Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

Mot-clefs : Lundi productif

Lundi productif : Gshutdown - Arrêt programmé de la machine

Paquet Fedora du jour

gshutdownGShutdown est un utilitaire qui vous permettra de programmer l'arrêt, le redémarrage de votre ordinateur, ou encore la fermeture de la session en cours. Il vous permettra de vous endormir devant votre film et de s'arrêter à le fin de celui-ci, vous évitant ainsi de vous relever ! C'est beau la technologie !!! Certes ceci est aussi possible avec Cron, mais l'avantage de ce logiciel est son accessibilité à tout utilisateur.
Ce logiciel libre est évidemment placé sous licence GPL avec une interface graphique réalisée en GTK+2.

Voici la liste des fonctionnalités :

  • Compatible avec GNOME, KDE et XFCE.
  • Compatible avec les gestionnaires de session GDM et KDM
  • Donne la possibilité de choisir une commande pour éteindre l'ordinateur (comme par exemple "sudo poweroff").
  • Ajoute une icône dans la zone de notification.
  • Affiche des notifications visuelles (exemple : prévenir l'utilisateur que l'ordinateur va être arrêté dans quelques secondes)
  • Donne la possibilité de programmer le temps de trois manières : « à une heure et une date », « après un certain délai », « Maintenant »

Installation en ligne de commande : yum install gshutdown

Installation avec l'interface graphique : Autres > gshutdown

Localisation dans le menu : Applications > Accessoires > gshutdown

Commande : /usr/bin/gshutdown

Site web : http://gshutdown.tuxfamily.org/fr/index.php

Lundi productif : Terminator - Un Terminal qui tue ...

Paquet Fedora du jour

Terminator

Terminator est un logiciel qui a comme fonctionnalité principale de permettre d'avoir du multi-terminal dans une seule et même fenêtre. Ainsi, il vous sera possible via un clic droit de diviser soit horizontalement, soit verticalement votre terminal afin de d'effectuer plusieurs commandes et de suivre leurs progressions ou résultats sans avoir à naviguer entre plusieurs fenêtres. L'un des avantages de cet outil, est qu'il reprend vos préférences d'affichage du terminal, ainsi que l'ensemble des fonctionnalité de copier/coller, drag'ndrop, etc ...

Voici une liste des raccourcis utiles afin de profiter au mieux de Terminator :

  • "Ctrl + Shift + O" : Diviser l'écran horizontalement
  • "Ctrl + Shift + E" : Diviser l'écran verticalement
  • "Ctrl + Shift + Up" : Remonter la scrollbar (molette de la souris)
  • "Ctrl + Shift + Down" : Descendre la scrollbar (molette de la souris)
  • "Ctrl + Shift + S" : Afficher/Cacher la scrollbar (molette de la souris)
  • "Ctrl + Shift + T" : Ouvrir un nouvel onglet
  • "Ctrl + Plus(+)" : Augmenter la police d'écriture
  • "Ctrl + Moins(-)" : Diminuer la police d'écriture
  • "Ctrl + Zero(0)" : Restaure la taille de la police d'origine
  • "F11" : Plein écran

Bref cet outil devient très rapidement indispensable entre autre pour tout administratueur !!!

Installation en ligne de commandes : yum install terminator

Installation via l'installateur graphique : Autres > Store and run multiple GNOME terminals in one window

Localisation dans le menu après installation : Applications > Outils Système > Terminator

Lancement en ligne de commande : /usr/bin/terminator

Site internet : http://software.jessies.org/terminator/

Lundi productif : Terminator - Un Terminal qui tue ...

Paquet Fedora du jour

Terminator

Terminator est un logiciel qui a comme fonctionnalité principale de permettre d'avoir du multi-terminal dans une seule et même fenêtre. Ainsi, il vous sera possible via un clic droit de diviser soit horizontalement, soit verticalement votre terminal afin de d'effectuer plusieurs commandes et de suivre leurs progressions ou résultats sans avoir à naviguer entre plusieurs fenêtres. L'un des avantages de cet outil, est qu'il reprend vos préférences d'affichage du terminal, ainsi que l'ensemble des fonctionnalité de copier/coller, drag'ndrop, etc ...

Voici une liste des raccourcis utiles afin de profiter au mieux de Terminator :

  • "Ctrl + Shift + O" : Diviser l'écran horizontalement
  • "Ctrl + Shift + E" : Diviser l'écran verticalement
  • "Ctrl + Shift + Up" : Remonter la scrollbar (molette de la souris)
  • "Ctrl + Shift + Down" : Descendre la scrollbar (molette de la souris)
  • "Ctrl + Shift + S" : Afficher/Cacher la scrollbar (molette de la souris)
  • "Ctrl + Shift + T" : Ouvrir un nouvel onglet
  • "Ctrl + Plus(+)" : Augmenter la police d'écriture
  • "Ctrl + Moins(-)" : Diminuer la police d'écriture
  • "Ctrl + Zero(0)" : Restaure la taille de la police d'origine
  • "F11" : Plein écran

Bref cet outil devient très rapidement indispensable entre autre pour tout administratueur !!!

