spams dans les commentaires. J'ai tout mis à jour, et rien n'y faisait. Je me suis rendu compte que la version de Spamplemousse2 sur dotaddict était en 2.01, alors que la version de mon blog était inférieur, visiblement en beta. Pourtant dotclear ne me proposait aucune mise à jour. En supprimant Spamplemousse2 et en l'installant de nouveau depuis dotAddict, tout est rentré dans l'ordre. Si vous avez donc un souci de ce coté la, vérifiez que vous êtes bien à jour au niveau de l'antispam. J'espère ne pas parler trop vite et ne pas me retrouver de nouveau inondé avec ce post ;).

Fabien (eponyme)

New board for Borsalinux-fr

Pierre-Yves Chibon

Borsalinux-fr (the french NPO dedicated to promote Fedora in the french speaking countries) held its annual general assembly this afternoon.

During this assembly we reviewed the activity of the NPO last year as well as the state of its account.

All in all, 2012 was a reasonnbly good year, the usual activities were held all went fine and there was the success of the FUDCon in Paris as a highlight. From a financial point of view, things are pretty stable, the budget looses a bit a money overall in 2012 but that's due to some reimbursement that happened in 2013 (and thus out of the overview).

Finally, there was the election of the new board, elected for two years. The board for 2013, 2014 is therefore:

  • Emmanuel Seyman (eseyman) - President
  • Pierre-Yves Chibon (pingou) - Vice-Président
  • Nicolas Chauvet (kwizart) - Treasurer
  • Pablo Martin-Gomez (bouska) - Vice-treasurer
  • Charles-Antoine Couret (renault) - Secretary
  • Kévin Raymond (shaiton) - Vice-secretary
  • Guillaume Kulakowski (llaumgui)


I think this is a nice board for the coming two years and I already look forward to work with all you guys.

New board for Borsalinux-fr

Pierre-Yves Chibon

Borsalinux-fr (the french NPO dedicated to promote Fedora in the french speaking countries) held its annual general assembly this afternoon.

During this assembly we reviewed the activity of the NPO last year as well as the state of its account.

All in all, 2012 was a reasonnbly good year, the usual activities were held all went fine and there was the success of the FUDCon in Paris as a highlight. From a financial point of view, things are pretty stable, the budget looses a bit a money overall in 2012 but that's due to some reimbursement that happened in 2013 (and thus out of the overview).

Finally, there was the election of the new board, elected for two years. The board for 2013, 2014 is therefore:

  • Emmanuel Seyman (eseyman) - President
  • Pierre-Yves Chibon (pingou) - Vice-Président
  • Nicolas Chauvet (kwizart) - Treasurer
  • Pablo Martin-Gomez (bouska) - Vice-treasurer
  • Charles-Antoine Couret (renault) - Secretary
  • Kévin Raymond (shaiton) - Vice-secretary
  • Guillaume Kulakowski (llaumgui)


I think this is a nice board for the coming two years and I already look forward to work with all you guys.

Astuce Firefox : afficher les adresses URL en entier

Nicolas Rodt Depuis quelques temps déjà (Firefox 8 je crois), les liens qui s'affichent dans la barre de statut lorsqu'on les survole avec la souris sont tronqués s'ils sont trop longs. Ce qui est parfois ennuyeux :


Voici l'astuce qui consiste à afficher à nouveau l'URL complète. Contrairement à la plupart des réglages fins de firefox, ça ne passe pas par l'habituelle page "about:config", mais bien par la modification d'un fichier.
Il suffit de rajouter les lignes suivantes dans le fichier chrome/userChrome.css qui se trouve dans votre profil firefox :
statuspanel {
max-width: 100% !important;
}
(si vous ne connaissez pas le chemin de votre profil firefox, tapez "about:support" comme adresse dans firefox et cliquez sur le bouton "Open Containing Folder")
Et voici le résultat :

Stats pour le Forum Fedora-fr

Pierre-Yves Chibon

source.png

Quelques statistiques pour le forum de Fedora-fr.org

French version (English version)

L'autre jour j'ai découvert dans les pages d'administration du forum une page montrant les statistiques des forums de Fedora-fr.org depuis Janvier 2002 à nos jours.

Ces stats montrent le nombre de messages, topics et membres pour chaque mois.

Je me suis donc amusé à faire les graphes:

Membres.png L'évolution du nombres de nouveaux membres chaque mois. Membres-cumulative.png L'évolution du nombre total de membres.

Messages.png L'évolution du nombres de nouveaux messages chaque mois. Messages-cumulative.png L'évolution du nombre total de messages.

