Fedora-Fr - Communauté francophone Fedora - Linux

Planet de Fedora-Fr : la communauté francophone autour de la distribution Linux Fedora

A propos

Cette page est actualisée toutes les heures.

Cette page est une sélection de blogs autour de Fedora. Fedora-Fr.org décline toute responsabilité au sujet des propos tenus par les auteurs des blogs de ce planet. Leurs propos sont leur entière responsabilité.

Le contenu de ce planet appartient à leurs auteurs respectifs. Merci de consulter leur blogs pour obtenir les licences respectives.

Mot-clefs : astuce

Ralonger l'historique du shell

Edouard Bourguignon

En shell, l'historique joue un rôle bien pratique en nous permettant de rappeler et/ou de retrouver d'anciennes commandes. Par défaut il ne conserve que 1000 entrées, ce qui suffit bien souvent. Mais sur des serveurs très utilisés, ou pour n'importe quelle autre raison, il est possible de changer cette valeur. Pour cela il suffit d'ajouter dans votre ~/.bashrc la ligne suivante (où de la corriger si elle existe déjà):

export HISTSIZE=3000

Cette valeur sera prise en compte au prochain login, mais pour que ce soit pris en compte immédiatement, au choix:

  • source ~/.bashrc
  • ou taper la commande export HISTSIZE=3000

Pour s'en assurer:

echo $HISTSIZE

Pour voir la taille actuelle de l'historique:

history | wc -l

J'avais déjà cité il y a quelques temps des raccourcis bien pratiques, certains utilisent l'historique.

PS: cette méthode a été testé sous bash uniquement.

Problèmes de rafraichissement partiel de l'ecran sous Gnome 3

Edouard Bourguignon

Si vous rencontrez des problèmes de rafraichissement partiel de l'ecran sous Gnome 3, particulièrement visible sous gnome-terminal, voici une astuce qui vaut le coup d'être testée.

Ce billet est l'occasion de partager un petit problème et sa solution, cela intéressera peut être du monde et au pire servira de note pour moi même.

J'étais concerné par ce problème depuis un certain temps (depuis le Fedora 15 me semble), sur plusieurs portables, surtout avec les drivers proprio Nvidia. En général ça me bloquait juste l'affichage de la dernière ligne sous gnome-terminal, qui finissait quand même par apparaitre. Mais sur mon portable personnel là c'était presque les 3/4 de l'écran qui restait noir. Bref cette fois il fallait faire quelque chose.

Sur le bugzilla RedHat/Fedora, un bug semble correspondre, bien que marqué comme corrigé: https://bugzilla.redhat.com/show_bug.cgi?id=720605

Et d'après les commentaires, cela semble en effet fonctionner sous Fedora 15, et ne pas concerner uniquement les drivers proprio Nvidia.

Au final, la manip consiste à créer un fichier /etc/X11/xinit/xinitrc.d/10-clutter-hack.sh avec le contenu suivant:

#!/bin/sh
export CLUTTER_PAINT=disable-clipped-redraws:disable-culling

Puis à relancer la session.

Non seulement ça corrige mes problèmes de rafraichissement partiel, mais en plus cela semble accélérer l'affichage (qui semblait avoir du plomb dans l'aile depuis la F16, surtout sous Firefox).

Supprimer la liste des utilisateurs sous GDM

Edouard Bourguignon

Une courte astuce pour masquer la liste des utilisateurs courants sous l'écran de connexion GDM.

Sur une poste de travail, surtout un poste multi-utilisateur, ce n'est pas forcément intéressant, ni une bonne pratique question sécurité, d'avoir une liste d'utilisateurs disponibles sur le poste. Normalement GDM affiche les utilisateurs courants qui ont l'habitude de se connecter à la machine. Bref il n'y a plus le login à taper, juste le mot de passe...

Pour désactiver cette affichage, il faut modifier une entrée gconf pour l'utilisateur gdm, car le démon GDM tourne sous cet utilisateur. Pour faire cela, en root, il faut taper la commande suivante:

gconftool-2 --set /apps/gdm/simple-greeter/disable_user_list true -t boolean

En relançant GDM, la liste des utilisateurs a disparu, il faut maintenant entrer son login utilisateur et son mot de passe.