Installation en ligne de commandes : yum install terminator

Installation via l'installateur graphique : Autres > Store and run multiple GNOME terminals in one window

Localisation dans le menu après installation : Applications > Outils Système > Terminator

Lancement en ligne de commande : /usr/bin/terminator

Site internet : http://software.jessies.org/terminator/

Lundi productif : BleachBit - Nettoyage à domicile !

Paquet Fedora du jour

bleachbitBleachbit est un logiciel libre permettant la suppression de fichiers temporaires et non nécessaires au bon fonctionnement de votre Fedora (ou autre distribution GNU/Linux). Ce type d'outil permet de libérer de l'espace disque et de garantir qu'aucun fichier venant de votre navigateur ou votre messagerie instantanée ne traine quelque part ! Cet outil logiciel "nettoyant" permet de supprimer des fichiers temporaires, des logs, du cache, des cookies, des raccourcis cassés, etc ... bref tous fichiers devenus inutiles. Plusieurs logiciels comme APT, Bash, Beagle, Chromium, Epiphany, Firefox, Flash, GIMP, Google Chrome, Google Earth, Java, KDE, OpenOffice.org, Opera, RealPlayer, Safari, Skype, VIM, XChat, Yum, etc ... sont scannés afin de purger les différents fichiers ne servant plus.

Il est à noté que Bleachbit existe pour des plateformes propriétaires comme Windows (où il sera surement plus utile ;-)). Cet outil est donc plus un outil regroupant les différents systèmes de purge des logiciels utilisés afin d'en faciliter leurs exécutions comme pour les navigateurs Internet, un clean de yum, la purge des journaux de pidgin ou amsn. Contrairement aux plateformes Microsoft, sous GNU/Linux nul besoin de nettoyer des logiciels mal installés, une base de registre ou autre ...

Vous l'aurez compris, ce logiciel n'est pas indispensable sur notre Fedora préférée, mais il est intéressant de savoir qu'il existe !

Note : Sous KDE, vous trouverez un équivalent nommé Sweeper.

Installation en ligne de commande : yum install bleachbit

Installation avec l'interface graphique : Autres > BleachBit

Localisation dans le menu : Applications > Outils Système > BleachBit

Commande : /usr/bin/bleachbit

Site web : http://bleachbit.sourceforge.net/

Lundi productif : Zim - Le Wiki de bureau

Paquet Fedora du jour

zimLa plupart des logiciels de traitements de texte classiques ne sont adaptés qu'à une seule chose, écrire des lettres et des rapports (encore que les connaisseurs préfèreront LaTeX). Pour tout autre forme d'écriture OpenOffice.org ou Abiword ne sont absolument pas adaptés, privilégiant la forme finale au confort d'utilisation.
Zim, le wiki de bureau, transpose le principe et le langage des pages wiki internet à une utilisation personnelle, comme un journal. Il est simple et intuitif (WYSIWYG: What You See Is What You Get) et est l'outil idéal si vous tenez un carnet intime, un blog, une page web, si vous écrivez des chansons, des poèmes ou des romans, ou bien si vous voulez prendre des notes simplement parce que votre esprit brouillon a du mal à tout retenir.

Vous n'y trouverez pas de mise en page poussée, mais le strict nécessaire pour toutes ces utilisations (5 tailles de titre, gras, souligné, italique, barré). Vous pourrez par contre organiser, agencer, lier les pages entre elles, par titre ou par date, joindre un fichier ou insérer une image. Quelques greffons sont activables et permettront d'ajouter entre autre un correcteur orthographique et un calendrier.

L'arborescence entre les pages pourraient faire penser au premier abord à celle d'un système de fichier. En fait, chaque "répertoire" est une page en elle-même sur laquelle vous pourrez ajouter notes et liens. Les fichiers enregistrés sont de simples fichiers texte édités en langage wiki, qui peuvent être modifiés directement dans les sources. Il est également possible d'exporter les pages en HTML suivant plusieurs modèles.

Installation en ligne de commande : yum install zim

Installation avec l'interface graphique : Applications > Bureautique/Productivité > Zim

Localisation dans le menu : Applications > Accessoires > Zim, le wiki de bureau

Commande : /usr/bin/zim

Site web : http://zim-wiki.org/

Lundi productif : lxSplit - Scinder, reconstituer un fichier

Paquet Fedora du jour

lxSplitlxSplit est une utilitaire simple permettant de découper des fichiers et de les recoller par la suite. Le découpage est réalisé sans compression et peut être utilisé sur de gros fichiers. Cet outil prend tout son sens pour analyser des fichiers de logs trop volumineux par exemple. On peut noter que ce logiciel est parfaitement compatible avec HJSplit qui est un utilitaire équivalent pour d'autres systèmes d'exploitation que Fedora (et autres distributions GNU/Linux).