Topics.png L'évolution du nombres de nouveaux topics chaque mois. Topics-cumulative.png L'évolution du nombre total de topics.

À noter, le dernier point est biasé puisque le mois de Novembre 2011 n'est pas fini (et les stats ont été prise il y a déjà quelques jours).

C'est rigolo comme le forum a été populaire et a recruté de nouveaux membres ayant de nouvelles questions en 2007 :-)



L'ensemble est disponible:

Stats pour le Forum Fedora-fr

Pierre-Yves Chibon

source.png



Quelques statistiques pour le forum de Fedora-fr.org

French version (English version)

L'autre jour j'ai découvert dans les pages d'administration du forum une page montrant les statistiques des forums de Fedora-fr.org depuis Janvier 2002 à nos jours.

Ces stats montrent le nombre de messages, topics et membres pour chaque mois.

Je me suis donc amusé à faire les graphes:

Membres.png L'évolution du nombres de nouveaux membres chaque mois. Membres-cumulative.png L'évolution du nombre total de membres.

Messages.png L'évolution du nombres de nouveaux messages chaque mois. Messages-cumulative.png L'évolution du nombre total de messages.

Topics.png L'évolution du nombres de nouveaux topics chaque mois. Topics-cumulative.png L'évolution du nombre total de topics.

À noter, le dernier point est biasé puisque le mois de Novembre 2011 n'est pas fini (et les stats ont été prise il y a déjà quelques jours).

C'est rigolo comme le forum a été populaire et a recruté de nouveaux membres ayant de nouvelles questions en 2007 :-)



L'ensemble est disponible:

Une CLI pour Revelation

Pierre-Yves Chibon

source.png

Une petite interface en ligne de commande pour Revelation.

French version (English version)

Revelation est un logiciel qui vous permet de gérer vos mot de passe comme vous le souhaitez. Vous pouvez les organiser en list ou par catégorie avec des dossiers, et le tout est sauvegarder dans un fichier chiffré.

Je l'utilise depuis quelques temps mais bon, je ne souhaite pas me promener tous les jours avec le dit fichier sur une clé USB (même si celle-ci est chiffrée elle-même).

Du coup j'ai écrit une petite interface en ligne de commande qui permet d'interroger une base de donnée de Revelation par ssh.

Voir le contenu du fichier:

$ ./revelationcli.py revelation.db --showtree
Password: 
Database:
  | \_ test1
  | \_ test2
  | \_ folder1
  |   | \_ folder2
  |   |   | \_ test4
  |   |   | \_ test2
  |   | \_ test3

Voir les information à propos d'un mot de passe:

$ ./revelationcli.py revelation.db test4
Password: 
  Name : test4
  Database : test

Voir toutes les informations à propos d'un mot de passe (y compris le mot de passe lui même):

$ ./revelationcli.py revelation.db test4 --show
Password: 
  Name : test4
  Password : HYoJx7W8
  Database : test

Le projet est pour le moment disponible à : http://project.pingoured.fr/revelationcli/

Voyons si ça vaut le coup de le développer plus que ça ;-)

Une CLI pour Revelation

Pierre-Yves Chibon

source.png

Une petite interface en ligne de commande pour Revelation.

French version (English version)

Revelation est un logiciel qui vous permet de gérer vos mot de passe comme vous le souhaitez. Vous pouvez les organiser en list ou par catégorie avec des dossiers, et le tout est sauvegarder dans un fichier chiffré.

Je l'utilise depuis quelques temps mais bon, je ne souhaite pas me promener tous les jours avec le dit fichier sur une clé USB (même si celle-ci est chiffrée elle-même).

Du coup j'ai écrit une petite interface en ligne de commande qui permet d'interroger une base de donnée de Revelation par ssh.

Voir le contenu du fichier:

$ ./revelationcli.py revelation.db --showtree
Password: 
Database:
  | \_ test1
  | \_ test2
  | \_ folder1
  |   | \_ folder2
  |   |   | \_ test4
  |   |   | \_ test2
  |   | \_ test3

Voir les information à propos d'un mot de passe:

$ ./revelationcli.py revelation.db test4
Password: 
  Name : test4
  Database : test

Voir toutes les informations à propos d'un mot de passe (y compris le mot de passe lui même):

$ ./revelationcli.py revelation.db test4 --show
Password: 
  Name : test4
  Password : HYoJx7W8
  Database : test

Le projet est pour le moment disponible à : http://project.pingoured.fr/revelationcli/

Voyons si ça vaut le coup de le développer plus que ça ;-)

Adieu amen, bonjour 1&1 !