Création d'un fichier swap

Edouard Bourguignon

Un espace de swap est utilisé sous Linux quand il n'y a plus ou pas assez d'espace en mémoire vive. Il est donc important mais pas obligatoire d'en avoir un. Il est d'usage d'avoir au moins une partition de type swap, mais il est tout à fait possible de s'en passer ou d'en avoir plusieurs.

Dans certains cas, comme un besoin temporaire de swap, des tests, un manque de place pour ajouter une partition swap dédiée, ou un bête oubli lors de l'installation, nous pouvons être amener à créer un fichier de swap, plutôt qu'une partition.

Création du fichier

La création du fichier peut se faire avec l'outil dd, en ligne de commande, afin de définir une taille, prenons par exemple 512Mo:

dd if=/dev/zero of=/swap bs=1M count=512

A l'issue de cette commande, nous aurons un fichier /swap de 512Mo rempli de zéros.

Formatage du fichier

La swap utilise son propre système de fichier, simplifié et adapté à la gestion de données en mémoire. Notre fichier /swap doit donc être formaté et marqué pour être identifié comme espace swap:

mkswap /swap

Montage du fichier

Nous pouvons maintenant utiliser ce fichier directement à chaud avec la commande suivante:

swapon /swap

A l'inverse pour l'arrêter:

swapoff /swap

Pour vérifier que cette nouvelle swap est bien utilisée nous pouvons utiliser plusieurs commandes:

free
swapon -s

Ajout dans fstab

Pour utiliser ce fichier de swap de manière plus permanente (c'est à dire même après un redemarrage), il faut l'ajouter dans /etc/fstab. Il suffit d'y ajouter la ligne:

/swap swap swap defaults 0 0

Avec ça, au prochain reboot, le fichier /swap sera monté en swap, il est de type swap et utilisera les options par défaut.

Rechercher une adresse MAC avec grep

Edouard Bourguignon

Pratique de pouvoir rechercher ou valider une adresse MAC avec une commande shell, et comme grep supporte très bien les expressions régulières cela est même facile à utiliser.

Pour construire notre expression régulière, il faut réfléchir sur ce que nous cherchons. Une adresse mac est toujours représentée comme suit: XX:XX:XX:XX:XX:XX soit 6 champs de 2 caractères. Mais il y a le séparateur ":" que nous devons aussi prendre en compte. Le plus simple est de ce dire que nous cherchons en fait 5 blocs de 2 caractères suivit du ":" avec à la fin un bloc de 2 caractères.

Concernant les caractères constituant nos blocs, vu qu'il s'agit en fait d'une notation hexadécimale, il faut aussi en tenir compte. Pas la peine par exemple de rechercher toute lettre de l'alphabet, l'hexadécimal s'arrête à F. Nous pouvons aussi avoir des chiffres de 0 à 9. Pour signifier en expression régulière que nous recherchons des chiffres de 0 à 9 il faut utiliser la syntaxe suivante:

[0-9]

Pour les lettres de A à F celle-ci:

[A-F]

Il suffit de mélanger les 2 pour avoir la plage hexadécimale de 0 à F, et nous allons rajouter les minuscules, ce qui donne:

[0-9a-fA-F]

Cette expression donne un résultat dès qu'elle tombe sur un chiffre de 0 à 9, ou 1 lettre de a à f, ou 1 lettre de A à F. C'est déjà un bon début.