La commande de cet outil est très simple :

lxsplit -s hugefile.bin 15M ici on spécifie que l'on veut découper le fichier "hugefile.bin" par portion de 15 Mo

Pour reconstituer le fichier, rien de plus simple, il suffit de placer tous les fichiers générés avec la précédente commande, taper ceci :lxsplit -j hugefile.bin.001 et le tour est joué !

Vous l'aurez compris cet outil va vous permettre pas mal de choses comme envoyer des fichiers qui étaient trop volumineux pour l'envoi de courrier électronique, importer sur un vieux serveur qui n'accepte que des disquettes, un module qui fait plus de 1.4Mo ...

Bref un utilitaire bon à mettre dans votre couteau suisse informatique !

Installation en ligne de commande : yum install lxsplit

Installation avec l'interface graphique : Applications > Autres > File split / merge utility

Localisation dans le menu : Aucun

Commande : /usr/bin/lxsplit

Site web : http://lxsplit.sourceforge.net/

Lundi productif : Midori - Un navigateur altérnatif !

Paquet Fedora du jour

MidoriMidori est un navigateur Web qui se veut ultra léger. Il est développé en GTK+ 2 et utilise le moteur de rendu bien célèbre WebKit Voici ces principales fonctionnalités :

  • Gestion par onglets
  • Affichage de raccourcis lors de l'ouverture d'un nouvel onglet
  • Barre de recherche intégrée (basé sur OpenSearch)
  • Support des scripts et des styles utilisateurs
  • Gestion des Marques-Pages avec XBEL
  • Extensions écrites en C

Comme l'indique l'auteur de ce logiciel, celui-ci est encore en cours de stabilisation et de développement, mais il est assez intéressant de l'utiliser, de plus comme remarqué ici, ce navigateur obtient 100% de réussite au test Acid3.

Installation en ligne de commande : yum install midori

Installation avec l'interface graphique : Applications > Internet > Midori

Localisation dans le menu : Applications > Internet > Midori

Commande : /usr/bin/midori

Site web : http://www.twotoasts.de/index.php?/pages/midori_summary.html

Lundi productif : Revelation - Gestionnaire de mot de passe

Paquet Fedora du jour

revelationRevelation est un gestionnaire de mot de passe pour lenvironnement Gnome. Il permet de stocker ses mots de passe de façon crypté. Ainsi aucun problème de sécurité, contrairement au fichier texte que vous maintenez, ou à votre mot de passe de prédilection que vous réutilisez à chaque fois !

Revelation, en plus de stocker et de sécuriser votre base de mot de passe, permet de classer et même d'associer un identifiant/mot de passe à un type d'application, ainsi, vous pouvez stocker votre identifiant et mot de passe de votre blog sous dotclear par exemple et de spécifier l'url d'identification de ce blog. Lorsque vous cliquerez dessus, votre identification sera effectuée !

Installation en ligne de commande : yum install revelation

Installation depuis le gestionnaire de paquetages graphique : Applications > Productivité > Revelation

Entrée dans le menu : Applications > Accessoires > Gestionnaire de Mot de Passe Revelation

Commande : /usr/bin/revelation

Site du projet : http://oss.codepoet.no/revelation/

Lundi productif : Planner - Un logiciel de gestion de projet

Paquet Fedora du jour

plannerPlanner est un gestionnaire de projets faisant parti du projet Gnome. Son but est de proposer une plateforme de gestion de tâche et de ressources simple. Planner aide à l'élaboration de diagrammes de Gantt permettant de visualiser dans le temps diverses tâches liées composant un projet.

L'application est écrite en C et stocke l'ensemble de ces données soit dans un fichier XML, soit dans une base de données comme PostgreSQL. Planner permet entre autre de générer des fichiers au format pdf ou HTML afin de proposer une vision du planning à l'ensemble d'une équipe via un simple navigateur Web.

Installation en ligne de commandes : yum install planner

Installation via l'installateur graphique : Applications > Bureautique > Planner

Localisation dans le menu après installation : Applications > Bureautique > Gestionnaire de projets

Lancement en ligne de commande : /usr/bin/planner

Site internet : http://live.gnome.org/Planner

Lundi productif : yum-presto : Limiter les téléchargements de yum !

Paquet Fedora du jour

Presto est un projet qui utilise deltarpm afin de réduire la quantité téléchargée lors de la mise à jours de votre système Fedora. Pour cela, presto ne télécharge que les données qui diffèrent des paquets qui sont déjà sur votre système.