Fabien Nicoleau

Ce blog était hébergé depuis 2 ans chez amen. Je n'avais pas hésité longtemps à l'époque car c'était les seuls à proposer une config pour 5 euros HT. Evidemment, "on en a pour son argent", mais ça fonctionnait plutôt bien pour mes faibles besoins. Cependant au fil du temps, et des mises à jour je suppose, le serveur ne faisait plus l'affaire. Impossible de faire une mise à jour sans planter yum, en manque de RAM. Amen ne proposait plus depuis quelques temps cette config, mais la laissait disponible en renouvellement. Après une réinitialisation du serveur, je me suis retrouvé avec un serveur "nu", impossible à mettre à jour, et avec un yum inutilisable. Bref, un serveur qui ne sert pas.

En attendant le remboursement de mon abonnement je me suis mis à la recherche d'un nouveau VPS, pas cher, mais suffisamment robuste tout de même. C'est 1&1 qui propose l'une des meilleures config pour 12 euros TTC, prix le plus bas en France pour une config potable. De plus 1&1 a plutôt une bonne réputation, c'est assez rassurant. Je paye le double, certes, mais la config est largement supérieure.

Voilà donc ce blog reparti, après une semaine offline, hébergé chez 1&1 !

Fabien (eponyme)

Adieu amen, bonjour 1&1 !

Fabien Nicoleau

Ce blog était hébergé depuis 2 ans chez amen. Je n'avais pas hésité longtemps à l'époque car c'était les seuls à proposer une config pour 5 euros HT. Evidemment, "on en a pour son argent", mais ça fonctionnait plutôt bien pour mes faibles besoins. Cependant au fil du temps, et des mises à jour je suppose, le serveur ne faisait plus l'affaire. Impossible de faire une mise à jour sans planter yum, en manque de RAM. Amen ne proposait plus depuis quelques temps cette config, mais la laissait disponible en renouvellement. Après une réinitialisation du serveur, je me suis retrouvé avec un serveur "nu", impossible à mettre à jour, et avec un yum inutilisable. Bref, un serveur qui ne sert pas.

En attendant le remboursement de mon abonnement je me suis mis à la recherche d'un nouveau VPS, pas cher, mais suffisamment robuste tout de même. C'est 1&1 qui propose l'une des meilleures config pour 12 euros TTC, prix le plus bas en France pour une config potable. De plus 1&1 a plutôt une bonne réputation, c'est assez rassurant. Je paye le double, certes, mais la config est largement supérieure.

Voilà donc ce blog reparti, après une semaine offline, hébergé chez 1&1 !

Fabien (eponyme)

La programmation parallèle avec python

Pierre-Yves Chibon

source.png

Un petit exemple basique de programmation parrallèle avec python

French version (English version)

L'autre jour je me suis penché sur la programmation asynchrone avec java et je suis tombé sur cet article : Asynchronous processing in Java applications – leveraging those multi-cores

Article vraiment clair et intéressant sur la programmation asynchrones avec Java.

Mais bon, mon langage de prédilection étant python, j'ai bien sûr cherché s'il était possible d'en faire autant avec.

Après quelques recherches sur internet je suis arrivé sur parallelpython, une petite bibliothèque python qui permet de faire de la programmation asynchrones facilement.

Revenons au début, quel est le but de la programmation asynchrones ? L'idée est de pouvoir faire plusieurs choses en même temps, de lancer plusieurs tâches en parallèles.

Commençons avec un script basique qui appelle deux fois une fonction qui attends 5 secondes avant de nous dire qu'elle a fini.

#!/usr/bin/python
 
"""
Exemple de programme python non-asynchrone.
"""
 
import time
 
def background_stuff(num):
  time.sleep(5) # wait 5 seconds
  return "%s J'ai fini" % num
 
if __name__ == "__main__":
    print "Commence a :" , time.asctime(time.localtime())
 
    print "Je commence"
    print background_stuff(1)
    print "Je fais quelque chose..."
    print " ... et autre chose..."
    print background_stuff(2)
 
    print "Fini a :", time.asctime(time.localtime())

L'idée est donc d'avoir une sortie comme ceci :

Commencé à : <date and time>
Je commence
Je fais quelque chose
 ... et autre chose...
1 J'ai fini
2 J'ai fini
Fini à: <date and time>

Mais c'est cette sortie que l'on obtient :

Commencé à : Fri Aug 19 13:35:15 2011
Je commence
1 J'ai fini
Je fais quelque chose
 ... et autre chose...
2 J'ai fini
Fini à: Fri Aug 19 13:35:25 2011

Donc python attend que la première fonction finisse avant de continuer. C'est le comportement par défaut, séquentiel et comme vous pouvez voir il faut 10 secondes pour éxécuter ce programme.