Pour indiquer dans une expression régulière le nombre d'occurrence que nous recherchons, il suffit de préciser ce nombre entre accolade. Nos blocs sont toujours constitués de 2 caractères, donc:

[0-9a-fA-F]{2}

Il nous manque plus que le séparateur ":" qui est un caractère spéciaux en expression régulière, il faut donc l'échapper avec \. Notre premier bloc sera donc:

[0-9a-fA-F]{2}\:

Ce premier bloc dans une adresse mac est présent 5 fois, nous allons donc dire que tout ce bloc doit être vu 5 fois de suite. Pour délimiter un bloc, il faut utiliser les parenthèses:

([0-9a-fA-F]{2}\:){5}

Nous terminons avec le dernier bloc, qui est en fait similaire au premier mais sans le séparateur:

([0-9a-fA-F]{2}

L'expression régulière complète est donc:

([0-9a-fA-F]{2}\:){5}[0-9a-fA-F]{2}

Nous pouvons la tester avec grep et l'option -E ou directement avec la commande egrep. Par exemple sur les fichiers de configuration réseau d'une Fedora:

cd /etc/sysconfig/network-scripts/
egrep -ho "([0-9a-fA-F]{2}\:){5}[0-9a-fA-F]{2}" ifcfg-eth*

options: -h pour ne pas indiquer le nom du fichier et -o pour n'afficher que ce qui correspond au résultat et non toute la ligne complète

Bash plus intelligent?

Edouard Bourguignon

Il est possible de rendre bash plus intelligent, en permettant le complètement des commandes (completion en anglais) jusque dans leurs arguments, du moins pour certaines. Pour cela il faut installer le logiciel bash-completion. Le paquet pour Fedora est bien adapté aux commandes Fedora ce qui le rend très utile. Il n'y a rien de magique, ce n'est pas non plus de l'introspection dynamique, bash-completion repose sur une sorte de base de données qui référence les commandes et leurs arguments.

Enfin bref, pour l'installer, sous Fedora, il suffit de taper la commande suivante:

yum install bash-completion

Pour l'activer sans avoir à se deloguer:

source /etc/bash-completion

Voici des exemples surpuissants que vous pouvez vous aussi utiliser chez vous:

ser[tab] ht[tab] res[tab] => service httpd restart
yu[tab] ins[tab] ligh[tab] => yum install lighttpd

Et oui encore un truc de faignasse d'admin :)

Une dernière petite astuce pratique, toujours sur la completion. Qui n'a jamais tapé trop vite au clavier un chemin, par ex "/Etc" au lieu de "/etc" à cause de la touche shift pour faire le "/"? Et bien il est possible de rendre insensible à la casse le complètement des commandes et chemins sous Bash. Pour cela il faut éditer le fichier "/etc/inputrc" pour imposer ce réglage de manière globale ou sinon "~/.inputrc" pour votre utilisateur seulement et ajouter une ligne (à la fin par exemple):

set completion-ignore-case on

Il faut se déloguer par contre, a moins que quelqu'un connaisse l'astuce pour faire relire ce fichier par bash. Pour vérifier que ça marche:

cd /E[tab] => cd /etc

Et voilà :)

Astuce Irssi : Envoyer un faux message de réponse à un ctcp version.

Mehdi Bahri

Voilà une petite astuce très simple pour modifier le message de réponse à un ctcp version :

Dans la fenêtre d'Irssi tapez /set ctcp_version_reply Votre message en ensuite /save

Il est évident que les messages de réponses aux CTCP injurieux, racistes, virulents sont pas très bien vus mais ça ça part du bon sens ^^ Vous pouvez ensuite le modifier directement dans le fichier ~/.irssi/config à la section Settings en le supprimant, c'est le message par défaut qui revients.

Une solution alternative, plus avancée et plus fun est un petit script disponible ici : http://scripts.irssi.org/scripts/fakectcp.pl à l'utilisation très simple et qui enverra un message au hasard choisi dans une liste prédéfinie. Après l'avoir chargé la commande /FCTCP help vous en dira plus. Bien sur pour éviter de le charger manuellement vous pouvez le mettre dans ~/.irssi/scripts/autorun ;)" class="smiley

Pour ceux qui souhaiteraient apprendre à utiliser ce magnifique client qu'est Irssi (non je suis pas dans la team de dev :p ) je vous conseille de lire cet article de la doc fedora-fr qui couvre les aspects les plus fréquemment utilisés et certaines utilisations avancée du logiciel ^^

Bon chat !