Qu'est-ce qu'un deltarpm ?

Le principe est d'un paquet delta.rpm est de ne contenir que les différences entre la version N d'un logiciel et une version > N. Il y a alors moins à télécharger, au lieu de télécharger tout le paquet yum qui pèse 600 Ko (c'est un exemple) lors d'une mise à jour de celui-ci, il ne peut être télécharger que les 40 Ko de différence qui intègre les corrections.

Notons que les dépôts utilisés doivent proposer des deltarpm afin d'être compatible.

Installation en ligne de commande : yum install yum-presto

Installation depuis le gestionnaire de paquetages graphique : utiliser la fonction de recherche du gestionnaire

Entrée dans le menu : aucune entrée ; ce paquetage modifie le fonctionnement de yum et donc celui de ses interfaces (PackageKit, Yumex, etc)

Commande : pas de commande, si ce n'est en invoquant yum ou ses interfaces

Site du projet : https://fedorahosted.org/presto/

yum-fastestmirror : accélerez les téléchargements de yum !

Paquet Fedora du jour

Ce billet est une traduction libre de l'article : Productive Monday: yum-fastestmirror - Use fastest mirror for downloads écrit par Chris Tyler.

La distribution des différents paquetages composant Fedora est relayée par un nombre conséquent de miroirs à travers le monde. Lorsqu'on invoque le gestionnaire de paquetages yum pour obtenir des informations sur un paquetage, en installer ou mettre à jour le système, celui-ci va interroger une liste de miroirs proposée par les serveurs Fedora. Cette liste est générée à la volée selon les dépôts interrogés, l'architecture et la localisation géographique de l'utilisateur (déterminée via son adresse IP). On peut d'ailleurs accéder à cette liste par une URL décrite dans le champ mirrorlist des différents fichiers .repo de configuration des dépôts dans le répertoire /etc/yum.repos.d/.

Le paquetage yum-fastestmirror est une extension pour yum mesurant lors de sa première utilisation la vitesse d'accès aux différents miroirs de cette liste et les triant du plus rapide au plus lent. De cette façon, les requêtes yum sont redirigées vers les miroirs les plus rapides, accélérant les téléchargements et rendant ainsi le gestionnaire plus rapide, tout en réduisant les problèmes de congestion réseau. Et cela sans le moindre effort de la part de l'utilisateur si ce n'est installer l'extension en question !

Installation en ligne de commande : yum install yum-fastestmirror

Installation depuis le gestionnaire de paquetages graphique : utiliser la fonction de recherche du gestionnaire

Entrée dans le menu : aucune entrée ; ce paquetage modifie le fonctionnement de yum et donc celui de ses interfaces (PackageKit, Yumex, etc)

Commande : pas de commande, si ce n'est en invoquant yum ou ses interfaces

Site du projet : http://yum.baseurl.org/

Lundi productif : yum-fastestmirror : Accélerez les téléchargements de yum !

Paquet Fedora du jour

Ce billet est une traduction libre de l'article : Productive Monday: yum-fastestmirror - Use fastest mirror for downloads écrit par Chris Tyler.

La distribution des différents paquetages composant Fedora est relayée par un nombre conséquent de miroirs à travers le monde. Lorsqu'on invoque le gestionnaire de paquetages yum pour obtenir des informations sur un paquetage, en installer ou mettre à jour le système, celui-ci va interroger une liste de miroirs proposée par les serveurs Fedora. Cette liste est générée à la volée selon les dépôts interrogés, l'architecture et la localisation géographique de l'utilisateur (déterminée via son adresse IP). On peut d'ailleurs accéder à cette liste par une URL décrite dans le champ mirrorlist des différents fichiers .repo de configuration des dépôts dans le répertoire /etc/yum.repos.d/.

Le paquetage yum-fastestmirror est une extension pour yum mesurant lors de sa première utilisation la vitesse d'accès aux différents miroirs de cette liste et les triant du plus rapide au plus lent. De cette façon, les requêtes yum sont redirigées vers les miroirs les plus rapides, accélérant les téléchargements et rendant ainsi le gestionnaire plus rapide, tout en réduisant les problèmes de congestion réseau. Et cela sans le moindre effort de la part de l'utilisateur si ce n'est installer l'extension en question !

Installation en ligne de commande : yum install yum-fastestmirror

Installation depuis le gestionnaire de paquetages graphique : utiliser la fonction de recherche du gestionnaire

Entrée dans le menu : aucune entrée ; ce paquetage modifie le fonctionnement de yum et donc celui de ses interfaces (PackageKit, Yumex, etc)

Commande : pas de commande, si ce n'est en invoquant yum ou ses interfaces

Site du projet : http://yum.baseurl.org/

Lundi productif : Planet - agregateur de flux

Paquet Fedora du jour

Planet

Planet est un agrégateur de flux qui rassemble plusieurs flux RSS ou Atom dans une même page web et dans un même nouveau flux. On peut citer par exemple le planet de Fedora-fr, ou Planet Fedora, etc.