Mais bon on peux faire mieux que ça et on va re-écrire le programme pour faire appel aux fonctions en parallèle.

D'abord on installe la bibliothèque python voulue:

yum install python-pp

Et voici notre nouveau script

#!/usr/bin/python
 
"""
Exemple de programme python asynchrone.
"""
 
import pp
import time
 
def background_stuff(num):
  time.sleep(5)
  return "%s J'ai fini" % num
 
if __name__ == "__main__":
    print "Commence a :" , time.asctime(time.localtime())
    job_server = pp.Server()
 
    print "Je commence"
 
    f1 = job_server.submit(background_stuff, (1,) , modules=('time',))
    f2= job_server.submit(background_stuff, (2,), modules=('time',))
    print "Je fais quelque chose..."
    print " ... et autre chose..."
 
    print f1()
    print f2()
 
 
    print "Fini a :", time.asctime(time.localtime())

Les lignes importantes sont

import pp

On charge la bibliothèque parallel-python

job_server = pp.Server()

On crée un serveur de tâches.

f1 = job_server.submit(background_stuff, (1,) , modules=('time',))

On soumet une tâche au serveur.

Le premier argument est le nom de la fonction appelé, le second est un tuple des arguments à passer à la fonction et le troisième (dans cette exemple) est un tuple des bibliothèques python que la fonction doit avoir chargé. À noter que si la fonction background_stuff avait la ligne "import time" alors le troisième argument ne serait pas nécessaire.

Et maintenant la sortie est :

Commence a : Fri Aug 19 14:20:05 2011
Je commence
Je fais quelque chose...
 ... et autre chose...
1 J'ai fini
2 J'ai fini
Fini a : Fri Aug 19 14:20:10 2011

Comme vous pouvez voir, nous avons appelé deux fois la fonction background_stuff, fait quelque chose pendant qu'elle tournait, récupéré la sortie de la fonction et le tout en 5 secondes !

La programmation parallèle avec python

Pierre-Yves Chibon

source.png

Un petit exemple basique de programmation parrallèle avec python

French version (English version)

L'autre jour je me suis penché sur la programmation asynchrone avec java et je suis tombé sur cet article : Asynchronous processing in Java applications – leveraging those multi-cores

Article vraiment clair et intéressant sur la programmation asynchrones avec Java.

Mais bon, mon langage de prédilection étant python, j'ai bien sûr cherché s'il était possible d'en faire autant avec.

Après quelques recherches sur internet je suis arrivé sur parallelpython, une petite bibliothèque python qui permet de faire de la programmation asynchrones facilement.

Revenons au début, quel est le but de la programmation asynchrones ? L'idée est de pouvoir faire plusieurs choses en même temps, de lancer plusieurs tâches en parallèles.

Commençons avec un script basique qui appelle deux fois une fonction qui attends 5 secondes avant de nous dire qu'elle a fini.

#!/usr/bin/python
 
"""
Exemple de programme python non-asynchrone.
"""
 
import time
 
def background_stuff(num):
  time.sleep(5) # wait 5 seconds
  return "%s J'ai fini" % num
 
if __name__ == "__main__":
    print "Commence a :" , time.asctime(time.localtime())
 
    print "Je commence"
    print background_stuff(1)
    print "Je fais quelque chose..."
    print " ... et autre chose..."
    print background_stuff(2)
 
    print "Fini a :", time.asctime(time.localtime())

L'idée est donc d'avoir une sortie comme ceci :

Commencé à : <date and time>
Je commence
Je fais quelque chose
 ... et autre chose...
1 J'ai fini
2 J'ai fini
Fini à: <date and time>

Mais c'est cette sortie que l'on obtient :

Commencé à : Fri Aug 19 13:35:15 2011
Je commence
1 J'ai fini
Je fais quelque chose
 ... et autre chose...
2 J'ai fini
Fini à: Fri Aug 19 13:35:25 2011

Donc python attend que la première fonction finisse avant de continuer. C'est le comportement par défaut, séquentiel et comme vous pouvez voir il faut 10 secondes pour éxécuter ce programme.

Mais bon on peux faire mieux que ça et on va re-écrire le programme pour faire appel aux fonctions en parallèle.