Pour consommer un minimum de ressources, Planet génère des pages web statiques, basées sur des templates, plutôt que de les générer dynamiquement tel un script web. Lorsque le paquet Planet pour Fedora est installé, les templates d'exemple sont placés dans /usr/share/doc/planet-2.0/examples/, et les images et feuilles de styles pour ces templantes sont dans /usr/share/doc/planet-2.0/examples/output.

Pour mettre en œuvre un planet, copiez le template, sa feuille de style et ses images dans un répertoire approprié (ou créez votre propre template en utilisant les exemples pour vous guider). Dans cet exemple, nous allons utiliser /public_html/planet comme répertoire où seront générées les pages (c'est également à cet endroit que les feuilles de style et les images seront placées) :

   $ mkdir -p planet ~/public_html/planet
   $ cp /usr/share/doc/planet-2.0/examples/*tmpl /usr/share/doc/planet-2.0/examples/fancy/*tmpl ~/planet
   $ cp -r /usr/share/doc/planet-2.0/examples/output/* ~/public_html/planet

L'étape suivante consiste à créer un fichier de configuration. Là encore, des examples peuvent être trouvés dans /usr/share/doc/planet-2.0/examples/ . Ce qui suit est un ficher de configuration simple, basé sur un des example que l'on peut trouver dans le répertoire suscité :

   # Configuration file for planet
 
   # Basic planet details
   [Planet]
   name = myPlanet
   link = http://concord3.proximity.on.ca/~chris/planet/
   owner_name = Chris Tyler
   owner_email = chris.tyler@example.com
 
   # Directory for cached feed data
   cache_directory = /home/chris/planet/cache
 
   # Directory for output HTML and XML files
   output_dir = /home/chris/public_html/planet
 
   # List of template files to be processed
   template_files = planet/template/atom.xml.tmpl planet/template/foafroll.xml.tmpl planet/template/index.html.tmpl planet/template/opml.xml.tmpl planet/template/rss10.xml.tmpl planet/template/rss20.xml.tmpl
 
   # Feeds to be processed
   [http://blog.chris.tylers.info/index.php?feeds]
   name = Chris Tyler
   face = images/chris_tyler_hackergotchi.png
 
   [http://planet.fedoraproject.org/atom.xml]
   name = Planet Fedora
 
   [http://rss.slashdot.org/Slashdot/slashdot]
   name = Slashdot
 
   [http://dailypackage.fedorabook.com/index.php?feeds]
   name = Fedora Daily Package

Sauvegardez ce fichier à l'endroit approprié (par exemple, ~/planet/config.ini) et ensuite, lancez planet en passant ce fichier de configuration comme seul argument :

   $ planet ~/planet/config.ini

Si la sortie semble correcte, ajoutez une tâche cron pour que le planet soit mis à jour régulièrement :

   $ (crontab -l;echo "50 * * * * /usr/bin/planet $HOME/planet/config.ini")|crontab

Installation en ligne de commande : yum install planet

Installation via l'interface graphique : Impossible en mode navigation dans les catégories, il faut utiliser la recherche ou la vue en liste pour installer planet

Localisation dans le menu : indisponible : uniquement depuis la ligne de commande ou via un tâche cron

Commande : /usr/bin/planet

Site web : http://planetplanet.org

Lundi productif : Synergy - QuickSynergy - Un KVM logiciel

Paquet Fedora du jour

SynergyQuickSynergy

Synergy est un logiciel libre permettant le partage d'un clavier et d'un souris entre plusieurs ordinateurs ayant différents systèmes d'exploitation. Ceci permet leur utilisation conjointement sans devoir avoir de matériel spécifique pour ça, uniquement la nécessité d'une communication réseau TCP/IP entre eux (via Wifi, câble Ethernet ...). On utilise généralement ce que l'on appelle des commutateurs KVM. Le principe étant le même, c'est-à-dire contrôler depuis un seul élément plusieurs machines. La seule contrainte par rapport aux commutateurs KVM matériel, est que chaque système doit avoir un écran.

La redirection de la souris et de l'interaction du clavier est on ne peut plus simple, il suffit de faire glisser la souris sur la droite, la gauche, le haut ou le bas selon la configuration afin de passer d'un pc à un autre. En plus de partager le clavier et la souris, Synergy permet aussi de copier/coller facilement d'un pc à un autre via les touches classiques.

Synergy fonctionne sur plusieurs systèmes d'exploitation :

  • GNU/Linux
  • Microsoft Windows
  • Mac OS X 10.2 ou plus
  • Unix (Solaris, Irix etc ...)

Configuration Synergy fonctionne en mode client-serveur. Il y a un logiciel serveur qui tourne sur une machine (une machine maitre) et un logiciel client qui tourne sur une ou plusieurs autres machines.

Prenons un cas simple un pc de bureau nommé Slobberbone avec une adresse ip 192.168.1.11 et un pc portable Devcaen-4 avec une ip 192.168.1.10. Dans ce cas de figure je veux utiliser mon clavier et ma souris sur le portable via Synergy.

La configuration de synergy se fait de la manière suivante, il faut créer un fichier .synergy.conf sur le serveur, ici Slobberbone par exemple dans votre répertoire home :

       section: screens
           slobberbone:
           devcaen-4:
       end
       section: links
           slobberbone:
                   right = devcaen-4
           devcaen-4:
                   left = slobberbone
       end

Ici on déclare dans la section screens le nom des écrans de chaque pc, j'ai donc nommé l'écran de mon serveur sous Fedora en slobberbone et le nom de mon pc sous windows XP en Devcaen-4.

Dans la section links, vous mettez donc le nom des 2 écrans ainsi que la position et le nom de vos machine y correspondant ou vos adresse ip. J'ai donc un écran nommé slobberbone qui a à sa droite un ordinateur nommé Devcaen-4 ou un ip : 192.168.1.10 et un écran devcaen-4 ayant à sa gauche un pc s'appellant Slobberbone ou un ip 192.168.1.11.

NB : les écrans portent le même nom que les noms des machines, mais ce n'est pas obligatoire. La configuration du serveur est terminée.

Pour lancer le serveur synergy ouvrez un terminal ou créez un lanceur personnalisé éxécutant la commande suivante :

synergys -f -c /home/alex/.synergy.conf

Passons à l'installation du client

sur le pc client il suffit d'installer synergy et ensuite dans un terminal ou via l'interface graphique sous windows de lancer le client pointant sur le serveur avec comme port par défaut 24800.

Sur une autre Fedora :

synergyc slobberbone

Votre clavier et votre souris sont maintenant partagés !

Installation en ligne de commandes : yum install synergy

Installation via l'installateur graphique : Applications > Accessoires > Synergy

Localisation dans le menu après installation : Non présent dans les menus

Lancement en ligne de commande : /usr/bin/synergys pour le serveur

Lancement en ligne de commande : /usr/bin/synergyc pour le client

Site internet : http://synergy2.sourceforge.net/

Quicksynergy

Quicksynergy est une interface graphique permettant de configurer simplement Synergy sous Fedora.

Configurer Synergy comme client. Entrer l'adresse IP ou le nom du serveur dans l'onglet Use et exécuter. Pour arrêter le client, il suffit de cliquer sur Stop.

Configurer Synergy comme serveur. Le clavier et la souris de cette machine sont ceux utilisés. Pour ajouter un nouveau client, dans l'onglet Share, entrer les noms ou adresses IP du ou des clients. Il suffit de cliquer sur exécuter pour lancer le serveur, puis stop pour l'arrêter.

Installation en ligne de commandes : yum install quicksynergy

Installation via l'installateur graphique : Applications > Système > Quicksynergy

Localisation dans le menu après installation : Applications > Internet > Quicksynergy

Lancement en ligne de commande : /usr/bin/quicksynergy

Site internet : http://quicksynergy.sourceforge.net/

Lundi productif : Clex - un explorateur de fichier en mode console

Paquet Fedora du jour

clexCLEX (prononcé KLEKS) est un gestionnaire de fichier en interface plein écran en mode console. CLEX est un outil libre écrit en C. Il affiche l'arborescence des répertoires ainsi que leur contenu. Il affiche également le détail des fichiers et propose la combinaison d'affichage et de commandes comme l'auto-complétion , l'historique etc ...

CLEX est une interface légère de gestionnaire de fichier pour tout utilisateurs utilisant la ligne de commande. Son interface utilisateurs unique augmente la productivité et diminue la probabilité d'erreur. Enfin CLEX est un plugin à votre shell préféré.

Principales Caractéristiques :

  • se base sur un terminal, ou la console de votre système GNU/Linux
  • liste le détail des dossiers et fichiers
  • fonctions de tri
  • comparaison de dossiers

Fonctionnalités :

  • simple éditeur
  • fonction d'annulation
  • sélection de fichiers multiples
  • historique des commandes
  • auto-complétion
  • etc ...