D'abord on installe la bibliothèque python voulue:

yum install python-pp

Et voici notre nouveau script

#!/usr/bin/python
 
"""
Exemple de programme python asynchrone.
"""
 
import pp
import time
 
def background_stuff(num):
  time.sleep(5)
  return "%s J'ai fini" % num
 
if __name__ == "__main__":
    print "Commence a :" , time.asctime(time.localtime())
    job_server = pp.Server()
 
    print "Je commence"
 
    f1 = job_server.submit(background_stuff, (1,) , modules=('time',))
    f2= job_server.submit(background_stuff, (2,), modules=('time',))
    print "Je fais quelque chose..."
    print " ... et autre chose..."
 
    print f1()
    print f2()
 
 
    print "Fini a :", time.asctime(time.localtime())

Les lignes importantes sont

import pp

On charge la bibliothèque parallel-python

job_server = pp.Server()

On crée un serveur de tâches.

f1 = job_server.submit(background_stuff, (1,) , modules=('time',))

On soumet une tâche au serveur.

Le premier argument est le nom de la fonction appelé, le second est un tuple des arguments à passer à la fonction et le troisième (dans cette exemple) est un tuple des bibliothèques python que la fonction doit avoir chargé. À noter que si la fonction background_stuff avait la ligne "import time" alors le troisième argument ne serait pas nécessaire.

Et maintenant la sortie est :

Commence a : Fri Aug 19 14:20:05 2011
Je commence
Je fais quelque chose...
 ... et autre chose...
1 J'ai fini
2 J'ai fini
Fini a : Fri Aug 19 14:20:10 2011

Comme vous pouvez voir, nous avons appelé deux fois la fonction background_stuff, fait quelque chose pendant qu'elle tournait, récupéré la sortie de la fonction et le tout en 5 secondes !

New repoquery

Pierre-Yves Chibon

rpm.png

The new version of repoquery can do nice things.

English version (French version)

You might remember that sometime ago I played a bit with dependency tree, I have made it up to propose a patch to yum-utils to change repoquery directly.

This patch has been accepted and is now part of the latest version (v1.1.31) of yum-utils (currently in updates-testing).

There has therefore been quite some changes in repoquery. The old function --tree-* while still present and still working are no longer displayed in the --help.

In order to generate a similar output the command has changed to:

 for --tree-requires -> --requires --output=ascii-tree
 for --tree-conflicts -> --conflicts --output=ascii-tree
 for --tree-obsoletes -> --obsoletes --output=ascii-tree
 for --tree-whatrequires -> --whatrequires --output=ascii-tree

But you remember the last time you run --tree-requires R or something similar ? The output is really really big.

With this new version of repoquery comes the --level argument which enables you to specify how many levels you want to see (1,2,3..., all). So you can do

$ repoquery --requires R --output=ascii-tree --level=1
  R-2.13.1-1.fc15.x86_64 [cmd line]
   \_  R-devel-2.13.1-1.fc15.i686 [1: R-devel = 2.13.1-1.fc15]
   \_  R-devel-2.13.1-1.fc15.x86_64 [1: R-devel = 2.13.1-1.fc15]
   \_  libRmath-devel-2.13.1-1.fc15.i686 [1: libRmath-devel = 2.13.1-1.fc15]
   \_  libRmath-devel-2.13.1-1.fc15.x86_64 [1: libRmath-devel = 2.13.1-1.fc15]

or

$ repoquery --requires R --output=ascii-tree --level=2 
  R-2.13.1-1.fc15.x86_64 [cmd line]
   \_  R-devel-2.13.1-1.fc15.i686 [1: R-devel = 2.13.1-1.fc15]
   |   \_  R-core-2.13.1-1.fc15.i686 [1: R-core = 2.13.1-1.fc15]
   |   \_  R-core-2.13.1-1.fc15.x86_64 [1: R-core = 2.13.1-1.fc15]
   |   \_  bzip2-devel-1.0.6-3.fc15.i686 [1: bzip2-devel]
   |   \_  bzip2-devel-1.0.6-3.fc15.x86_64 [1: bzip2-devel]
   |   \_  gcc-c++-4.6.0-10.fc15.x86_64 [1: gcc-c++]
   |   \_  gcc-gfortran-4.6.0-10.fc15.i686 [1: gcc-gfortran]
   |   \_  gcc-gfortran-4.6.0-10.fc15.x86_64 [1: gcc-gfortran]
   |   \_  libX11-devel-1.4.3-1.fc15.i686 [1: libX11-devel]
   |   \_  libX11-devel-1.4.3-1.fc15.x86_64 [1: libX11-devel]
[...]
   \_  R-devel-2.13.1-1.fc15.x86_64 [1: R-devel = 2.13.1-1.fc15]
   |   \_  R-core-2.13.1-1.fc15.i686 [1: R-core = 2.13.1-1.fc15]
   |   \_  R-core-2.13.1-1.fc15.x86_64 [1: R-core = 2.13.1-1.fc15]
   |   \_  bzip2-devel-1.0.6-3.fc15.i686 [1: bzip2-devel]
[...]