Installation en ligne de commande : yum install clex

Installation depuis le gestionnaire de paquetages graphique : Application → Fichier

Entrée dans le menu : N'est pas disponible dans les menus

Commande : /usr/bin/clex

Site du projet : http://www.clex.sk/

Lundi productif : 7zip - Un gestionnaire d'archive

Paquet Fedora du jour

7-Zip est un gestionnaire d'archive open source comme File Roller (le gestionnaire d'archive fournit avec Gnome). Le code unRAR est sous licence mixte : GNU LGPL + restrictions unRAR.

Les principales fonctionnalités de 7-Zip sont les suivantes :

  • Haut taux de compression grâce à l'algorithme LZMA
  • Compression / décompression: 7z, ZIP, GZIP, BZIP2 et TAR
  • Décompression uniquement : RAR, CAB, ISO, ARJ, LZH, CHM, MSI, WIM, Z, CPIO, RPM, DEB et NSIS
  • Pour les formats ZIP et GZIP , 7-Zip obtient un taux de compression de l'ordre de 2-10 % de mieux que les logiciels concurrents PKZip ou encore WinZip
  • Possibilité d'auto-extraction pour le format 7z
  • Plugin pour FAR Manager
  • Traduction en 69 langues

Installation en ligne de commande : yum install p7zip p7zip_plugins

Installation depuis le gestionnaire de paquetages graphique : Application → Archives

Entrée dans le menu : N'est pas disponible dans les menus

Commande : /usr/bin/7z

Site du projet : http://www.7-zip.org/

Lundi productif : Gnome-translate, Stardict - Logiciels de traduction

Paquet Fedora du jour

Stardict

stardictStardict est un logiciel qui a pour fonction principale la mise à disposition de dictionnaires de conversion dans un choix de langues très variées (français, anglais, espagnol, turc, japonais, chinois, etc.). Pour chaque langue, il faudra télécharger les fichiers et de les décompresser dans le répertoire dic du programme.

Stardict va utiliser ces fichiers de traduction grâce à une interface divisée en 3 parties. La zone du haut permet de saisir un mot à traduire, celle de gauche est une liste de mots se rapprochant de celui saisi, et celle de droite, la principale, affiche les résultats dans les différents dictionnaires sélectionnés. Cette organisation permet davoir accès rapidement à plusieurs traductions et plusieurs mots différents.

A noter enfin quelques options sympas :

  • le bouton "Fuzzy query" qui permet de trouver le mot le plus approchant de celui renseigné.
  • la fonction "Scan selection word" qui permet davoir une info bulle avec traduction dun mot surligné dans une autre application.
  • la possibilité de chercher sur différents moteurs de recherche et traducteurs en ligne le mot saisi.

Avec des bonnes idées et une prise en main aisée, Stardict possède pas mal datouts pour devenir votre traducteur instantané favori, même si certaines traductions laissent à désirer (il faut donc bien choisir les dictionnaires à installer). Dans les dépôts de Fedora, il n'y a pas de dictionnaire français de proposés, rendez vous à cette adresse afin d'y télécharger un dictionnaire (stardict-xmlittre-2.4.2-1.noarch.rpm par exemple) : http://stardict.sourceforge.net/Dictionaries_fr.php

Installation en ligne de commande : yum install stardict

Installation depuis le gestionnaire de paquetages graphique : Application → Système

Entrée dans le menu : Applications → Accessoires → Stardict

Commande : /usr/bin/seamonkey

Site du projet : http://stardict.sourceforge.net/

Gnome-translate

gnome-translateGnome-translate est, comme vous l'avez deviné, un logiciel de traduction linguistique. Contrairement à Stardict, il ne propose pas de fonctionnalités de dictionnaire, mais uniquement de traduction. Pour fonctionner et traduire vos textes, il utilise les traducteurs en ligne des sites comme les Outils Linguistiques Google.

  • L'inconvénient, c'est qu'il faut disposer d'une connexion Internet.
  • L'avantage, c'est que les dictionnaires ne sont pas stockés sur votre disque dur !

Un grand choix de langues est proposé : cela va du tchèque au chinois en passant par l'ukrainien. Bien sûr les langues plus communes comme l'anglais, le français, l'espagnol ou l'allemand sont présentes également.

Installation en ligne de commande : yum install gnome-translate

Installation depuis le gestionnaire de paquetages graphique : Application → Système

Entrée dans le menu : Applications → Accessoires → Traducteur de langues

Commande : /usr/bin/gnome-translate

Site du projet : http://www.nongnu.org/libtranslate/gnome-translate/

Lundi productif : RapidSVN - Client Subversion

Paquet Fedora du jour

rapidsvnRapidSVN est une interface cliente multi-plateforme au système de versionning Subversion. Il est écrit en C++ et utilise le framework wxWidgets ainsi que l'API cliente de Subversion.