But I promised repoquery could make us some pictures so check this:

$ repoquery --requires fedora-packager --output=dot-tree --level=2 > fedora-packager.dot
$ twopi -Tpng fedora-packager.dot -o fedora-packager-twopi.png

This gives you this nice pictures: fedora-packager-twopi.png

Another example:

$ repoquery --requires --output=dot-tree --level=1 R-Biobase R-tkWidgets R-DynDoc R-widgetTools > Rtree.dot
$ dot -Tpng Rtree.dot -o Rtree-dot.png

Which gives you this nice graph showing nicely the order in which this packages can be built: Rtree-dot.png

Une nouvelle version de repoquery

Pierre-Yves Chibon

rpm.png

La nouvelle version de repoquery permet de faire des choses amusantes.

French version (English version)

La nouvelle version de repoquery (v1.1.31, dans updates-testing) inclut un patch que j'ai soumis suite à mes essais sur les graph de dépendances.

Avec cette version les commandes changent un petit peu puisque même si toutes les commandes --tree* sont encore disponibles et fonctionnelles, elles ne sont plus affichées dans le --help.

À la place, vous devez maintenant spécifier le format de sortie :

 for --tree-requires -> --requires --output=ascii-tree
 for --tree-conflicts -> --conflicts --output=ascii-tree
 for --tree-obsoletes -> --obsoletes --output=ascii-tree
 for --tree-whatrequires -> --whatrequires --output=ascii-tree

De même, vous pouvez en limiter la taille :

$ repoquery --requires R --output=ascii-tree --level=1
  R-2.13.1-1.fc15.x86_64 [cmd line]
   \_  R-devel-2.13.1-1.fc15.i686 [1: R-devel = 2.13.1-1.fc15]
   \_  R-devel-2.13.1-1.fc15.x86_64 [1: R-devel = 2.13.1-1.fc15]
   \_  libRmath-devel-2.13.1-1.fc15.i686 [1: libRmath-devel = 2.13.1-1.fc15]
   \_  libRmath-devel-2.13.1-1.fc15.x86_64 [1: libRmath-devel = 2.13.1-1.fc15]

Enfin vous pouvez en faire des image :

$ repoquery --requires fedora-packager --output=dot-tree --level=2 > fedora-packager.dot
$ twopi -Tpng fedora-packager.dot -o fedora-packager-twopi.png

Ce qui vous donne : fedora-packager-twopi.png

Un autre exemple :

$ repoquery --requires --output=dot-tree --level=1 R-Biobase R-tkWidgets R-DynDoc R-widgetTools > Rtree.dot
$ dot -Tpng Rtree.dot -o Rtree-dot.png

Ce qui retourne cette image, montrant les dépendances entre les paquets : Rtree-dot.png

Une nouvelle version de repoquery

Pierre-Yves Chibon

rpm.png

La nouvelle version de repoquery permet de faire des choses amusantes.

French version (English version)

La nouvelle version de repoquery (v1.1.31, dans updates-testing) inclut un patch que j'ai soumis suite à mes essais sur les graph de dépendances.

Avec cette version les commandes changent un petit peu puisque même si toutes les commandes --tree* sont encore disponible et fonctionnelles, elles ne sont plus affiché dans le --help.

À la place, vous devez maintenant spécifier le format de sorti:

 for --tree-requires -> --requires --output=ascii-tree
 for --tree-conflicts -> --conflicts --output=ascii-tree
 for --tree-obsoletes -> --obsoletes --output=ascii-tree
 for --tree-whatrequires -> --whatrequires --output=ascii-tree

De même, vous pouvez en limiter la taille:

$ repoquery --requires R --output=ascii-tree --level=1
  R-2.13.1-1.fc15.x86_64 [cmd line]
   \_  R-devel-2.13.1-1.fc15.i686 [1: R-devel = 2.13.1-1.fc15]
   \_  R-devel-2.13.1-1.fc15.x86_64 [1: R-devel = 2.13.1-1.fc15]
   \_  libRmath-devel-2.13.1-1.fc15.i686 [1: libRmath-devel = 2.13.1-1.fc15]
   \_  libRmath-devel-2.13.1-1.fc15.x86_64 [1: libRmath-devel = 2.13.1-1.fc15]

Enfin vous pouvez en faire des image:

$ repoquery --requires fedora-packager --output=dot-tree --level=2 > fedora-packager.dot
$ twopi -Tpng fedora-packager.dot -o fedora-packager-twopi.png

Ce qui vous donne: fedora-packager-twopi.png

Un autre exemple:

$ repoquery --requires --output=dot-tree --level=1 R-Biobase R-tkWidgets R-DynDoc R-widgetTools > Rtree.dot
$ dot -Tpng Rtree.dot -o Rtree-dot.png

Ce qui retourne cette image, montrant les dépendances entre les paquets: Rtree-dot.png

J'ai craqué, je suis sur Google + !

Alexandre Frandemiche

Google + ou le nouveau réseau social



Google Plus

Bonjour à tous ! Voilà après des années à résister au phénomène FaceBook, sans grand mal au vu de sa gestion des amis,son niveau de sécurisation, son contrat, etc ... me voilà sur Google + !

Pourtant, Google ou FaceBook, beaucoup diront même combat. Certes, il faut garder à l'esprit qu'il ne faut pas forcément publier tout et n'importe quoi, mais j'ai tout de même une plus grande sensation de sécurité avec Google +.

Passons sur les différents contrat que vous établissez lors de la création d'un compte sur Google +, je vous recommande de les lire, quoiqu'il arrive rien n'apparait comme sur FaceBook où les photos peuvent être utiisées à des fins commerciales ou autre ... :

Google + : J'aime !


Mouahahah ! Désolé je n'ai pas pu m'en empêcher ! Voici une liste rapide de ce qui me plait dans Google + :
  • Le flux : c'est l'équivalent du mur sur Facebook, sauf que celui-ci peut s'afficher selon le cercle choisi. Un flux est un type d'information que l'on partage avec certains cercles.
  • Le cercle : c'est tout simplement un regroupement de nos connaissances selon un thème ou un niveau d'information partagé différent : Amis, Famille, Collègues, Linuxiens, etc ... En effet, toutes vos remarques peuvent ne pas intéresser tout votre public, ou vous pouvez tout simplement ne pas vouloir partager tout avec la terre entière comme sur Facebook : tu veux être mon ami ? oui ou non ? Là, c'est veux tu faire parti de mes contacts ? puis c'est à moi de classer dans un ou plusieurs cercles ! On peut partager un fait d'actualité et donner un avis politique pour nos Amis et Famille sans pour autant que nos collègues ou connaissances n'en ai l'information. Le cercle détermine donc la visibilité de nos flux.
  • Intégration avec les outils Google : notamment l'application Google + pour Android en ce qui me concerne, je n'utilise pas ou très peu le chat et autre outils de Google. Comme je l'ai dit, je ne compte pas partager trop d'informations personnelles non plus.
  • Un truc tout bête : on peut modifier ces posts !
Voilà, rien de révolutionnaiire au niveau de l'information que je donne ici, si vous voulez avoir plus de détails, voici 2 liens intéressants : Google+ : voyage au coeur du réseau social de Google et

Google vs Facebook: Google+ et le Face à Face Social - Dossier 1/2 - Analyse

Ajouter un bouton "Me suivre" sur Google +


Une dernière information pour la route, histoire que ce billet serve à quelque chose !
Google Profile
Voici une page permettant de générer le code html afin d'afficher un bouton vers votre compte Google à votre blog ou site : http://www.google.com/webmasters/profilebutton/
Bon micro-blogging !



Bienvenue sur Dotclear ! - Slobberbone V4

Alexandre Frandemiche

Slobberbone V4

Ceci est votre premier billet. Quand vous serez prêt à bloguer, connectez-vous pour le modifier ou le supprimer.

Alors oui, j'étais déjà sous Dotclear avant ... mais ce message de bienvenue existe car j'ai enfin migrer mon blog qui était hébergé chez Free http://slobberbone.free.fr/ vers mon serveur dédié chez OVH et du coup installation de Dotclear tout fraiche !!!
Après avoir lancé Communauté-SLA.org en ayant installé la totalité des outils sur ce serveur dédié chez OVH, il était temps d'y mettre mon blog personnel ! Cela faisait 2 ans que Free n'avait pas écraser l'ensemble de ma base de données, il ne fallait donc pas trop attendre ...

J'espère que le thème vous plaira, moi c'est le cas et ça me donne un peu plus envie de bloguer ! :D

Allé pour la route, une petite procédure pour installer Dotclear !