RapidSVN est un équivalent du logiciel Tortoise souvent utilisé sous Windows, cependant son but n'est pas de s'intégrer à nautilus ou un autre explorateur de fichier comme Tortoise, mais bien de proposer une interface complète permettant d'effectuer un maximum d'opérations :

  • Simple - il offre une interface facile à utiliser
  • Efficace - pour les simples débutants mais aussi configurable pour les utilisateurs de Subversion avec expérience
  • Portable - il tourne sur toute les plateformes : Linux, Windows, Mac OS/X, Solaris, etc.
  • Rapide - entièrement écrit en C++
  • Multi-langue - traduit en : Allemand, Français, Italien, Portuguais, Russe, Ukrainien, Chinois, Japonais
  • Support complet d'Unicode

Installation en ligne de commande : yum install rapidsvn

Installation depuis le gestionnaire de paquetages graphique : Applications → Programmation → rapidsvn

Entrée dans le menu : Applications → Programmation → Rapidsvn

Commande : /usr/bin/rapidsvn

Site du projet : http://rapidsvn.tigris.org/

Lundi productif : units, un convertisseur d'unités en ligne de commande

Paquet Fedora du jour

Ce billet est une traduction libre de l'article : Productive Monday: Units - Command-line measurement converter écrit par Chris Tyler.

2007-04-23-units.serendipityThumb.png

Units est un utilitaire de conversions d'unités en ligne de commande. Vous pourrez l'utiliser pour convertir rapidement et précisément vos mesures en des dizaines d'unités différentes et variées (unités du Système International, anglo-saxonnes, etc).

Lorsque vous lancez units, vous êtes invité à saisir la quantité et l'unité de départ (disons « 10 gallons »), puis l'unité d'arrivée (« litres »). Le programme vous affichera alors la quantité convertie en l'unité d'arrivée, suivie d'une nouvelle invite. Il est aussi possible de saisir les unités sans valeur (« litres » et « teaspoons » par exemple) pour afficher le facteur de conversion correspondant. Vous pourrez par ailleurs, après entrée de la quantité de départ, saisir un « ? » à la seconde invite pour voir la liste des unités de conversion disponibles pour l'unité de départ spécifiée.

Ce programme supporte la complétion automatique avec la touche TAB, et peut être configuré pour supporter d'autres unités personnelles, comme décrit dans la page de manuel d'units. Enfin, il suffit simplement de taper CTRL-D pour quitter le programme à tout instant.

Units ne dispose pas d'une interface tape-à-l'œil, certes... Mais ne s'en révèle pas moins pratique !

Installation en ligne de commande : yum install units

Installation depuis le gestionnaire de paquetages graphique : Applications → Ingénierie et Scientifique → units

Entrée dans le menu : Aucune (outil en ligne de commande)

Commande : /usr/bin/units

Site du projet : http://www.gnu.org/software/units/units.html

Lundi productif : htmldoc, un convertisseur HTML → PS/PDF

Paquet Fedora du jour

Ce billet est une traduction libre de l'article : Productive Monday: htmldoc - HTML to PS/PDF Converter écrit par Chris Tyler.

htmldoc

htmldoc est un petit programme simple à l'usage, mais néanmoins puissant, de conversion de pages HTML en fichiers PostScript ou PDF. Il permet en outre la fusion de plusieurs pages HTML en une seule, ainsi que l'ajout d'une table des matières et d'un index à un document HTML. Une application parmi d'autres de ce programme est ainsi la sauvegardes de manuels en ligne en PDF, plus faciles à consulter et à imprimer sous cette forme.

Il se présente sous la forme d'une interface graphique, dans laquelle on pourra spécifier soit un fichier local, soit une URL à traiter. Il peut cependant être lancé en ligne de commande comme « filtre » dans un traitement batch de documents, tel que dans l'exemple suivant :

$ echo "<html><body><h1>Heading</h1><p>Some HTML output...</p></body></html>" | htmldoc --format ps3 --bodyfont Helvetica --header ... --footer ... --webpage - | lpr

htmldoc supportant les tables ainsi que les images, on pourrait envisager aisément la mise en place d'un système de génération de documents à la volée, tels que des factures, déclarations et autres rapports illustrés. À partir de simples fichiers texte, traités en batch (sur le modèle de l'exemple précédent) à l'aide de sed, awk ou encore perl, on pourrait ainsi produire des sorties HTML lus par htmldoc pour conversion en PostScript ou impression directe.

À noter que ce programme est développé par la société Easy Software Products, également à l'origine de CUPS, le système d'impression livré sous Fedora.

Installation en ligne de commande : yum install htmldoc

Installation depuis le gestionnaire de paquetages graphique : Applications → Bureautique → htmldoc

Entrée dans le menu : Applications → Bureautique → HTMLDOC

Commande : /usr/bin/htmldoc

Site du projet : http://www.htmldoc.org/