Dotclear 2

Installation des prérequis

Sous CentOS/Fedora : yum install httpd mysql-server mysql php

Configuration de MySQL


/etc/init.d/mysqld start
/usr/bin/mysql_secure_installation

Préparation de MySQL


Ici l'option "-proot" où "root" est mon mot de passe pour l'utilisateur root ... il va sans dire que ce n'est qu'un exemple :-) et on part du principe que tout est en local
mysql -u root -proot

Résultats :

#Welcome to the MySQL monitor.  Commands end with ; or \g.
#Your MySQL connection id is 7
#Server version: 5.0.77 Source distribution
#
#Type 'help;' or '\h' for help. Type '\c' to clear the buffer

On crée la base de donnée du blog :
mysqlcreate database blog;

#Query OK, 1 row affected (0.01 sec)


Ici on va créer un utilisateur dotclear avec un mot de passe dotclear ( à changer bien évidemment !
mysqlgrant all on blog.* to 'dotclear'@'localhost' identified by 'dotclear';

#Query OK, 0 rows affected (0.00 sec)

On réinitialise les droits
mysqlflush privileges;

#Query OK, 0 rows affected (0.00 sec)

Et on quitte mysql !
mysqlquit

#Bye

Configuration d'Apache

Pour ajouter la configuration, il vous suffit d'ajouter dans /etc/httpd/conf.d un repertoire monpseudo

cd /etc/httpd/conf.d/
mkdir monpseudo
cd monpseudo touch blog.conf

Ensuit on édite blog.conf vi blog.conf et on réalise une configuration comme telle :

ServerName blog.mondnomdedomaine.net
<LocationMatch "^/monpseudo/dotclear/+$">
    Options -Indexes
    ErrorDocument 403 /error/noindex.html
</LocationMatch>

Ici on part du principe que Dotclear à été installé à la racine de mon répertoire monpseudo, par défaut présent dans /var/www/.
cd /var/www/
mkdir monpseudo
chown apache:apache monpseudo

On recharge la configuration d'apache :
service httpd reload
Maintenant, il ne reste plus qu'à préparer l'installation de Dotclear !

Installation de Dotclear

cd /var/www/monpseudo
wget http://download.dotclear.net/loader/dotclear2-loader.php
chown apache:apache dotclear2-loader.php
Et voilà ! Pour terminer l'installation allez sur l'url d'installation de Dotclear : http://monsite/monpseudo/dotclear2-loader.php ! Là vous sera demandé des identifiants de connexion à la base de données MySQL que l'on a crée plus haut !
A vous de bloguer !

@ très bientôt !

Bye bye adSense

Fabien Nicoleau

Beaucoup de place occupée, peu de revenus ... je me suis décidé à retirer les publicités adSense qui se trouvaient sur ce site. Le revoilà vierge de toute propagande (qui n'était pas toujours en armonie avec le but de ce blog) !  :D

Fabien (eponyme)

Bye bye adSense

Fabien Nicoleau

Beaucoup de place occupée, peu de revenus ... je me suis décidé à retirer les publicités adSense qui se trouvaient sur ce site. Le revoilà vierge de toute propagande (qui n'était pas toujours en armonie avec le but de ce blog) !  :D

Fabien (eponyme)

Tax-on-web et Firefox 4

Nicolas Rodt Remplir sa déclaration d'impôt par internet (via tax-on-web) est un peu plus compliqué cette année : en effet, l'application n'est pas compatible avec firefox 4 !
tax-on-web firefox 4
Tax-on-web vous propose de repasser à Firefox 3, voire d'utiliser... Internet Explorer !
Il n'est heureusement pas nécessaire d'en arriver là. Pour pouvoir continuer avec Firefox 4, il y a juste deux choses à faire :
  • modifiez (à l'adresse about:config) la valeur de la clé security.ssl.allow_unrestricted_renego_everywhere__temporarily_available_pref à true
  • Ceci était suffisant il y a encore quelques jours, mais maintenant le site détecte la présence de Firefox 4 et affiche le message d'erreur (v. image ci-dessus). Il faut donc lui faire croire qu'on n'utilise pas Firefox 4. C'est le rôle de l'extension (mozilla add-on) « User Agent Switcher » qu'il vous suffit d'installer. Sur la page tax-on-web, configurez-le pour qu'il vous fasse passer pour IE8 ou Firefox 3.
Pour les détails techniques du non-fonctionnement : mozilla-belgium.
À voir aussi : Installation du lecteur de carte d'identité belge sous Linux